• Fate (proto) - FICHE DE JEU
  • 0

Fate (proto)

Note moyenne
9.00
(1 note)
Mise en place: 10' - Règles: 20' - Partie: 90'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 10
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

Je vous promets que le plateau donnait l’eau à la bouche…

Ren: 9/10

(remarque préliminaire : le jeu est un prototype, rien n’est encore finalisé, dès lors les descriptions et photos peuvent ne pas représenter la future version finale du jeu. De toute manière il n’y a pas beaucoup de photos car il ne faut pas tout spoiler!)

Deuxième jeu joué lors de ma merveilleuse journée ludique Suédoise et Fryxienne (cfr mon article d’il y a quelques jours), Fate est le bébé de Jonathan, qui y travaille depuis plusieurs années. Le jeu est un coopératif/towerdefense/survival où les joueuses habitent dans un village qui a cohabité depuis des centaines d’années avec des royaumes voisins peuplés de monstres abominables. Mais au fur et à mesure du temps les royaumes se sont étendus, jusqu’au point de s’approcher dangereusement du village. La confrontation est inévitable, les monstres vont attaquer, et il va falloir se défendre et survivre…

Cekoidon

Chaque joueuse incarne un personnage spécifique, qui a un pouvoir particulier (e.g. se déplacer n’importe où sur le plateau pour un certain nombre de manas…). Aidés de ces pouvoirs, des cartes qu’elles vont tirer à chaque tour (une carte, sauf justement si on réalise une action particulière qui permet d’en tirer plusieurs) et des manas qu’elles vont recevoir à chaque tour (une par tour, sauf à nouveau réalisation d’une action particulière en donnant plus), manas qui permettront de jouer des actions spéciales, elles vont devoir éviter que les monstres ne détruisent l’entièreté du village avant la fin de la partie. A chaque tour on va tirer 2 cartes monstres, qui vont déterminer de quelle royaume les (nouveaux) monstres vont venir ce tour ci. Il peut y avoir des dragons (et assimilés), des zombies (et assimilés), des gobelins (et assimilés) et un quatrième type que j’ai oublié. Les joueuses vont alors essayer de nettoyer ce joli monde le mieux possible, sachant évidemment que les monstres seront à des endroits différents… et sachant que chaque joueuse a un nombre limité de déplacement par tour, et une seule attaque par tour (sauf à nouveau utilisation d’une action spéciale). Il va donc falloir combiner au mieux les différents pouvoirs de chacune, les déplacements, les attaques et l’utilisation des pouvoirs spéciaux (=cartes qu’on a tirées) pour avoir une chance d’empêcher les monstres de détruire tout le village.

Bonne petite tête ce dragon…

Les manas serviront donc à soit jouer des cartes permettant de réaliser des actions spéciales (qui pourront être soit des actions immédiates, comme réaliser une attaque, soit des upgrades de son personnage, en lui adjoignant qui une arme, qui une armure, qui un objet donnant un avantage…) soit d’upgrader son personnage (jusqu’au niveau 3 éventuellement), ce qui rendra son pouvoir plus puissant.

Il y en a partout de ces sales bêtes!

Après le tour des joueuses les monstres vont avancer, soit en ligne, soit, dès qu’ils en rejoignent un, en suivant le chemin tracé vers le village. Dès qu’ils arrivent à portée d’un personnage ils s’arrêtent et tapent dessus (ça au moins c’est pratique, dans tous les jeux dignes de ce nom on peut toujours compter sur les monstres pour être bien bas de plafond et jouer au premier degré !). Il est donc facile de prévoir les déplacements des monstres, mais ça n’en rend pas moins le jeu plus facile pour autant. Jonathan l’a en effet voulu difficile, pour qu’il y ait un vrai challenge. Et je confirme qu’il est difficile !

Les combats se résolvent avec des dés, on en lance autant que sa force d’attaque, et on compte le nombre de hits (4 et plus). Chaque hit vaut un point de vie, dès qu’on réalise autant de hits que de points de vie du personnage/du monstre, ce dernier meurt (à noter pour l’anecdote que j’ai réussi à réaliser un brillant jet avec 11 – si si 11 – dés sans aucun hit… peut-être que je devrais jouer à la loterie pour compenser 😉 ).

Allegro!

Le jeu accélère aux 2/3 (j’ai oublié après combien de tours précisément) car à partir de ce moment les monstres vont avancer non pas de leur déplacement normal (la plupart du temps une case, certains plus) mais de deux fois leur déplacement normal ! Inutile de vous dire qu’à partir de ce moment-là il y a un léger sentiment d’envahissement qui se fait rapidement jour… A noter également que certaines volées de monstres seront accompagnés de Bozzes (« c’est moi le Bozze, je vais te faire pleurer comme un schnoll de Mykonozze », spéciale dédicace à l’agent Verhaegen, les connaisseurs se reconnaîtront) qui ne sont pas piqués des hannetons. En plus dans certains cas ces derniers auront des pouvoirs spéciaux qui galvaniseront ou soutiendront les monstres qui les accompagnent. Une partie de plaisir je vous disais…

Tout ça donne donc un excellent jeu, dans lequel vous allez de voir vous creuser les méninges pour planifier au mieux vos actions et déplacements et optimiser vos ressources, et qui met l’eau à la bouche par un graphisme alléchant (mais comme dit dans l’article ici, qu’on ne verra sans doute pas sur les étals tout de suite tout de suite…).

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *