• Origins: First Builders - FICHE DE JEU
  • 0

Origins: First Builders

Note moyenne
8.25
(2 notes)
Mise en place: 15' - Règles: 40' - Durée par joueur/euse: 30' - Meilleur score: 70
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s): ,
Editeur(s):
Distributeur(s):
Mécanisme(s): , , ,
Contient du plastique
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de , , , joueurs
Fabriqué en: Chine
Langue: Français
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub

Swa
SwatSh: 9/10

La collaboration entre Board & Dice & Pixie Games a déjà apporté de nombreux jeux d’une grande qualité comme Teotihuacan (Vin d’jeu d’coup d’coeur 2019), Tekhenu, Trismegistus ou Tawantinsuyu. Cette fois, le titre du jeu commence par un « O », normal, ni Turczi, ni Tascini n’ont participé à sa réalisation. Non, cette fois c’est Adam Kwapinski qui s’y frotte. Et il est loin d’être un novice puisqu’il est l’auteur du fabuleux Nemesis et de Lords of Hellas.

Un peu comme dans Teotihuacan ou Crystal Palace par exemple, Origins est un jeu de placement d’ouvriers sous forme de dé. 5 emplacements d’action sont disponibles et chacun va indiquer une valeur minimale de dé pour pouvoir la réaliser. On peut toujours les réaliser même avec un dé de moins grande valeur mais uniquement en dépensant des ressources en compensation. Quand on a réalisé l’action, on tourne sa roue de telle sorte que la valeur minimale du dé pour la réaliser augmente de 1 (sauf quand il est à 6 auquel cas elle descendra directement à 1). Vous voyez déjà la dynamique du jeu? Quand la valeur minimale de l’action est basse, de nombreux joueurs vont la réaliser ce qui va la faire augmenter de valeur pour être désertée une fois les hautes valeurs nécessaires atteintes. Jusqu’au moment où une joueuse paiera le prix fort pour réaliser une action de valeur 6, ce qui va la rendre à nouveau disponible à la masse 😉

Valeur et couleur

Quand on place un dé pour réaliser une action, on a d’abord le choix entre 2 actions. La valeur du dé ne joue pas sauf s’il s’agit d’un 6 qui permet de réaliser les 2 actions. De plus, si la couleur du dé qu’on place correspond à la couleur de l’action, on a droit à une action bonus. On va donc généralement placer les dés en face des actions de même couleur et acquérir des dés d’autres couleurs pour pouvoir réaliser les autres actions. Mais ces choix ne seront pas si évidents, pas du tout même. Il ne faut pas oublier la valeur minimale de l’action qui peut vous bloquer. De plus, un dé peut toujours servir à réaliser une action d’une autre couleur mais il faudra alors sacrifier le bonus… La difficulté des choix dans Origins First Builders est clairement une de ses grandes forces.

Les actions sont quant à elles assez classiques: gagner des ressources, progresser sur des échelles, gagner des tuiles, gagner des dés permanents ou temporaires…

Vieillissement

De plus, tout comme dans Teotihuacan, vos dés vont vieillir et mourir. A chaque fin de manche, vous récupérez vos dés et vous les faites vieillir en augmentant leur valeur d’un cran. Un dé 6 qui doit vieillir meurt et il vous faudra en engager un nouveau pour garder votre même nombre d’ouvriers et donc d’actions à réaliser. Mais vous allez réfléchir à 2 fois avant de faire vieillir un de vos dés 6 car ceux-ci peuvent également servir à multiplier certains effets de scoring. Haaa, vous ai-je déjà dit que les choix n’étaient pas faciles dans Origins? 😉

Déclencheur de fin

Ce qui est déconcertant dans Origins First Builders ce sont les déclencheurs de fin. Plusieurs éléments peuvent déclencher la fin du jeu et souvent, ils arriveront plus vite que prévu de telle sorte que vous aurez toujours un peu l’impression de ne pas avoir eu le temps de déployer toute votre stratégie. J’ai vraiment bien aimé cet aspect qui apporte pas mal de tension au jeu et qui oblige les joueuses à faire des choix cruciaux tout en les empêchant de trop s’éparpiller à vouloir tout faire. Une stratégie s’impose ainsi que des sacrifices. Vous ne pourrez pas tout faire dans Origins!

Construction de tableau

Une des mécaniques importantes dans le jeu est la construction d’un tableau personnel à l’aide de tuiles disponibles à l’achat sous forme de rivière de tuiles. Elles ne sont pas bon marché et vous n’aurez pas l’occasion d’en construire beaucoup. Un peu trop peu d’ailleurs à mon goût. Vous terminerez fréquemment vos parties en en ayant construit entre 4 et 8 ce qui est fort peu compte tenu de l’optimisation des bonus qu’elles vont exiger. Et c’est d’ailleurs là où le jeu va prendre toute son ampleur avec des tuiles qui vont vous apporter des bonus qui vont soutenir votre stratégie. Mais attention, car des objectifs contradictoires vont vous encourager à acquérir certaines tuiles qui, elles, ne vont pas nécessairement soutenir votre stratégie. Aie aie aie, encore des choix difficiles.

Stratégies faciles et difficiles

Là où Origins First Builders surprend également c’est dans ses différentes stratégies. A confirmer après d’autres parties mais dans mes premières parties, j’ai trouvé la stratégie guerre plus facile à mettre en place et moins facile à contrer qu’une stratégie échelles, jetons de couleur ou objectifs. Monter sur les échelles est extrêmement difficile tout comme réussir plusieurs objectifs. C’est ce qui m’empêche de noter plus le jeu (même si c’est déjà très bien 😉 ) mais qui me donne également envie d’essayer d’autres choses car le jeu est très riche et permet de nombreuses voies qu’on a envie de suivre.

Origine déconcertante

De plus, sa variabilité est énorme grâce aux multiples effets des tuiles, aux nombreuses cartes objectifs et capacités spéciales des 3 échelles. Là où le jeu pèche un peu c’est dans la qualité de son matériel. Les roues de valeur de dés me font plus penser à des stations spatiales qu’à des boucliers romains. De plus, les valeurs de dés qu’elles indiquent ne sont pas claires du tout. Pire, ce que j’ai trouvé vraiment triste, ce sont les ressources. Outre le fait qu’elles soient en carton (c’est pas trop grave surtout que ça permet au jeu de rester dans un prix tout à fait raisonnable), elles sont toutes dans un carton rond blanc. Bonne chance pour les distinguer les unes des autres ce qui va être source de confusion permanente. Sur les photos de cet article vous pourrez remarquer qu’on les a améliorées grâce à des ressources disponibles dans le commerce. Je dirais même que ce pimpage est obligatoire!

Origins First Builder est un jeu déconcertant. Il offre la possibilité aux joueurs de terminer rapidement la partie ce qui va rendre le jeu extrêmement tendu. Chaque choix sera important et difficile. et vous ne pourrez pas tout faire dans le jeu. Vous allez devoir bien optimiser vos actions et bien optimiser votre stratégie. Toutes les stratégies ne sont pas égales devant la loi des origines 😉 et certaines seront plus faciles à mettre en place et à atteindre que d’autres. C’est déconcertant et on se demande même comment on peut arriver en haut des 3 échelles par exemple. Ca doit être possible et ça donne clairement l’envie de se lancer à nouveau dans l’aventure pour découvrir tout ce que le jeu a à offrir.


Chaps: 7,5/10

Commençons par ce qui me plait, la mécanique des dés, ou plutôt les mécaniques à l’origine d’un joli casse-tête. La valeur du dé avec le pré-requis qui augmente à chaque utilisation de(s) action(s), la couleur pour l’action bonus la gestion de l’augmentation de valeur du dé que l’on va pouvoir utiliser de deux manière une fois à 6, choix important. Mais bon là généralement en début de partie on l’utilisera pour doubler une action et avoir un conseiller qui permettra de déclencher des actions bonus avec notre figurine et avoir quelques points de victoire, alors qu’en fin de partie on utilisera les 6 pour finir des districts et prendre un maximum de point de victoire. Alors ce schéma me parait immuable mais le casse-tête de l’utilisation des dés et de ses mécaniques parfaitement réalisées est un point très positif.

Autre point positif les bonus des bâtiments, au combien important, du coup le choix de la couleur aussi en fonction de sa stratégie, de ses dés. Il faut bien choisir entre district, couleur et actions bonus offertes, on construit quelque chose de sympathique.

La piste militaire, bon là peu de choix tout le monde monte, sinon un monte et fait la guerre au maximum et gagne plein de points de victoire, situation très dommageable au jeu mais qui n’arrivera pas car personne ne laissera faire, donc chemin obligé tout le monde monte, je ne vois pas trop comment ne pas le faire, donc peu de choix de ce côté là, reste le timing à bien calculer surtout avec la « redescente » en fin de manche.

Les temples, toujours une bonne interaction, car si il y a bien une chose que l’on ne peut pas retirer au jeu c’est l’interaction, mais on va surtout viser les bonus des cartes et éviter qu’un joueur en ai plusieurs l’avantageant beaucoup trop. Mais viser cette stratégie pour les points de victoire, peut-être est-ce possible mais naturellement ce ne sera pas le choix que l’on fera car c’est clairement bien plus difficile que pour d’autres possibilités.

Voilà même si je souligne les qualités du jeu et les mécaniques parfaitement réalisées et de qualité des choses me chagrinent. D’abord pour moi le manque de choix stratégiques variés, là ce que l’on doit faire est assez évident mais il y a la forte interaction qui vient nous perturber dans nos plans, néanmoins naturellement les choix s’imposent. Petites valeurs de dés en début de parties, 6 en double action et conseiller en début de partie puis dans les district ensuite avec les tours, piste militaire indispensable et les temples en fonction des autres pour les cartes. De plus on n’a pas vraiment le temps de construire beaucoup au cours d’une partie j’aurais aimé un peu plus de développement.

Le point qui m’a éloigné du jeu en plus de tout ça est le fait qu’il est abstrait, le thème n’est pas plaqué il est totalement absent, on a donc un casse-tête bien pensé à résoudre pour maximiser ses points de victoire, mais personnellement cela ne me suffit pas, cela est trop froid pour que je me réjouisse de poser le plateau sur la table, aucun thème ressenti.

Vous l’aurez compris c’est avis tout à fait personnel car le jeu a de bons mécanismes, mais personne n’a d’avis qui serait la Vérité absolue, ceux qui pensent l’avoir, la détenir cette Vérité, normalement je les fuis. Mais un certains manque de possibilités stratégiques et surtout un thème totalement absent créant un casse-tête abstrait font que, si je ne me suis pas trop ennuyé à la table, que je ne le ressortirais pas, je le laisse à ceux qui n’ont pas la même recherche ludique que moi. Du thème, une ambiance dans des mécaniques Euro qui me permettent de construire quelque chose tout au long de la partie avec des choix stratégiques variés et pas forcément évidents le tout plongé donc dans cette ambiance que crée le jeu en lien avec le thème. Et ça je le vis même avec des thèmes plaqués



Vin d’jeu d’vidéo

L’explication des règles dégustées par Chaps


Vin d’jeu d’music

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *