• Summit the board game + Yeti - FICHE DE JEU
  • 2

Summit the board game + Yeti

Note moyenne
7.50
(1 note)
Mise en place: 10' - Règles: 25' - Durée par joueur/euse: 30'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 1 à 6 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

1580 List essen 2017 12 summit 1

1580 List essen 2017 12 summit 3

Swa 14

SwatSh: 7,5/10

Summit, ou Sommet en Français, est un jeu de simulation d’alpinisme, logique 🙂

Design & matériel

La première chose qui étonne dans Summit est son design. Les illustrations sombres ont des couleurs et des formes étonnantes pour représenter la montagne. Quand vous voyez la boite ou le plateau, la représentation abstraite de la montagne ne vous sautera pas aux yeux. La boite est grande, lourde et le matériel conséquent. Une partie se joue en plus de deux heures, on a clairement affaire à un jeu costaud.

Lourd & léger

En fait, pas si costaud qu’il en ait l’air. Les règles font 12 pages mais si vous laissez tomber l’historique, la feuille d’aide et la mise en place, il ne reste déjà plus que 6 pages. Elles s’expliquent assez rapidement et sont assez simples même si elles sont présentées de manière assez étrange.

Compétitif & coopératif

Summit peut se jouer de 2 manières : soit en compétitif où il faut réussir le premier à atteindre le sommet et à revenir au camp, soit en coopératif où au moins une personne de l’expédition doit arriver vivant au camp en passant par le sommet. Le ton est donné 😉
Les règles sont pour cela assez difficile à lire car elles mélangent les 2 modes en indiquant néanmoins clairement les paragraphes qui correspondent à chaque formule. On aurait préféré 2 livrets distincts pour plus de clareté.

La nourriture & l’oxygène1596 Summit 7

Dans Summit, vous allez devoir gérer votre personnage pour pouvoir affronter la montagne au mieux. Déjà rencontrée dans pas mal d’autres jeux d’aventure tels que Goldland, vous allez bien devoir gérer votre sac à dos et ce que vous y emporterez car il influencera sur votre capacité de mouvement et votre rapidité de progression. Logique. C’est d’ailleurs très thématique et c’est la grande force de Summit : on est imprégné dans le thème de l’alpinisme vrai et dur , avec des bombonnes d’oxygène et tutti quanti 🙂
Un trek commence au camp de base où on va pouvoir s’approvisionner en nourriture, bombonne d’oxygène et objets multiples. Puis va commencer l’ascension où on va devoir manger notre stock de nourriture, utiliser notre oxygène et nos divers matériels. Il faudra faire face à la météo rarement clémente et aux aléas de la montagne. Dès qu’on atteint le camps intermédiaire, on va pouvoir se réapprovisionner en tout pour pouvoir monter ensuite de plus belle jusqu’au sommet. Mais ne vous y attardez pas trop car vous y risquez votre peau. Redescendez au plus vite afin de n’être ni en manque de nourriture ni en manque d’oxygène.

La corde & les dés

Un tour de jeu est simple :

1) On place une tuile corde

Ce sont les fameuses tuiles triangulaires. 3 éléments sont importants lorsqu’on place une telle tuile :

  • L’endroit où on veut aller : les cordes doivent nous y conduire
  • Le nombre de nœuds : Chaque nœud correspond à un point de mouvement, autant qu’il y en ait le moins possible
  • La couleur de la corde : si la corde est jaune, cela veut dire qu’on entre dans un trou d’air et qu’on devra dépenser une unité d’oxygène pour la traverser

Les choix sont assez simples donc et si on peste contre sa main de 3 tuiles corde, on peut toujours en piocher 3 nouvelles en sacrifiant de son mouvement…

2) Mouvement

On déplace son alpiniste le long des cordes. Même s’il n’y a quasi aucun choix dans cette action (on monte jusqu’au sommet puis on descend), l’aspect sympa de ce système est qu’il propose de la collaboration entre alpiniste. Si on passe par un alpiniste, on doit obtenir son accord pour pouvoir le dépasser. S’il nous laisse passer, il va gagner du bon karma et s’il refuse il en perdra. Le karma étant une belle source de PVs, on va devoir bien évaluer notre gentillesse au bon moment 😉

1596 Summit 33) Les 2 dés

On lance le dé événement qui va nous indiquer si on pioche le prochain événement et le dé météo qui va nous indiquer combien de portion de nourriture on va devoir manger. Avec la pioche des tuiles corde, c’est ce hasard qui est le plus rebutant dans Summit. Surtout que c’est limite d’un point de vue thématique : comment expliquer qu’une météo peut être clémente pour un joueur et terrible pour celui situé juste à côté ?

Les PVs course & les PVs karma

Ce qui est sympa dans Summit, c’est que ce n’est pas un simple jeu de course. Le but est d’avoir un maximum de PVs. On gagne ses PVs principalement grâce à la course mais votre place dans l’ordre d’arrivée à chaque étape compte : au camp intermédiaire, au sommet, au camp intermédiaire du retour et au camp de base. De plus, votre gentillesse sera largement rétribuée grâce à vos points de karma. Le tout déterminera le vainqueur qui ne sera pas forcément le premier arrivé… mais qui peut être celui qui est toujours vivant 😀

Yeti & Tintin1580 List essen 2017 12 summit 4

Summit sort en même temps que son extension : le Yeti qui peut se jouer dans les 2 modes (compétitif et collaboratif). Et là, je crie au génie ! Alors que Summit est plutôt un jeu réaliste, l’extension Yeti introduit une dimension merveilleuse du plus bel effet. Outre les cartes supplémentaires, cette extension apporte une nouvelle figurine : le Yeti ! Il est splendide ! Ce Yeti va, en fonction de la météo, vous suivre le long des parois et va même profiter de certaines occasions pour vous attaquer. Le Yeti n’est pas impartial et pourra bien évidemment s’acharner sur l’un ou l’autre en laissant les autres tranquilles. C’est comme ça ! Il ne faut pas en demander plus à la bébète 😉 Mais malgré ça, cette extension est indispensable selon moi car, outre son thème décalé, elle apporte du fun à un jeu qui était jusque-là trop austère. Bien vu !
PS : J’ai mis Tintin dans le titre du paragraphe simplement parce que j’avais besoin d’un titre avec « et » (comme tous les autres) et je n’avais rien trouvé d’autre 😉

Fin & conclusion

Summit est un jeu austère aux illustrations abstraites qui veut simuler l’escalade en montagne avec ses aléas de terrain et de météo. Malgré un matériel lourd et conséquent ainsi qu’une durée assez longue, le jeu et ses choix sont très simples. Vous n’avez pas ici de multiples stratégies pour arriver à vos fins : il faudra prendre le chemin le plus court pour monter jusqu’au sommet et y redescendre. La gestion de votre sac à dos est primordiale pour votre succès mais dépendra également des multiples aléas du jeu : les tuiles cordes, les événements et les dés. L’extension du Yéti vient un peu sauver le tout en lui donnant une dimension mystique et en apportant le fun qui lui manquait. Ajoutez à ça une touche de collaboration et de bon ou mauvais karma et vous obtenez un jeu agréable qui plaira certainement aux alpinistes en herbe.


1596 Summit 8

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Salut Cedric et merci pour ton commentaire. Je ne me souviens pas assez des règles pour pouvoir te répondre. Je te conseille de poster ta question sur le forum de BGG où tu as souvent une réponse rapide.
    Amuse-toi bien!

  2. Cédric dit :

    Bonjour à vous, merci pour ce test très intéressant.

    Suite à sa lecture j’ai acheté ce jeu francisé et ai joué ma première partie hier.

    Effectivement, c’est du tout bon et le Yéti apporte beaucoup.

    Je me demandais si vous pouviez me préciser 1 point de règles (si vous vous en souvenez encore :-)) ?

    En plus des actions envisageables, le joueur a, une fois par tour, la possibilité de défausser une carte Karma pour « refresh their hands ».

    Appliqué à la lettre ça revient à défausser une carte Karma (4 moins 1) pour refaire sa main de cartes, en reprendre 3 donc.
    Sauf qu’à la fin du tour le même joueur refait sa main de tuiles et de cartes Karma.

    En somme, ça revient à défausser ses 4 cartes pour en récupéré 4 autres ce que nous avons trouvé facile, assez « cheaté », trop systémathique et incohérent.

    Est-ce que vous sauriez m’indiquer ce que nous avons loupé ou mal compris ?
    La FAQ ne traite pas de ce sujet, pas plus que les commentaires BGG.

    Merci beaucoup ! Pour votre réponse et la qualité de votre site !

    Ludiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *