• Edge of Darkness + Sands of Dunestar - FICHE DE JEU
  • 0

Edge of Darkness + Sands of Dunestar

Note moyenne
8.50
(1 note)
Mise en place: 30' - Règles: 50' - Partie: 180' - Durée par joueur/euse: 50' - Meilleur score: 67
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Langue: Anglais
Niveau d'anglais: Base
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub pub

Swa
SwatSh8,5/10

Edge of Darkness est la dernière création de John D. Clair & AEG et représente un peu la suite de Mystic Vale puisqu’ils en reprennent la mécanique unique de construction de carte en étoffant le jeu et le rendant plus complexe et plus épique.

Plus

Plus est bien le mot qui sort de la bouche quand on termine une partie d’Edge of Darkness après avoir joué à Mystic Vale.  Le jeu est plus complet, plus cohérent, plus complexe, plus beau, plus ludique, plus gros, plus lourd (dans les deux sens du terme), enfin, plus mieux que son prédécesseur 😉

Autre

Plus n’est pas le seul adverbe qui vient à la bouche, autre en est un autre 😉  Edge of Darkness, bien qu’il soit du même auteur et même éditeur que Mystic Vale, est tout autre et n’a plus rien à voir avec son prédécesseur si ce n’est le système original de construction de cartes.  En effet, dans les 2 jeux, vous allez vous construire des cartes.

Construit

Edge of Darkness se joue en 8 tours précédés par un prologue qui correspond à des décisions à prendre durant la mise en place.  Tous les joueurs débutent la partie avec une même main de 4 cartes constituées d’un effet remplissant un tiers d’une carte.  Durant le prologue, les joueurs vont pouvoir ajouter 2 effets supplémentaires à une ou deux de leurs cartes.  Les effets se glissent dans un sleeve de telle sorte qu’une carte complète contienne 3 effets sur chacun de ses 3 tiers.  Ensuite, à chaque tour, les joueurs vont pouvoir ajouter un des dix effets disponibles pour la partie à une de leurs cartes gratuitement et exécuter cet effet.  C’est comme ça qu’on va progressivement se constituer des cartes aux multiples effets, de plus en plus puissantes.  Cela va donner un effet crescendo savoureux à la partie.

Deck commun

Outre cette construction de carte, une des toutes grandes originalités d’Edge of Darkness est la construction d’un deck commun.  Edge of Darkness est un jeu de deck building, mais le paquet qu’on construit n’est pas un paquet personnel mais un paquet commun !!!  Quand on va jouer des cartes, on va les placer dans une défausse commune et quand le deck commun est vide, on va mélanger les cartes de cette défausse.  Le paquet comprend donc des cartes de chaque joueuse (on peut aisément les distinguer car les cartes personnelles ont une bannière à votre couleur) ainsi que des cartes neutres dont on va pouvoir prendre possession aussi…  On va alors étaler les 6 premières cartes du paquet commun sur la « route » et chaque joueuse, à son tour, va pouvoir y prendre 3 cartes en payant une influence pour chaque carte qu’elle skippe (je préfère ce mot à « éviter », désolé pour les allergiques à l’Anglais).  On va pouvoir prendre aussi bien des cartes à soi, que des cartes neutres ou même des cartes appartenant à une adversaire.  Et là le jeu est vraiment original puisqu’on va pouvoir profiter de cartes construites par ses adversaires !  Et la mécanique est vraiment bien faite car si on utilise une carte d’une adversaire, on devra lui payer 1 sous par effet de celle-ci qu’on utilise.  Ce n’est pas très cher payé en soi mais à la fin de son tour, les cartes des adversaires ne sont pas défaussées mais rendues à leur propriétaire qui va pouvoir l’utiliser à son prochain tour.  Autrement dit, si vous vous construisez de superbes cartes aux superbes effets, vos adversaires pourront en profiter, certes, mais vous aussi en vous faisant payer pour et en récupérant votre carte en fin de tour. 

C’est extrêmement bien vu même si la route de cartes est difficilement maitrisable.  On n’est pas maitre du tout des cartes qui seront disponibles sur la route à notre tour et on devra de temps en temps en subir l’aléatoire et passer certains tours en ne faisant rien d’intéressant.  Ce manque de maitrise sur le choix des cartes est le point faible du jeu.

10 effets pour une partie

Tout comme dans Dominion, Edge of Darkness propose de nombreux effets différents sur ses cartes et n’en met que 10 différentes à disposition des joueurs pour une partie.  Le jeu propose 37 cartes différentes réparties sur 287 cartes ainsi que 8 combinaisons de 10 cartes pour 8 parties bien différentes.  Et comme dans Dominion, vous pourrez naturellement tirer les 10 cartes de la partie au hasard donnant des combinaisons infinies.

Chaque carte est reliée à un lieu où vous allez bien souvent pouvoir placer des agents à vous qui vous permettront de réaliser des effets en les retirant des lieux, avec ou sans carte. 

A votre tour, une fois les 3 cartes du tour piochées, vous allez réaliser les différents effets de ces cartes, ainsi que l’effet de l’avancement que vous acquerrez à ce tour plus les effets des lieux que vous pourrez réaliser (généralement parce que vous aurez pu y placer des agents).  Et ça, c’est vraiment jubilatoire dans Edge of Darkness : la multitude des choix et possibilités qui s’offre à vous.  Vous allez devoir choisir lequel des 10 effets vous allez acquérir et réaliser, dans quel ordre vous allez réaliser les différents effets de vos cartes, si vous allez réaliser tous les effets mis à votre disposition et quels effets des lieux vous allez réaliser également.  Allez-vous réaliser tous les effets des lieux que vous savez réaliser à ce tour ou allez-vous attendre le tour suivant pour mieux en profiter ?  Autant de choix tactiques intéressants et de prise de risque ou d’anticipation.  Très très très bien !

Vous allez pouvoir entrainer de nouveaux agents pour pouvoir en placer plus sur les lieux, placer de nouveaux agents entrainés sur les lieux, les retirer des lieux pour effectuer l’effet des lieux, combattre les monstres qui attaquent la ville et en recevoir les bénéfices sous forme de PVs ou d’autres bonus comme des ressources, des agents ou des cartes.  Attaquer des monstres se fait sans hasard.  On connait leur défense et si on a assez de symboles force sur ses cartes et par l’effets de lieux, on bat le monstre.  On va également pouvoir augmenter sa main de cartes, gagner de l’argent, prendre possession de cartes neutres, se défendre contre les attaques des monstres qui peuvent vous faire perdre des points de défense synonymes de PVs ou dépenser des ressources contre des PVs, gagner de l’influence pour mieux pouvoir choisir ses cartes,…  De nombreuses actions différentes qui offrent des choix vastes et difficiles.

Tour à cubes

Un autre aspect original d’Edge of Darkness est sa tour à cubes assez similaire à celle de Shogun sauf qu’ici, le résultat du lancer ne se répartit pas entre ce qui reste dans la tour et ce qui en tombe car tous les cubes tombent de la tour et aucun ne reste coincé dedans.  Par contre, ils arrivent dans 3 réceptacles différents correspondant aux 3 monstres qui attaquent constamment la ville.  Les cubes appartiennent aux couleurs des différents joueurs ainsi qu’à une couleur neutre.  Ils sont piochés au hasard à chaque tour et lorsque le nombre de cubes d’un des réceptacles dépasse un certain seuil en fonction du nombre de joueurs, le monstre attaque le ou les joueurs majoritaires en cubes dans le réceptacle.  Ils vont alors perdre des PVs s’ils n’arrivent pas à se défendre.  Vaincre un monstre permet de défausser tous les cubes présents dans un des réceptacles.  Qui a dit que l’attaque est une forme de défense ? 😉

C’est un système assez fun et la tour à cube magistrale est surprenante.  Mais cela reste un système fort hasardeux avec lequel les joueurs vont devoir jouer au mieux.  On l’a trouvé un peu superflu.

Matériel de ouf

La version KS du jeu est tout bonnement éblouissante.  Le plateau, les pions, les agents, les cartes, les jetons, la tour à cubes,… tout est magnifique dans ce jeu jusqu’à sa boite énorme (de la taille d’un Gloomhaven) et son poids de 7 kg !!!

Sands of Dunestar

Sands of Dunestar est la première extension à Edge of Darkness et propose simplement 13 nouveaux lieux à explorer.  A chaque lieu correspond une nouvelle carte et l’extension apporte donc principalement une variabilité supplémentaire au jeu.  Mais ce serait réducteur que de s’arrêter à une variabilité plus grande et un nombre de scenarii supplémentaires.  Cette extension apporte également de nouveaux effets et il est agréable de jouer autrement au jeu de base.  L’extension n’est donc pas indispensable mais apporte un réel plus à ceux et celles appréciant particulièrement Edge of Darkness et ayant l’envie d’aller explorer plus loin toutes ses possibilités.

Salade de points

Edge of Darkness excelle également dans ses différentes façons de scorer.  On va gagner des points en fonction du nombre de cartes qu’on possède, du nombre d’améliorations sur ces cartes, du nombre d’agents qu’on aura formés, de comment on aura pu résister aux attaques des monstres, du nombre de monstres défaits et de leur puissance, de l’argent et des autres ressources en votre possession,…  Autant de stratégies différentes que vous allez pouvoir mettre en place malgré un système de fontaine de cartes difficilement maitrisable mais compensé par un système de récupération des cartes à votre couleur.  Même si on peut de temps en temps pester contre le hasard de la pioche des cartes, le jeu séduit grâce à ses multiples innovations (construction de cartes, deck commun, tour à cubes,…), à ses stratégies différentes, à la variabilité des parties grâces aux nombreuses cartes différentes, à ses choix nombreux et cornéliens, à ses splendides illustrations et à son matériel somptueux.  Edge of Darkness aurait d’ailleurs pu s’appeler Edge of Lighness 😉


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *