• Meuterer - FICHE DE JEU
  • 3

Meuterer

Note moyenne
7.50
(1 note)
Règles: 20' - Partie: 50'
Catégorie: Famille
Nombre de joueurs: de 3 à 4 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh: 7,5  /10

Meuterer est un petit jeu de cartes édité par Adlung Spiele qui est spécialisé dans les petits jeux de cartes !  Chaque année, à Essen, ils ont un petit stand où ils vendent une ribambelle de jeux à 5 Eur en moyenne.  Et chaque année, je suis attiré par ce stand tellement j’aime la démarche de publier des jeux de société pas chers et uniquement composés de cartes.  Le défi est original et a réussi pour 2 jeux : Meuterer et Verräter.  Tous deux créés par Marcel-André Casasola-Merkle, qui n’est pas moins que l’auteur de Taluva, Santa Cruz et Attika entre autre !

Mais à l’exception de ces 2 jeux, les autres jeux d’Adlung m’ont à chaque fois déçu.  Ce qui ne m’empêche évidemment pas de revenir chaque année à ce stand, impatient que je suis à découvrir une nouvelle perle cachée.

Meuterer est donc un jeu de plateau sous format jeu de cartes.  C’est principalement un jeu de majorité où les joueurs devront poser des cartes représentant les ressources requises aux 2 escales du tour.  Chaque escale demande un type de ressource, le joueur qui en aura déposé le plus sur la table, gagnera les PVs de l’escale.  A la fin du tour, les joueurs refont leur main à 5 cartes.  Ceci est la partie la plus hasardeuse du jeu puisque si on a la chance de tirer de nombreuses cartes correspondant aux demandes des escales du tour, on gagnera plus de points que ses adversaires.

Mais Meuterer ne s’arrête pas là et à ce jeu de majorité vient se greffer un jeu de rôle à la Citadelles ou Puerto Rico.  Quand un joueur décide d’arrêter de jouer des cartes ressources sur la table, il prend un des 5 rôles disponibles.  Les rôles principaux sont le capitaine et le mutin (d’où meuterer ;-)).  Le capitaine a 2 privilèges : il décide d’une des 2 escales qui seront décomptées ce tour-ci et il gagne des points supplémentaires liés à l’escale qu’il a choisie.  Le mutin par contre, peut décider d’une autre escale.  Il y aura alors combat entre le mutin et le capitaine qui se joue avec des cartes sabre.  Le gagnant deviendra le nouveau capitaine et décidera de l’escale.  Là est toute la subtilité du jeu.  Les privilèges du capitaine sont très forts et il gagne de nombreux points de victoire supplémentaires.  Mais s’il veut rester capitaine, il doit se garder des sabres qui ne servent qu’à ça et l’empêchent d’avoir les cartes ingrédients nécessaires à gagner les majorités.  Les autres rôles sont des rôles de soutien au mutin ou au capitaine qui permettent de gagner des points de victoire et un rôle recevant un bonus lors du tirage des cartes.

Meuterer a réussi sont pari d’être un jeu de société composé uniquement de cartes.  Il est léger et fun.  Les choix ne sont pas cornéliens et il est très agréable à jouer,  bien que le hasard des cartes peut influencer l’issue du jeu.

Ren: 10/10

Rien à faire, Meuterer reste le chef-d’oeuvre de Casasola-Merkle. Avec un paquet de cartes à prendre en poche et qui coûte moins de 10 euros, il a réussi à faire un vrai jeu de société, qui tient largement la route face à nombre de grosses boîtes bien chères, ce qui reste pour moi tout à fait exceptionnel! Le jeu en lui-même: nous sommes sur un bateau qui navigue d’île en île avec une cargaison de matières premières. Les îles sont représentés par des cartes, mises en cercle. Chaque île permet de vendre un type de matière, à l’exclusion de tous les autres (sauf les 2 îles « joker », où on peut vendre tout type de matière). Les matières premières sont également représentées par des cartes (il y a 5 matières différentes), de même que les sabres qui permettront de se battre. Chaque joueur reçoit 5 cartes au début du jeu. Un des joueurs est capitaine. Chacun à son tour, en commencant par le capitaine, joue une carte. On peut s’arrêter de jouer des cartes quand on veut (avant même d’en avoir joué une si on veut). Dès qu’on s’arrête, on doit secrètement choisir un rôle parmi les 5 disponibles: quartier-maître (aide le capitaine), mutin (veut renverser le capitaine), mousse (aide le mutin), handler (gagne plus de points quand il vend, cfr plus loin) et lademeister (peut prendre plus de cartes, cfr plus loin aussi). Une fois que chaque joueur a choisi un rôle (à l’exception du capitaine bien sûr, donc le rôle est d’être capitaine justement), on regarde si une mutinerie a lieu, on la résoud éventuellement (en jouant des sabres l’un contre l’autre). Puis on bouge le bateau, en fonction du nombre de cartes restant en mains du capitaine (l’ancien qui est resté ou le nouveau). Une fois arrivé à la nouvelle destination, on peut vendre les matières. Et là nouvelle astuce, seuls peuvent vendre ceux qui ont mis des cartes de la matière qu’on peut vendre, et dans l’ordre de la majorité. Exemple: dans le cours du tour j’ai déposé 3 blés, mon voisin 2, un autre 1 et le 4ème 0, dans ce cas je vendrai en premier, puis celui de 2 en deuxième… Astuce supplémentaire: il n’y a pas nécessairement de la place pour tout le monde, et les revenus sont différents d’île en île. Une île offrira 4 points pour le 1er qui vend, 3 points pour le 2ème et 2 points pour le 3ème. Une autre 5-2-0… Et à la fin de chaque tour on reprend des cartes pour en avoir 5, sauf le lademeister qui en prend 3 de plus puis qui en garde 5 en tout, ce qui permet évidemment d’optimiser sa main). On marque des points en vendant des ressources sur les îles et en fonction des rôles choisis (le mousse gagne 2 points si la mutinerie réussit, le capitaine gagne des points en fonction de l’île atteinte…).

En bref (car ce n’est pas facile à expliquer), il y a du bluff, de la stratégie, de la tactique, un peu de chance (tirage de cartes, mais atténué par la possibilité de choisir le lademeister), c’est rapide, ça tient dans la poche… c’est de la bombe!

PS par contre il faut jouer à 4, à 3 il n’y a pas assez d’incertitudes sur les rôles choisis par chacun, d’où à mon sens la note de Swa de « seulement » 7,5, on y a joué à 3, quand il aura joué à 4 il reviendra dans le droit chemin et il mettra 10 aussi! ;-)))

Un jeu de plateau sans plateau!

Je vous conseille particulièrement ce cabernet sauvignon Argentin bio se mariant parfaitement à une ambiance batelière 😉

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

3 de réponses

  1. Himuraken dit :

    juste pour corriger le post de ren, à meuterer quand on vend on regarde celui qui en as le + et il n’y à que lui qui gagne les points.

    en cas d’égalité, on prend le deuxième chiffre et les deux joueurs gagnent les points et si trois joueurs sont à égalités isl gagnent chacun autant de points que le 3 ème chiffres; à 4 joueur en égalité on ne gagne rien.

    de + l’île que choisit le capitaine n’est pas disponible immédiatement à la vente mais permet au capitaine et au mutin de gagner les points d’escale (la règle fr est fausse pour ce détail il faut lire la règle eng ).

    bref cela évite au capitaine de pouvoir récupérer les points d’escale et aussi ceux de la vente dans l’île où il se dirige.

    c’est donc pour cela qu’au premier tour on ne peut vendre que dans l’île de départ, l’île d’escale n’étant ouverte qu’à partir du deuxième tour.

    pour 6 euros un jeu excellent très dur à sortir car les gros joueurs à vous le proposez ne vous prennent âs au sérieux et croient que vous voulez les faire jouer à un « petit » jeu alors qu’il n’en est rien.

  2. Crenom dit :

    Merci pour ces précisions judicieuses narnokatt 🙂
    SwatSh

  3. narnokatt dit :

    A cela près que Meuterer est antérieur à Puerto Rico et Citadelles.
    Le système de rôle de Citadelles étant lui-même inspiré de Verräter, le grand frère de Meuterer, qui est également à découvrir.
    Je trouve que ces deux jeux ont une bonne profondeur pour un simple jeu de cartes avec une durée limitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *