• Serenissima - FICHE DE JEU
  • 0

Serenissima

Note moyenne
5.50
(2 notes)
Règles: 45' - Partie: 140'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
9.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh:  5 /10

Serenissima est une mise au goût du jour du magnifique jeu qu’est Méditerranée.   Méditerranée, le jeu mêlant commerce et combat de manière complexe et subtile permettant l’une ou l’autre stratégie et favorisant tout de même le commerce.  Le tout était alors d’optimaliser ses opérations commerciales tout en veillant à se défendre suffisamment pour décourager ses adversaires à vouloir nous attaquer.

Ce qui m’a d’abord frappé dans Serenissima, c’est la simplicité de ses règles.  Chapeau bas à l’auteur et à l’éditeur d’avoir réussi à simplifier le jeu tout en gardant son essence.  On ne joue plus à son tour mais dans l’ordre des numéros de galères (magnifiques soit dit en passant).  Quand c’est au tour de l’une de nos galères, on a le choix entre soit investir: on achète alors des marins (= soldats), une nouvelle galère (on choisit son numéro parmi les numéros disponibles), des forts pour mieux protéger ses ports ou des cathédrales pour gagner plus d’argent (c’est le joueur le plus riche qui gagne), soit on actionne sa galère.  On peut alors acheter des marchandises se trouvant dans le port où se trouve la galère, la déplacer d’un nombre maximum de cases égales au nombre de marins se trouvant dans sa galère puis soit vendre des marchandises dans le port où on arrive soit attaquer la ou les galères qui s’y trouvent soit directement attaquer le port.  Les combats se font aux dés chaqu’un lançant un nombre de dés équivalent au nombre de marins présents sur sa galère ou son port.  Et là, il va falloir bénéficier d’un peu de chance car un joueur peut voir la victoire s’éloigner si ses dés ne l’aident pas.

Le choix du nombre de marins par galère est un des choix les plus importants de Serenissima (et de Méditerranée aussi).  En effet, le nombre de marins influence le nombre de cases de déplacement et le nombre de dés lancés lors des combats.  Mais ces marins prennent de la place dans les galères qui n’en comprennent que 5.  Si vous placez 4 marins dans une galère, vous pourrez aller loin et serez fort en combat mais ne disposerez que d’une place pour l’achat et la vente de marchandises.

La seconde chose frappante de cette édition est le plateau de jeu: plus sobre, plus beau, il a l’apparence d’une ancienne carte maritime, mais surtout plus petit.  Et c’est l’étroitesse de cette carte qui pour moi gâche tout le plaisir du jeu original.  En effet, dès le milieu du jeu, on aura quasi répondu à toutes les demandes des ports et faire du commerce deviendra peu intéressant.  Plus d’autres choix que de combattre.  On va alors remplir ses galères de marins et s’affronter à grand coups de lancés de dés.  Fini les choix compliqués de méditerranée entre commerce et combat, ici plus de choix: combattre, et combattre à coups de lancés de dés.  Fun au début, ça en devient lassant et répétitif.

Malgré les bonnes idées, les belles galères, l’allègement des règles, Serenissima perd son combat contre son aîné Méditerranée.  On va dire qu’il n’aura pas eu de chance aux dés…

____________________

Philrey212:     6/10

Serenissima est une ré-édition du fameux Méditerranée. Je pensais au départ pouvoir utiliser les règles de Sérenissima et les appliquer à Méditerranée mais les changements et le matériel est trop différent.  Néanmoins, on pourrais quand même utiliser certains points de règle comme par exemple limiter le nombre de marins dans les ports ou encore la règle de bloquage, voire même l’effet du déplacement lors d’un combat.

Serenissima apporte donc son lot de bonnes idées, adapte son matériel pour le rendre plus moderne (enfin pas pour toutes les pièces) et ajoute une nouveauté en ce qui concerne l’ordre du tour (navire numéroté de faible valeur d’abord, ce qui apporte un dimension tactique supplémentaire).

Je regrette néanmoins les marins de Méditerranée: ronds, ils se plaçaient plus facilement sur les galères. Le plateau de jeu, tout en étant plus sobre et plus lisible, est plus petit. Ceci est peut-être voulu car il rend le combat obligatoire dans la deuxième moitié de la partie. Et là, on peut tomber dans une paralysie de mouvement ou d’encombrement de galères.

Serenissima est donc du même gabarit que son ancêtre mais aura tendance à offrir plus de combats et donc moins de commerce.

_____________________

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par Benoît
Génial
J'avais eu l'occasion de découvrir le méditerranée, et le Serenissima, qui en est sa nouvelle version, ne m'a pas déçu. Je trouve que l'aspect de jouer non pas chacun son tour, mais galère par galère est un bon concept. Le jeu est esthétiquement très beau.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *