• Magnum Opus - FICHE DE JEU
  • 3

Magnum Opus

Note moyenne
7.00
(1 note)
Mise en place: 5' - Règles: 7' - Partie: 30'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Mécanisme(s): ,
Catégorie: Famille
Age minimum: 12 (10 possible)
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

Tapimoket : 7/10

Note : ce jeu a été testé à deux joueurs suite aux restrictions dû au confinement Covid-19. Une seconde partie aura lieu plus tard pour modifier éventuellement. Merci de votre compréhension

La ruelle d’or

Magnum opus se passe à Prague au XVème siècle. C’est dans cette grande ville que vous allez tenter vos expériences en tant qu’Alchimistes… Une ville où l’on pouvait trouver de rares ingrédients pour réussir vos concoctions et potions. L’empereur d’Autriche, intéressé lui même par l’alchimie, dépêchait d’ailleurs un mécène pour obtenir également des éléments. Ce mécène portait, comme signe distinctif, un bijou étrange : L’Ouroboros… Et c’est bien vrai ! Sa cour était bel et bien en partie composée d’Alchimistes !

Vous l’aurez compris, le but de Magnum opus, consistera de regrouper des ingrédients pour créer des potions ou des collections. Ainsi, chaque ingrédient acheté vous octroie un point de victoire. De plus, si vous réalisez certaines paires, vous aurez des points bonus. De même, vous gagnerez des points, si vous parvenez à réaliser vos Magnum Opus, c’est à dire des mélanges précis, votre ultime projet !

Dans Magnum opus, l’obtention de ces ingrédients ne sera pas chose aisée et il faudra user de personnages influents ou habiles pour en obtenir quelques uns. Ces personnages seront représentés par des cartes qu’il faudra « collectionner » et en obtenir la majorité pour, enfin, déclencher leur(s) pourvoir(s).

Magnum Opus se joue en 5 manches (4 à deux joueurs). Lors de chaque manche des ingrédients seront mis en jeu et ne seront remplacés qu’en fin de manche. Si, à deux joueurs, il n’y a pas trop de précipitation pour en acquérir, j’imagine que la lutte sera un poil plus acharnée à 4 ou 5 joueurs. On place alors ces ingrédients, entre chaque manche, sur les petits plateaux du jeu (Ruelle d’Or et Tour de l’horloge). On connaîtra seulement le premier ingrédient de chaque manche, qui serviront d’ailleurs de compte tour.

Draft et Majorité

Chaque joueur prend alors en main un set de 9 personnages. Chaque set est identique, mais chaque personnage d’un set, numéroté de 1 à 9, aura ses propres « pouvoirs ». On procède alors à un draft en choisissant un personnage face caché. Puis lorsque tout le monde l’a fait, on le révèle. On continue ainsi de suite jusqu’à dévoiler 6 cartes chacun. A savoir, qu’un joueur « fictif » sera présent, le mécène… En fait, on ne révèle pas de carte pour lui, mais un des paquets de set de cartes, tournant entre les joueurs, sera temporisé sous le bijou de l’Ouroboros. A plusieurs joueurs, cela n’est pas, selon moi, complètement utile, mais à deux joueurs il prendra plus d’importance.

L’intérêt sera, avant tout, de choisir ses cartes pour obtenir la majorité absolue en nombre de cartes du personnage voulu pour, justement, enclencher ses pouvoirs lors de la phase suivante, la résolution des personnages. Magnum opus n’est pas un jeu très complexe, mais il y aura une certaine profondeur dans les choix à faire en fonction de ce que convoitent les autres joueurs, les personnages encore disponibles et le nombre d’exemplaires restants encore dans les mains des adversaires. Bref, il faudra compter et vérifier les possibilités restantes à la fin de chaque tour.

De plus, chaque personnage a des pouvoirs précis et les enchaînements seront à calculer. Par exemple, si vous comptez acheter des ingrédients, il faudra prévoir des finances, mais aussi prévoir de ne pas se les faire piquer, ou perdre une majorité sur un personnage sur lequel on comptait. En effet, certains personnages ont des pouvoirs qui viendront vous perturber dans votre stratégie. Certains pourront détruire une carte adverse, vous obligez à en intervertir une avec l’adversaire, voire même à en voler une, etc… Ceci pourra donc vous priver de la majorité pour un personnage, et de ce fait, vous retirer ses pouvoirs.

Une fois les cartes posées devant soi, on procède à la résolution de chacun. Il seront alors « appelés » un par un en numéro croissant. Si un joueur possède alors la majorité de cartes du personnage appelé, il peut alors appliquer son (ou ses) pouvoirs. Certains donneront une pièce par défaut (qui sera gagnée en cas d’égalité aussi). Comme on a vu les pouvoirs sont multiples (vol de cartes, destruction d’une carte, inversion de cartes, ajout d’une carte de sa main …). Les derniers personnages (7,8 et 9) permettront de gagner de l’argent, nécessaire pour acheter des ingrédients, mais d’ici qu’ils soient appelés, beaucoup de bouleversements peuvent avoir lieu.

Certains personnages permettront alors de faire une acquisition d’ingrédient, puisque tel est le but. Certains pourront le faire sur la tour de l’horloge à la place de leur(s) pouvoirs. On aura donc parfois le dilemme entre appliquer le pouvoir pour contrecarrer un plan adverse et acheter un ingrédients si on a les finances en main.

On répétera alors l’opération pour les 4 manches à suivre, après une nouvelle mise en place (ingrédients sur les plateaux et reprise d’un set de cartes par chaque joueur)

A l’issue des manches, chaque joueur compte alors le nombre d’ingrédients en possession (1 point chaque) et vérifie s’il a des paires comme demandées sur la carte placée sur le plateau de l’horloge en début de partie (1 point pour chaque paire). Enfin, il révèle sa carte Magnum Opus pour obtenir 2 points par assemblage réalisé.

En conclusion

Magnum opus est donc un jeu de draft, de collection de majorité et de pouvoir de personnages. Sa prise en main est assez simple et une manche suffira à en comprendre les stratégies. Malgré son côté simple, on prendra plaisir à tenter d’enchaîner les pouvoirs pour, à la fois avoir les finances suffisantes pour payer des ingrédients, mais aussi contrecarrer des majorités adverses. Je pense que la stratégie est plus « fine » à 2 joueurs, car deux cartes en possession pour un numéro vous octroie quasiment à coup sûr le pouvoir, mais il faudra tout de même compter sur les pouvoirs des autres qui pourront vous supprimer certaines majorités. Il y a donc un peu de chaos aussi… Toutefois, j’ai pris du plaisir durant la partie.

Je trouvais cependant qu’il manquait un petit quelque chose entre chaque manche pour avoir une sensation de progression, comme un pouvoir en plus ou un truc de ce genre. En effet, chaque manche se ressemble laissant un peu de répétition. heureusement, le jeu est, au final, assez court (30 minutes environ). Magnum Opus est idéal pour débuter dans les jeux de draft, de pouvoirs de personnage et de majorités pour les joueurs qui ne connaissent pas encore ces mécaniques ou en sont fans, sans basculer dans un jeu trop complexe.

Je note également le matériel de qualité (thermoformage, jeton en métal, grandes cartes bien claires), une carte de rappel des pouvoirs aurait été un plus. Je note aussi les somptueuses illustrations d’Arnaud Demaegd dignes de tableaux historiques.


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

3 de réponses

  1. Philippe Tapimoket dit :

    A jeannot.. Il y a une certaine ressemblance sur le papier. C’est vrai que le mécanisme s’y approche. Toutefois, les sensations sont différentes. J’ai une préférence pour Nine, plus complexe. Mais celui-ci est idéal pour un jeu un peu plus simple mais ponctué de « Ah ouais… » De même, à deux joueurs, je préfèrerais plutôt celui-ci où le calcul de majorité est faisable.

  2. Alanine dit :

    Hello. Alors non, le seul point commun avec NINE c’est la partie mécanisme de majorité (influence) mais ça s’arrête là.
    Dans Magnum Opus c’est la combinaison draft / majorité / interaction qui fait le sel du jeu. Tous les joueurs jouent sur un pied d’égalité avec des cartes identiques, il n’y a pas de hasard, il faut construire la meilleure stratégie. Il y a quelques parties filmées sur youtube si tu veux en voir plus facilement sur la mécanique.

  3. Jeannot_la_pinte dit :

    A la lecture j’ai l’impression qu’il a de nombreux points communs avec Nine de Sorry We Are French…
    Ca ferait doublon dans ma ludothèque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *