• Escape Plan - FICHE DE JEU
  • 3

Escape Plan

Note moyenne
8.33
(3 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 80' - Partie: 120' - Durée par joueur/euse: 40' - Meilleur score: 574.000
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 1 à 5 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh: 8/10

Haaaa, Vital! Quel génie! Oserais-je dire qu’il supplante Rosenberg dans mon cœur ludique? Maintenant oui 😀

Escape Plan est son 6ème gros jeu après Vinhos, CO2, Kanban, Gallerist et Lisboa. Sa marque de fabrique? Les actions secondaires! Dans la plupart de ses jeux, on a un choix assez limité d’actions mais, après, les choix explosent quand il s’agit de choisir une action secondaire. Et Escape Plan n’y fait pas défaut. Le jeu est pourtant présenté comme son jeu le plus léger. Oui, certainement, mais comptez quand même plus d’une heure pour expliquer les règles et plus de deux pour y jouer. Tout est donc assez relatif 😉

Il s’agit pourtant d’un jeu assez rapide où chaque joueuse effectuera, durant la partie, une dizaine d’actions principales maximum et … une multitude d’actions secondaires 🙂 Chaque action est donc importante et il vous faudra bien les choisir.

Escape Plan, Escape Game

Escape Plan n’est pas à confondre avec escape game, il n’a rien à voir avec tout ça. L’objectif du jeu est bien de s’échapper, pas d’une pièce mais d’une ville. Nous sommes des bandits bien planqués depuis notre casse du siècle. On a investi notre argent dans différents business comme les casinos, les bars, restaurants, cinoches et autres business louches (il en manque certains comme ceux proches des gares en général mais Vital n’a pas osé 😉 ). Et on a caché le reste dans différents planques de la ville. Malheureusement, l’enquête policière qui s’enlisait vient de connaître un dénouement et vous êtes activement recherchés. Vous avez 3 jours (3 tours de jeu) pour quitter la ville avec un maximum d’argent que vous devrez récupérer dans les différents endroits de la ville que vous avez précédemment investis. Si vous n’arrivez pas à sortir de la ville avant la fin du troisième jour, la police vous arrête et vous avez perdu. Dans le cas contraire, c’est le plus riche qui gagne.

3 à 5 actions par jour

Chaque jour (= chaque tour), vous pourrez réaliser entre 3 et 5 actions. Pour réaliser une quatrième ou cinquième action, il vous faudra avoir acquis un jeton action supplémentaire que vous pourrez réaliser pour prolonger la journée. Réaliser une action est assez simple: On déplace son meeple de l’endroit où il est sur un autre en dépensant maximum 3 points de mouvement (qui peut être augmenté grâce à certaines actions secondaires). Puis, on réalise l’action du lieu où on arrive. On est obligé de passer d’un lieu à un autre. On ne peut pas s’arrêter en chemin sous peine de se faire directement arrêter par la police. Les choix sont donc limités entre les lieux à portée. Déjà à portée, le nombre de lieux possibles peut être conséquent: en moyenne entre 10 et 20 lieux sont disponibles. Mais avec un ou deux bonus de déplacement on peut déjà aller très loin et le nombre de choix peut exploser. Certains lieux différents ont néanmoins les mêmes fonctions et même si les choix sont nombreux, les actions différentes, sont plus limitées. Tout dépend de ce que vous comptez faire après… Une bonne planification est donc aussi importante dans Escape Plan… normal 😉

Vous allez principalement pouvoir récolter des PVs, de l’argent et des bonus divers permettant d’éviter la police, de se déplacer plus vite, d’avoir accès à plus de PVs, de pouvoir jouer une action supplémentaire, de diminuer certaines pertes de PVs,…

La gestion des risques

C’est là où Escape Plan est fantastique. Contrairement à la majorité des jeux où vous allez optimiser vos actions pour gagner un maximum de PVs, dans Escape Plan, vous allez réaliser plus d’efforts pour gérer les risques que pour gagner des PVs. Dans ma dernière partie, sur les 12 actions principales que j’ai réalisées durant la partie, seule 6 m’ont permis de gagner des PVs. Les 6 autres m’ont juste aidé à gérer les risques.

Encore une fois ici, Lacerda excelle dans la transcription du thème dans son jeu. On est imprégné de son rôle de malfrat en évitant de se faire repérer par la police, en soudoyant des gens de peu de vertu pour nous aider de différentes manières dans notre fuite, en volant dans les magasins, en dénonçant ses complices,… et en gérant tous ces risques qui nous font face. Toutes nos actions vont avoir des effets négatifs: augmenter notre notoriété qui fera que la police nous suivra de plus près, être blessé et devoir se soigner, éviter la police,… Et c’est toute cette gestion secondaire qui est succulente ici. OK, il faudra engranger un maximum de PVs (= emmagasiner un max de pognon 😉 ) mais tout cela en gérant bien la multitude de risques qui nous font face.

La gestion de son plateau personnel est d’ailleurs exceptionnelle. On va devoir libérer de la place pour pouvoir y placer des cartes et des tuiles qui vont nous apporter des bonus divers. Ne pas avoir assez de place va avoir des conséquences fâcheuses. Et tout ça va nécessiter certaines actions principales ou secondaires pour bien gérer tout ça. Et pour tout ça, il vous faudra gagner de l’argent et plus vous gagnerez des PVs moins d’argent vous recevrez. Il vous faudra trouver le bon équilibre.

Escape Plan est peut être le jeu le plus léger de Lacerda mais il reste un jeu expert, profond, stratégique et aux choix subtils et nombreux. Il est difficile à comparer avec ses prédécesseurs tant il est différent. Il lui manque peut être ces mécaniques entremêlées qu’on a pu rencontrer dans ses derniers opus pour être au même niveau. Il n’en reste pas moins un des meilleurs jeux sortis en 2019 et il serait dommage de bouder notre plaisir.

La fin peut être très punitive tant le prix à payer peut être (trop) élevé si on ne sort pas dans les premiers. Cela peut raccourcir d’autant plus le jeu si un joueur décide de sortir dès le début du troisième jour rendant la fin encore plus contraignante et moins plaisante avec un petit goût de pas assez.

Contrairement à ce qu’on rencontre habituellement, il vous faudra moins optimiser vos gains en PVs que bien gérer tous les risques que vous allez devoir affronter. Toute cette gestion de petits bonus et d’actions secondaires est au moins aussi importante que le choix de vos actions principales. Et pour couronner le tout, Escape Plan est magnifique, beau et au matériel somptueux, avec une belle interaction dans la course aux différents lieux. Le jeu présente une belle rejouabilité grâce à son plateau modulaire, aux objectifs personnels et aux cartes variées qui seront disponibles. Encore un grand Lacerda sous lequel je suis complètement sous le charme. Allez, je vais m’échapper d’ici direct pour y rejouer!

Nouvelles parties

Après quelques parties, je descends ma note d’un point pour la rejouabilité du jeu. Je maintiens bien entendu mon avis surtout à propos de cette sensation de jeu assez nouvelle et savoureuse qui va nous obliger à avoir une attitude d’évitement tel un vrai bandit en cavale.

A cause principalement du placement des tuiles de ville difficilement maîtrisable (on ne sait pas à l’avance qui va placer quelle tuile avec quelle activité), Escape Plan est essentiellement tactique au détriment d’une stratégie long terme peu présente. Tel un bandit profitant de la moindre opportunité, on va avoir une attitude opportuniste et on ne peut pas à l’avance se dire « la prochaine partie, je vais essayer de jouer comme ceci ou comme cela ». C’est assez dommage et rare dans les jeux de Lacerda surtout que ça ne donne pas spécialement envie d’enchainer les parties.

Heureusement, la version Kickstarter propose des cartes personnages et des cartes objectifs apportant certains pouvoirs asymétriques aux joueuses qui me donnent envie de les essayer lors de mes prochaines parties mais je crains que, même avec elles, le goût de reviens-y soit trop léger…


Chaps: 8,5/10

Vital Lacerda, j’envisage toujours ses jeux avec un a priori fort positif tellement je suis admiratif dans sa capacité à imbriquer parfaitement des mécaniques complexes qui se mettent à fonctionner à merveille sans jamais oublier le thème. Donc c’est tout heureux que j’ai fait ma première partie d’Escape Plan.

Comme toujours avec l’auteur le thème est bien présent avec quelques adaptations afin que les mécaniques fonctionnent bien, comme les motards qui ne transportent que dans des zones d’héliport. Mais ce n’est pas bien grave, le thème est bien présent et on y est dans cette course au butin.

Les mécaniques sont très bien trouvées comme d’habitude avec la gestion de la police et des blessures, les choix importants dans ce que l’on active sur notre plateau personnel, ainsi que les cartes objectifs asymétriques, chaque joueurs ne gagnant pas la même chose dans un même lieu visité.

Le jeu est le plus abordable de Vital Lacerda, nous ne sommes tout de même pas dans du familial, loin s’en faut, mais on peut jouer à Escape Plan détendu, sans trop se bruler les neurones, enchainant les tours comme ils viennent. Cela promet de pouvoir sortir le jeu avec des joueurs qui n’ont pas l’habitude des jeux experts.

Mais attention néanmoins on peut aussi optimiser car il va falloir faire des choix on ne fera pas tout dans Escape plan, on pourra privilégier les coffres ou bien les planques… A voir… Au final il se cache un jeu tout à fait expert derrière un abord facile. Selon les joueurs autour de la table on optimisera plus ou moins mais on final on a peu d’actions pour beaucoup de choses à faire et donc des choix cornéliens à bien réfléchir si l’on souhaite optimiser.

Cette possibilité de jouer en mode plus ou moins « intense » neuronalement parlant est très bien comme beaucoup d’autres choses. L’apparition progressive des tuiles sur le plateau et le fait que toutes apparaitront, tous les lieux seront posés. La gestion de la police et de son plateau personnel offrant plusieurs approches possible, de même que les lieux que l’on choisis de visiter, l’ordre dans lequel on les visite, ceci dépendant aussi de l’apparition des tuiles sur le plateau principal. Surveiller les fermetures des sorties de la ville oriente fortement nos déplacements surtout quand le 3e jour approche… Il nous faudra dépenser de l’argent pour partir donc en récupérer en plus du butin (points de victoire) mais pas trop, on a peu d’action et l’argent que l’on récupère pour le dépenser s’il nous en reste trop nous rapportera que peu de points de victoire et signera une mauvaise gestion de nos actions. Car récupérer du butin est toujours bien plus rentable en points de victoire que l’argent « dépensable ». Enfin les joueurs déplacent les policiers dans certaines situations ce qui amène à gêner volontairement ses adversaires tout en se libérant le chemin, ça grince un peu des dents mais on peut prévoir tout ça, donc pas de mauvaise surprise. En conclusion Vital Lacerda nous sort à nouveau un fort bon jeu et pour une fois jouable sans forcément se bruler les neurones tout en restant un jeu que l’on peut tout à fait aborder en optimisant au maximum. Dans ma première partie j’ai commencé détendu puis je me suis mis à optimiser beaucoup plus assez rapidement, à chacun de jouer comme il le souhaite . Encore une fois toujours avec un thème très présent. Encore une réussite de Vital Lacerda. Je lui préfère Kanban, son meilleur jeu pour moi ou encore The Gallerist qui est excellent et m’a surpris en le sortant avec des non joueurs. Maintenant dans les jeux de Vital Lacerda on retrouvera aux deux extrémités du spectre de la complexité Escape Plan et Lisboa, lequel je préfère des deux ? Difficile à dire chacun à l’extrémité de son échelle de difficulté.


Dan: 8,5/10

Jeu d’apparence touffue (après les règles, je n’avais aucune idée de la stratégie à appliquer et je n’ai quasiment rien fait de la première des trois journées), Escape Plan se révèle finalement assez fluide. Il n’y a pas une énorme diversité de stratégies. Le jeu est très tactique (optimisation de chaque coup) et donc, sur la fin, un peu calculatoire.

Il s’agit donc d’un bon jeu indéniablement, à destination de joueurs plutôt experts assez déconcertant au début car assez différent de ce que l’on connait.



Vin d’jeu d’vidéo

La bouteille de Chaps en 75 minutes


Vin d’jeu d’music

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

3 de réponses

  1. SwatSh dit :

    J’ai jamais dis que ce n’était pas un commerce louche 😉

  2. Denis dit :

    Ceci dit, je plussoie tous tes commentaires. Chapeau bas Larcerda, de parvenir à une mécanique si bien peaufinée. Et en plus le matériel du jeu, surtout dans sa version KS, est assez époustouflant !

  3. Denis dit :

    Tu devrais faire attention à ce que tu écris ! Toi aussi tu travailles dans un business proche d’une gare … 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *