• Mémoire 44 New Flight Plan - FICHE DE JEU
  • 0

Mémoire 44 New Flight Plan

Note moyenne
7.00
(1 note)
Mise en place: 10' - Règles: 10' - Partie: 40-120 mins'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s): ,
Editeur(s):
Distributeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 8
Nombre de joueurs: de 2 à 2 (+ avec plusieurs boites) joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

Tapimoket : 7/10

Si vous connaissez Mémoire 44, allez directement au titre « New Filght plan » plus bas »

Et si on reparlait de Mémoire 44

New Flight Plan est avant tout une extension du célèbre jeu Mémoire 44. Il n’existe pas de critique de Vin d’jeu sur Mémoire 44, mais je pense que tout le monde, dans le milieu ludique, en a entendu parler. Mémoire 44 est un jeu d’affrontement pour 2 joueurs se déroulant durant la seconde guerre mondiale. On pourrait imaginer un gros jeu de stratégie complexe, mais ce n’est pas du tout le cas. Et c’est justement son accessibilité au grand public qui en a fait le succès.

Je vous fais juste un rappel sans rentrer dans tous les détails. Mémoire 44 propose divers scénarios, dans lequel deux camps s’affrontent sur une carte composée d’hexagones. Dans la boite de base, les scénarios concernent les combats en Europe de l’ouest et notamment le débarquement. Mais un plateau recto-verso permet de s’éloigner des plages pour faire aussi des batailles qui ne se déroulent pas sur les plages. Les scénarios imposent d’ajouter des tuiles de décors (Forêts, villes, rivières, ponts, Bocages Normand, …), des unités militaires en groupe de 4 à 2 (Infanterie, Chars, Artillerie) et certains éléments supplémentaires (Bunkers, Barbelés, Croix anti-chars,…). Chaque objet ou terrain aura alors des incidences sur les jets de dés pour la résolution des combats.

Un tour de jeu est assez simple. Le joueur actif aura à sa disposition un certain nombre de cartes de commandement. Sur ces cartes, il peut activer une ou plusieurs unités sur une ou plusieurs parties du plateau (Gauche, centre ou/et droite). D’autres cartes, avec textes, permettront des actions précises, en général avec des bonus intéressant. On choisit alors une de nos cartes, on la joue, on déplace les unités concernées, puis on réalise les combats de ces unités si on veut ou peut.

Les combats sont des jets de dés dont le nombre va dépendre de la distance, du type d’unité en action, du terrain visé, et aussi des éléments éventuellement décrits sur la carte. Ainsi, une unité d’infanterie se déplace moins vite et fera moins de dégâts qu’une unité de chars. L’artillerie se déplace très difficilement, mais peut tirer très loin et sans être gênée dans sa ligne de vue, etc…

On lance alors les dés et le résultat va dépendre des faces indiquées. En général, si la face correspond au type d’unité visée, on enlève alors l’un des éléments de l’unité, sachant qu’une unité comporte plusieurs figurines sur l’hexagone. Une grenade touche tout type d’unité (sauf exception). Un drapeau aura pour effet de faire battre en retraite l’unité. Enfin, l’étoile n’a quasiment pas d’effet, sauf si le texte de la carte le spécifie.

Une fois la carte jouée, on en pioche une autre et c’est à l’adversaire de jouer.

La plupart des scénarios demandent de détruire un certain nombre d’unités adverses pour gagner des médailles. Parfois, on pourra aussi en remporter dans d’autres conditions comme par exemple la prise de position à un endroit précis. Une fois, un nombre de médailles atteint en premier, on remporte la partie.

Ce qui fait la force de Mémoire 44, comme je l’ai dit plus haut, ce sont des règles épurées et c’est probablement l’un des premiers à avoir rendu le jeu de figurines à la portée de tous, tout en étant riche en matériel,actions et scénarios. Si vous débutez complètement dans le domaine de la figurine ou si vous jouez en famille, ce sera le jeu parfait. Les plus aguerris passeront probablement la vitesse supérieure, mais je pense qu’il n’excluront pas d’y rejouer une « petite partie » car Mémoire 44 reste agréable à jouer même après s’être essayer à des jeux plus complexes.

New flight plan

Comme indiqué ci-dessus, il s’agit d’une extension. Il en existe d’ailleurs plusieurs pour Mémoire 44, comme celles de la bataille du pacifique, le théâtre de l’est, et bien d’autres encore… Il existait même déjà une extension appelée « air-pack » qui n’est ni plus, ni moins la première version de New Flight Plan. Cette ancienne extension est tombée en rupture depuis un bon moment, et est quasi introuvable à moins d’y mettre une fortune.

New flight plan s’en inspire largement. On y retrouve les bases mais certains éléments ont été simplifiés et modifiés. Je vous en reparle plus bas.

New Flight plan introduit la dimension aérienne dans Mémoire 44. Il faudra bien comprendre toutefois qu’il ne faut pas s’attendre à pouvoir réaliser de grands combats aérien comme le proposent des jeux tels que Wings Of Glory ou X-wing. Pas d’escadrilles, pas de vols en formation, pas de notions de points pour construire une flotte.

En effet, on ne pourra d’ailleurs avoir qu’un seul avion en vol dans son camps, soit seulement un maximum de deux avions à la fois sur le plateau. Il y a 16 appareils dans la boite, mais on en utilisera en fait que 3 chacun. On aura un chasseur, un bombardier et un chasseur bombardier et seulement un socle, puisqu’un seul des trois pourra être présent. Si on en a plus, c’est tout simplement en rapport avec la nation jouée (Britanniques, USA, Japon,…)

Pour faire entrer un avion sur le terrain, les règles sont simples (Plus simples que l’Air-pack). Il suffira de jouer une carte de commandement pour activer une unité de terrain, mais on pourra l’accompagner par une carte de ‘Combat aérien’ qu’on a reçu en début de partie (2 ou 3 selon l’année du conflit). Cette fois, au lieu d’activer une unité au sol, on met en jeu un avion au choix parmi les 3 que l’on possède. Il pourra d’ailleurs apparaître n’importe où sur le terrain, contrairement à l’ancienne version où il devait arriver depuis le bord du plateau. C’est moins logique, mais cela semble avoir été changé pour accélérer son action. Cette avion aura alors un ‘capital’ en munitions selon son type (des cartouches, des bombes ou un mélange des deux)

Un avion en jeu pourra ensuite être activé comme une unité au sol par une carte de commandement classique de la version de base, sans devoir rejouer une carte Combat aérien. Lorsqu’un avion agit, il pourra attaquer les unités ennemis au sol en se déplaçant sur 4 hexagones. Il pourra alors arroser des unités au sol obligatoirement contiguës. On place alors ses jetons cartouches ou bombes sur les unités visées. Tout comme une attaque terrestre, on termine tous nos déplacements et on effectuera ensuite les jets de dés. On pourra très bien réaliser nos dégâts générés par l’aviation quand on veut, en premier, pendant, …

Les avions attaquent toujours avec un seul dé et devront faire une face correspondant à l’unité visée pour en détruire un élément si ce sont des cartouches. Si c’est un bombardier, le résultat ‘grenade’ fonctionne aussi.

La grande nouveauté par rapport à l’Air pack, c’est qu’il sera possible de délaisser notre avion sans l’activer pendant un ou plusieurs tours de suite. Dans ce cas, on considère qu’il patrouille bêtement. Dans l’ancienne version, nous étions obligés de l’activer’ à chaque tour sous peine de le retirer du jeu. Bien entendu, si notre appareil est à cours de munitions, il ne pourra plus attaquer et devra être retirer du plateau. C’est également possible de choisir de le retirer au début de son tour. Ceci peut permettre en autre, d’en déployer un autre type ou le même plus tard.

D’autres attaques seront possibles. En effet, si votre avion est adjacent à un avion adverse après un déplacement, vous pourrez alors tenter un dogfight (un combat entre avions). De ce coté, cette nouveauté est intéressante dans sa résolution. En effet, il faudra deux jets de dés. Pour le premier, on prendra autant de dés que le chiffre indiqué sur la carte résumé du type d’avion pour les combats aérien (3 dés pour un chasseur par exemple) . Si l’on obtient une ou des faces ‘grenades’, on a touché, mais pour détruire l’adversaire, on rejette alors ces dés ‘grenades’ et il faudra au moins refaire un résultat ‘grenade’. Si c’est le cas, l’avion ennemi est détruit et non seulement ce type d’appareil ne pourra plus revenir en jeu, mais le vainqueur emporte une médaille !

L’autre attaque possible viendra du sol. En effet, une unité adjacente à un avion pourra tirer sur l’avion. D’ailleurs, si elle se trouve adjacente à un avion, elle devra le faire au lieu d’attaquer une unité au sol à distance (règles du combat rapproché). C’est un peu bizarre cette obligation selon moi dans le cas d’un avion, mais disons que ce peut être un moyen de bloquer des unités adverses à se focaliser sur l’avion plutôt que sur vos troupes au sol. Personnellement, pour un avion, je n’aurais pas rendu cela obligatoire.

Je vous passe d’autres détails comme la possibilité de bombarder une ville.

Jouer la bonne carte

Revenons sur un point essentiel : la carte combat aérien ! Et oui, ces cartes servent comme on l’a vu à déployer un avion, mais pas seulement. En effet, si vous déployez le type d’appareil qui correspond au logo type de la carte, ou encore si vous jouez une carte combat aérien dont le type correspond à votre appareil déployé, vous pouvez alors appliquer l’effet de cette carte au lieu d’un combat standard. Les effets sont multiples et souvent puissants comme la possibilité de lancer plus de dés !

Les cartes combat aérien ne seront pas automatiquement remplacées après leur utilisation. En effet, soit il faudra des effets particuliers comme la ‘reconnaissance ‘ des cartes standards, soit parce que celle que vous avez joué, vous indique la possibilité de repiocher une nouvelle.

Alors ça vole ou ça plane ?

Mon avis est assez mitigé sur New Flight Plan. Tout d’abord entre l’ancien Air Pack et ce nouveau module, ce qui est certain, c’est que les règles sont plus claires, plus simples et le dogfight apporte un sacré élément indispensable. Toutefois, on n’aura plus ces jolies tuiles qui mettaient plus de réalisme, même si elles ne servaient pas vraiment. Et surtout les avions ne seront pas peints. C’est un détail, certes, mais c’était quand même top.

Un autre point qui me gène, ce sont les scénarios où l’on parle des règles de « matériels », qui ne sont ni dans la boite de base, ni dans cette extension. il faudra, en effet, fouiller le site de Days of Wonder, pour les obtenir. Ceci dit, on a au moins la chance d’avoir une dizaine de nouveaux scénarios, sachant que les règles de New Flight plan sont compatibles avec tous les scénarios des anciennes versions, boite de base incluse.

New flight plan apporte donc la dimension aérienne à Mémoire 44. Il ne s’agit pas ici de réaliser des grands combats aériens avec plusieurs appareils, ni de réaliser des missions purement axé sur l’aviation. Il faut plutôt le voir comme une variante, un ‘plus’ qui s’ajoute au jeu de base. Si vos cherchez un vrai jeu de combat d’avions,choisissez plutôt des jeux comme Wings of glory.

Toutefois, sa compatibilité et son système s’intègre bien aux petites cartes de Mémoire 44 et c’est très bien de l’avoir enfin en vente, sachant que des personnes cherchent encore activement l’Air-pack qui est souvent hors de prix. Ceci dit, d’un point de vue financier, pour New Flight Plan, le taux contenu/prix est un poil élevé.

Ce n’est pas l’extension indispensable mais si vous êtes un grand fan de cette gamme et/ou que vous êtes fascinés par les avions, New Flight plan sera là pour vous


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *