• Isle of Skye - FICHE DE JEU
  • 9

Isle of Skye

Note moyenne
8.50
(1 note)
Mise en place: 5' - Règles: 10' - Partie: 50'
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

1207 Isle of Skye 1

 

SwatSh8,5/10

Avec Isle of Skye, Mayfair games (éditeur Américain) poursuit judicieusement sa collaboration avec Lookout games, l’excellent éditeur Allemand devenu légendaire pour avoir publié le non moins légendaire Agricola d’un auteur à l’époque peu connu (ou du moins uniquement pour des jeux plus légers tels que l’excellent Bohnanza) Uwe Rosenberg, un de nos auteurs préférés.

Les auteurs du jeux sont, eux aussi, loin d’être des inconnus.  Ensemble, ils ont déjà réalisé Broom Service, pas moins que le lauréat du Kennerspiel Des Jahres 2015 !  De plus, Alexander Pfister a aussi réalisé 2 excellents jeux : Mombassa (on y revient promis 🙂 ) et Port Royal.

Avec Cornwall, mes sympathiques corédacteurs ludiques de Vin d’jeu y avaient décelé le renouveau des jeux inspirés par Carcassonne.  Personnellement, je miserais plutôt sur Isle of Skye.  En effet, Isle of Skye est un jeu de pose de tuiles à la « Carcassonne ».  Bien sûr, Isle of Skye ne s’arrête pas là et propose 3 originalités qui en font un jeu plus profond et moins sujet au hasard que son illustre ainé :

1) La méthode d’acquisition des tuiles
Chaque joueur pioche 3 tuiles et les place devant lui.  On voit donc les 3 tuiles piochées de chacun.  Puis, on place, derrière son paravent, son jeton « défausse » ainsi que 2 tas de pièces.  Ces 3 éléments (jeton défausse + 2 tas de pièces) doivent correspondre aux 3 tuiles piochées.  Puis, chacun enlève son paravent et défausse la tuile correspondante à son jeton défausse.  Les 2 autres tuiles sont associées à un tas de pièce qui indique le prix de vente de chaque tuile.  Puis, chaque joueur peut acheter une tuile à un de ses adversaires.  Il paye à cet adversaire le prix indiqué et cet adversaire reçoit le montant payé ainsi que les pièces qu’il avait lui-même associées à cette tuile.  Quand tout le monde a fait son achat, les joueurs récupèrent les tuiles qui n’ont pas été vendues mais perdent l’argent qu’ils y avaient associé.

La mécanique est très sympa car vous allez devoir estimer le juste prix de vos tuiles.  Si vous voulez absolument ne pas vendre une tuile, il faudra y mettre le paquet, mais vous savez que vous allez perdre cet argent.  Il faudra aussi garder suffisamment d’argent pour pouvoir acheter une tuile.1207 Isle of Skye 3

Isle of Skye est bien fait et ses tuiles sont assez bien équilibrées.  Il arrivera donc assez fréquemment que vos tuiles et celles adverses s’équivalent.  Dans ce cas, vous allez alors machinalement mettre la même somme d’argent pour vos 2 tuiles et garder le dernier tiers pour l’achat.

2) La gestion de l’argent
La gestion de l’argent est d’ailleurs primordiale pour pouvoir se prémunir des achats adverses et pour pouvoir se payer les tuiles adverses.  Certaines tuiles indiquent un revenu en pièce que l’on reçoit au début de chaque tour.  Mais pour bénéficier de ces pièces, il faut que votre tuile château y soit connecté par des routes.  Quand vous savez que les routes ne vous rapportent aucun point, qu’il n’est pas obligatoire de faire correspondre les routes lors du placement des tuiles et que vouloir faire correspondre les routes va bien souvent en contradiction avec les PVs que vous pouvez gagner, vous avez déjà là un des dilemmes du jeu.

Mais ne nous voilons pas la face, comme dans la majorité des jeux actuels (par exemple Saint Pétersbourg), l’argent est primordial en début de partie et son intérêt diminue au fil des tours.

3) Les objectifs de partie
1207 Isle of Skye 2
Bien que cette mécanique ne soit pas novatrice (on la retrouve entre autre dans Suburbia), elle est trop excellente pour ne pas la mentionner.  Lors de la mise en place, on mélange les 16 tuiles objectif et on en tire 4 au hasard.  Ces tuiles, non seulement indiquent des objectifs pour la partie, mais surtout indiquent les 4 seules et uniques façons de scorer.  Autrement dit, on va gagner des PVs de façon différente à chaque partie.  Les lacs accompagnés de phares et de bateaux pourront rapporter plus que les plaines ou les montagnes, la façon de disposer les tuiles pourra vous rapporter des points, chaque paysage fermé pourra vous rapporter ou non des points, les animaux près d’une ferme peuvent ou non vous rapporter des points,…  En fonction de ces objectifs, certaines tuiles pourront être plus intéressantes que d’autres, vos placements de tuiles, votre stratégie et vos parties entières seront différents.

Ces 3 éléments mis ensemble font de Isle of Skye un jeu de placement de tuiles original, profond, varié et au hasard très limité.  L’interaction est présente mais limitée à la phase d’acquisition des tuiles.  Vos parties seront toujours très variées et le joueur qui aura su au mieux adapter sa stratégie aux objectifs de la partie pourra prétendre à la victoire.


 

1207 Isle of Skye 4

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

9 de réponses

  1. Ywen dit :

    Effectivement, je n’ai pas trop vu la ressemblance avec Carcassonne. Les tuiles sont carrées, ok, mais c’est tout.
    Quitte à ignorer le fait qu’il n’y a pas de meeples dans Isle of Skye, je verrais plus Isle of Skye comme un Keyflower très simplifié (puisqu’on ignore meeples, transports et ressources, tout est remplacé par l’argent) avec un scoring à la Sun Tzu (scoring récurrent, pas juste à la fin, et qui varie en fonction des parties).

  2. narnokatt dit :

    Ça me fait penser à Kingdom builder aussi

  3. SwatSh dit :

    Oui Salmanazar d’ailleurs c’est confirmé par la catégorie du jeu. Alors que Citrus & Carcassonne sont placés en « familial », Isle of Skye est inscrit en « intermédiaire ».
    Et tu ne nous embêtes absolument pas 🙂

  4. Salmanazar dit :

    Merci de la réponse.

    En fait, je voulais classer citrus, Carcassonne et isle of skye du jeu le plus chevronné au jeu le plus familial. C’était le sens de mon « où placez vous » pas très explicite.

    Donc j’ai l’impression que Carcassonne est le plus familial de moin, puis citrus en intermediaire et isle of skye, un poil plus exigeant.

    Le mieux est effectivement que je trouve une occasion d’y jouer pour confirmer cela.

    Je vous embête pas plus avec mes questions. 🙂

  5. SwatSh dit :

    Salut Salmanazar,
    Difficile de t’en dire plus que dans ma chronique mais je te conseille tout de même d’y jouer avant de l’acheter éventuellement vu que tu n’aimes pas Carcassonne.
    Il marche très bien à 2.
    Et Mombasa… Oui oui ça vient 🙂
    Amuse-toi bien

  6. Salmanazar dit :

    J’aime bien Citrus, je m’ennuie à Carcassonne, j’adore Vikings (wikingers), pour rester dans la tuile.

    Où placer vous l’intérêt de ce isle of skye pour un public joueurs ? Et à 2, il le fait ?

    Et +1 pour remettre Mombasa au dessus de la pile des chroniques à venir ^^

  7. SwatSh dit :

    Merci Ludo1 et El Grillo pour vos commentaires. Ca fait plaisir de vous lire 🙂
    Amusez-vous bien !

  8. El grillo dit :

    Idem. Un de mes coup de cœur d’Essen, un peu passé inaperçu. Deux gros avantages: des parties très renouvelées par les tuiles objectifs, et un jeu qui peut se jouer avec joueurs très occasionnels et habitués à la même table, et ça c’est assez rare

  9. Ludo1 dit :

    Une vraie petite perle ludique, qui ne paye pas de mine mais qui assure un plaisir garanti (et quelques couinements lors de la phase d’acquisition des tuiles) et des parties toujours différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *