• Nightfall (+ aide de jeu) - FICHE DE JEU
  • 0

Nightfall (+ aide de jeu)

Note moyenne
6.25
(2 notes)
Règles: 30' - Partie: 80'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

SwatSh: 6,5 /10

Nightfall est un jeu de construction de deck à la Dominion.  Aux vues des nombreuses déclinaisons du principe, on peut dire que Dominion aura marqué le monde du jeu et rentre donc dans l’histoire.  Encore bravo à son auteur et éditeur.

Le thème de Nightfall est tout aussi superflu que celui de Dominion.  Ici, nous allons faire s’affronter les humains, les vampires et les loups garous.  Ce thème se retrouve sur la boite du jeu et sur les noms des différentes cartes mais pas plus loin.  En effet, on se surprend en cours de jeu de parler de créature, d’effet ou de blessure mais pas de loups, vampires ou autres morts vivants.  Dommage.

Mais revenons à Nightfall.  La grande découverte de Nightfall est son mécanisme d’enchaînement.  Il existe 2 grands types de cartes: les cartes actions & les cartes créatures.  Pour jouer une créature ou une action il faut les jouer dans un enchaînement.  A son tour, le joueur actif peut lancer un enchaînement en jouant simplement une carte de sa main.  Chaque carte possède une grande lune et 2 petites lunes de couleurs.  Après avoir joué une carte, le joueur actif peut en rajouter autant qu’il veut à condition que la couleur de la grande lune de la carte jouée corresponde à la couleur d’une des 2 petites lunes de la dernière carte jouée.  Ensuite chaque autre joueur peut rajouter des cartes à l’enchaînement en respectant toujours la règle des lunes.  Puis, on résout chaque carte en commençant par la dernière jouée (last in first out pour les économistes ;-)).  S’il s’agit d’une carte action, on l’exécute puis on la défausse, s’il s’agit d’une créature, le propriétaire la place dans sa zone de jeu en réalisant l’éventuel texte de la carte applicable en enchaînement.

Pas de coût donc pour jouer ses cartes mais juste avoir des cartes dont les couleurs de lune sont compatibles entre elles et avec les couleurs des lunes des cartes adverses.

La phase d’achat suit celle de l’enchaînement.  On dispose alors de 2 points + 1 points par carte qu’on défausse + les bonus éventuels des cartes jouées.   Ces points servent alors à acheter des cartes.  On va donc viser les cartes avec de bonnes combos et des couleurs de lune compatibles et, si possible, compatibles avec les couleurs des lunes adverses.

La phase que je ne vous ai pas encore expliquée est la première, celle avec laquelle tout joueur débute au début de son tour, la phase de combat.  Au début de son tour, toutes les créatures du joueur doivent attaquer.  Le joueur décide alors des adversaires que ses créatures attaqueront.  Le ou les joueurs attaqués peuvent se servir de leurs créatures pour bloquer l’attaque.  On regarde simplement la force d’attaque des créatures qui attaquent.  Lorsqu’une créature bloque, elle reçoit les points d’attaque en blessure.  Si le(s) créature(s) défenseur(s) meurent et qu’il reste encore des points d’attaque à distribuer,  le surplus va chez le joueur défenseur qui pioche autant de cartes blessures.  Les créatures attaquantes sont donc « trample » pour les joueurs de Magic 😉 .  Les cartes blessures vont donc handicaper le joueur qui en piochera lors des prochains tours.  On a déjà vu ce mécanisme dans le jeu splendide qu’est Mage Knight.

Nightfall présente donc pas mal de beaux mécanismes alléchants.  Malheureusement, le jeu tourne très vite et n’a pas le temps de récompenser le meilleur stratège.  Dès le début, les joueurs vont devoir se construire une stratégie sans s’en éloigner.  A la fin de Nightfall, le joueur ayant reçu le moins de blessure gagnera.  On va donc devoir constamment retenir combien ce cartes blessures chaque joueur aura reçu afin de connaître le joueur en tête.  Et on va, à chaque fois, taper sur le joueur en tête.  Le meilleur stratège risque donc de voir tous ses adversaires se retourner contre lui et voir filer la victoire au deuxième ou 3ème joueur qui aura su rester discret sans se faire repérer par ses adversaires jusqu’à la fin de la partie.  Nightfall est donc plus un jeu où on tape sur le premier jusque quand il reçoit suffisamment de blessures pour ensuite taper sur le second,…  peu importe finalement la stratégie choisie avec un chouya de kingmaking décidé par les joueurs à la traîne…  « C’est toudi les gros qu’on sproutch » pourrait être la devise de Nightfall.

Dan: 6 /10

Nightfall est un jeu de deckbuilding, original dans le principe d’enchaînement des cartes (construire son deck en essayant d’optimiser sa capacité d’enchaînement).

Cependant, aucune stratégie ne permet à priori de se défendre réellement de certaines attaques ciblées et le jeu consiste donc un peu basiquement à … ne pas être en tête avant le dernier coup…

Vin d’jeu d’aide: Nightfall vin d jeu v1

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *