• Messina 1347 - FICHE DE JEU
  • 0

Messina 1347

Note moyenne
8.25
(2 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 60' - Partie: 180' - Meilleur score: 141
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de , , , joueurs
Fabriqué en: République Tchèque
Langue: Français
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub

Swa
SwatSh: 9/10

Après leurs 2 premières bombes qu’étaient Underwater Cities et Praga Caput Regni, on attendait avec impatience le dernier fruit d’un des couples les plus hypes du monde ludique: la paire auteur/éditeur Vladimir Suchy & Delicious Games. Et même si en voyant le plateau on n’est pas très attiré, on aurait tort de passer à côté de Messine sans s’y arrêter 😉

Peste

Un peu comme pour Praga Caput Regni, la première chose qui séduit dans Messina est son thème. Et même si on va classiquement placer ses ouvriers sur des habitations qui correspondent à des cases action, en les plaçant, on sauvera l’habitant éventuellement présent dans ce bâtiment de la peste rôdante en le plaçant en quarantaine durant 2 tours. Après cette cure, il nous en sera reconnaissant en travaillant pour nous et en nous rapportant différents bonus…

Placement d’ouvrières

Messina est donc un jeu assez classique où l’on va placer et déplacer ses ouvrières sur les bâtiments du centre de la table afin d’exécuter leurs actions. Si un bâtiment est infecté par la peste, il est conseillé de dépenser les ressources nécessaires à sa désinfection au risque de perdre de nombreux PVs en fin de partie.

Les actions possibles sont la récolte de ressources, l’avancée sur les échelles, la construction de bâtiments produisant en général des ressources ou des PVs ou la progression d’un des « surveillants » de son plateau personnel. Outre le rendu du thème, ce déplacement des surveillants est la mécanique la plus excitante de Messina. Chaque joueuse dispose d’un plateau personnel sur lequel elle peut placer les habitantes qu’elle aura sauvées de la peste. Ces habitantes vont être placées sur des cases apportant des bonus quand un surveillant s’arrêtera sur une case adjacentes. Cela va nécessiter tout une planification des joueuses qui devront placer les habitantes aux meilleurs endroits, y faire passer les bonnes surveillantes puis, éventuellement, utiliser ces habitantes à d’autres tâches tout aussi lucratives.

Les échelles

Messina propose 3 échelles. Chacune apporte ses propres bonus. L’une va apporter jusqu’à 2 nouveaux ouvriers. L’autre permettra de faire tourner plus vite vos surveillants et d’améliorer leur puissance. Vladimir a réussi ici ce que peu d’auteurs ont, jusqu’à présent, réussi 🙂 Il a réussit à équilibrer le gain d’ouvriers. Un joueur peut en effet facilement l’emporter avec moins d’ouvriers qu’un autre. Impressionnant!

Que du bonus!

Messina 1347 c’est que du bonus (et que du bonheur aussi 😉 )! Le jeu est dans la grande mouvance des jeux experts actuels de qualité avec de la gestion, de la planification, des échelles et de multiples bonus qui se grapillent par-ci par-là avec la possibilité d’enchainements dévastateurs. Je regrette un peu le manque de configurations de départ différentes. Chaque joueur va en effet débuter avec une sorte de piste d’objectifs qu’ils seront libres de suivre complètement, partiellement ou peu… Ces objectifs personnels peuvent soit être identiques pour tous soit asymétriques. Et il n’y en a que 4 différents. J’ai trouvé ça un peu dommage qu’il y en ait si peu et que ça nuisait à la rejouabilité. Evidemment, les pistes stratégiques sont nombreuses et les joueurs sont toujours libres de suivre ou pas leurs objectifs mais quand même, un peu plus d’asymétries différentes m’aurait séduit. Pour le reste, Messina 1347 est assez classique dans ses mécaniques de placement d’ouvriers, de gains multiples de bonus et d’ascension d’échelles. Outre une mécanique de gestion de plateau personnel assez savoureuse, l’épice qui vient relever le tout est la peste 🙂 Et plus précisément la mécanique qui consiste à la combattre, à sauver les habitants en les plaçant en quarantaine, et en récoltant la reconnaissance éternelle et multiples de ces habitants sauvés. Ca sent le vécu 😀


PhilRey: 7,5/10

1347, c’est l »année où la peste noir envahit toute l’Europe. Les bateaux infestés accostèrent dans les ports de Constantinople et de Messine en Sicile. La maladie gagna l’Italie et Marseille pour se propager très rapidement dans l’Europe entière. En cinq ans, cette pandémie fait 25 millions de victimes humaines sur une population totale d’environ 75 millions d’habitants (cfr. Wikipedia).

En cette période difficile de pandémie COVID, ce petit rappel nous indique qu’on ne peut pas encore trop se plaindre 😉

Dans Messina 1347, on retrouve le thème avec la peste et les actions à prendre pour essayer de la contrer. Le jeu est d’ailleurs bourré de bonne petites choses points de vue mécanique.

Tout d’abord, la peste et les rats. La peste (les petits cubes noirs) sont placés au début de chaque manche sur les différents quartiers, en même temps que divers habitants des 3 classes représentées. Le cube indique simplement que le quartier est infecté. Les joueurs vont évacuer les habitants, que leur quartier soit infecté ou pas, vers leur domaine. Si le quartier est infecté, l’habitant doit être placé en quarantaine avant de rejoindre le domaine. Une fois l’habitant évacué, le joueur peut traiter le quartier par le feu.
Tout cela est vraiment dans le thème et tourne à merveille.

De plus, les habitants en quarantaine le sont dans de petites cabanes. Et les joueurs peuvent les aménager afin que l’habitant puisse participer à la vie active lorsqu’en quarantaine. Génial! Et c’est un élément important du jeu.

Toujours dans le thème, même si un peu plus loin dans la partie, les joueurs peuvent repeupler les quartiers. Ce sont en quelques sortes des mini-objectifs qui incitent les joueurs à diversifier les classes sociales. Un quartier peut en effet exiger des ouvriers et des nonnettes.

Le domaine des joueurs est divisé en 6 quartiers, 2 par classe sociale. Et les quartiers sont « gérés » par trois assistants, un par classe sociale. Encore une idée géniale: en les déplaçant, un joueur active un habitant pour obtenir un bonus. Et il n’y a que 6 déplacements maximum par assistant. Et en plus, le « chemin » se divise en deux dont un seul sera utilisé qui terminera entre deux « classes », activant dès lors des habitants d’une autre classe.

Plus classique, les trois Registres qui sont des échelles sur lesquelles les joueurs avancent. Et chacun gagne des PVs en fonction de sa position: au plus loi, plus de PVs. En plus de glaner des bonus en « cours de route ». Un joueur peut même payer pour avancer plus vite (sur deux registres uniquement). Et ce coût dépend du nombre de Lieutenants en votre possession.

Messina 1347 est donc une belle surprise. En ce qui me concerne, il manque quand même un petit quelque chose que je ne parviens pas à déterminer clairement. Et qui m’empêche de vouloir y revenir tout de suite. Peut-être le « chipotage » lors de l’installation? Peut-être une iconographie qui pourrait être meilleure?



Voilà un vin qui nous accompagne régulièrement ces temps-ci et qui est comme Messina, toujours très agréable à sortir 🙂

Vin d’jeu d’music

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *