• Olympos - FICHE DE JEU
  • 4

Olympos

Note moyenne
8.60
(5 notes)
Règles: 50' - Partie: 100'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Nombre de joueurs: de 3 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

SwatSh:  9 /10

Avant d’être un jeu de ce sublime auteur qu’est Philippe Keyaerts (Evo, Smallworld, Vinci), Olympos est avant tout un bon jeu Français.  Et le problème quand un bon jeu Français sort, c’est que la toile ludique Francophone ne tarit pas d’éloges à propos de ce nouveau jeu.  Et ceci provoque chez moi beaucoup de méfiance.

Force est de constater qu’Olympos est à la hauteur de sa récente réputation, magnifique.

Olympos est, tout comme les autres jeux de Philippe Keyaerts, un jeu de conquête.  L’auteur a su tout de même se renouveler en utilisant le mécanisme du temps au mieux, mécanisme utilisé dans Thèbes.  Au lieu d’utiliser des points d’actions, ici, ces points d’actions sont comptés en temps d’action.  Et si vous utilisez peu de temps (points), vous pouvez jouer plus d’actions que les autres.  Evidemment, les meilleures actions coûtent beaucoup du temps!

Ce qui me plaît le plus dans Olympos, c’est son système de combat: l’attaquant gagne toujours!  Excellent, j’adore.  Mais au plus l’attaquant est faible au plus attaquer lui coûtera des points de temps!

Le reste est plus classique: les territoires conquis vous rapportent des matières qui vous permettent de construire des bâtiments vous apportant divers bonus voire même des points de victoire.  C’est ici que la partie se joue: construire les meilleurs bâtiments qui vous apporteront une combinaison de bonus qui vous permettront de l’emporter ou non.  Cette partie est très stratégique et les combinaisons de bâtiments victorieux semblent importantes.  A noter cependant que les épées permettant d’emporter plus facilement les combats sont très très intéressantes et qu’il semble fort dommage de s’en passer…

Il y a un troisième système non négligeable qui est sympa aussi mais totalement abstrait: lorsqu’on construit des bâtiments d’une même colonne, le coût pour construire la merveille de cette colonne diminue d’autant.  On sera donc tenté de construire des bâtiments moins lucratifs mais qui réduiront suffisamment le coût de la merveille pour que vous puissiez vous l’offrir avec les points qui vont avec.

Les règles d’Olympos, bien que nombreuses, sont assez faciles à assimiler.  Cependant, les choix sont nombreux et le temps d’attente entre chaque tour est très long pour arriver à une durée de jeu dépassant les 2 heures et demi aisément.  Le jeu est fort lent.

Olympos est un raffraîchissement dans les sorties ludiques actuelles et apporte son lot de plaisir suffisant pour que je vous conseille vivement d’y jouer!

Nouvelle partie:

Olympos c’est toujours un plaisir que d’y jouer tout en pouvant tester d’autres stratégies.    Ici, toute ma stratégie a été basée sur 2 aspects: développer des technologies d’une colonne pour gagner la merveille associée et se focaliser sur les développements nécessitant de l’or pour sa construction car j’ai rapidement acquis le développement donnant une réduction en temps pour ces constructions.  Très bon développement!  Je vous le conseille puisqu’il m’a sérieusement aidé pour la victoire 😉

Olympos est un petit bijou.

Nouvelle partie 2

Dans cette partie, c’est la première fois que je vois gagner un joueur qui n’a aucune épée.  Il s’est plutôt focalisé sur l’aide de Zeus et le gain de merveilles.  Comme quoi, différentes stratégies sont réellement possibles dans Olympos.  Toujours sous le charme.

Nouvelle partie 3

Quel plaisir à chaque fois renouvelé de faire une partie d’Olympos.  Jeu ayant reçu le prix du Vin d’jeu d’l’année des lecteurs 2011 je vous le rappelle!

Dans mes anciennes parties, j’ai souvent opté pour la stratégie des épées me faisant gagner beaucoup de temps dans les batailles.  Le choix de cette stratégie m’a souvent rapporté la victoire.  Dans cette partie, dès le début, j’ai pu remarqué la colonne des découvertes idéale pour cette stratégie.  Mais je me suis battu contre mon instant en prenant le temps de réfléchir à une stratégie différente.  En analysant le plateau des découvertes, j’ai remarqué une combinaison de 2 colonnes assez proches me permettant de gagner rapidement l’avantage de me déplacer rapidement sur terre comme sur mer.  J’ai donc opté pour une stratégie de fuyard: j’ai rapidement fui le vieux continent pour me retrouver seul sur les îles désertes de l’Atlantide me procurant des denrées et des jetons merveilles bien précieux.  J’ai rapidement fait l’acquisition de 2 merveilles et ai su en gagner une troisième juste avant que le plus puissant d’entre nous vienne me ravir tous mes territoires d’outre mer.  Je termine la partie très pauvre avec un seul territoire mais avec une victoire pacifique à la clé grâce à l’efficacité de ma stratégie de fuite mais rapide et efficace jusqu’à votre anéantissement par le plus fort qui n’en tirera que les miettes.  Jouissif!

Je suis vraiment très content que la stratégie pacifique puisse payer également bien que je pense qu’il m’a fallu un brin de chance (j’ai couplé stratégie pacifiste avec suprématie divine me donnant les avantages des cartes divines qui m’ont bien aidé, surtout celle de la merveille) pour en arriver là et que la stratégie épée est plus souvent victorieuse.  Le nombre de stratégies est donc assez limité dans Olympos: agressive, pacifiste ou entre les 2 mais les différentes options de découvertes permettent des variantes assez sympas.

_______

 

Philrey212: 8,5/10

Que dire de plus que mes amis? Olympos aux règles assez simples. Ceci dit, elles ne sont pas non plus super bien écrite. Exemple, nous nous sommes trompés dans l’une d’elle par une phrase quelque peu équivoque si on n’y prête pas attention (ce fût mon cas, malheureusement). Ceci dit, cette erreur ne nous a pas empêché d’apprécier toute la qualité du jeux. Je rejoins SwatSh sur les lenteurs qu’on peut trouver à attendre son tour. Au bout de plusieurs parties, cette critique s’estompera certainement par la meilleure connaissance des découvertes.

Olympos reste un must pour tous.

Nouvelle partie:

Pas grand chose à rajouter. Une explication de règle s’est imposée pour mon fils, 10 ans, qui s’est super bien débrouillé. Dans cette partie, en 1 tour, attaqué par 2 joueurs, la victoire s’est envolée (si pas la victoire, le suspens de fin de partie me concernant). C’est le jeu 🙂

_______

Benoit: 8/10

Cette première partie de Olympos fut difficile et pas très fluide: il faut comprendre les tuiles découvertes et décider d’une stratégie rapidement en étant dans le brouillard. Le dernier joueur est en plus coincé par les choix des précédents.

Je pense qu’il faut être fort militairement pour gagner: un manque d’épée, et on devient la cible d’adversaires sans scrupules (snif)! Etre faible en Zeux coute également cher, et de façon aléatoire.

Par contre, quant on est bien entré dans le jeu, c’est le pied. Le système du temps est génial et les découvertes donnent des avantages pas évident à choisir. Nous étions dans l’incertitude la plus totale quant aux points de victoires et avons eu de belles surprises à la fin.

A rejouer impérativement!

__________

Thierry: 8,8/10

Olympos est le type de jeu que l’on apprécie particulièrement chez Vindjeu, à savoir un jeu aux règles abordables, aux mécaniques originales et présentant de nombreuses stratégies possibles.  Bon pour les règles, il faut compter +/- 40 minutes bien tassées pour les explications de base (non compris la lecture concernant les différentes tuiles, ce qui rend le jeu un peu lent lors de la 1ère partie), ce qui est tout à fait raisonnable.

En ce qui concerne les mécaniques, vous avez tout d’abord la manière de jouer/de réaliser vos actions qui consiste à consommer des unités temps représentée sur la piste de jeu (et donc à avancer sur celle-ci), le dernier positionné sur la piste (càd celui qui a consommé le moins de temps) étant le premier à jouer.  En outre, lorsque vous passez par certains points de repères de la piste (y en a cinq je crois), des cartes « Olympos » (applicables à tous) peuvent devenir actives et vous avez aussi droit à tirer une carte « Destin » vous offrant certains privilèges – dont certains peuvent s’avérer puissants – .  A noter que les cartes Olympos peuvent aussi être déterminantes, et c’est la raison pour laquelle je vous conseille de collectionner quelques « zeus » dès le début de la partie afin d’en profiter ou de s’en protéger.

Le reste est plus classique mais toujours très bon.  Vous conquérez des territoires (vierges ou occupés) pour acquérir des ressources qui vous permettent ensuite d’acheter différentes tuiles.  Certaines vous donnent des pouvoirs supplémentaires (déplacement plus facile, plus de force d’attaque et de défense,…) et d’autres vous donnent directement des points de victoire.  D’autres encore sont des combinaisons puissantes qui une fois réalisées vous donneront de précieux points de victoire au décompte final.  Pas facile donc, vous avez le choix entre de nombreuses tuiles et il va falloir construire son jeu de façon cohérente, tout en veillant aux jeux des autres joueurs car à nouveau, pour Philippe Keyaerts, le monde est trop petit (tiens donc :)).

Bref, beaucoup d’amusement et jeu à recommander.

Nouvelle partie:

Toujours aussi bon, ma cote passant même à 9.  Vraiment à recommander.

_________

Dan: 8,5  /10

Les très bonnes critiques sont justifiées.  Le jeu est fluide et les règles pas trop lourdes.

La séquence de jeu, définie par la consommation de temps de chaque joueur, est originale et amène un aspect tactique indéniable.

Toute la difficulté, à côté de cette gestion, consiste à équilibrer, d’une part, la conquête de nouveaux territoires et donc de nouvelles ressources et d’autre part, l’achat des tuiles découvertes et merveilles en essayant de combiner les avantages générés par chacune de ces tuiles.

Nouvelles parties

Olympos a une bonne profondeur dans le choix des tuiles découvertes et d’une stratégie de développement.

Il faut tenir compte de tous les petits détails: même le cube de départ a une influence sur vos choix, la configuration et le placement des tuiles découvertes ont aussi une très grande importance dans votre choix stratégique.

Un bon joueur d’Olympos gagne 9 parties sur 10.  Mais l’avantage d’Olympos est qu’on peut y jouer à l’instinct sans y faire office de figuration.

La grande qualité d’Olympos pour un jeu de cette profondeur est sa courte durée: 1h30 max.


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

4 de réponses

  1. narnokatt dit :

    A mon sens le gros défaut d’Olympos est plus dans la qualité de son édition, pas de plateau personnel, tous les pions en vrac sur la table, pas de calepin ou d’aide de jeu et dans une moindre mesure le plateau des découvertes en carton léger… c’est léger.
    Mais le jeu est tellement bon, qu’on est vite passé au dessus de tout ça !
    Un ami qui n’aimait pas ce jeu l’a qualifié de hasardeux et méchant, c’est au contraire ce qui me plait (en plus des qualités citées par Vind’jeu), c’est un peu le pendant de Cyclades, en un peu moins fun peut-être.

  2. xav dit :

    je suis tout a fait d accord avec alarane, on se retrouve avec un jeu extrêmement mécanique, sans vie.

  3. Crenom dit :

    Merci Alarane pour tes avis. Même si je ne les partage pas tout à fait, ils sont intéressants et bien argumentés. C’est vrai qu’Olympos n’a pas un thème fort excepté sur la carte avec ses combats mais pour moi, le plaisir de jeu est bel et bien là.
    @muse-toi bien!
    SwatSh.

  4. Alarane dit :

    Bonjour,

    Désolé, mais pour nous ce fut une déception … peut être en attendions nous trop d’Olympos. le jeu est pas mal du tout, il tourne bien, la mécanique est bonne … mais justement, trop « mécanique » à notre goût et le thème disparait au bout du compte: tout n’est que calcul, les avancés technologique et bâtiment ne sont que « bonus » de jeu sans réel thématique. Du coup on joue, on achète, on compte et au final on gagne ou on ne gagne pas … il n’y a pas d’ « histoire » ni de côté « épique » ce qui est bien dommage.

    Je pense que la localisation du jeu y est pour beaucoup, a vouloir rendre le contenu multi langue on représente tout pas des symbole, et du coup l’immersion y perds … on aurait peut être pu utiliser des noms grec pour une plus grande immersion. Ainsi je ne prend pas « le truc qui donne une épée » mais les Légions par exemple, ou je découvre l’acier, je ne sais pas moi, quelque chose qui aide à entrer dans le thème.

    Du coup, oui, Olympos a une bonne technique, il marche bien, mais c’est un peu comme pour Seven Wonder, au final le thème, l’histoire disparaissent face au calcul … et du coup les parties ne sont pas mémorable (dans le sens où a par un enchaînement de combo, la partie ne laisse pas de trace mémorable).

    Bon ok, c’est peut être que moi, mais j’aime bien, que l’on ait gagné ou que l’on ait perdu, que la partie laisse de bon souvenirs, que le joueur ait vécu quelque chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *