• Strasbourg (+ aide) - FICHE DE JEU
  • 0

Strasbourg (+ aide)

Note moyenne
7.45
(4 notes)
Règles: 30' - Partie: 60'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Nombre de joueurs: de 3 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub


Mise à jour du 31/7: ajout de la Vin d’jeu d’aide

Philrey212: 7,5/10

A Strasbourg, on commence tous avec les mêmes données (ou presque). On a tous le même paquet de carte et à son tour, on en prend une de son paquet (au hasard) et continue ainsi jusqu’à ce qu’on soit satisfait de sa main. Astuce: le paquet de carte, c’est pour toute la partie! Avec sa main, on fait des petits paquets de une ou plusieurs cartes. Ces paquet serviront à autant d’enchères sur le tour (il y en a maximum 7 sur un tour).

Voilà, c’est à peu prêt tout. Il faut donc savoir quand et sur quoi enchérir le plus pour gagner le bonus. A lire ceci, on en déduit que le jeux est basé sur les enchères et encore les enchères. L’avantage, c’est que c’est assez rapide. Mais il faut aimer.

Strasbourg est donc un jeu agréable, accessible, pas trop long et à ressortir de temps à autres.

Benoit: 7,8/10

Et bien moi, j’ai bien aimé Strasbourg. Il n’y a pas beaucoup de hazard car on arrête de piocher des cartes pour préparer ses enchères quand on veut, et ensuite on décide de tout et surtout du risque que l’on est prêt à courrir. Dans certains cas, on doit à tout prix avoir une tuile et/ou un emplacement, et on paye le maximum… parfois pour rien… ou faire des petites mises en espérant avoir de la chance. Il faut choisir quand on porte son « attaque » et risquer!

Le jeu tourne très bien et l’interaction est maximum. Au final, simple et sympa!

Thierry: 8/10

Je partage l’avis de Benoît, Strasbourg est un bon jeu, simple et sympa.  Bon, évidemment, il ne faut pas être allergique aux jeux d’enchères…  Mais même là, tout n’est pas aléatoire car vous maîtrisez énormément de paramètres (choix des cartes, choix des combinaisons, on mise ou on passe,…) et, de plus, si vous parvenez à acquérir des parchemins, vous pouvez suspendre votre mise pour laisser les autres se dévoiler avant.  En outre, même si vous ne l’emportez pas, les 2 et 3èmes places vous permettent encore d’effectuer des actions.

L’aspect aléatoire du jeu augmente aussi avec le nombre de joueurs (on était 5 lors de notre partie…) car les objectifs des uns et des autres rentrent en conflit et donc le risque de perdre son enchère est plus elevé.  Il faut donc être prudent lorsque vous choisissez vos cartes objectifs au début du jeu et ne pas être trop ambitieux (retenir 2 cartes objectifs me semble raisonnable à cet égard).  A part cela, le nombre d’enchères (7) par tour me paraît suffisant pour atteindre vos objectifs mais il faut être très sélectif dans vos mises car le moindre écart (ou gaspillage) vous fait perdre le jeu.

Pour ma part, j’ai apprécié Strasbourg, très interactif et emballant.

SwatSh6,5  /10

Strasbourg, d’abord ça commence mal: le nom d’une ville!  Tout comme Le Havre, Florence, Carcassonne, Hambourg, Carthage, Troyes, Nurenberg, Tokyo, Rio, Rome, Mexico, Pompéï, Marraquesh, Santiago, Bombay, New York, Gène, Puerto Rico, Macao, London, Olympe ou La Havane.  Le nom d’une ville quoi, rien de très original.

Non, ce qui m’a attiré, c’est bien sûr son auteur de génie: Stéfan Feld, l’auteur de nombreux bons jeux et de surtout le jeu qui n’arrête pas de tourner chez Vin d’jeu: Burgund ou les châteaux de Bourgogne.  Son magnifique dernier jeu.

Strasbourg est avant tout un jeu d’enchère.  Genre que je n’affectionne pas particulièrement.  Ici l’idée originale est qu’on prépare le nombre et la valeur de ses mises à l’avance, sans savoir sur quoi on va miser.  Oui, on a bien une idée mais tout dépend des mises des autres…

Chaque joueur dispose donc d’un paquet de 24 cartes, de valeur 1 à 6, 4 fois (faites le calcul, si si 😉 ).  Il le mélange et à chacun des 6 tours prends les cartes 1 à 1 et il s’arrête quand il veut.  Il place ensuite les cartes piochées en autant de paquets qu’il le désire.

Ensuite, on passe aux enchères.  En commençant par le premier joueur, pour chacune des 7 enchères de chaque tour, chacun décide de miser une de ses piles ou de passer.  Celui qui gagne l’enchère devient premier joueur et a le droit à plus d’actions que le second et que le 3ème.  Les actions sont par contre assez évidentes et ne présentent aucun choix difficile.

Il faut donc accepter le hasard de la pioche des cartes, la programmation des enchères sans savoir ce que les autres préparent, les enchères où tout peut être perdu si un joueur surenchérit sur vous.  Strasbourg est donc un jeu d’enchères pures, où on peut être frustré par la perte de toutes les enchères.  Pas trop pour moi tout ça…

Vin d’jeu d’aide: Strasbourg vin d jeu 1

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *