• Kraftwagen - FICHE DE JEU
  • 3

Kraftwagen

Note moyenne
7.88
(4 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 25' - Durée par joueur/euse: 25' - Meilleur score: 124
Catégorie: Intermédiaire
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Récompense(s):
Note moyenne des lecteurs (1 note)
6.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub

1070 Kraftwagen 1

Swa 19

SwatSh:  7/10

Kraftwagen est le dernier jeu de Matthias Cramer, un auteur de génie que j’affectionne particulièrement grâce à ses jeux sublimes que sont Glen More, Helvetia, Lancaster et Rococo.

Kraftwagen reprend la mécanique originale de choix de tuile de Glen More.  Les tuiles sont disposées en cercle avec une tête et une queue.  Le joueur ayant son pion situé à la queue est le premier joueur.  La grande différence avec Glen More c’est que Glen More propose un cercle de tuiles à prendre alors que Kraftwagen propose un cercle de tuiles sur lesquelles sont représentées des actions à réaliser.  Dans Kraftwagen, le joueur situé à la queue va déplacer son pion sur une tuile, déplacer cette tuile en tête du cercle et exécuter la ou les actions associées à cette tuile.  S’il saute trop de tuiles action, il permettra à ses adversaires de réaliser plus d’action que lui.  C’est une mécanique qui a fait ses preuves dans Glen More et qui marche aussi bien dans Kraftwagen.

Alors que personnellement j’apprécie les jeux très bien équilibrés, le truc surprenant dans Kraftwagen c’est que le jeu est volontairement déséquilibré ! :

1)Les tuiles action représentent une, deux ou 3 actions à réaliser.  Il est évidemment beaucoup plus intéressant de choisir de réaliser 3 actions au lieu qu’une.  Grâce à ce déséquilibre, le jeu va être très tendu.  Lorsque vous devez « sauter » de nombreuses actions pour pouvoir réaliser une tuile double ou triple action, vous allez devoir réfléchir à 2 ou 3 fois 🙂  Et ces choix sont succulents.

2)Les cartes technologiques sont déséquilibrées.  Une action permet d’acquérir une des 2 cartes technologiques posées face visible.  Certaines de ces cartes apportent 1 amélioration alors que d’autres en apportent 2.  Pour le même « coût », c’est-à-dire pour la même action, on peut acquérir 1 technologie ou 2, ce qui veut dire le double !  La même action peut apporter le double !  Je dois avouer qu’en préparant le jeu, je me disais que ça devait être un gros défaut du jeu.  Et bien non, après y avoir joué, ce n’est plus qu’un petit 🙂  En effet, il est évident que lorsqu’une carte « double technologie » est parmi les 2 cartes face visible, cette action est très intéressante et le joueur qui voudra l’exécuter va devoir faire un grand saut dans les actions… voir point 1) 😉 Cela reste néanmoins un « petit » défaut car le hasard de la pioche peut favoriser l’un ou l’autre joueur se situant près de l’action technologique au moment où une carte double technologie est piochée.  Le hasard joue avec, c’est indéniable.  Mais ce n’est pas aussi prépondérant que ça en a l’air.1759 Kraftwagen 6

Dans Kraftwagen, on va produire les différentes parties nécessaires à la construction d’une voiture et les mettre en vente.  Ce côté production est très classique (il faut choisir l’action « produire ») mais la mise en vente l’est beaucoup moins.  Une voiture qu’on met en vente présente 4 caractéristiques que l’on aura dû produire précédemment:
– Son design
La valeur d’un design va de 1 à 7 en fonction du nombre de cartes technologiques « design » que vous possédez lorsque vous produisez un design
-Son moteur
La valeur d’un moteur va de 1 à 7 en fonction du nombre de cartes technologiques « moteur » que vous possédez lorsque vous produisez un moteur
-Son prestige
La valeur du prestige dépend du nombre de représentants que l’on place sur la voiture pour la vendre.  Évidemment, une action permet d’acquérir de nouveaux représentants.
-Son prix !
Lorsqu’on met un véhicule en vente, on doit déterminer son prix en prenant un des 8 jetons « prix » disponibles.  Il va falloir bien choisir !

1759 Kraftwagen 4Une autre action permet de faire venir un acheteur.  Il existe 4 types d’acheteurs : celui qui préfère le design et qui achètera la voiture avec le plus beau design (en cas d’égalité, avec le prix le plus bas), celui qui préfère un gros moteur, celui qui préfère le plus de prestige et celui qui préfère le prix le plus bas.  Une action permet de faire venir un des acheteurs.  Chaque acheteur est en double exemplaire et seulement les 4 premiers achèteront une voiture.

Le timing est très important dans Kraftwagen car si vous mettez trop tôt un véhicule en vente, vous risquez qu’un autre en produise un équivalent en technologie mais moins cher (l’acheteur va toujours préférer le moins cher en cas d’égalité sur sa préférence).  Mais il ne faut pas le mettre trop tard car les places sont limitées : seules 6 voitures par tour peuvent être mises en vente et maximum 4 d’entre elles seront achetées.  Le jeu ne comportant que 3 tours, il y a très peu de place à l’erreur.  De plus, il faut attirer les acheteurs au prix d’une action.  Si vous construisez la voiture au plus beau design mais que vous avez négligé de faire venir un acheteur préférant les beaux designs, votre belle voiture ne verra pas d’acquéreur et vous l’aurez construite pour rien.  Que ce jeu est cruel ! 😉  Et tout ça peut se passer très vite.  On peut être pris de court dans Kraftwagen et se retrouver démuni face aux actions des autres.

D’autres aspects vont ajouter de la difficulté dans vos choix dont une course automobile et des tuiles objectifs pouvant également rapporter de nombreux points de victoire.  Kraftwagen peut être cruel, hasardeux et difficilement maitrisable, il n’en reste pas moins une réussite où le timing est primordial, les choix difficiles, l’erreur interdite et la planification obligatoire.1759 Kraftwagen 3

Nouvelle partie

Je descends légèrement ma note après cette dernière partie car elle confirme ce que je craignais depuis le début: Le jeu est génial, les mécaniques tournent à merveille mais je ne comprends pas cette volonté d’avoir des cartes technologiques si déséquilibrées avantageant toujours le prochain à pouvoir en acquérir.  De plus, ces cartes sont tellement puissantes que ça en fait une action obligatoire ce qui est dommage pour l’étendue et la difficulté des choix.

Enfin, je voudrais vous expliquer la combo de la mort que j’ai réussi à mettre en place: Opel qui permet de tripler le revenu de l’amateur de voitures pas chères et Benz qui permet de vendre une voiture supplémentaire à l’amateur de son choix.  Puisqu’il ne reste qu’une seule voiture après la vente, j’ai pu aisément vendre une bagnole à 15 à Benz qui a vu son revenu tripler à 45.  Autant vous dire que je l’ai emporté haut la main!


PhilPhilrey212:     9/10

La bonne surprise de la soirée! Inconnu jusqu’à ce soir, Kraftwagen m’a séduit pour plusieurs raisons. D’abord, la mécanique principale « à la Glen More » que j’apprécie fort bien. En plus ici, pas de hasard de tuile qui apparaît (ou pas). Toutes les tuiles sont visibles dès le départ et le resteront jusqu’à la fin. Ensuite, le thème est bien représenté et bien respecté. Le lien entre les différentes actions est également une merveille. Voyez l’exemple donné par SwatSh concernant la construction d’une voiture au beau design mais sans client.

Bref, pour un jeu qui est passé un peu inaperçu, c’est vraiment un coup de coeur en ce qui me concerne.


Pascal 2Pascal:     8,5/10

Voici un jeu que je ne connaissais pas du tout.  Rien lu, rien vu, rien entendu … Et pourtant il m’a vraiment surpris.

Non pas par le matériel, correct, mais pas vraiment impressionnant.  Mais par les mécaniques assez subtiles d’actions et les différentes stratégies possibles.  Vous vous orienterez vers la course sur la piste, ou vous essaierez de vendre des voitures (si possible les 2).  Mais pour vos voitures, vous pourrez vous diriger vers le développement mécanique de vos moteurs, ou de l’esthétique de vos carrosseries.  Ou bien faites plutôt du bas de gamme low-cost.  Tout est viable pour autant que vous orientez vos consommateurs vers vos voitures.  Choisissez bien le prix de vos véhicules pour en vendre un max.

Une petite simulation d’entreprise (que j’adore), mais sans que ce soit hyper complexe, hyper long.  Ca reste tout a fait accessible ! Belle surprise !


Ren 9

Ren: 7/10

Petite déception pour moi aujourd’hui avec Kraftwagen. Et, soyons honnêtes, le résultat de la partie a une influence dans cet avis. J’ai en effet pris une tôle monumentale, ce qui en soi n’est pas un souci si c’est pas parce que le gagnant a (beaucoup) mieux joué. Mais ici j’ai la désagréable impression que l’intelligence de mon adversaire, certes indéniable, n’était pas la seule en cause dans ma raclée. Il a en effet joué une combinaison de la mort qui tue, qui a complètement écrasé la partie. En soi, et à nouveau, ce n’est pas un souci si cette combinaison est « travaillée », « préparée », et réussie parce qu’on a été plus malin que les autres (ou les autres moins malins que soi). Mais ici vu le système de jeu une partie est uniquement due à la chance : si la bonne carte technologique sort devant votre nez, et bien bardaf, ce ne sera pas l’embardée mais au contraire l’envolée au classement.

Ce déséquilibre criant entre les cartes, et cette part de chance, gâche quelque peu le plaisir du jeu, alors que le jeu est assez agréable et bien dimensionné pour son public: un jeu de gestion intermédiaire plus, pas évident mais pas trop complexe non plus. Et le thème est bien rendu : il faut construire ses voitures et les vendre, et faire la course. Mais tout faire ne sera pas possible. Donc il faudra choisir quelles voitures construire (belles ou moins belles, avec un plus ou moins gros moteur, plus ou moins chères…). Le tout en y accolant le bon prix pour ne pas vous faire piquer une vente par la compétition… Un bon thème bien rendu pour un jeu qui reste agréable mais vraiment dommage que les cartes technologiques, indispensables à jouer, soient si déséquilibrées.


 

1759 Kraftwagen 9

 

 

Avis et notes des lecteurs
Note moyenne :
(1 note)
6.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par pierric
je préfère la suisse
Quelques parties au compteur et si le principe est assez sympa, on s'en lasse vite. Je préfère de loin ce jeu fantastique est assez mal connu qu'est Helvetia du même auteur.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

3 de réponses

  1. Lordsavoy dit :

    Oui c’est bien dommage….

  2. SwatSh dit :

    L’éditeur n’est pas très bavard non plus…

  3. Lordsavoy dit :

    Un bon jeu passé inaperçu car aucune promo, mais on en reparlera j’espère après Essen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *