• Navegador - FICHE DE JEU
  • 8

Navegador

Note moyenne
8.38
(4 notes)
Règles: 45' - Partie: 150'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Expert
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

Mise à jour du 8/6/2011: Ajouts de l’avis de Raf ainsi que de la nouvelle partie pour SwatSh et Philrey212.

SwatSh: 9 /10

Navegador est le dernier jeu de Mac Gerdts, l’inventeur de cette fameuse roue d’actions et des jeux sublîmes que sont Hamburgum, Imperial et Antike.

Même système de jeu donc, rien de nouveau: on déplace son pion sur une des 3 actions suivantes de la roue (ou plus en payant) et on l’exécute.

Ici, on peut explorer de nouvelles contrées sur la carte, s’emparer de mines de sel, d’or ou de cuivre de ces régions pour bénéficier de leur production et de pouvoir les vendre sur le marché des changes dont les prix de vente varient grâce à un système judicieux qui empêche la spécialisation à outrance.

Grâce à l’argent, on pourra construire des bâtiments nous permettant de construire des bâteaux moins chers ou d’engager des ouvriers moins chers ou encore de produire de l’or, du cuivre ou du sel.

Rien de nouveau dans les mécanismes donc, mais un jeu qui tourne à merveille, on ne s’appelle pas Mac Gerdts pour rien!

Le mécanisme que j’ai le plus apprécié est le système de bonus en points de victoire.  En effet, on peut influencer les bonus que nous recevrons en fin de partie.  Par exemple, tous les joueurs recevront 1 point par champs de ressources à la fin de la partie.  Mais on peut gagner en cours de partie des points bonus supplémentaires et ce jusqu’à 3 points par champs de ressource.  On triplera donc ce bonus.  Chaque joueur, en fonction des points bonus qu’il aura pu gagner, orientera sa stratégie en fonction: les champs, les découvertes de contrées, les bâtiments,…

De nombreuses stratégies différentes donc, des choix pas toujours faciles et une mécanique très bien huilée pour un Navegador fort bien réussi.

Nouvelle partie

Cette partie de Navegador à 5 joueurs fut splendide.  Mais elle m’a également éclairé sur ses quelques petits défauts.  Navegador reste un jeu très bien huilé qui tourne à merveille.  Cette partie à 5 joueurs en fut d’ailleurs une démonstration.  Les tours tournent rapidement, on ne doit pas trop attendre avant de jouer et chaque joueur avait sa propre stratégie qui différait des autres.

Navegador pèche cependant dans différents domaines:

1) L’interaction:  Sortant d’une partie de Junta Viva El Presidente, le moins que l’on puisse dire est que l’interaction entre les joueurs est tombée de plusieurs crans.  Certes, il y en a: il existe une course au bonus qui sont limités, aux constructions limitées également, la stratégie des adversaires peut influencer la nôtre en la modifiant légèrement, la course aux découvertes et aux mines sur les océans,…  Donc oui, il y a bien de l’interaction, mais celle-ci est tout de même limitée.  J’ai déjà écrit que même à 5 joueurs le jeu tourne bien et rapidement.  Une des raisons est qu’on réfléchit à ce qu’on va faire à son tour bien longtemps à l’avance et il est extrèmement rare qu’on change d’avis à cause de l’action de l’un ou l’autre joueur.

2) Les choix et les changements stratégiques: Une fois son orientation stratégique décidée (par exemple s’orienter vers l’un ou l’autre des bonus en points en délaissant d’autres), il est très difficile d’en changer.   De plus, les choix sont alors très évidents et il est très rare d’hésiter entre l’un ou l’autre.

A part ceci, Navegador reste un magnifique jeu.


Philrey:    9,5 /10

Qui ne connait pas Marc Gerdts? Auteur de grands jeux tel que Hamburgum, Imperial 2030 pour ne citer que les deux que j’ai eu l’occasion de jouer. Navegador est de la même trempe. Il reprend en effet la fameuse roue d’actions. La comparaison s’arrête là.

Personnellement, j’ai trouvé que Navegador offrait plus de complexité. Le jeu offre plus d’éléments: colonies, bâtiments, marché « double », ouvriers, etc. Je rejoins SwatSh dans l’idée de course mais avec une petit note supplémentaire. La course à quoi? Il est clair que tous les joueurs vont essayés d’aller le plus loin possible sur la carte pour atteindre les épices. Mais je dois remarquer que le vainqueur de notre partie n’est pas celui qui a le plus joué au « conquistador ».

La roue est connue de pas mal de monde. A Hamburgum, il n’est pas rare de « faire de grands sauts » pour revenir rapidement sur une action (l’Eglise, par exemple). Ici, c’est nettement moins évident tellement toutes les actions sont importantes à tous moments de la partie.

En bref, je ressortirai Navegador volontier, dés qu’on aura épuisé notre stock de retour d’Essen 😉

Nouvelle partie:

Toujours aussi bon. Et le premier joueur n’a pas gagné la partie. J’en déduis donc qu’il n’est pas si avantagé que cela sur la durée totale de la partie.

Thierry: 9 /10

Navegador est un jeu vraiment bien huilé, j’ai adoré.  La mécanique semble assez classique mais différentes actions la rendent bien spécifique.  Par exemple, lorsque vous avez colonnisé et acquis du sucre, des épices ou de l’or, vous pouvez aller par après sur le marché et, là, vous pouvez soit vendre vos marchandises (mais alors son prix diminue), soit en transformer si vous en avez la capacité (dans ce cas il vous faut d’abord acquérir une usine), ce qui fait monter le prix de cette même marchandise.  Il est également intéressant d’explorer en premier toute nouvelle terre car cela vous procure et de l’argent et un jeton explorateur (à combiner par la suite avec le privilège y afférent).  Comme Swatsh l’a expliqué, le système du privilège est là original et prépondérant au décompte final – surtout ne négligez pas les privilèges.  Le système des phases (I, II et III) est aussi très intéressant car si vous devez acquérir des ouvriers ou navires en plus que votre nombre de chantiers navals ou d’églises, cela va vous coûter beaucoup plus cher en phase II et hors de prix en phase III.  Il est donc essentiel d’acquérir assez rapidement église et chantier naval (mais pour cela il vous faut des ouvriers et de l’argent…).  Vous voyez, l‘interdépendance des actions dans ce jeu est énorme car tout est lié et la subtilité consiste à essayer de trouver la séquence optimale.

De plus, les actions des autres joueurs vous impactent fortement car elles peuvent, p.e., faire varier les prix (des marchandises ou des bâtiments) ou vous priver de colonnies à bon prix.  Ceci permet un jeu bien articulé, sans temps mort et très plaisant.  En outre, en ce qui nous concerne, il nous a été très difficile de voir, avant le décompte final, qui allait arracher la victoire, ce qui est toujours un plus car personne n’a « décroché » avant la fin.  Bref, j’ai trouvé que Navigador était un jeu très réussi, rythmé et très tactique.  A recommander.


Raf: 6/10

Bon, ben une fois n’est pas coutume, j’ai pas accroché, les mécanismes sont très bien huilés et ça c’est un gros point fort du jeu, pas de temps mort!!

Pour le reste une interactivité inexistante, autant jouer devant son pc, c’est la course au bonus mais y en a suffisament pour pas trop se presser quand même donc…

Impossible de savoir qui est réellement en avance pour la victoire et donc impossible de le ralentir, c’est positif et négatif à la fois.

J’ai trouvé également une beaucoup trop grande dépendance au premier coup, du probablement a mon manque d’expèrience sur le jeu vu que c’était ma première partie, mais quand même vu que vous ne pouvez avancer que de 3 cases sur la roue. Les premiers tours vos intêréts sont limités et donc sur les 3 cases y en a souvent 2 que vous pouvez bazarder résultat le choix est limité et vous perdez du terrain précieux sur les joueurs qui on pensé a plus long terme leur premier coup…trop tard pour revenir en arrière! Ce point ne pourra que s’améliorer au fil des partie mais pas sur de vouloir réellement y revenir.

En résumé, j’aime parfois jouer devant mon pc mais c’est pas vraiment ce que j’attend quand je joue avec des amis devant un plateau!


Vin d’jeu d’Aide (en Français):

NavegadorAide

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

8 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Ouaips, il est passé à côté 🙂

  2. fdubois dit :

    Merci.

    Je ne comprends pas l’avis de Raf quand il dit ne as y avoir d’interaction. J’ai l’impression qu’il est un passé à côté non ?

  3. SwatSh dit :

    Quel magnifique avis fdubois. Il mériterait d’être sur la fiche du jeu Merci et amuse toi bien

  4. fdubois dit :

    On ressort ce vieux jeu depuis quelques temps et on a (re)pris une belle baffe ludique :
    1) règles simples (pas 36 mille exceptions)
    2) gameplay dynamique
    3) des stratégies facilement identifiables que l’on peut combiner entre elles
    4) la roue d’actions pour mener à bien sa stratégie tout en permettant des coups tactiques
    5) de l’interaction, du timing et un jeu de course
    6) des intérêts croisés qui peuvent naître entre les joueurs :
    Exemples :
    – faire des usines pour bénéficier des colonisateurs qui jouent avant nous dans le tour (et vice versa)
    – sucer la roue des explorateurs fous pour aller coloniser juste après
    7) grosse profondeur et grosse courbe d’apprentissage
    8) 2 façons de mettre fin à la partie (toutes les 2 viables), qui plus est à la main des joueurs
    9) le matériel et le plateau donne envie d’y jouer

    C’est dynamique, c’est fluide, c’est tendu (on manque toujours d’1 ouvrier, de quelques cruzados,etc… pour arriver à faire ce que l’on voudrait faire, preuve que c’est un bon jeu), c’est interactif, c’est compétitif, c’est thématique, c’est hyper bien foutu et pensé, c’est toujours intéressant du début à la fin de la partie (le ratio intérêt/durée de la partie est très bien calibré).

    C’est le genre de jeu dont l’intérêt est décuplé avec les config 4 ou 5 joueurs.
    Et c’est çà qui est bon parce qu’on va forcément se marcher sur les pieds étant donné le nombre limité de stratégies de base :
    – colonies
    – usines
    – exploration

    Du coup, à 5, il se dégage de grosses luttes/des intérêts croisés à gros coup de timing et de manipulation du marché.
    Après, on peut combiner certains éléments stratégiques pour essayer de se démarquer et de se constituer un pré carré :
    – usines et églises
    – colonies et chantiers navals
    – colonies et églises
    – exploration et chantiers navals
    – colonies et usines

    Bref, il y a pas mal de voies à explorer.

    Ce que j’aime le plus dans ce jeu ?
    – les 3 ressources clairement hiérarchisées (Sucre < Or < Epices) et localisées (Sucre en Amérique du Sud, Or en Afrique et Epices en Asie)
    – la course à l'exploration vers l'Orient et l'effet crescendo qui va avec (en début de partie, on génère peu d'argent mais à l'age III, il n'est pas rare d'arriver à générer dans les 200/300 cruzados (et même plus). De plus, tout devient de plus en plus cher et malheur à celui qui n'aura pas un bon moteur de fric)
    – le fonctionnement du marché (colonies vs usines) : par exemple, à partir d'un certain point, un joueur orienté usines va peut être devoir arrêter de faire remonter les prix (ce qui sert les intérêts des colonisateurs) et se financer ailleurs qu'au marché.

    Bref, de l'élégant et du profond comme j'aime.

  5. Crenom dit :

    Houlalaa, la question qui tue! Et y’a quelque chose à gagner? 😉
    Non mais bon, Hamlburgum, y’a trop longtemps que j’y ai joué pour pouvoir faire une analyse détaillée des points communs.
    Mais là comme ça je dirais que je trouve les 2 jeux assez différents pour ne pas avoir l’impression de faire un Hamburgum bis mais il est vrai que les 2 jeux ont des points communs:
    1) La roue (oui je sais c’est facile 😉 )
    2) Les blocages dans les constructions
    3) La façon de gagner des points de victoire dès le début du jeu mais qui ralentit la progression
    4) Par contre, une chose qu’a Hamburgum et que n’a pas Navegador: les blocages sur le plateau même. Ici, c’est plutôt la course!

    Et toi, tu en vois d’autres?

    SwatSh (qui oublie toujours de signer).

  6. damien dit :

    De rien, de rien… J’aime bien votre travail. Toujours sur Navegador, tu ferais quelle différence entre ce dernier jeu et Hamburgum. Est-ce que tu leur vois des points commun ?

  7. Crenom dit :

    Merci pour ton commentaire intéressant Damien 🙂

  8. damien dit :

    Bon, visiblement, nous sommes entre gens bien qui aimons Mac Gerdts. Je suis donc tout à fait d’accord avec vous sur Navegador. Pourtant, ma première impression fut d’être un peu déçu au regard de ce que je connaissais de l’auteur. C’était presque trop court, trop simple, trop classique, trop déjà-vu, trop… allemand. Où étaient le souffle épique, l’innovation, la violence d’Impérial ? En fait, en y rejouant, je me suis aperçu peu peu de la subtilité des interactions (le marché, le rythme induit par les changement de phases) et des mécanismes de jeu. Ce qui me paraissait au départ un peu « plaqué » (la carte Navegador, la roue, le payement en bateaux) est en fait très bien pensé. La bataille entre conquistadors et « constructadors » est ardue, et on gagne sur des détails. Plus que jamais, l’économie d’action, le timing et la nécessité de « sentir » le jeu sont présents. Une bonne synthèse de son travail précédent. Je signale tout ça pour les gens qui s’arrêtraient à la première impression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *