• Cities Skylines - FICHE DE JEU
  • 1

Cities Skylines

Note moyenne
7.00
(1 note)
Mise en place: 5' - Règles: 5' - Partie: 60'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Distributeur(s):
Mécanisme(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 10
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

Tapimoket : 7/10

Du numérique au plateau

Cities Skylines vous en avez surement déjà entendu parlé… Mais plus probablement avec le fameux jeu vidéo qui a pris le pas sur l’ancien SimCity. Dans ce jeu vidéo, le but est de développer une ville et de débloquer justement des zones nouvelles de constructions en atteignant certains niveaux.

Le portage d’un jeu vidéo en jeu de plateau est toujours délicat. En effet, il est très difficile de porter toute la richesse des possibilités numériques sur un jeu de société sans que cela ne devienne une usine à gaz. Il faut donc garder l’essentiel, tout en préservant l’esprit du thème et le plaisir ludique. Cities Skylines, édité par Kosmos et Iello, se veut un jeu accessible qui réussit cela tout en offrant un challenge aux joueurs.

Notons d’ailleurs que le jeu vidéo se fait seul, alors que Cities skylines pourra être joué jusque quatre joueurs en coopératif, mais aussi en solo.

La base du thème est conservée, bien sûr, puisqu’il s’agit ici de bâtir une ville sur des plateaux que l’on va rendre accessible peu à peu tout en y essayant de faire grimper le bonheur de ses habitants.

Des règles accessibles

Le jeu va se dérouler par étapes que l’on pourra déclencher un peu quand on veut. En effet, on démarre par construire sur un seul des plateaux terrain. L’étape consistera surtout à retourner un plateau supplémentaire quand les joueurs le désirent afin d’offrir de nouveaux espaces de construction…

Mais alors pourquoi ne pas les retourner tous d’un seul coup ? Et bien, tout simplement parce que ça coûte de l’argent !! Et clairement, dans Cities Skylines, les finances disponibles seront justement un flux très tendu qui limitera nos choix, dont la décision d’agrandir le terrain constructible.

Les règles de Cities Skylines sont plutôt accessible, puisqu’il s’agira de jouer une de nos cartes de constructions et d’en appliquer les effets sur les différentes jauges de mesure de votre cité. La jauge la plus importantes sera bien sûr celle du bonheur, mais d’autres entreront en jeu. On aura notamment celles des ressources principales pour faire vivre votre ville, à savoir l’électricité, l’eau et le traitement des déchets. Mais aussi les conséquences, comme le trafic routier, la pollution et la criminalité… Et enfin l’emploi, une jauge qu’il faut stabiliser pour montrer qu’on gère cela avec brio, c’est à dire pas trop de demandes sans personnel et pas trop de chômeurs sans travail… L’objectif sera de faire grimper la jauge du bonheur le plus possible, tout en ayant assez d’électricité, d’eau, de traitements de déchets et le moins possible de problème de trafic, criminalité et pollution. Ces jauges annexes viendront donner des bonus ou des malus sur notre bonheur.

A cela s’ajoute également le choix des tuiles et leur emplacement respectif. Les services (pompier, hôpital, …) de niveau 1 ne pourront agir qu’à faible portée alors que les autres niveaux pourront faire effet dans tout le quartier où ils se trouvent. Non seulement, il faudra trouver les cartes qui permettent de les construire, mais il faudra aussi les placer au plus vite et au bon endroit pour les faire agir.

En effet, si un bâtiment peut faire varier les jauges selon son « coût », une seconde ligne sur la carte pourra être activée si le service demandé est bien présent ! Par exemple, on pourra gagner des bonus si un bâtiment hospitalier est présent, ou les pompiers ou encore un parc… Tout dépend des cartes. C’est d’ailleurs à ce niveau que les discussions vont se faire, afin de bien décider tous ensemble l’ordre dans lequel il est préférable de jouer nos cartes. Si le nombre de cartes est plus nombreux avec plus de joueurs, les enchaînements seront plus complexes, chacun devant attendre son tour pour la jouer.

Flux tendus

Tout cela peut paraître facile, mais beaucoup de cartes vous coûtent un bras et il est bien rare que les jauges iront dans le bon sens si vous ne déclenchez pas les effets secondaires. En gros, il faudra construire rapidement les services pour réussir. De plus, comme je l’ai dit plus haut, les finances sont réellement tendues et les jauges ne seront pas toujours de votre côté. Ainsi, si vous ne pouvez pas payer ou si une jauge ne pas être baissée car déjà au minimum, vous ne pourrez tout simplement pas jouer la carte voulue et si vous êtes bloqués, la partie prendra fin !

Le vice du jeu est également amplifié par le fait qu’un seul service de chaque sorte ne pourra être construit par quartier (un seul bâtiment médical, une seule caserne de pompier, etc…) C’est à ce moment là que vous aurez envie de passer l’étape pour retourner d’autres tuiles de terrain. Mais si cela permet de créer de nouveaux quartiers disponibles et d’engranger du bonheur sur le gros marqueur de ville, le retournement des tuiles aura un coût qui viendra impacter vos finances si difficile à faire fructifier !

Bien entendu, tout cela sera aussi lié au hasard de la pioche. Avec de la chance, on peut avoir les bâtiments de service très rapidement. Dans le cas contraire, il faudra chercher la carte et donc en construire pour pouvoir en piocher de nouvelles…

Lorsque le jeu prend fin, on ne perd pas vraiment, mais c’est la jauge du bonheur qui nous donnera un résultat plus ou moins positif. Le but étant de battre son record à chaque partie et, donc, d’avoir envie d’y rejouer.

Constructions pour toutes et tous

Cities Skylines version plateau n’a pas la richesse du jeu vidéo, mais son plaisir ludique va tenir dans la possibilité d’y jouer à plusieurs tout en gardant l’esprit essentiel du jeu. Les flux et les choix sont très tendus et il faudra obligatoirement se coordonner pour faire agir les jauges positivement, un peu comme le faisait Prosperity. Il faudra quand même compter sur l’arrivée des cartes indispensables pour faire agir les aspects positifs. Si celles-ci n’arrivent pas, il y a aura encore plus de tensions, ce qui, ma foi, ajoute du sel au jeu. S’il avait été trop facile, il m’aurait moins plu. Il s’adresse à un public qui cherche un city building simple à prendre en main où l’échange a plus d’importance que la complexité de la construction. Pour un jeu plus complexe, il faudra plutôt se tourner vers Suburbia. D’aileurs Cities Skylines offre quatre niveaux de règles pour y aller tout en douceur, donnant ainsi la possibilité à toutes et tous de le prendre en main (personnages bonus, gros bâtiments, etc…)


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

1 réponse

  1. Etienne dit :

    Merci pour votre retour, je vais passer mon tour du coup pour me concentrer sur autre chose ! C’est pas comme si il n’y avait aucun jeu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *