• Sunset Over Water - FICHE DE JEU
  • 2

Sunset Over Water

Note moyenne
4.00
(2 notes)
Mise en place: 5' - Règles: 10' - Partie: 30' - Meilleur score: 34
Catégorie: Famille
Age minimum: 8
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub

1757 Sunset on Water 1

Swa 19SwatSh4/10

Sunset over Water est un simple jeu de récolte de ressources en vue de compléter des objectifs.

A chaque manche, on complète les cartes objectifs à 4.  Les objectifs indiquent des combinaisons de cartes paysage à avoir.

Pour récolter des cartes paysages, rien de plus simple, il suffit de déplacer son pion dessus.

Pour déplacer son pion, rien de plus simple aussi 😉 , chaque joueur dispose d’une dizaine de cartes actions qu’il mélange et dont il tire les 3 premières.  Il en choisit une et la place face cachée puis tous les joueurs révèlent leur carte en même temps.  Ces cartes indiquent:1757 Sunset on Water 6

  • Les directions vers lesquelles votre pion peut se déplacer en ligne droite à partir de sa position actuelle
  • L’heure de levé qui va déterminer l’ordre du tour
  • Le nombre de cartes sur lesquelles il va pouvoir se déplacer
  • Le nombre de cartes qu’il va pouvoir prendre le long de son déplacement

Comme les objectifs changent constamment, il est impossible de planifier à l’avance un peu comme au casino enligne.

Comme on ne connaît pas l’ordre du tour, il est impossible de savoir ce qu’on va pouvoir faire à son tour et quelles cartes (paysage et objectif) il restera de disponible.
Comme on ne connaît pas les nouvelles cartes paysages et objectif du prochain tour, on peut espérer, avec un peu de chance, posséder déjà des éléments des prochains objectifs et d’être bien placé pour récolter les nouvelles cartes intéressantes.
Tout cela donne un jeu extrêmement tactique, opportuniste et aléatoire.  On attend simplement son tour, on observe les cartes qu’il reste et qui peuvent contribuer à atteindre l’un ou l’autre des objectifs et on exécute le meilleur mouvement afin de récolter les cartes intéressantes à ce moment-là.

Sunset over water est un jeu comme on en voit défiler beaucoup trop.  Il tient la route mais n’est pas original pour un sous, moche, lassant, opportuniste et grandement soumis à l’aléa.  Tout le contraire d’un beau couché de soleil au dessus de l’océan.


Ren 9

Ren4/10

Un coucher de soleil magnifique. Des paysages féeriques. Des peintres qui en profitent pour peindre quelques petites toiles de derrière les fagots. Le tout enrobé dans un kickstarter de bon aloi, avec une durée de jeu raisonnable et un bon équilibre entre tactique et stratégique. Voilà le plan. Ou plutôt voilà qui était le plan, au moment où j’ai kickstarté Sunset over Water.

Mais bardaf, ce fût l’embardée. Gravier gravier gravier direct.

Sunset over Water est effectivement très décevant pour plusieurs raisons. Pourtant l’idée de base n’était pas mal: des peintres vont se déplacer sur des paysages et les immortaliser sur des toiles qu’ils pourront vendre plus tard. Chaque joueuse a les mêmes cartes déplacement, qui indiquent le nombre de déplacements, les directions possibles, le nombre de toiles que le peintre pourra peindre et l’heure à laquelle il se lèvera (ce qui déterminera l’ordre dans lequel ils peindront, sachant qu’on ne peut peindre un paysage une seule fois). Du coup on se dit: « super, va falloir bien planifier, faire ça dans le bon ordre, voir ce que les autres font, prendre des risques… ».

En réalité bernique, rien de tout ça! Il est strictement impossible de planifier quoi que ce soit, le jeu est purement tactique, voire opportuniste, voire carrément rempli de bol! En effet à son tour une joueuse maximisera bêtement son tour, sans aucune notion de moyen terme. Et la joueuse suivante fera de même. Et ainsi de suite. Sans rien pouvoir planifier puisque le tour de la joueuse précédente modifiera fondamentalement les actions possibles.

En plus les cartes, qui semblaient être sympas sur écran sont moches en vrai, avec ce petit vernis brillant et ce petit effet « artificiel » qui plait tant de l’autre côté de l’atlantique mais qui parait horrible dans nos contrées. En tout cas moi je n’aime pas. Na.

Cette chronique est mal écrite? Vous avez raison, après tout c’est cohérent avec un jeu qui est mal fait. Na.


1757 Sunset on Water 8


Quand on joue à La Rosière, on boit des vins du coin, ma foi très savoureux

Quand on joue à La Rosière, on boit des vins du coin, ma foi très savoureux

Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. artificier dit :

    Je me permets d’apporter mon avis pour bâtir un peu sur la ruine de votre critique (je précise que j’ai participé à la campagne KS).

    Contrairement à vous je trouve la boîte très jolie, ainsi que les cartes. Tout est de très bonne qualité. Il faut aimer le style graphique des paysages mais à part ça c’est plutôt quali (avec des meeples originaux).

    La mécanique du jeu est très simple et c’est un vrai point fort pour initier des non-joueurs par exemple. Mon père a beaucoup apprécié le thème et cette prise en main très facile.

    Il y a effectivement beaucoup d’aléatoire et c’est très compliqué de programmer car on ne sait pas qui jouera en premier. Inutile de rappeler qu’un des créateurs du jeu est le Dr. Finn et qu’il est considéré comme le « roi des fillers »…
    Mais c’est ce réveil aléatoire qui fait le piquant du jeu je trouve, il faut à la fois bien regarder les possibilités de l’adversaire, les siennes et alors essayer d’imaginer plusieurs voies sur lesquelles se rabattre si on ne joue pas premier. Il est même possible que certains contrats soient impossible à remplir sur une manche (une carte paysage demandée n’est pas présente sur la grille) et la physionomie de la partie change tout à coup. Votre position à la fin de votre déplacement est aussi très importante, il faut essayer de ne pas trop s’enfermer pour se laisser du choix au prochain tour ou alors se placer sur une ligne qui permettra de scorer les contrats restants. En cas de véritable échec de programmation, ne pas oublier qu’il est toujours intéressant de collecter des cartes à 3 symboles pour scorer plus de points en fin de partie…
    Les objectifs journaliers servent à équilibrer un peu entre les premiers et le dernier joueur…
    J’ai perdu 29 points contre 25. Et malgré le fait que j’ai subi tout le long ce réveil qui sonnait trop tard, ça a été serré jusqu’au bout.

    Par contre pour ceux qui veulent relever un challenge, chaque joueur n’ayant que 8 cartes programmation avec une certaine heure (allant de 6 à 12h il me semble), il peut être intéressant de tenter de mémoriser les cartes jouées par vos adversaires pour anticiper peut-être une série de tours sur la fin où vous jouerez premier…

    Il y a également une extension spéciale KS qui ajoute un objectif personnel qui oriente clairement le type de contrat visé. A tester…

    Bref, je n’ai qu’une seule partie à mon actif mais j’ai entraperçu un peu plus de choses que ce que vous laissez entendre.

    Ce n’est clairement pas le jeu du siècle j’en conviens mais il est, pour moi, destiné à un public très débutant, voir pas joueur du tout, et il a ce petit quelque chose qui donne envie d’y revenir quand même après ma première partie.

  2. Philippe Tapimoket dit :

    Heureusement, il y avait du vin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *