• Galèrapagos - FICHE DE JEU
  • 1

Galèrapagos

Note moyenne
8.00
(2 notes)
Mise en place: 5' - Règles: 10' - Durée par joueur/euse: 5'
Année:
Auteur(s): ,
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 8
Nombre de joueurs: de 3 à 12 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

1597 Galerapagos 1

Swa 14

SwatSh: 9/10

Après Focus et Double Mot, Galèrapagos (excellent le nom 😉 ) est le nouveau jeu d’ambiance sorti par Gigamic dernièrement.

Depuis le succès phénoménal et mérité de l’excellent Loup Garous, de nombreuses « variantes » n’ont cessé de voir le jour. Certaines sont magnifiques comme un de nos coups de coeur de cette année : Secret Hitler, d’autres le sont moins…

Galèrapagos est le premier de cette veine à proposer vraiment quelque chose de nouveau :

1) Rôles cachés

Galerapagos n’est pas un jeu à rôle caché. On sait tous qui on est et on est tous des naufragés 😉

2) Le thème

Evidemment, vu que les joueuses n’endossent pas un rôle, fini les thèmes à rôle caché comme les loups bien entendu mais également la mafia, la politique, la noblesse, les races fantastiques, les vampires et tutti quanti !

Dans Galèrapagos, nous sommes des naufragés qui allons tout faire pour survivre sur une île déserte et construire un radeau pour quitter l’île avant qu’un ouragan vienne tout dévaster.

3) La mécanique

Galèrapagos est un jeu d’action.  Chacun, à son tour, effectue une action parmi 4 possibles:

  • Pêcher du poisson pour manger

    On tire 1 boule du sac qui va nous dire combien de poissons on a pêchés: entre 1 et 3.

  • Récolter de l’eau potable

    Cette action dépend de la météo.  A chaque début de tour, on va retourner une carte météo qui va indiquer combien de litres d’eau on va pouvoir récolter ce tour-ci en réalisant cette action: entre 0 et 3.  Comme on va devoir boire tous les jours (à chaque tour), il faudra être vigilent et profiter des jours pluvieux pour faire notre stock d’eau en prévision des jours de sécheresse où il sera impossible de récolter de l’eau.
    De plus, lorsqu’on pioche la carte météo « ouragan », cela annonce la fin du jeu.  On termine le tour puis on doit tous quitter l’île.  Il faudra alors suffisamment de nourriture et d’eau pour faire la traversée en radeau qui doit être lui-même suffisamment solide…

  • Chercher du bois pour construire le radeau1597 Galerapagos 2

    On va alors annoncer combien de boules on pioche dans le sac puis les piocher.  Il y a 5 boules blanches et 1 noire dans le sac en paille magnifique.  Si on ne pioche que des blanches, on gagne autant de bois.  Si la noire est piochée, on ne récolte pas de bois mais on est mordu par un serpent à la place.  On est alors malade jusqu’à la fin du tour suivant.  Ca peut nous couter la vie car on ne pourra plus exécuter d’action jusqu’au tour suivant.  On devient alors un boulet pour le groupe qui doit néanmoins continuer à nous nourrir.  Mais j’y reviens.
    Gagner du bois est intéressant car tous les 6 bois récoltés, on peut réaliser un niveau de radeau.  Chaque niveau de radeau peut supporter une personne…

  • Fouiller l’épave du bateau

    C’est l’action la plus égoïste car elle permet à la joueuse de piocher une carte qui va bien souvent lui donner un bonus personnel.  Autant vous dire que c’est une action qui ne vous fera pas bien voir.  Alors que les 3 premières œuvrent pour le bien du groupe, celle-ci est très égoïste et peut vous attirer la foudre de vos comparses…1597 Galerapagos 4
    Il vous faudra bien peser le pour et le contre avant de réaliser cette action.  Voilà pourquoi elle ne sera pas souvent réalisée et c’est tant mieux car autrement le jeu deviendrait un jeu de cartes et ça aurait été celui qui aurait pioché les meilleures qui l’emporterait.

4) La survie

A la fin de chaque journée (= tour), les naufragés doivent boire et manger à raison d’1 nourriture et d’1 litre d’eau par joueur.  S’il n’y a pas assez de nourriture ou d’eau pour tout le monde, les joueurs doivent s’entretuer pour savoir qui survit 😀 !

Les joueurs vont voter à main levée pour décider qui va mourir.  Autant vous dire que les discussions iront bon train et que les arguments seront toujours de mauvaise fois 😀  Ce qu’un joueur a réalisé comme action, ce qu’il a dit, ce qu’il a fait, s’il est en bonne santé ou s’il est malade, tout pourra se retourner contre vous!  Et même si vous mener les débats comme un chef, un mot de travers et vous êtes mort 🙂

Les joueurs vont continuer à s’entretuer jusque quand il y aura assez de nourriture et d’eau pour tout le monde.

1597 Galerapagos 3Dès que l’ouragan arrive dans les cartes météo, c’est le dernier tour qui se joue.  A la fin de ce tour, non seulement il va falloir nourrir et abreuver tout le monde mais il faudra avoir construit un radeau avec suffisamment de places pour emporter tout le monde (sinon, il va falloir s’entretuer 😉 ) ainsi qu’une portion de nourriture et d’eau en réserve pour le trajet en radeau!!!  Autant vous dire que tout le monde ne pourra pas s’en réchapper 😀

5) Le jeu à 2 vitesses

Le rythme d’une partie de Galèrapagos peut être distingué en 2.  Tout d’abord les joueurs vont œuvrer pour le bien commun en récoltant un maximum de nourriture et d’eau pour le groupe pour pouvoir faire face à la sécheresse et au futur voyage en radeau.  Ils vont également participer à la construction du radeau pour qu’il puisse accueillir tout le monde.

Tout ce joli monde rempli de bonnes intensions va s’effondrer dès le moment où on va entrer dans les difficultés.  Et c’est là où les particpants à Koh Lanta vont s’entredéchirer et où tous les coups bas seront permis.  Le jeu peut être méchant, très méchant. Quand vous tuez votre enfant, ça fait grincer des dents. Et quand vous argumentez avec votre épouse qu’on est bien à 2 sur cette île déserte et autant tuer les 2 enfants de trop comme ca on a enfin la paix, c’est violent! 🙂

Conclusions

Koh Lanta, heu pardon, Galèrapagos est une grande réussite dans les jeux d’enfoirés et renouvelle magistralement le genre Loup Garous en proposant un jeu foncièrement différent et en apportant des sensations à la fois différentes et similaires à son illustre aîné.  Mais bien qu’étant forgé dans le même moule, Galèrapagos se distingue suffisamment pour mériter son achat pour tous les amateurs du genre.  Dans Galèrapagos, ce n’est pas parce qu’un joueur est loup ou qu’il a un rôle particulier qu’il se fera tuer mais bien parce qu’il a pioché une carte ou parce qu’il a dit ou fait quelque chose qui ne plait pas à un autre.  On ne va accuser personne dans Galèrapagos mais on va faire beaucoup de reproches 🙂  Que vous vous taisiez ou pas, tout pourra être retenu contre vous dans Galèrapagos 😀


tapimoket

Tapimoket 7/10

Et oui, quand on fait naufrage sur une île déserte, on peut prendre du bon temps. Mais hélas, la nourriture change peu, et le poisson c’est sympa un moment, mais un bon steak, ça vous manque. En plus, il n’y a même pas de réseau ! Bref, vous ne pensez plus qu’à quitter cette île à bord d’un radeau que vous, et vos camarades, allez construire pour vous échapper tous….

Tous ?

Euh… bon, si on pouvait se passer de quelques personnes, on gagnera quand même un sacré bout de temps ! Surtout que, pendant qu’on bricole, on risque de tomber rapidement à court d’eau et de nourriture. Et oui, on ne peut pas tout faire à la fois…

Galerapagos se présente, au début, comme un jeu coopératif, mais pas trop finalement, voir même pas du tout. En effet, le jeu mêle à la fois la coopération pour construire le radeau, car on sera limité par le temps (apparition de la carte tornade), mais surtout le jeu de p… , de fourbes pardon où chacun va tenter de défendre ses intérêts en dissimulant de la bouffe ou de l’eau, en proposant des échanges, pas toujours catholiques, avec ses camarades, histoire de rester en vie le plus longtemps possible au moment où il faudra condamner quelqu’un, faute de denrées.

En général, on aura droit à une apothéose où les flingues seront carrément sortis pour abattre lâchement quelques autres joueurs afin d’être certain de pouvoir allonger ses jambes sur le radeau.

Autant le dire de suite, on est au final pas réellement dans un jeu coopératif. Les discussions iront bon train pour persuader les autres de vous garder en vie. Tout cela est très amusant, du moment que l’on accepte de se prendre quelques sales coups, et donc d’avoir un public adapté. Certaines cartes, très puissantes, ne laisseront pas trop de choix, il faut donc espérer les avoir, sous peine d’être rapidement éliminé. Si vous aimez les jeux « vaches » et la discussion fondé sur le mensonge, les échanges pas toujours honnêtes, Galerapagos est fait pour vous… Il sera bien mieux si vous y jouez nombreux.


1597 Galerapagos 7


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en x minutes par SwatSh

 

Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

1 réponse

  1. Ce jeu est très intéressant. Aussi, je vais l’acheter et l’essayer….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *