• Motion Pictures: Movies Out of Cardboard - FICHE DE JEU
  • 0

Motion Pictures: Movies Out of Cardboard

Note moyenne
6.33
(3 notes)
Mise en place: 10' - Règles: 10' - Partie: 50'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

1359-motion-pictures-1

SONY DSC

SwatSh 6,5/10

Motion Pictures est un jeu de deckbuilding & de combinaisons très léger.

Le but du jeu est d’acquérir des cartes projet (= des films) en apportant la bonne combinaison de ressources nécessaires.

Chaque joueur a une même main de départ et peut réaliser 2 actions à son tour :
Acquérir une nouvelle carte (disposée avec 3 autres cartes dans le « marché ») en défaussant une carte de la même couleur que la carte convoitée.  La nouvelle carte acquise va dans votre main.  C’est une action obligée car chacune de vos cartes de départ n’apporte qu’une seule ressource alors que celles disponibles à l’achat en donnent souvent 2 ou 3 en plus qu’un effet souvent bienvenu.
Investir dans un film en mettant une carte en face d’une des cartes film disposées au centre de la table.  Dès qu’en posant une carte, on apporte la totalité des ressources demandées, on met la carte projet devant soi.  Chaque carte film est placée entre 2 joueurs et ces 2 joueurs peuvent l’acquérir.  Ceci permet une sorte de course à l’acquisition entre les joueurs mais, dans la pratique, on remarque que dès qu’un joueur investit dans une carte, personne d’autre n’ose venir le challenger.

C’est donc tout con.  Soit je prends une nouvelle carte, soit j’investis dans un projet.  Certaines cartes objectif vont orienter vos choix tout en proposant une petite course entre les joueurs qui veulent être les premiers à en remplir les conditions.  C’est le seul pétillant au jeu car le reste n’est que trop classique et n’apporte aucun effet crescendo car les cartes disponibles à l’achat ne sont pas classées par ordre de puissance et coûtent toutes la même chose : une carte à défausser.  On a vite l’impression de tourner en rond dans Motion Picture et on aurait aimé, comme dans tout bon film, sentir la tension monter jusqu’à son apothéose.


SONY DSC

Philrey:    6,5/10

Motion Picture est un petit jeu de cartes qui offre une touche d’originalité de par son thème. On devra ici gérer sa main afin de réaliser des films, des pubs ou autres visuels cinématographiques ou télévisés. Le but étant de faire en sorte de répondre à la demande, représentée par des objectifs cachés. Par exemple, réaliser 2 polars, un sci-fi et 2 séries télévisées.

On a deux cartes objectif, ce qui laisse le choix. Par contre, on est quand même pas mal dépendant de l’offre disponible sur la table. S’il n’y a aucun sci-fi, et bien vous perdez votre temps et attendez qu’une carte de ce type sorte. Cela rend le jeu pas mal attentiste. Ajoutons à cela, comme tout jeu de deck building, quand enfin le moment arrivera, il faudra avoir les bonnes cartes en main et espérer que personne de vous rafle la carte avant.

En résumé, mécanique classique, hasard présent, jeu assez lent et un brin de sentiment de répétition dans les tours.


SONY DSC

Ren:  6/10

Dans Motion Pictures on va tourner des films, des pubs… Pour ce faire on va devoir gérer au mieux sa main de cartes représentant des réalisateurs ayant des talents différents. A son tour on a 3 actions:

1. filmer, ce qui revient à placer un réalisateur demandé pour un projet particulier, les projets étant disponibles « 2 par 2 ». Ii.e. je partage des projets avec mon voisin de gauche et d’autres avec celui de droite. Mais ce n’est PAS coopératif, le premier qui termine le projet en fournissant tous les talents demandés emporte le projet!
2. appointer un réalisateur spécial dans ceux qui sont disponibles (quelques uns), en écartant un réalisateur dans sa main ayant la même spécialité. Les réalisateurs spéciaux ont des talents combinés, et permettent donc de répondre plus vite à l’attente d’un projet.
3. appointer un réalisateur « au hasard » (tirer dans la pioche) en écartant un réalisateur de son choix de sa main

On peut aussi filmer la trilogie, toujours accessible pour tout le monde au centre du plateau. Et à la fin celui qui a le plus de points (venant des projets ou de la trilogie) gagne.

C’est rempli de bol, je trouve les cartes moches (mais comme je le répète à chaque fois chacun son opinion à ce sujet), le gameplay est très pauvre: « quel talent me manque-t-il pour compléter le tournage de ce projet? Ha oui celui-là, je vais donc appointer ce réalisateur pour finaliser le projet au tour suivant. Ha zut avant mon tour suivant mon voisin a terminé le projet. Bon quel talent me manque-t-il pour tourner cet autre projet? Ha oui celui-là… » (une fois que vous avez terminé, appuyez sur repeat). Et on attend des plombes entre ses tours. Bref totalement dispensable.

 


 

SONY DSC

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *