• Lueur - FICHE DE JEU
  • 8

Lueur

Note moyenne
8.00
(1 note)
Mise en place: 5' - Règles: 10' - Partie: 45'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s): ,
Editeur(s):
Distributeur(s):
Mécanisme(s): , ,
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 10
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub

Tapimoket : 8/10

Des illustrations surprenantes !

Je me souviens de ma première partie. Je me souviens surtout d’avoir été totalement surpris par le design graphique de Lueur. C’est d’autant plus déconcertant que la couverture est une illustration griffonnée de noir et blanc ! Décidément, Vincent Dutrait continue à me surprendre. C’est une surprise donc, mais tellement dans l’esprit du jeu !

Lueur raconte une histoire fantastique où vous serez à la conquête de fragments de lumière dans un univers plongé dans une soudaine obscurité. Il s’agit d’un monde peuplé d’êtres étranges à l’aspect animal, vivant dans une nature forestière, autrefois accueillante mais devenue inquiétante dans les ténèbres. Pas moins de deux pages vous relateront cette histoire. Un récit qui vous raconte que votre quête ne se fera pas seul. En effet, vous allez, chaque jour, croiser d’autres personnages qui se joindront à votre compagnie.

J’avoue que le thème est très excitant et m’a fait un peu penser à la compagnie du seigneur des anneaux. Avec une telle présentation, on a tout de suite envie de partir à l’aventure et d’en faire une partie.

Le dilemme entre un moteur d’actions et plus de dés

Au delà des illustrations et du thème original, la mécanique le sera également. Dans Lueur, vous devrez non seulement choisir vos compagnons pour vous créer un moteur d’actions tout en gérant un pool de dés pour déclencher justement ces actions (ou pas !). On reconnait bien là, l’ingéniosité de l’auteur Cedrick Chaboussit à qui l’on doit le fameux Lewis & Clark.

A chaque manche, on propose alors une série de personnages et vous devrez, dans l’ordre du tour, en choisir un. Avant cela, un ensemble de petits dés seront jetés et répartis au dessus des cartes presonnages selon leur symbole (feu, feuille, nuage …) ou seront directement placés après vos jets de dés précédents . C’est à ce moment là que le dilemme va se faire. En effet, en toute logique, il sera bon de prendre la carte compagnon où il y a le plus de dés, mais il faudra prendre en compte l’action proposée par le personnage en question. C’est très important car ses actions seront souvent déclenchées par le résultat d’un ou plusieurs dés et devront convenir avec celles que vous avez déjà choisi.

Et là où c’est subtil, c’est qu’un dé pourra agir sur plusieurs cartes ! Et même mieux, on pourra déclencher plusieurs fois l’effet d’une carte si on possède plusieurs exemplaires de dés requis. Cela va à l’encontre de ce que l’on connait le plus souvent, à savoir un usage unique par dé. Comme ce n’est pas le cas, il faudra faire le choix entre puissance et mixité.

Vous pourrez alors soit créer un moteur où quelques dés seront capables d’engendrer plein d’effets ou, inversement, rendre vos actions valables quelque soit la face de vos dés, mais avec moins de chance de les déclencher en cascade. Ces deux possibilités promettent déjà de jouer plusieurs parties pour découvrir la meilleure stratégie, selon vous et selon les cartes disponibles à chaque manche.

.

Un voyage où il ne faut pas tarder

Si des actions de cartes permettent notamment de récolter directement des fragments de lumière qui sont les points de victoire, ce ne seront les seules possibilités :

N’oubliez pas ! je vous ai parlé de voyage à travers ces terres plongées dans l’obscurité. C’est ainsi que vous allez pouvoir faire progresser votre compagnie lors d’un voyage et atteindre, si possible, des clairières pour vous reposer et surtout gagner des points supplémentaires en fin de partie. Pour progresser, là aussi il faudra obtenir certains résultats sur vos dés, et donc en tenir compte sur vos choix de couples carte/dé.

En effet, les dés ont des couleurs différentes et pour chaque couleur on aura bien toutes les possibilités de symbole, cependant l’un d’entre eux y sera présent 2 fois donnant ainsi plus de chance de l’obtenir.

C’est pour ce voyage, justement, qu’interviendront également de petits jetons « pas ». Non seulement, ce seront des jokers pour progresser durant votre voyage, mais chaque pas non dépensé sera aussi un point de victoire supplémentaire en fin de partie. Ils seront également nécessaires pour atteindre certaines clairières.

De l’originalité

Lueur contient aussi quelques points intéressants. Pour commencer, il existe des actions qui seront déclenchées si vous n’obtenez pas certaines faces de dés ! J’ai trouvé cela original. En général, on voit plus souvent qu’il faut obtenir telle ou telle condition pour réussir et non l’inverse !

Ensuite, des personnages sont puissants. Certains vous donneront même un dé supplémentaire en permanence… Enfin, tant qu’ils sont en vie ! En effet, ils peuvent mourir à tout instant et il faudra justement éviter d’en déclencher l’action pour les garder en vie.

Et le top sera la possibilité de relancer ses dés à volonté mais sous la seule condition de sacrifier des points de victoire ! J’adore les jeux qui proposent ce genre d’option qui apporte de la tension. Dois-je tenter une relance ? Si je ne le fait pas, je vais perdre ce personnage ou bien je pourrais faire beaucoup plus d’actions… Voilà le genre de dilemmes auxquels vous serez confrontés ! Heureusement, vous pouvez gagner des relances grâce à vos cartes ! Il sera même possible de choisir directement sa face de dés en sacrifiant 3 relances d’un coup.

Eclairez votre stratégie !

Tout cela nous donne un jeu original. A commencer par les illustrations particulières qui peuvent surprendre. On aimera ou pas, mais pour ma part, je les ai trouvées pile poil dans le thème ! Lueur mélange avec subtilité la course lors du voyage, la construction de son moteur de cartes, et aussi une part de hasard qui reste néanmoins maîtrisable. Je suis un poissard aux dés, et pourtant, avec de bonnes combinaisons de cartes, de dés et le choix de relances, j’ai remporté plusieurs parties.

Le plateau est également réversible avec, cette fois, la possibilité de voyager d’île en île à l’aide d’une petite flotte de bateaux et sous certaines conditions qui consistent à avoir un nombre précis de symbole de dés différents. De mon côté, je préfère quand même le premier plateau, mais c’est une question de goût.

Notons également certains personnages particuliers qui viendront pimenter le jeu, et notamment Kaar et la malédiction du dé noir. Ce vil personnage diffusera quelques malédictions aux adversaires grâce à un dé noir, alors méfiez-vous de lui !

Une fois les cartes comprises grâce à une iconographie bien expliquée, sa prise en main sera rapide. De plus, il tourne très bien à deux joueurs.

Vin d’jeu musique

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

8 de réponses

  1. Salmanazar dit :

    Ils sont malins !

  2. SwatSh dit :

    C’est un article écrit avant son départ Salmanazar. On attendait la sortie du jeu pour le publier 😉 Santé et amuse-toi bien 🙂

  3. Salmanazar dit :

    Mais … mais… Sir Tapimoket n’est il pas parti vers d’autres Terres que celles de Vindjeu ?

    La saint Valentin aurait elle fait revenir notre damoiseau ?

  4. SwatSh dit :

    Our pleasure Chabousse et merci pour ton message 🙂

  5. Chabousse dit :

    Jolie référence musicale qui me rappelle mon adolescence, c’est raccord, bravo et merci !

  6. SwatSh dit :

    Merci pour ces précisions ocelau. Santé et amuse-toi bien!

  7. ocelau dit :

    Précision : il y a 2 illustrateurs et l’univers graphique est d’abord à mettre au crédit de Ben Basso avec lequel Dutrait est associé (partie plateau) .
    Merci de cette présentation.

  8. ocelau dit :

    Précision : il y a 2 illustrateurs et l’univers graphique est en réalité surtout à mettre au crédit de Ben Basso : http://benbasso.com/ 🙂 pour tout ce qui est carte ( Dutrait se serait chargé de la partie couv’ et le plateau )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *