• Potions Brew (+ vidéo) - FICHE DE JEU
  • 0

Potions Brew (+ vidéo)

Note moyenne
4.00
(1 note)
Mise en place: 5' - Règles: 10' - Partie: 35' - Meilleur score: 53
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 8
Nombre de joueurs: de 3 à 5 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

1461 Potions Brew 1

1432-voeux

Ren: 4/10

Test très intéressant aujourd’hui avec ce Potions Brew. Intéressant avec 4/10… il se fout de notre tronche ou quoi? Et bien pas du tout! Potions Brew est en effet le «designer game» Autrichien de l’année. Donc en théorie du «sérieux». De quoi largement justifier que Vin d’Jeu se penche sur l’affaire. Mais, et c’est là que ça devient intéressant, certains pays ont une culture ludique plus développée que d’autres. Et l’Autriche n’est manifestement pas encore au niveau des expérimentés Allemands, des créatifs Français, et des génialissssssssssimes Belges 🙂 Du coup le ramage n’est pas à la hauteur du plumage…

Potions Brew est un jeu où nous allons assembler des ingrédients pour créer des potions. Les deux sont représentés par des cartes, avec sur une face un ingrédient, sur l’autre face une potion avec la représentation de tous les ingrédients qu’il faut assembler pour fabriquer la potion. Au départ chaque joueur reçoit quelques  ingrédients, puis on pose 5 potions à réaliser, disponibles pour tous les joueurs (i.e. premier arrivé premier servi).

A son tour un joueur doit piocher deux cartes, selon certaines règles, en garder/recevoir une, et en donner une autre / se faire prendre une autre / défausser une autre (je vais y revenir). Ensuite il peut, ce n’est pas obligatoire, poser une carte pour fabriquer une potion, sachant qu’il peut fabriquer maximum 5 potions en même temps. Alternativement à la pose d’une carte il peut déplacer un ingrédient d’une potion où il a déjà au moins 3 ingrédients vers une autre potion en cours. Dès qu’une potion est complétée, le joueur défausse tous les ingrédients utilisés et récolte la potion, qui lui donnera des points de victoire (entre 5 et 12, selon le nombre et la complexité des ingrédients nécessaires). Le premier a 45 points a gagné.

Si le jeu se limitait à ça ce serait vraiment basique, une bête pioche de cartes, complètement hasardeuse. Mais l’auteur a introduit une règle qui sur papier est super intéressante: la manière dont les joueurs piochent leurs deux cartes et dont ils en gardent/reçoivent une dépend de l’ingrédient le plus puissant qui est visible sur leurs potions en cours (visible = dernier ingrédient placé). Exemple: si un joueur a 3 potions en cours, avec comme dernier ingrédient respectivement un champignon, une mandragore et du poison de serpent, et bien le critère à appliquer sera celui du champignon. Ca donnera par exemple: «tirez deux cartes et donnez-en une au hasard à un adversaire, gardez l’autre». Ou, si c’est un autre critère qui s’applique: «tirez une carte du deck et une carte de la défausse, mélangez-les, et désignez un adversaire qui en tirera une et la mettra dans la défausse, gardez l’autre». Il y a 4 manières différentes de piocher les 2 cartes, plus 2 effets qui s’appliquent d’office (il y a 6 ingrédients différents en tout).1461 Potions Brew 2

Sur papier ça met plein de sel dans le jeu, avec des réflexions genre «je vais d’abord mettre tel ingrédient, comme ça j’ai une chance de recevoir une carte, puis je mettrai tel autre pour avoir tel autre effet». Dans la pratique ça ne fonctionne pas du tout, il n’y aucun contrôle, les effets sont parfois absurdes/déséquilibrés/donnant lieu à du kingmaking, on arrive très vite au maximum de cartes en main (ce qui fait que la plupart du temps on a tout le temps les ingrédients dont on a besoin, donc aucun choix à faire), et le jeu est abominablement répétitif pour un joueur expérimenté.

Bref (très) peu d’intérêt à y jouer. Mais un grand intérêt pour découvrir une autre culture ludique, et voir que le jeu, comme tout art, s’apprend, s’apprivoise et se développe progressivement (on devient exigeant, mais on oublie qu’il y a 30 ans on avait le choix entre Monopoly et Trivial Pursuit, entrecoupé d’un Scrabble ou d’un Mastermind… bon ok j’exagère mais à peine!). Donc effort méritoire (les cartes sont jolies), courage à nos amis Autrichiens, mais il y a encore du boulot!


1461 Potions Brew 3


1461 Potions Brew 4


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 5 minutes par Ren

Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *