• Marchands du moyen-âge - FICHE DE JEU
  • 0

Marchands du moyen-âge


 

SwatSh:

Nous n’avons pas encore joué aux Marchands du Moyen Age mais je peux déjà vous expliquer comment cela tourne.

Marchands du Moyen Age est une réédition de Die Handler, un jeu mythique de Wolfgang Kramer, encensé par les joueurs et devenu introuvable.

Je tiens tout d’abord à saluer cette réédition.  Pour avoir joué, en son temps, à Die Handler (hé oui, les années passent), je peux vous dire que cette réédition est bien reussie.  On passe d’un jeu vieux et moche (OK j’exagère ^^) ) à un jeu aux belles couleurs, illustrations et matériel.  Ca fait plaisir et donne l’envie d’y jouer.

Les Marchands du Moyen Age est un jeu dont les mécanismes principaux sont les enchères et la négociation.  Jugez plutôt des phases de jeu:

– 1: Chaque joueur peut acheter des marchandises au prix d’achat actuel et les placer dans ses entrepôts dans les 6 villes.

– 2: Chaque joueur mise à poing fermé pour savoir qui contrôlera quel chariot.  Il y a 3 chariots en jeu.

– 3: Celui qui contrôle chaque chariot peut y placer jusqu’à 3 marchandises d’un même type.  Les autres joueurs peuvent également y placer 2 marchandises de types différents mais doivent pour cela négocier avec le contrôleur du chariot un droit de chargement.  S’ils ne se mettent pas d’accord, aucune marchandise des autres joueurs n’y sont placées.  Inutile de vous dire que là, le proprio du chariot a intérêt à recevoir un max de fric des autres joueurs tandis que les joueurs ont un intérêt certain d’y placer leurs marchandises.

– 4: Chaque joueur déplace un chariot d’une à 4 cases.  Les personnes ayant placé des marchandises ont alors 4 intérêts:

  1. faire déplacer les chariots dans lesquels ils ont des marchandises dans des villes afin de pouvoir vendre ces marchandises et de récupérer de l’argent ainsi qu’un bénéfice pour la transaction.
  2. faire déplacer un chariot sur l’endroit où se trouve le pion coursier.  Le joueur qui fait ça reçoit une carte bonus.
  3. faire déplacer un chariot vers une ville contenant des marchandises qu’il a achetées
  4. empêcher les chariots adverses d’atteindre une ville

– 5: Chaque joueur peut faire augmenter le prix de vente de 0, 1 ou 2 denrées.  La valeur de chaque denrée augmente d’en cran sur le tableau mais si elle atteint le maximum, elle redescend au minimum.  C’est donc un système subtil où on a intérêt à faire augmenter le prix des denrées qu’on a achetées mais pas trop, à faire chuter le prix des denrées adverses et à augmenter le prix d’achat des denrées qui intéressent les adversaires.  Evidemment, tout le monde fait ses choix en secrets et les révèlent en même temps ce qui risque d’engendrer pas mal de surprises…

– 6: Chaque joueur peut vendre ses marchandises se trouvant dans un chariot en ville au prix de vente actuel.

– 7: On met x cartes bonus en vente aux enchères.  x = nombre de joueurs – 1.

– 8: Maintient du statut social et ascension sociale.  Ca, c’est vraiment un chouette système.  Plutôt que dire que le gagnant sera celui le plus riche, les auteurs ont imaginés un système qui revient plus ou moins au même mais qui apporte une certaine réflexion.  D’abord, chaque joueur doit payer le montant nécessaire au maintient de son statut social actuel.  Si par exemple, mon statut est de 2, je devrai payer 200.  Si je ne sais pas payer, je peux emprunter ou payer le maximum que je peux et descendre au statut équivalent à cette somme.  Ensuite, chaque joueur peut augmenter son statut d’un ou 2 crans en payant la somme nécessaire pour passer au statut supérieur.  Cette somme est de plus en plus importante au fur et à mesure que le jeu avance.  Magnifique comme mécanisme.  J’adore.  Evidemment, c’est celui au statut social le plus élevé en fin de partie qui gagnera.

Les Marchands du Moyen-âge est donc un jeu d’enchères et de négociations mais non dépourvu d’autres mécanismes sympas et originaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *