• Escape – La malédiction du Temple - FICHE DE JEU
  • 2

Escape – La malédiction du Temple

Note moyenne
8.50
(1 note)
Règles: 15' - Partie: 10'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Famille
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh:   8,5 /10

Lors du dernier salon d’Essen (2012), quand je suis passé à côté des très nombreuses tables, toutes accompagnées d’une radio CD, que Queen Games mettait à disposition des joueurs pour jouer à leur dernière nouveauté « Escape – la malédiction du temple », je ne pouvais qu’être attiré par cette étrangeté.  Quand j’ai vu qu’il s’agissait d’un jeu coopératif aux nombreux lancés de dés et limité dans le temps, j’ai passé mon chemin…

Et oui, Escape la malédiction du temple n’est certainement pas un jeu destiné aux joueurs appréciant les mécaniques bien huilées et réfléchies.  Non, Escape la malédiction du temple est un jeu d’ambiance familial pur cru.  Mais attention cependant, je le déconseille en dessous de 10 ans (malgré les 8 indiqués sur la boite) car on n’a réellement pas le temps de conseiller chaque petit joueur.  Chacun doit prendre ses responsabilités et ses propres décisions.  Impossible ici, comme à d’autres jeux collaboratifs, qu’un joueur mène le bal et guide chaque autre joueurs.  Pour moi, c’est clairement un plus par rapport à d’autres jeux collaboratifs où un seul joueur prend toutes les décisions.

La mécanique de Escape la malédiction du temple est assez simple.  Les joueurs doivent trouver la sortie et sortir du temple avant que ce dernier ne s’écroule, soit exactement 10 minutes après le début de la partie.  Pour connaître ce timing, il faudra faire jouer la bande sonore en jouant (Cd livré ou mp3 à télécharger).  Au début, tous les joueurs se trouvent sur la salle de départ entourée de 2 autres salles.  Les joueurs jettent leurs dés quand ils le veulent et relancent ceux qu’ils veulent autant de fois qu’ils le veulent tout au long de la partie.  Pas de temps mort donc, et les oreilles doivent pouvoir distinguer 3 sortes de bruits: celui des dés jetés sur la table, celui de la bande sonore et celui de ses coéquipiers qui crient pour vous conseiller telle ou telle action ou pour nous prier de lui venir en aide.  Seule exception à ces lancers de dés répétitifs et sans fin, si les joueurs tirent un masque noir, ils doivent le laisser tel quel et ne peuvent plus le jeter jusque quand ils obtiennent avec un autre dé un masque jaune qui permet de relancer 2 dés indiquant 2 masques noirs.  Ces masques jaunes peuvent être utiliser pour soi ou pour un joueur situé sur la même salle.  Pour passer dans une salle, il faut réussir la combi exigée par la salle pour y rentrer.  Pour découvrir une salle et l’ajouter au labyrinthe, il faut utiliser 2 dés indiquant un bonhomme qui court.  On prend alors la première salle de la pioche et on la place adjacente à la salle où se trouve notre aventurier.

Les joueurs vont donc successivement passer d’une salle à l’autre et en découvrir des nouvelles puis se déplacer et en découvrir encore jusque lorsqu’ils découvriront la salle de sortie où tous les joueurs devront s’y rendre afin de sortir du temple avant qu’il ne s’écroule.

Mais tout ceci est trop simple.  L’auteur y a ajouté 2 difficultés supplémentaires:
1) Les gemmes vertes
Certaines salles permettent d’y découvrir des gemmes à condition d’obtenir un certain nombre de symboles définis grâce à leurs dés.  En général, il n’est pas possible d’arriver à la combi demandée tout seul.  On va donc enjoindre ses petits camarades à nous rejoindre pour réaliser cette action qui est primordiale pour la victoire.  En effet, dès qu’on découvre des gemmes, on les prend de la réserve pour les placer sur la salle.  A la fin du jeu, lorsqu’on veut sortir du temple, il faudra réussir avec ses dés autant de symboles « clé » qu’il reste de gemmes dans la réserve.  Si les joueurs veulent sortir sans trop de difficulté, ils devront donc passer du temps à découvrir des gemmes…
2) Les 2 gongs intermédiaires
2 fois durant le jeu, un gong retentit.  Les joueurs ont alors un temps très limité pour rejoindre la salle de départ avant que la porte ne se referme.  S’ils n’y arrivent pas, ils perdent définitivement un dé.  Et ça, ça fait mal!

Escape la malédiction du temple est donc un jeu familial, rapide, très tendu où on jette des brouettes de dés et on crie pour avertir ses comparses des différents événements.  Escape la malédiction du temple est un jeu très original, inédit dans sa conception et ses sensations ce qui en fait un must dans les jeux d’ambiance.

 

Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. Crenom dit :

    Salut Serval,

    En cherchant un peu, tu devrais trouver 😉

    Pour Escape, de fait, dans le feu de l’action, je ne sais pas garantir que tout le monde ait bien respecté toutes les règles. Mais si c’est le cas, connaissant bien les participants, ce serait totalement involontaire.

    @/,

    SwatSh.

    PS: Vin d’jeu est une expression Belge pour dire « nom de dieu ». On dit exactement « Crénom d’vin d’jeu ». Et si tu apprécie le bon vin comme le bourguignon par exemple :-), tu devrais trouver ici et là quelques petites photos intéressantes 😀

  2. Serval dit :

    Bonjour à tous

    Premier test de ce petit chez nos amies les carrolomacériennes et première remarque que j’ai tout de suite soulevée après l’explication des règles : « On peu tricher ?! »
    « Oui bien sur me dit-on » mais un vrai joueur ne triche pas surtout pas chez nous..
    On est bien sur d’accord avec cette déontologie ludique mais c’est vraiment la première chose à laquelle j’ai pensé et il faut bien reconnaitre que dans le « feu » de l’action il est quasi impossible de ne pas se tromper.
    J’ai du faire une quantité d’erreurs qui m’aurait valu les foudres de St Teuber (oui j’aime bien Catane..), d’où triche aussi indirecte et involontaire soit elle.
    Bon , le style du jeu fait que ca se passe tellement vite et c’est parfois tellement le chaos qu’on ne retient finalement que le stress permanent qui nous anime pendant quelques minutes de folie (surtout lorsqu’on on égare bêtement un dé sous la table).
    Petit jeu ma foi réussi mais qui ne m’a pas plus émoustillé….
    Surtout, surtout n’invitez pas des joueurs qui ont pour mauvaises habitudes de contourner les règles qui ne leur sied pas, ce sera beaucoup trop tentant !!

    Ps: Rien à voir et pardonnez moi cette digression mais j’ai beau chercher un peu partout sur ce joli blog/site, je ne vois nulle part d’explications sur la partie « vin » qui côtoie le « djeu ».
    Y a t-il une pseudo règle ? une tradition ?
    Un bourguignon d’adoption bien curieux 🙂

    Serval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *