• Through the Ages: L’Histoire vous appartient (version 2016) - FICHE DE JEU
  • 2

Through the Ages: L’Histoire vous appartient (version 2016)

Note moyenne
9.33
(3 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 80' - Partie: 180' - Meilleur score: 79
Année:
Auteur(s):
Editeur(s): ,
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Récompense(s):
pub pub pub

1269 Through 1

 

SwatSh9/10

Faut-il encore vous présenter Through the Ages?  LE jeu de civilisation par excellence qui, avec Sid Meyer’s Civilization, est le jeu que tout amateur du genre se doit de posséder (et de jouer 🙂 ).

Cette version de Through the Ages sortie cette année en Anglais par Czech Games Edition et en Français par Iello est une réédition du jeu original datant de 2006, 10 ans!  Il y a 5 ans, nous avions déjà commenté une nouvelle édition de Through the Ages, vous en trouverez l’article ici.  Je ne vais donc pas m’éterniser sur les mécanismes du jeu mais plutôt sur mes impressions après cette dernière partie d’un des meilleurs jeux de tous les temps!

La mécanique
Oui bon, juste un petit mot sur la mécanique pour les plus jeunes d’entre vous.  La mécanique centrale de Through the Ages est une mécanique de points d’action que vous allez répartir entre:
– Construire des bâtiments qui vous apporteront certains bonus en production de ressources, en force militaire ou en PVs
– Acquérir de nouvelles cartes le long d’une échelle de coût qui vous permettront d’encore mieux vous développer.  Cette échelle de coût était révolutionnaire à l’époque et a été reprise de nombreuses fois depuis comme dans Suburbia par exemple.

Nouvelle édition SONY DSC
Cette nouvelle édition, outre de nouveaux graphismes du plus bel effet, apporte de menus changements qui permettent de rendre le jeu légèrement plus dynamique et équilibré.

La partie
Il n’y a rien à faire, gagner un jeu de civilisation sans une armée forte est impossible.  Encore une fois, le joueur qui s’est le plus investi dans la force militaire l’a emporté.  Et le joueur à la traine a bien souffert.  Surtout quand son adversaire à élu un nouvel empereur: Napoléon qui a décuplé sa force militaire et l’a écrasé durant 2 batailles successives lui pillant ses ressources et l’affaiblissant suffisamment durant de nombreux tours durant lesquels Napoléon a pu construire des bâtiments fructueux grâce aux ressources lâchement volées.  Le joueur plus faible a alors mis de nombreux tours à s’en remettre et à orienter 100% de ses efforts sur l’augmentation progressive de sa force militaire.  Ce qui m’a encore plus frappé c’est que cette suprématie militaire n’est pas survenue à cause d’une erreur ou d’une volonté du joueur plus faible de s’orienter vers d’autres développements mais bien grâce à l’arrivée aléatoire des cartes disponibles.  Un joueur en a profité alors que l’autre ne savait rien faire malgré sa volonté marquée d’être encore plus puissant militairement.

Ceci dit, malgré cette suprématie militaire écrasante, la différence en PVs a la fin du jeu était minime ce qui me laisse penser qu’il doit y avoir moyen de gagner en n’étant pas le plus fort SONY DSCmais en ne se laissant pas faire pour autant.  La force militaire est clairement essentielle à la victoire et nécessitera un peu de chance dans l’arrivée des cartes mais si vous arrivez à ne pas trop vous laisser distancer, vous pourrez aussi prétendre à la victoire, mais elle sera plus difficile.

Même avec cette « évidence » militaire, les choix dans Through the Ages restent difficiles et les possibilités variées, surtout en ce qui concerne le choix des cartes.  Les bons choix, la bonne gestion et la bonne planification restent les maitres mots de ce jeu très complexe et toujours aussi long (3 heures de jeu à 2).


Pascal:     9,5/10

Wouaw, voilà du lourd et du costaud.  A ne pas mettre entre toutes les mains…

Premier challenge : la lecture des règles.  C’est long.  Long parce que le jeu est complexe, et parce que les nombreuses petites subtilités demanderont une deuxième ou une troisième lecture. La première version du jeu a été critiquée parce que les règles n’étaient pas claires.  Pour cette seconde version, un vrai effort a été effectué.  Ce n’est pas encore archi-clair, mais compréhensible.  C’est organisé pour que vous puissiez commencer par une partie allégée (plus courte et avec un aspect militaire moins prépondérant).  Une seconde partie vous donne les dernières infos pour la partie complète.

On a débuté avec la version longue ….  3 heures de jeu à 2.  A 3 ou à 4 joueurs, la durée risque d’exploser.  Mais les interactions aussi : les pactes vont ajouter du sel à l’ensemble.  Et le nombre de guerres et d’ agressions risquent d’être proportionnel au nombre de joueurs (ou plus !).

Clairement, vous l’aurez compris, le jeu est à l’opposé d’un jeu d’apéro ou d’ambiance.  Il est exigeant, et demande une concentration et une attention forte.  Mais ca en vaut vraiment la peine …

Quel plaisir de développer petit à petit votre civilisation, qui va croître suivant différents axes : la culture, la science, le militaire et l’humeur de votre peuple. La culture vous permettra de gagner la partie (celui qui en a le plus en fin de partie est déclarer vainqueur), la science va vous permettre de découvrir de nouvelles technologies, le militaire vous protège contre les autres civilisations et permet les colonisations, et la bonne humeur de votre peuple vous assure une bonne production de vos ressource.  Tous les axes sont archi-importants.  On ne peut rien délaisser au détriment d’une autre axe.

La mécanique principale se base 2 types de cartes bien distincts : les cartes civiles, que vous pouvez choisir parmi 13 disponibles, et les cartes militaires prises au hasard.  Les premières permettent le développement de votre civilisation (cartes technologies, leader, merveilles à construire, …) alors que les cartes militaires vont permettre d’affuter votre tactique, de préparer des agressions ou des guerres, ou de provoquer certains événements.

Tout s’enchaîne avec logique et sont cohérentes.  Vous risquez des révoltes, de la corruption, des problèmes de population malheureuse.  La progression est bien perceptible grâce à différents âges, qui verront apparaître des technologies plus modernes.

Difficile de vous résumer et vous faire ressentir la cohérence et la richesse de l’ensemble, mais croyez-moi, le jeu vous emmène dans une vraie histoire, une vraie évolution au fil des âges, faites de progrès et des difficultés à contourner.

Notre partie a été captivante de bout en bout, il n’y a pas eu de temps mort.  Et on a bien ressenti le besoin de ne pas se faire larguer sur l’aspect militaire.  Cela semble indispensable de, si pas attaquer systématiquement, au moins pouvoir se défendre. Le risque est de perdre une guerre ou une agression, d’être affaibli, et donc d’être une proie encore plus facile.  A noter que le jeu prévoit un règle pour abandonner.  Assez significatif : si vous enchaînez les défaites militaires, vous aurez de moins en moins de chance de vous relever, et vous n’aurez pas envie que ca dure des heures …

Superbe jeu.  Je n’ai pas joué à la première version, mais celle-ci en vaut vraiment la chandelle !


Chaps9,5/10  (Mais vraiment parce-que je m’interdit le 10/10 😉 )

Through the ages ! Jeu culte que j’adore. Bon je pourrais m’arrêter là, tout est dit mais ça manque d’argument…

On parle de la version 2015, donc je suppose que vous connaissez l’ancienne version. En gros on part d’une époque où il fallait se baisser avec douleur pour ramasser 3 patates en craignant les barbares, jusqu’à une autre où devant internet, les fesses dans un fauteuil on mange des chips pendant que l’aviation de notre pays bombarde un pays lointain…

Chaque joueur traverse les âges et développe sa civilisation en choisissant ses progrès, en agriculture, en production de ressources, mais aussi ses leaders, ses merveilles, ses développements militaires, scientifiques, religieux etc… Bref développer à tout niveau une civilisation et rendre son peuple heureux ! Avec des mécanismes aux petits oignons, le must du jeu de civilisation. Mais ce n’est pas le sujet du jour.

Alors la nouvelle version ? Je n’en pense que du bien :
–       Refonte totale des illustrations et il faut avouer que c’est parfaitement réussi !  On passe d’un jeu au matériel  très austère à un jeu aux dessins immersifs, bravo ! Le plaisir de jouer est nettement augmenté !
–       Rééquilibrage des leaders. Les dirigeants de nos nations nous apportent des bonus et il faut dire qu’il existait des déséquilibres, cela est corrigé ! Des leaders peu intéressants le sont devenus bien plus et des leaders trop puissants on rejoint le rang.
–       Changer de leader est facilité. Alors que cela consomme une action civile normalement, dorénavant on récupère immédiatement l’action utilisée lors de changement de leader (lorsqu’il y en avait déjà un).
–       Nouvelle gestion du militaire. La puissance militaire est forcément importante dans un jeu de civilisation, mais dans through the ages vous pouviez vous faire jeter dehors de la partie en deux temps trois mouvements…

Maintenant s’il faut toujours rester vigilant il est plus facile de faire face militairement. Un effet salutaire : cela permet de plus se concentrer sur les autres aspects du jeu, ce que je trouve tout simplement excellent.

o   Tactiques militaires : lorsque l’on en développe une on en bénéficie seul pendant un tour, puis tous les autres joueurs peuvent la développer. Donc un joueur ne peux plus déborder les autres par une tactique qu’il maitrise seul et qu’il a eu la chance de la tirer.

o   On peut se défendre avec n’importe quelle carte militaire et non plus uniquement avec les cartes de défenses. Le nombre de cartes utilisable est limité par son nombre d’action militaire,  donc en ayant suffisamment d’actions militaires et de cartes en réserve on dissuade les agressions.

o   On ne sacrifie plus d’unité militaire en cas d’agression pour augmenter sa puissance (mais toujours lors de colonisation).

Tout cela rend les rapports de force beaucoup moins irrémédiables si on se laisse une chouille distancer. Et on peut se concentrer d’autant mieux sur le développement de sa civilisation plutôt que d’être focalisé sur le militaire la peur au ventre… Le jeu en est, pour moi, grandement amélioré.

Evidemment Through the ages reste de l’expert avec une forte courbe de progression ( le nouveau va souffrir face à des joueurs expérimentés). Des manipulations de cubes un peu lourdes monopolisant une partie de son cerveau pour ne pas commettre d’erreur et pourtant on aurait besoin de tout son cerveau pour adapter ses stratégies… Et le jeu est toujours un peu long.

Mais Je ne pense que du bien de cette mise à jour, plus de plaisir de jeu qui est mieux équilibré et bien plus beau. Plus de liberté permise dans les stratégies. Ceux qui l’ont faite se sont basés sur les très nombreuses remontées des non moins nombreux joueurs qui ont expérimenté Through the ages pendant 9 ans… Culte je vous dis !


 

SONY DSC


 

SONY DSC

Voici un très bon Rioja dont on sent l’histoire couler dans ses veines

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Salut Narno,
    Oui bien sûr. Nations est assez proche de la légende qu’est Through The Ages 🙂
    Amuse-toi bien

  2. narnokatt dit :

    N’est-ce pas plutôt Nations qui serait plus proche de TtA ?
    Même si j’aime beaucoup TtA, je trouve Nations plus dynamique tout en étant autant exigeant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *