• Tikal II - FICHE DE JEU
  • 0

Tikal II

Note moyenne
8.00
(3 notes)
Règles: 25' - Partie: 60'
Année:
Auteur(s): ,
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

Update du 2/2/11: Ajout des avis de Philrey & Raf

SwatSh: 8  /10

Heureusement que je le savais avant d’y jouer, mais autant le dire tout de suite: Tikal II n’a rien à voir avec Tikal, excepté le thème.  Etant un grand fan de Tikal, je ne devais donc m’attendre à rien de particulier et certainement pas à ce système de points d’action que j’affectionne particulièrement dans Tikal.

Revenons à nos moutons: Tikal II!  La première chose qui frappe, c’est la qualité de l’édition.  GameWorks a vraiment mis les petits plats dans les grands pour nous livrer un matériel parfait dans sa finition:

  • La boite d’abord: même format, même lettrage que Tikal:  j’adore!
  • Ensuite, les règles.  Elles commencent par une bande dessinée d’une dizaine de pages nous expliquant le thème du jeu.  C’est original mais ça marche du tonnerre!  On est directement plongé dans le thème et lorsqu’on apprend les règles ou qu’on regarde le plateau, on voit défiler les images de la bd.  Splendide.
  • Ensuite, le matos est impeccable: les cartes, les tuiles, les figurines de l’explorateur, la barque ou les drapeaux: géant (cfr photo en fin de ce post).
  • Enfin, la cerise sur la gâteau qu’il faut souligner car trop peu d’éditeurs prennent la peine de soigner cet élément du jeu: le rangement.  Le thermoformage est somptueux!  Tout rentre dedans sans déborder, rien.  Génial.

Bon, tout ceci est bien joli, mais si nous passions au jeu en lui-même?

Le tour d’un joueur est assez simple: il choisit une tuile disponible autour du plateau et effectue l’action ou les actions de la tuile.  Mais pour choisir une tuile, il faut que son bateau soit amarré au site proche.  Pour cela on doit bouger son bateau le long de la rivière qui entoure le plateau et on doit payer une clé lorsqu’on passe la forêt.  Ce système est sympa car on ne peut pas se permettre de tourner trop vite pour prendre les meilleures tuiles actions car on sait qu’on va devoir payer souvent la taxe pour passer la forêt.

Après avoir choisit sa tuile et effectuer l’action de cette tuile, il bouge son explorateur dans le temple pour placer son drapeau dans une salle et gagner des points de victoires.

La force de Tikal II est la gestion des clés.  On gagne des clés de couleur grâce aux tuiles action.  Quand on gagne une clé, on doit décider de la placer dans son sac à dos ou dans son campement:

  • Dans le sac à dos, la clé va servir à payer cette fameuse taxe ou à faire bouger son explorateur dans le temple.  En effet, lorsque vous regardez le plateau (cfr photo plus bas), vous verrez que chaque salle contient des portes de couleur.  Il faut posséder la clé de la bonne couleur pour pouvoir passer la porte de la couleur correspondante.
  • Dans le campement, les clés rapportent des points de victoire non négligeables.  Et c’est là un grand dilemme dans le jeu: garder ses clés dans son sac à dos pour pouvoir passer par un max de portes ou sacrifier sa mobilité au prix de points de victoires bien mérités…

Mais les subtilités de Tikal II ne s’arrêtent pas là.  Il y a des cartes à piocher, des trésors à vendre, des passages secrèts à découvrir,…

Au final, malgré un certain degré d’opportunisme au sacrifice d’une stratégie long terme, Tikal II apporte un réel plaisir ludique, grâce à son matériel, son thème, son hasard limité, la réflexion autour de la table et ses mécanismes peu originaux mais qui tournent très bien.

Seconde partie

Seconde partie à 3.  Tikal II est aussi plaisant à 3 qu’à 2.  Il est même différent car l’abondance de clés à 2 n’est plus aussi forte qu’à 3.  Les tactiques sont donc différentes.  Petit défaut tout de même: les tours sont longs quand chacun réfléchit beaucoup avant de jouer…

Philrey212: 8/10

Tikal … Tikal II … Tikal III dans 10 ans? Comme déjà écrit ci-dessus et ci-dessous, les deux « versions » n’ont rien à voir entre elles. Seul le thème reste dans la lignée: on y retrouve les tuiles hexagonales à placer, les pierres pour le passage d’une tuile à l’autre, le même thème, les clés (un peu comme les trésors mais avec une fonction en plus).

Et le jeu en lui-même? Et bien, comme déjà mentionné ailleurs, Tikal II est nettement moins « prise de tête » que Tikal. Ce qui en fait évidemment un jeu nettement plus accessible. Peu de stratégie ici mais un peu de tactique. Le double rôle des clés est intéressant: soit on les garde devant soi et elles servent alors pour traverser les salles (hexagones) bordées de pierre de même couleur, soit on les range et elles rapportent des points en fin de partie.

Le déplacement des pirogues, sans limite de déplacement (sauf qu’il est interdit de faire un tour complet), laisse libre choix aux joueurs. Le passage payant (par une clé) à travers la jungle nous oblige à bien gérer nos clés.

Bref, Tikal II, avec sont superbe matos, est un jeu qu’on peut ressortir régulièrement avec tout type de public.

Raf: 8/10

Comment aborder Tikal II sans penser ou parler de Tikal…pourtant je pense que mis à part le théme rien ne les relie, Messieurs du marketing bien joué!

Le matériel est très beau, oh la jolie pirogue que voila ;o)

J’ai trouvé Tikal II très bon mais un poil répétitif, votre statégie est tracée dans les grandes lignes mais vous êtes obligé de vous adapter au tour par tour suivant ce que les joueurs vous précédent, vous ont laissé sur le plateau et ça c’est le coté que j’ai trouvé très intérressant au jeu, même si parfois (souvent), vous vous dites M….,je me suis encore fait piquer la tuile que je voulais.

Autre remarque positive, Tikal II est beaucoup plus accessible que le premier opus et vous permettra de le sortir plus souvent

Ren: 8/10

Bonne petite surprise que ce Tikal II, dont j’avais entendu parler mais dont je ne savais pas grand chose, n’ayant pas été lire  les sujets le concernant sur les sites concurrents au moment de sa sortie. Ayant apprécié en son temps le premier opus du même nom, je craignais simplement que son petit frère présente le même (gros) défaut: i.e. un jeu un peu lourd et long, malgré ses immenses qualités, vu les nombreuses possibilités offertes par les points d’action (=le piège quand on joue avec des calculateurs / optimiseurs / compteurs / comptabilisateurs / ingénieurs). Et bien point du tout. Le jeu est fluide, léger mais pas simpliste, et une partie se déroule dans un temps tout à fait raisonnable. Le thème est identique à son grand frère, l’exploration. Mais au lieu de chercher des temples et des trésors dans la jungle, on va explorer l’intérieur d’un temple, toujours avec un système d’hexagones à retourner. Le nombre de tours est fixe, et le système pour choisir l’action qu’on va réaliser (pirogue qui avance sur la rivière, avec paiement chaque fois qu’on passe à travers la forêt) est pas mal trouvé, empêchant qu’on aille directement aux actions les plus intéressantes sans réfléchir. Le matériel est assez beau, ça tourne bien et c’est « sympa », i.e. ça donne une impression agréable en jouant.

Du côté des défauts (ou en tout cas points moins convaincants), il est clair que la profondeur stratégique n’est pas immense. Le choix d’actions est limité, et on parle bien ici d’un jeu d’optimisation (comment maximiser mon tour), avec peu de souci du long terme (un tout petit peu quand même). Il y a également une faiblesse au niveau de la manière de gagner des points. Il existe 5 ou 6 moyens différents, mais au moins 2 d’entre eux sont « neutres » à 2 joueurs. Je veux dire par là qu’un joueur normalement intelligent et normalement attentif aura d’office le maximum des points dans ces catégories à la fin de la partie, donc il n’y a pas moyen de se démarquer. Ca enlève un peu de sel évidemment. J’ai mis 8 au jeu en pensant/devinant que ce défaut s’estompe à 3 ou 4 joueurs (ce dont je suis quasi sûr). Si ce n’était pas le cas, je descendrais la note à 7.

En résumé, un bon poids moyen tactique et pas trop  profond. Rien de révolutionnaire mais un jeu très plaisant qui ne dénote aucunement dans une soirée jeu de bon aloi.

Le Brunello di Montalcino… un grand bonheur ce vin.  Je vous le conseille chaudement.  Un de mes vins préférés, si pas mon vin préféré.  Haa, qu’est-ce que je l’ai savouré durant cette soirée.  Néanmoins, je trouve qu’il se marie peu aux jeux joués lors de cette soirée.  Un vin comme ça, si lourd, si profond, se marie mieux à un jeu comme Agricola.

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *