• Le Bien et le Malt - FICHE DE JEU
  • 5

Le Bien et le Malt

Note moyenne
8.40
(5 notes)
Mise en place: 15' - Règles: 20' - Durée par joueur/euse: 30' - Meilleur score: 37
Année:
Auteur(s): ,
Illustrateur(s):
Editeur(s): ,
Distributeur(s):
Catégorie: Expert
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
9.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

1670 Bien et Malt 1

Nintendo & Wizard of the Coast nous ont présenté leur nouvelle carte hyper collector: SwatSh, un pokemon hyper puissant que toute joueuse se doit de posséder ;-)

SwatSh:  8/10

Le Bien et le Malt était le « gros » jeu de Michael Kiesling (Tikal, Vikings, Torres,…) présenté lors du dernier salon d’Essen.

Tout d’abord, un coup de chapeau à la traduction du titre du jeu par Plan B Games (Century) qui passe de Heaven & Ale en Anglais (=Paradis & Enfer sauf qu’Enfer est écrit comme la Bière) au Bien et le Malt, aussi thématique, différent et au même style de jeu de mot. Nous n’avions jamais vu de si belle traduction, bravo.

Le thème

Vous l’aurez compris, on est en pleine élaboration de bière dans Le Bien et le Malt, on va cultiver nos champs de houblon, de bois, nos sources d’eau,… afin de produire de la bière. Mais, malgré une jolie transposition du thème dans les illustrations (les objectifs sont retranscrits sur des tonneaux par exemple), le thème ne percole pas fort dans les mécanismes et on est plus face à un jeu de gestion de ressources à l’ancienne que dans une plongée dans le monde de l’orge et du houblon.

Egizia

La mécanique de base est fortement inspirée de l’excellent Egizia et non de Glen More comme j’ai pu le lire ici et là. Egizia car on déplace son pion action le long d’un chemin jusqu’à l’action choisie et on l’exécute. Lors de son prochain tour (chacun joue à son tour et ce n’est pas le dernier sur l’échelle qui peut jouer plusieurs fois de suite comme dans Glen More) on déplace son pion action toujours dans le même sens, sans retour en arrière possible. Aussi, le chemin d’action a une fin et ne fait pas une boucle comme dans Glen More.1670 Bien et Malt 2

Ces petites différences avec Glen More apportent des sensations différentes. Ce n’est pas parce que vous avez « sauté » de nombreuses cases action que vous allez réaliser moins d’actions que vos adversaires, vous allez simplement les réaliser un peu plus loin que lui. Peut-être sont-elles plus intéressantes, peut-être pas… Mais en général, si on décide de sauter des actions, c’est que celles qu’on saute sont moins intéressantes… Si les autres suivent le mouvement sauf un, ce dernier sera moins embêté par le choix des autres puisqu’il sera seul sur un tronçon du chemin…

Key Harvest

Il y a un côté Key Harvest aussi dans Le Bien et le Malt car on va beaucoup planter et récolter. Pour planter, il suffit de s’arrêter sur une case proposant un champs, le payer et le placer sur son territoire. Les champs fournissent différentes ressources même de l’eau et en quantité différente allant de 1 à 5 (par exemple, une tuile de champs « orge » peut produire entre 1 et 5 orges en fonction du chiffre indiqué sur la tuile. Au plus ce chiffre est élevé, au plus le champs est intéressant mais au plus il est cher. Quand on le place sur son territoire, on doit encore décider où le placer. Il y a un aspect long terme à cette action car on va se créer une certaine stratégie de placement en ayant un schéma en tête. Notre territoire est séparé en 2 : un côté ombragé et un côté ensoleillé. Quand on place une tuile champs du côté ombragé, on sait qu’il produira de l’argent tandis que du côté ensoleillé il produira la ressource indiquée qui rapportera uniquement des PVs en fin de partie.
Comme dans tout jeu à l’ancienne, il vous sera stratégiquement plus intéressant de d’abord planter dans l’ombre pour récolter de l’argent pour progressivement s’étendre au soleil… C’est un des côtés très classique du Bien et du Malt bien que ce côté ombre/soleil soit assez innovant.

1670 Bien et Malt 3Les moines

Outre les champs, les joueurs vont pouvoir engager des moines qui permettront de récolter les champs adjacents.

Les Palais de Carrara

Enfin, dans les références, on peut citer Les Palais de Carrara qui apportent ici leur manière de scorer très originale et stratégique. Une des actions qu’on peut réaliser est de récolter ses champs. Pour cela, on doit prendre un jeton d’activation et le placer sur :

  • Un type de champs

    On récolte alors tous les champs de cette ressource soit en argent s’il se situe à l’ombre soit en ressource s’il est au soleil.

  • Un type de moine

    On récolte alors tous les champs adjacents à ce type de moine

  • In numéro de champs

    On récolte alors tous les champs de portant ce numéro

1670 Bien et Malt 4La particularité de ce système c’est qu’on ne peut réaliser une activation de chaque type qu’une seule fois par partie. Si, par exemple, on récolte ses champs d’houblon, on ne pourra plus les récolter pour le reste de la partie. Bien entendu, si, par la suite, on active en moine adjacent à un de ses champs d’houblon, on bénéficie aussi de sa production. Ce qu’on ne peut donc plus faire, c’est placer un jeton d’activation sur les champs d’houblon.

On a donc intérêt à récolter le plus tard possible quand on a de nombreux champs dans son territoire. Oui et non car au plus vite on réalise des activations, au plus de bonus d’activation on peut recevoir. Les joueurs vont donc être balancés entre réaliser des activations le plus tard possible pour en avoir le plus grand bénéfice et plus rapidement pour bénéficier des bonus. Génial !

Scythe

Un peu comme dans notre Vin d’jeu d’l’année 2017 Scythe avec ses étoiles, La majorité des PVs se gagne grâce à des objectifs inscrits sur 12 tonneaux de bière différents. Ces objectifs sont les mêmes pour toutes les parties et vous allez pouvoir en réaliser entre 0 et 6 par partie en moyenne. Comme ce sont eux qui vous apporteront le plus de PVs, vous allez vous construire une stratégie qui pourra être différente de partie en partie afin d’en réussir une panacée avant vos adversaires car seuls 2 joueurs pourront gagner chacun des objectifs et le premier à l’atteindre sera mieux rétribué que le second. Même si le système n’est pas super innovant, il est génial car il apporte stratégie et tension dans Le Bien et le Malt qui se voit doté d’un système de course aux PVs très tendu.1670 Bien et Malt 5

Le maître brasseur

Le dernier système excellent du Bien et du Malt est le système de PVs des ressources couplé à l’avancée du maître brasseur. Chaque joueur dispose de son propre maître brasseur qu’il va pouvoir faire avancer le long d’une échelle grâce à différentes actions en cours de partie. L’endroit où se situera le maître brasseur en fin de partie déterminera :

  • Le taux de change : par exemple 3 :1
  • Le multiplicateur : par exemple x4

On regarde alors la quantité de chaque ressource produite et l’objectif est d’avoir une quantité quasi équivalente de chaque ressource. Si par exemple on a 10 eaux et 2 bois, on va utiliser le taux de change de notre maître brasseur (ici 3 :1) pour équilibrer les 2 ressources : on va donc diminuer le nombre d’eaux par à-coups de3 contre 1. On arrive à 4 eaux (10 – 3×2) et 4 bois (2 + 2×1). Et on fait de même avec toutes les ressources. On prend le chiffre de la case où se situe la ressource avec le moins de quantité (par exemple 5) et on le multiplie par le multiplicateur du maître brasseur (ici 4) pour arriver à, dans l’exemple, 20 PVs. Ca parait un peu compliqué comme ça mais le résultat est qu’il faut toujours veiller à avoir un équilibre de production entre ses ressources alors que le jeu est tourné pour que l’on puisse facilement surproduire l’une ou l’autre ressource au détriment des autres. Ce système va exiger de vous une très bonne gestion de vos ressources tout en permettant des stratégies plus extrêmes telles que déplacer son maître brasseur au maximum pour arriver à un taux de change de 1 :1. Excellent !

Conclusions

Le Bien et le Malt est une bien belle surprise 😉 Le jeu n’est certes pas parfait. Il ne respire pas son thème et le dernier tour est très étrange car les joueurs se ruent sur les jetons activation. C’est d’ailleurs ce dernier tour qui gâche un peu le plaisir tant les choix qu’il propose sont stéréotypés et évidents. Pour le reste, c’est du pure bonheur mécanique. Un jeu un peu à l’ancienne mais qui tourne parfaitement, avec une belle interaction, une tension, des choix difficiles et de la stratégie. Ca nous donne presque l’envie de boire une Orval 🙂


1608 Essen Spiel 69Ren: 8,5/10

Un peu de (dé)placement d’ouvrier, un soupçon d’Egizia, beaucoup de houblon et de malt, un peu de Einfach Genial (pour le placement des moines et des champs), une bonne salade de points des familles à la fin… secouez le tout et vous obtenez Le bien et le malt!

Est-il bien ou malt? (ok elle n’est pas difficile ni recherchée, mais il en va des blagues comme des bières, parfois les plus simples, les moins élaborées, sont les meilleures, particulièrement quand on a soif!) Plutôt bien ma foi! Ho bien sûr ne venez pas ici si vous cherchez le jeu utltime qui va révolutionner le monde du jeu de société. Il y a pas mal de mécanismes classiques déjà bien connus des amateurs de jeux de gestion / placement d’ouvriers: on déplace son pion pour faire les actions, on plante des champs qui rapporteront de l’argent ou des ressources selon l’endroit où on les plante (très classiquement il vaut mieux commencer par récolter de l’argent puis plus tard des ressources qui donneront des points de victoire). On va faire la course aux objectifs qui donneront des points à la fin de la partie. Bref rien qui vous fera tomber de votre chaise.

Il y a quand même l’un ou l’autre mécanisme original, voire très original qui mérite d’être mentionné: le système de récolte (argent ou ressources) est sympa, il permet de récolter en fonction soit du type de champs, soit tous les champs adjacents à un type de moine (on place aussi des moines dans ses champs), soit en fonction du chiffre présent sur les champs (de 1 à 5). Et on ne pourra récolter qu’une seule fois de chaque manière (une fois le houblon, une fois tel type de moine…). Donc dilemme entre récolter vite pour avoir des ressources et des revenus et pouvoir développer son jeu, ou attendre pour avoir plein de champs et faire le banco (mais risquer de ne pas se développer assez vite). A noter que j’ai l’impression qu’avoir de champs avec de gros chiffres est un avantage important, à vérifier sur plus de parties.

L’autre mécanisme intéressant, voire carrément génial, est le mécanisme de score en fin de partie. Tout au long de la partie on pourra faire avancer son maître brasseur sur une échelle via différentes actions ou bonus. L’endroit où il se trouvera en fin de partie déterminera 2 choses: le multiplicateur de votre score final, et le taux auquel vous allez devoir échanger vos ressources pour arriver au score final. Ce n’est peut-être pas clair dit comme ça mais j’explique. Tout au long de la partie on fait avancer nos ressources grâce aux récoltes. A la fin seule la ressource la moins avancée vous permettra de marquer des points. Mais le système d’échange vous permettra de faire avancer la ressource la moins avancée contre un recul de la plus avancée. Mais bien évidemment (ce serait trop beau et trop facile) pas au taux de 1 pour 1. A un taux moins avantageux… qui sera déterminé donc par la position du maître brasseur. Donc si vos ressources sont respectivement à 1-3-4-11-16, et que le multiplicateur est à 4 contre 1, vous allez échanger 4 ressources à 16 contre 1 ressource à 1. Et donc ça deviendra 2-3-4-11-12. Puis 3-3-4-11-8. Puis 3-4-4-7-8. Puis 4-4-4-4-7. Et on s’arrêtera là puisqu’un échange supplémentaire ne vous apporterait plus rien. On obtiendrait donc 4 points, fois le multiplicateur (qui commence à 1 mais peut aller jusque 6). Si le taux d’échange était de 2 contre 1, ça donnerait 1-3-4-11-16 puis 2-3-4-11-14 puis 3-3-4-11-12 puis 3-4-4-11-10 puis 4-4-4-9-10 puis 4-4-5-9-8 puis 4-5-5-7-8 puis 5-5-5-7-6. Un point en plus donc. Fois le multiplicateur. Donc de 1 à 6 points en plus. Ca peut paraître peu mais on ne gagne pas les parties à 100 points, donc ça compte! Et si vous avez bien joué ça peut donner 2 ou 3 points en plus. Et évidemment si vous consacrez des actions pour faire avancer votre maître brasseur, vous ne pouvez pas les consacrer à planter ou récolter des ressources. Donc dilemme à nouveau, excellent! J’ai mis un demi point en plus rien que pour ce mécanisme.

A la fin on additionne les points tels que calculés juste ci-dessus aux points générés par les objectifs. Le tout donne un jeu assez classique comme déjà dit, mais tout à fait agréable et qui tourne bien. Si vous aimez le thème et les jeux de placement d’ouvriers vous ne serez pas déçus!


Dan 3Dan9/10

Comme la cote en atteste, j’ai beaucoup aimé!

Vingt minutes à peine de règles pour un jeu somme toute assez subtil, interactif, pas trop long, mêlant tactique et une dose de stratégie, que demander de mieux!

A chaque tour, les options sont nombreuses et il n’est franchement pas simple de choisir la plus judicieuse.

La mécanique est assez classique et très facilement assimilable.  Chaque joueur dispose en effet d’une seule figurine qu’il va déplacer à son tour autour du plateau à la recherche de la meilleure ressource possible.  Il ne peut cependant pas revenir en arrière et son nombre d’actions sera réduit s’il cherche systématiquement la meilleure option.1670 Bien et Malt 6

L’interactivité est importante puisqu’une fois la ressource prise, plus aucun autre joueur ne pourra l’avoir.

Il faut en outre optimiser le placement des ressources sur son propre plateau.  A l’ombre, lorsqu’on l’activera, la récolte rapportera de l’argent, au soleil, des points de victoire.  Ces activations se font très subtilement par type (par ressource ou par d’autres options).

Le décompte des points est tel qu’il ne faut négliger  aucun type de ressources tout en essayant de remplir, en premier, une série d’objectifs communs à tous les joueurs.

Un très chouette jeu donc, pas révolutionnaire certes, mais assez astucieux et très bien équilibré.  Pas complexe mais assez profond, Le Bien et le Malt a des atouts que peu de jeux combinent.


PhilRey201702PhilRey:   8,5/10

Je n’hésiterai pas longtemps: le jeu est Bien mais le Malt, c’est bon aussi 😉
Une belle surprise donc que ce Le Bien et le Malt et à plusieurs point de vue.

D’abord, les règles sont faciles à expliquer et assimiler (seul un doute est survenu quant au décompte des moines), on est dans le jeu très rapidement.
Ensuite, la piste des actions. On y retrouve le principe du fleuve dans Egizia. Les choix ne sont pas toujours évident car ils nécessitent parfois une certaine prise de risque. En effet, dois-je aller tout de suite sur la case que je ne peux absolument pas laisser passer ou puis-je me permettre d’attendre un tour avec le risque de voir un adversaire m’y devancer à son tour? Souvent, ce sont les actions entre les deux et celles plus loin qui faciliteront le choix. Dans cette piste, il y 2 cases qui permettent de prendre tuiles Tonneau du milieu, tuile « objectif » qui provoquent une petite course à leur réalisation. Il faut donc « perdre » un tour pour valider ces tuiles et marquer les PVs associés. Ici aussi, on regarde la situation du plateau des adversaires pour voir si on peut attendre encore quelques tours.
Le plateau individuel se défend bien lui aussi. On y retrouve un domaine divisé en deux parties: un plus éclairé et l’autre plus à l’ombre. Un côté permettra de récolter des pièces, l’autre des PVs. Les tuiles sont les mêmes, elles. Mais elles rapporteront des pièces si elles sont placées du côté sombre (je n’ai pas dit le côté obscure 😉 Sur la droite du plateau, les différentes possibilités de décompte: les différents moines, les 4 types de plantation, etc. Et chaque décompte ne peut être exécuté qu’une seule fois sur la partie.
Pour terminer, le décompte final. La position du maître brasseur est certes importante mais le niveau des différentes ressources l’est tout autant. Il en coûtera cher au joueur si une ressource est à la traine.

Il y a encore plein d’autres astuces dans Le Bien et le Malt qui en font un jeu complet et super plaisant à jouer. Maître Kiesling continue à nous étonner et c’est bien ainsi!


tapimoket

Tapimoket 8/10

Dès qu’on parle de bière, ça m’intéresse ! Forcement, il fallait que je découvre celui-ci, d’autant plus que l’un des auteurs du jeu est Michael Kiesling, celui-là même à l’origine de Azul, Tikal, et pleins d’autres bons jeux.

Le bien et le malt est un jeu de gestion, bien à l’allemande, qui fera le bonheur des joueurs amateurs du genre. Son originalité vient de la gestion d’un côté ombre, source d’argent et d’un côté lumière, source de production. On ajoute également divers mécaniques déjà connues comme la prise d’objectifs, des déclencheurs de score divers par le placement de tuiles et des objectifs intermédiaires.

En résumé, il entre dans une gamme de jeux, ma foi, assez classiques. Mais c’est un cocktail qui marche bien. Seuls petits points négatifs : être obligé d’attendre que tous les joueurs terminent leur manche avant d’en démarrer une nouvelle et un calcul de score final un peu complexe qui ne nous permet pas toujours de savoir si les adversaires sont en avance ou pas sur vous. Ce qui peut perturber ceux qui aiment savoir où ils en sont…

Le matériel est correct, bien fourni sans rien d’exceptionnel.

Si vous aimez les jeux de gestion pour pousseurs de cube en bois, foncez !


1670 Bien et Malt 8


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 14 minutes par Ren


Vin d’jeu d’music

Avis et notes des lecteurs
Note moyenne :
(1 note)
9.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par WiZe
Encore une p'tite mousse !
Quelle agréable surprise que ce jeu, règles simples, faciles. Graphiquement joli et la matos est chouette (mention spéciale pour les cartes supers épaisses dans le genre de Clochemerle). Un jeu expert, mais qui se joue relativement vite (1h à 4 joueuses ;) ). Que demander de plus? Ok, le thème n'est pas super présent pour certains. Pour moi, il faut s'imaginer créer un brassin de bière et faire que les différents composants soient homogènes pour savourer une cuvée exceptionnel ;).Je ne suis pas tout à fait d'accord avec SwatSh quand au rush de fin de partie, un ami a prit son temps et a acheté toutes les petites tuiles pour entourer et débloquer des bâtiments. Ce qui lui a permit d'activer de nombreuses tuiles "ingrédients" et/ou moines et faire avancer son maître brasseur.Quoi qu'il en soit que vous soyez amateur de blonde, de rousse, de brune ou de noire, le Bien et le Malt étanchera votre soif.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

5 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Merci el grillo, fdubois, Soeval & le zeptien pour vos commentaires et encouragements. Ca fait super plaisir surtout venant de votre part.
    Et ok pour un Orval Soeval 😉
    Amusez-vous bien.

  2. Soeval dit :

    UN orval, j’insiste.
    Très bon test sinon, je suis bien tenté de le tester.

  3. fdubois dit :

    Un bon jeu, oui. Après, j’ai du mal à voir s’il tiendra sur le long terme car j’ai l’impression qu’on fait toujours un peu la même chose (il faut bien avancer son brasseur ; les moines sont nécessaires et leur placement assez automatique en terme de choix (plutôt au centre du plateau)).

    Effectivement, la mécanique du déplacement du pion action est super maline. Si on décide d’avancer plus rapidement que les autres joueurs, cela ne veut pas dire que l’on fera moins d’actions. Et inversement, si on décide d’être à la traîne, cela peut vouloir dire plus d’actions (les « leaders » doivent attendre les autres en fin de piste) mais peut être moins optimales et/ou efficaces.

    En ce qui concerne le titre de la VF : Plan B a demandé au TricTraciens de leur faire des suggestions et c’est le sieur beri qui a remporté le pompon avec « Le bien et le malt ».

    Sinon, vous faites un super boulot. Entre les avis/reviews bien détaillées et les vidéos (surtout celles de Chaps dont je suis un gros fan), on trouve de quoi se décider avant de passer à un achat ou pour confirmer/infirmer nos opinions. Continuez ainsi.

  4. le zeptien dit :

    J’aime beaucoup cette façon de présenter un jeu, en faisant appel à d’autres jeux pour parler des mécanismes. Tout cela transpire la culture ludique, ça me parle (Key Harvest/Demetra, Glenn More, Egisia…) et me donne une assez bonne idée sur ce que doit donner « Le bien et le Malt ». Je sens déjà des parties animées avec deux ou trois potes et des choppes remplies d’une bonne bière pour compenser peut-être un thème pas assez présents. Merci monsieur SwatSh pour cette belle présentation… 🙂

  5. El grillo dit :

    Très bonne surprise que ce bien et malt qui, malgré des règles très simples finalement (hormis le décompte a bien appréhender), est assez original et me donne pas mal de fil à retordre personnellement pour savoir comment bien jouer : le placement des champs et l’ordre des activations sont très ingénieux et j’en suis encore à me demander comment optimiser ce système. Et c’est toujours bon signe pour moi quand je cogite après-jeu de la sorte, je me dis qu’il y a une courbe d’apprentissage intéressante.
    La petite nuance que j’apporterai à ta critique cher SwatSh est qu’au dernier tour, tout le monde se précipitant sur les jetons activations comme tu le dis, il est intéressant alors de l’avoir prévu et de l’avoir fait lors de la manche précédente. Ce qui rend le jeu d’autant plus passionnant quand tout le monde l’a bien compris et que les activations se répartissent. Que de choix cornéliens !
    Bon jeu à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *