• Bad Bones - FICHE DE JEU
  • 0

Bad Bones

Note moyenne
7.25
(2 notes)
Mise en place: 10' - Règles: 15' - Partie: 80' - Meilleur score: 23
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 8
Nombre de joueurs: de 1 à 6 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub

1888 Bad Bones 1

Spiel18_03

SwatSh 7/10

Avec l’extension hidden roles pour Magic Maze et Gravity Superstar (sur lesquels nous reviendrons prochainement), Bad Bones était la troisième sortie de Sit Down présentée lors du dernier salon d’Essen.

Initié par le très chouette Age of Towers, Bad Bones se situe dans la lignée de la hipe du moment : le tower defense !  Chaque joueuse dispose d’un plateau personnel en damier dont la case centrale comprend votre donjon.  Outre le donjon, chaque plateau va également comprendre des monstres et le héros de la joueuse.

Bad Bones tourne très bien et sans temps mort grâce à sa mécanique d’actions simultanées.  Chaque tour est subdivisé en différentes phases, toutes jouées en même temps par toutes les joueuses !  Autant vous dire que ça bouge pas mal 😉

Un héros beau et fort

On commence par bouger son héros d’une case.  S’il arrive sur une case avec un ou plusieurs monstres, il les tue tous !1888 Bad Bones 2

Les pièges fragiles

Ensuite on va pouvoir placer ou retirer un de nos pièges.  Toutes les joueuses disposent des mêmes pièges dans la version de base du jeu.  Dans la version avancée, les joueuses pourront choisir des pièges plus originaux et différents.  Les pièges ont différents effets : dévier la trajectoire du monstre, catapulter un monstre chez un adversaire, faire fuir des monstres avec son dragon apprivoisé 😉 , …

Les pièges ont la particularité d’être fragiles.  Si un monstre passe dessus, le piège s’active et se détériore (on le retourne face abîmée).  Si, lors d’un tour ultérieur, un autre monstre passe sur un piège abîmé, le piège s’active à nouveau et est détruit.  Comme vous ne disposez que de 6 pièges pour toute la partie, il vaut mieux retirer ses pièges après la première activation car une fois remis en réserve, ils sont automatiquement réparés (merci la petite main d’œuvre 😉 ).  Evidemment, on ne sait pas faire les 2 : soit on place, soit on retire un piège.  On sera assez rapidement débordé par l’afflux de monstres.  Ce sera bien souvent un choix difficile entre sacrifier un piège ou le sauver tout en laissant plus de monstres vous envahir.

1888 Bad Bones 3Les monstres

Ils vont d’abord se déplacer selon leur direction.  Il n’y a aucun hasard là-dedans et tout est 100% prévisible (bonjour le casse-tête pour anticiper tout ça avec ses pièges 😉 ).  Si un monstre arrive dans votre village, il détruit une de vos 5 maisons (si c’est la 5ème, vous perdez la partie).  S’il arrive sur votre donjon, il détruit un des 4 étages (si c’est le 4ème, vous perdez la partie).  S’il arrive sur un piège, il est activé.

Ensuite, vous piochez 3 nouveaux monstres sur lesquels seront indiqués l’endroit où ils apparaissent ainsi que leur direction.

Les vilaines copines

A ces 3 monstres, seront ajoutés les monstres envoyés par les autres joueuses.  Et c’est là tout le plaisir de Bad Bones : s’organiser pour envoyer un max de monstres chez les autres.  Les pièges servent essentiellement à ça et c’est très comique d’ennuyer ses adversaires ou de les voir râler suite à un afflux non prévu 😉  Il y a dans cette mécanique un côté « on envoie tous nos monstres chez la joueuse en tête » qui peut déplaire tant le jeu va « tourner » en direction de la joueuse qui mène à ce moment-là.  Comme tout est très « mathématique » dans Bad Bones, il est très facile de calculer les PVs de chacune et de déterminer qui mène à un moment précis pour lui envoyer tout dans sa face 😉

Assez proche d’Age of Towers dans son thème et son côté mathématique/anticipatif où tout est prévisible et donc maîtrisable, Bad Bones est très amusant.  Le jeu est néanmoins juste bien équilibré pour que les joueuses soient tout le temps débordées.  Le jeu est maîtrisable mais il y a toujours trop de monstres et on ne pourra jamais tout réguler.  Les monstres vont inexorablement vous déborder pour détruire votre village et votre donjon.  Le tout sera alors de se défendre au mieux pour retarder l’échéance fatale tout en envoyant un maximum de vos monstres chez vos adversaires.  C’est très amusant mais quand on joue bien, on arrive à bien ralentir l’afflux des monstres ce qui va prolonger la durée du jeu un peu trop apportant un sentiment de répétitivité.  Ce sentiment est accentué par l’absence de montée en puissance.  Bad Bones est pour cela beaucoup plus destiné aux enfants qui arriveront probablement moins bien à contenir l’afflux bestial et pourront finir le jeu dans un laps de temps plus court profitant mieux et plus intensément des soubresauts du jeu et de l’ambiance assassine de ces tas d’os déconfits.1888 Bad Bones 4


1886 Essen 2019 71

Ren: 7,5/10

Sit Down a failli se tromper d’époque avec ce petit Bad Bones rempli de squelettes. La mode des zombies et autres créatures d’outre-tombe battait en effet son plein il y a une paire d’années, mais le buzz semble être (et bien heureusement) quelque peu retombé à ce sujet. Donc ils ont failli louper le train, mais après tout pourquoi pas, il est parfois mieux d’arriver après tout le monde, quand on est quasi tout seul, plutôt que d’être noyé dans la masse ! Par contre là où Bad Bones est en plein dans la cible c’est au niveau de la mécanique, le tower defense. Genre qui a débuté dans les jeux vidéo il y a quelques années, et qui s’est étendu à quasi tous les genres culturels (en tout cas à minima au jeu de société et au cinéma). Tower defense avec des squelettes donc, kesaco ? Et bien dans Bad Bones on va défendre son village et sa tour principale de défense contre une invasion de plus en plus… envahissante de squelettes… Et pour faire ça on va les taper (Wouééééé !), on va les dérouter, et on va les envoyer chez les voisines (re-Wouééééé !)

A chaque tour de jeu on va réaliser les actions suivantes :

1 Je tape (enfin je me déplace en espérant taper)

On va déplacer son héros d’une case. Simple et clair. Si le héros arrive sur une case où se trouvent des squelettes, il les zigouille tous. Simple et clair.

2 Je piège ou je répare

Ensuite on va poser ou récupérer un piège (déjà posé lors d’un tour précédent). Il y a différents pièges qui vont permettre soit de dérouter les squelettes, soit de les tuer, soit de les envoyer chez les voisins. L’astuce étant que les pièges ne peuvent servir que 2 fois, sauf si ils sont réparés. D’où l’action permettant de reprendre un piège déjà posé. Donc un squelette qui déclenche un piège va l’abimer. Si vous le laissez sur le plateau et qu’au tour suivant un autre squelette le déclenche à nouveau il est définitivement détruit. D’où l’intérêt de le reprendre pour le réparer, afin de pouvoir le reposer plus tard (sachant que vous avez un nombre fini de pièges en début de partie). Intérêt encore renforcé par le fait que vous gagnerez des points pour certaines pièges non détruits à la fin de la partie. Vu l’afflux rapide de squelettes vous allez rapidement faire face à de gros dilemmes : soit je mets un super piège au bon endroit qui va envoyer valdinguer ces tas d’os brinquebalants, soit je répare mon autre piège abimé lors d’un tour précédent, sans quoi il risquerait de se faire détruire et du coup ne me rapporterait pas de points à la fin de la partie…

3 Je bouge les squelettes

Les squelettes vont soit se déplacer sur votre plateau (pour les squelettes déjà existants), soit arriver sur votre plateau (pour les 3 nouveaux qu’on reçoit à chaque tour, ou pour ceux que vos adversaires vous auront gentiment envoyés…). Ils arriveront de la gauche, de la droite ou d’en haut, sachant que votre tour se trouve en plein milieu du plateau, et votre village (comportant 5 maisons) tout en bas. Ils se déplaceront en ligne droite d’une case. Mais un astucieux système de flèches sur le plateau fait que la plupart des squelettes vont à un certain moment repiquer vers votre tour (certains préférant simplement continuer à foncer vers votre village).

Quand un squelette se déplace il peut se passer plusieurs choses : si il arrive sur une case vide il ne se passe rien. Si il arrive sur le héros (ben oui c’est pas très malin un squelette…) il meurt tout de suite. Si il arrive sur un piège il déclenche son effet. Si il arrive sur la tour il détruit un étage (la tour ayant 4 étages, si il détruit le dernier étage la partie s’arrête immédiatement). Si il arrive sur le village il détruit une maison (le village ayant 5 maisons, si il détruit la dernière maison la partie s’arrête immédiatement).

This is the end

Dès que la partie se termine toutes les joueuses qui ont déclenché la fin de la partie (i.e. qui ont vu leur tour ou leur village complètement détruit.e) sont éliminées. Les autres comptent leurs points, on marque des points pour les maisons, pour les étages de tours et pour les pièges restants. Mais encore ?

Malgré son thème rigolo et facile d’accès, le jeu peut se jouer de manière assez « sérieuse », puisque tous les éléments sur le plateau sont contrôlables : on choisit bien évidemment le déplacement de son héros et le placement/la réparation de ses pièges, mais le déplacement des squelettes est lui aussi prévisible, il n’y a aucun hasard. Il y a un peu de hasard dans le tirage des 3 nouveaux squelettes (puisqu’ils arriveront de la gauche, du dessus ou de la droite selon leur position sur la tuile et leur couleur – système bien fait d’ailleurs) mais ça reste raisonnable. Donc les grosses joueuses trouveront un minimum de quoi assouvir leur soif de planification et réflexion en jouant avec la famille ou des joueuses moins aguerries.

Le gros point faible du jeu est pour moi la présence d’un kingmaking (très) significatif. Les squelettes peuvent en effet être envoyés chez nos voisines de droite ou de gauche (si on réussit à les dérouter vers le bord droit ou gauche de notre plateau), voire chez n’importe quelle joueuse (si on les déroute vers le bord supérieur, ou si on les renvoie avec notre catapulte, ce qui est toujours très plaisant !). Du coup il y a le travers habituel de taper allégrement sur la joueuse qui est en tête pour lui pourrir son jeu. Et du coup ça rend le jeu un peu trop long pour ce qu’il est, puisqu’on va « tourner » en tapant successivement sur les joueuses en tête, jusqu’à ce qu’agonie définitive s’ensuive.

Par contre le très gros point fort du jeu est clairement le sentiment d’envahissement progressif. Malgré tous ses efforts les Oscar mal intentionnés continuent à revenir, en nombres toujours plus grands, et ils vous détruisent progressivement votre joli village et votre jolie tour, méthodiquement, morceau par morceau. Cette sensation est vraiment bien rendue et donne beaucoup de fun au jeu.

Un bon petit jeu familial + ce Bad Bones !


 

 1888 Bad Bones 5


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 11 minutes par Ren

Avis et notes des lecteurs
Pas encore de note !
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *