• Shadows: Amsterdam - FICHE DE JEU
  • 0

Shadows: Amsterdam

Note moyenne
7.00
(2 notes)
Mise en place: 5' - Règles: 10' - Partie: 20'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Distributeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 10
Nombre de joueurs: de 2 à 8 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub

1861 Shadows 1

Swa 22

SwatSh 7/10

Mathieu Aubert, dont Shadows Amsterdam est le premier jeu, a bien fait de présenter son jeu à Libellud.  Il l’a bien fait non seulement parce que Libellud est un éditeur qui soigne bien ses jeux et qui est devenu une référence en terme d’illustrations mais également parce que Shadows Amsterdam colle parfaitement à leur ligne éditoriale.

En effet, comme le dit si bien Ren dans la vidéo ci-dessous, prenez un peu de Dixit (édition Libellud), ajoutez-y une bonne dose de Mysterium (édition Libellud) ainsi qu’un zeste de Codenames (édition Iello) et vous obtenez Shadows Amsterdam.

Rapidité

Shadows Amsterdam se distingue d’abord et avant tout de ses ainés par sa mécanique de rapidité.  Une partie de Shadows Amsterdam passe vite (comptez maximum 20 minutes) car le jeu est une course.  Des équipes de 2 ou 3 joueuses s’affrontent.

A 2 ou 3, le jeu est collaboratif et l’objectif est de réaliser la course en le moins de temps possible.  On apprécie donc pleinement le potentiel de Shadows Amsterdam qu’à partir de 4 joueuses.

A partir de 4 donc, le jeu est une course.  Ce sera l’équipe de 2 ou 3 joueuses qui aura été le plus vite à atteindre les objectifs qui l’emportera.

Lors de la mise en place, on va construire un plateau modulaire recto-verso qui va être constitué de 36 hexagones.  Une joueuse de chaque équipe sera désignée pour guider sa ou ses coéquipières.  Comme dans Codenames, les guides vont recevoir la « solution » sur une carte qui représente le plateau et les emplacements où la figurine de son équipe devra passer et les emplacements à éviter.  La carte comprend plusieurs tuiles objectifs et plusieurs tuiles sortie.  Le but est de passer sur 3 cases objectif pour ensuite être la première à atteindre une sortie tout en évitant les pièges.

Silence1861 Shadows 2

Pour guider ses partenaires, la guide ne pourra rien dire ni montrer.  Comme dans Mysterium, son seul moyen de communication est les cartes.  Elle va choisir une ou 2 cartes parmi les 10 disponibles (et avant ses adversaires) pour indiquer à ses partenaires où déplacer le pion.  Certaines associations seront évidentes comme une carte avec un vélo / une balle / une auto pour désigner une autre carte avec un vélo / une balle / une voiture 😉 tandis que d’autres seront plus subtiles comme faire découvrir 2 personnes grâce à 2 arbres…  Et tout cela dans le silence et la rapidité 🙂

Interprétation et logique

Mais la subtilité n’est pas uniquement dans les mains du guide.  Les autres membres de l’équipe doivent également bien réfléchir car outre les indices donnés par les cartes sélectionnées, une certaine logique devra être appliquée: « si j’ai fait tel parcours jusqu’ici, ce n’et pas pour faire marche arrière, à moins que… »

Sans ronron

Et tout cela se fait dans une joyeuse cacophonie où l’ambiance ronronnante de ses aînés a disparu.  C’est là tout le piment de Shadows Amsterdam: arriver à (faire) interpréter le plus vite possible les images pour courir plus vite que les autres.  Le jeu se veut d’ailleurs plus simple et moins subtil que ses aînés puisque l’objectif est bien d’interpréter très rapidement les images sans en faire une réflexion intense.  De nombreuses interprétations sont souvent évidentes.  Le jeu vise d’ailleurs un public légèrement différent de ses aînés qui préférera tension, cris et éclats de rire à une ambiance plus feutrée, réfléchie et poétique.  Malgré la beauté des illustrations, ici, exit la poésie de dixit 🙂  On est dans une course secrète et, pour ça, Shadows Amsterdam est original.  Je n’avais encore jamais rencontré un jeu de course dont l’unique façon de faire avancer son pion était de bien interpréter les signes et cela, si possible, plus vite que ça 😀

1861 Shadows 3


Ren 11

Ren: 7/10

Bon je vais utiliser une comparaison facile (et certainement utilisée ailleurs) mais inévitable tant elle décrit parfaitement le jeu : vous mixez Dixit avec Codenames et Mystérium et vous obtenez… Shadows : Amsterdam !

Ben oui quand on a tout plein d’images évocatrices, dans un design cohérent, qu’on doit utiliser pour faire découvrir quelque chose, tout en résolvant une énigme, avec un plan et une personne devant faire découvrir à son équipe, avouez que la comparaison est assez pertinente !

Dans le port d’Amsterdam

Dans Shadows : Amsterdam on va donc essayer de résoudre une énigme en découvrant 3 indices, puis en fonçant vers la sortie (tiens j’ajoute un zeste de Magic Maze dans la comparaison). Le jeu se joue par équipes (ou en collaboratif si seulement à 3 joueurs ou moins). Une joueuse doit faire découvrir à ses équipières et équipiers 3 indices qui se trouvent à un endroit précis de la carte, puis les guider vers la sortie. La carte (censée évoquer Amsterdam, on ne va pas dire qu’on a été transcendé par l’évocation) est représentée par des tuiles formant un grand ensemble.

Les joueuses qui font découvrir piochent une tuile solution d’un paquet spécial, et ça leur donnera l’endroit sur la carte où se trouveront des indices, la sortie, mais aussi les endroits où se trouveront des policiers, qu’il faudra éviter sous peine de prendre des pénalités (et à 3 pénalités, bam c’est la sortie de route !).

1861 Shadows 4Hint hint!

La découvreuse ne dispose que d’une arme pour indiquer où se trouvent les indices : des cartes (il y a en a chaque fois 10 disponibles). Elle doit en choisir une (si elle veut faire faire 1 déplacement à son équipe) ou 2 (pour 2 déplacements). Elle ne peut rien dire, ni mimer, ni suggérer. En fonction de la carte ou des cartes choisies l’équipe doit se déplacer sur le plateau, en essayant de comprendre ce que la découvreuse a voulu dire. Parfois c’est relativement évident… parfois beaucoup moins! Quand l’équipe arrive sur un indice ou un policier la découvreuse le signale. Et la première équipe qui arrive à sortir avec les 3 indices a gagné !

Quid ?

Sympa. A 2 ou 3 joueurs, et ce même si on joue contre un chrono, le jeu sera plus cérébral, mais quand même intéressant car on trouve des ressources insoupçonnées dans son cerveau quand on réfléchit bien ! Dans cette configuration on approfondira plus la « compréhension » de la manière de réfléchir de la découvreuse.

Mais le jeu prendra clairement plus d’ampleur à plusieurs équipes, puisque les 2 équipes jouent en même temps (certains indices sont d’ailleurs communs, et ils ne sont disponibles que pour la première équipe qui les trouve…), ce sera donc le foutoir et la montée d’adrénaline, avec tout ce que ça suppose comme perte de contrôle, de « n’importe quoi »… et de rigolade !

Donc si vous jouez à 2 ou 3 vous pouvez réfléchir, si vous jouez à 4 ou plus ne réfléchissez surtout pas 😊


1861 Shadows 8


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 6 minutes par Ren

Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *