• Die Tavernen im Tiefen Thal - FICHE DE JEU
  • 0

Die Tavernen im Tiefen Thal

Note moyenne
8.00
(1 note)
Mise en place: 20' - Règles: 25' - Partie: 75' - Meilleur score: 71
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh: 8/10

En un rien de temps, grâce à des jeux nominés au Spiel Des Jahres et à la qualité de ses derniers (Très futé, The Mind, Les Charlatans de Belcastel), Wolfgang Warsch, l’auteur de Die Tavernen im Tiefen Thal, a su se forger un nom de telle sorte que cette nouvelle sortie ne puisse passer inaperçue.

La pioche indéterminée

Et elle en vaut le détour car elle réussit à innover dans la mécanique du deckbuilding. Non seulement elle intègre une mécanique de draft de dés à celle du deckbuilding mais, de plus, elle intègre une nouvelle mécanique de pioche de cartes: la pioche d’un nombre indéterminé de cartes!

Contrairement à la majorité des jeux de deckbuilding où l’on pioche généralement entre 4 et 6 cartes à chaque tour, ici, on ne connait pas, à l’avance, le nombre de cartes qu’on va piocher. Ho, pas de stop ou encore ici à la Port Royal, non. Dans Tavernen, c’est votre talent pour bien équilibrer votre deck qui va influencer sur le nombre de cartes à piocher.

La gestion des clients

Au début de chacun des 8 tours de jeux, chaque joueuse va piocher des cartes de son deck en remplissant les différents endroits de sa taverne: les serveuses vont près des tables, les nettoyeurs près de la vaisselle, les brasseurs près des cuves à bières, les table dans la taverne et les clients à une table. Chaque type de carte peut être placé indéfiniment dans sa taverne: on peut placer autant de serveuse/nettoyeur/brasseurs/… qu’on veut sauf pour les clients! Un client par table maximum! Quand chaque table est occupée par un client, on ne pioche plus aucune carte!

Il vous faudra donc bien gérer vos clients, vos tables et vos autres cartes: avoir assez de tables pour tous vos clients, ne pas avoir trop de clients pour ne pas arrêter sa pioche trop rapidement sont les fondements de votre gestion de deck. C’est unique et assez original comme mécanique et ça procure de nouvelles sensations. Bien vu!

Des chopes et du pognon

Mais attention, ce sont vos clients qui vont rapporter des sous qui permettront d’améliorer votre taverne, mieux vaut alors accueillir les bons nouveaux clients! Il vous faudra alors des tables et des chopes! Les choix de développement sont multiples et pas évidents!

On va en voir des dés de toutes les couleurs

Et tout cela va se passer grâce à vos dés qui vont servir d’ouvriers à placer sur votre taverne ou vos clients pour obtenir de l’argent ou de la bière. Ces dés s’obtiennent de 2 manières: Chaque joueur possède 4 dés blancs et les lance, en choisit un puis passe le reste à son voisin qui en choisit un et ainsi de suite jusqu’à ce que chacun ait 4 dés blancs. Même si ce système de draft n’est pas nouveau, j’apprécie beaucoup plus cette mécanique de draft que la mécanique de draft de cartes à main cachée. Ici, on voit directement les dés que chacun a lancés et on va décider du dé à prendre non seulement en anticipant ceux que l’on va recevoir de son voisin mais également en veillant à donner des dés inintéressants à son autre voisin. C’est très subtil comme mécanique et c’est elle le principal élément d’interaction dans le jeu. On est d’accord, c’est assez faible comme interaction mais ça apporte des choix intéressants et un petit côté jubilatoire 😉

Outre ces 4 dés blancs, moyennant engagement de serveuses, les joueuses vont pouvoir gagner jusque 3 dés personnels supplémentaires qu’elles ne drafteront pas. Voilà de la main d’œuvre personnelle pas chère et à utiliser à bon escient 😉

De la valeur

La valeur des dés importe et on regrette de ne pas pouvoir la maîtriser plus. A peine une amélioration de taverne (les nettoyeuses) permet d’ajouter « 1 » à la valeur d’un dé. Et même pas d’ajouter ou de retirer, non, seulement ajouter… C’est pas terrible. Surtout que la valeur importe beaucoup. Les clients, demandent chacun une valeur de dé bien précise pour accepter de payer l’addition. Idem pour le brasseur de bière et pour les autres actions de son plateau. Impossible ici de jouer sur la valeur des dés demandés comme dans Minivilles, on doit faire avec la demande! Et cette demande ne correspond pas souvent à vos jets de dés. Il faudra faire avec mais ce hasard, ajouté à celui du tirage des cartes, peut être frustrant. Surtout que les bonnes valeurs, sont souvent les mêmes pour tout le monde…

Brasse

Outre la bière et l’argent, on va brasser tout ça pour gagner des PVs qui se gagnent sur les nouvelles cartes acquises et via les améliorations de votre taverne. Ces améliorations vous permettront d’être plus efficace, de gagner plus d’argent ou de bière pour une même action, de gagner des dés ou d’avancer sur la piste monastère apportant différents petits bonus comme des cartes gratuites ou la possibilité d’annuler sa pioche de cartes pour la recommencer et espérer alors un meilleur tirage.

Ces différentes améliorations et l’accueil de clients de plus en plus riches grâce à un nombre de chopes produites élevé procurent un effet crescendo assez savoureux bien que fort lent. En effet, il n’est pas rare de remarquer l’effet de ses améliorations qu’à partir du 6ème tour, laissant derrière soi, 5 tours assez mornes où le nombre d’action et de choix est trop fort limité.

Le hasard du tirage des cartes ou des jets de dés peut avoir de grosses conséquences et on aurait aimé un meilleur système pour s’en prémunir. Le reste n’est que bonheur grâce à un système de pioche assez unique dans le monde du deckbuilding apportant des sensations nouvelles le tout mêlé à un draft de dés assez savoureux grâce à l’interaction qu’il induit même si cette interaction est autrement inexistante dans Die Tavernen im Tiefen Thal.

De plus, chose assez rare dans le monde actuel des campagnes de financement où les jeux comme Museum se voient dotés de 5 extensions dès leur sortie, Die Tavernen im Tiefen Thal sort avec 4 extensions comprises dans la boite de base!!! Bon, ces 4 extensions, sous forme de module à ajouter, ne sont pas indispensables mais elles apportent leur lot de variété qui apporte une petite rejouabilité supplémentaire. Un module va apporter une nouvelle ressource distribuée aux joueuses automatiquement à chaque tour et pouvant être dépensée durant certains tours pour acquérir des bonus. Un second va encourager les joueurs à équilibrer leur production d’argent et de bière pour obtenir différents bonus. Le troisième apporte un départ asymétrique donnant un petit bonus de départ différent pour chaque joueuse. Le dernier apporte des bonus supplémentaires lorsqu’on accueille des clients. Rien d’extraordinaire donc mais des modules « gratuits » apportant une belle rejouabilité supplémentaire.

Die Tavernen im Tiefen Thal malgré un aléa assez important et un crescendo assez lent propose une belle innovation aux jeux de deckbuilding en apportant de nouvelles sensations, des choix intéressants et une belle rejouabilité.



Vin d’jeu d’music

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *