• Gùgōng: Pànjūn - FICHE DE JEU
  • 1

Gùgōng: Pànjūn

Mise en place: 10' - Règles: 50' - Durée par joueur/euse: 30'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Distributeur(s):
Catégorie: Crowdfunding
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 1 à 5 joueurs

Jeu de base:


SwatSh

Panjun est la première extension à l’excellent Gugong qui va être lancée en financement participatif dès aujourdhui (lien vers la page ks).

Elle est divisée en 4 petites extensions que nous avons eu la chance de jouer et que je vais vous décrire et analyser ci-après.

.

.

.

.

.



The Emperor’s Summer Palace

Le palais d’été offre un plateau supplémentaire que l’on place en bas à gauche de l’actuel et qui apporte un huitième emplacement pour une carte cadeau. Il permet donc une action supplémentaire indiquée par le nouveau symbole du palais d’été et est accompagné de quelques cartes cadeau supplémentaires portant ce symbole ainsi que de 2 nouveaux décrets jouant avec cette nouvelle possibilité.

Dans son palais d’été, l’empereur n’exige pas le travail de vos serviteurs mais propose d’y venir en vacances de telle sorte que les serviteurs que vous envoyez au palais d’été ne doivent plus provenir de votre réserve personnelle mais de la réserve générale. Quand on réalise cette action grâce à son emplacement de carte cadeau ou à l’icône sur les nouvelles cartes cadeau, on va placer un serviteur de la réserve générale sur un des emplacements du nouveau plateau. On peut également en placer deux mais au coût de reculer son émissaire sur le pavillon de la pureté céleste. C’est un nouveau type de coût qui apparait dans cette extension. C’est bien vu car un des reproches qu’on pouvait faire au jeu de base était qu’il était trop facile de monter en haut des marches du pavillon. Maintenant, on va avoir tendance à utiliser ce pavillon pour payer le coût de certaines actions.

A chaque fin de manche et lorsqu’on joue une carte cadeau arborant le cadeau préféré de l’empereur, a lieu un décompte du palais. On regarde la case action ayant le plus de serviteurs, et la joueuse ayant la majorité des serviteurs sur cette case va pouvoir réaliser l’action et retirer ses serviteurs tout en laissant les serviteurs adverses sur place, un peu comme sur la muraille. On peut réaliser 3 actions dans le palais d’été. Outre pouvoir prendre une jade comme dans le jeu de base, vous allez pouvoir gagner 2 serviteurs neutres ou une courtisane.

Serviteur neutre

Les serviteurs neutres ont l’avantage d’être placés directement dans votre réserve personnelle de serviteurs mais ne peuvent être utilisés que pour payer un coût et ne peuvent donc jamais être placés sur le plateau. Une autre avantage est qu’une fois dépensés, vous les placer dans votre propre réserve générale et pourrez donc les transférer à nouveau dans votre réserve personnelle comme vos autres serviteurs augmentant par là votre nombre total de serviteurs disponibles. Vous aussi il vous est fréquemment arrivé de devoir prendre moins de serviteurs qu’autorisé pour cause de manque de stock. Cette action permet d’y remédier.

La courtisane

Quand un joueur gagne sa courtisane, il peut l’utiliser quand il veut pour réaliser, une seconde fois, l’action principale et secondaire qu’il vient de réaliser sans devoir jouer une nouvelle carte cadeau. Très sympa évidemment 🙂

Autres ajouts

Cette extension apporte également deux nouveaux décrets. Celui de niveau 1 permet de placer un serviteur au palais d’été à chaque phase de matin. Le nouveau décret de niveau 4 s’obtient en reculant son émissaire de 3 cases (ouch) et permet de gagner 2 PVs pour chaque serviteur neutre acquis. 2 nouveaux jetons voyage permettent de placer des serviteurs au palais d’été.

Le palais d’été a pour principal atout qu’il augmente les choix d’action. L’action proposée s’inscrit parfaitement dans le jeu avec un système de majorité similaire à celui de la muraille et des bénéfices équilibrés qui rendent cette action pas plus ni moins intéressante que les autres. Ce n’est pas une extension révolutionnaire et le jeu reste semblable à lui-même avec elle. Il n’apporte que 3 nouvelles cartes cadeau arborant le symbole du palais ce qui fait que son action est rarement réalisée grâce au symbole d’une carte mais plus en utilisant l’emplacement cadeau de son nouveau plateau. C’est une action qu’on réalisera légèrement moins souvent que les autres donc. Il n’empêche que jouer avec la courtisane ou augmenter son stock de serviteurs sont des nouvelles options intéressantes et sympathiques. De plus, pouvoir payer certaines actions en reculant son émissaire sur le pavillon redynamise l’action du pavillon et lui donne une nouvelle aura.


The Peasants are in Rebellion

La rébellion des paysans est le module qui me parle moins car il introduit un système de double guessing que je n’apprécie pas particulièrement, surtout dans un jeu de gestion. Il ajoute, lui aussi, un nouveau plateau qui se place en bas à droite du plateau principal et qui offre un nouvel emplacement de carte cadeau.

Réaliser une action chez les paysans permet de récupérer quelques précieux serviteurs. Un nouveau décret de niveau 2 vous fait gagner un jeton de vote qui vous permettra d’ajouter ou retirer 2 à chaque révolte pour chaque jeton en votre possession. Il n’y a que ce décret qui permet de gagner ces jetons. Un autre décret de niveau 4 permet de gagner 2 PVs par carte cadeau en votre possession en fin de jeu ce qui va accentuer la stratégie déjà puissante comme ça d’acquisition de nouvelles cartes cadeau par l’action bâteau.

En cours de partie, on va ajouter un jeton révolte au plateau des paysans à chaque fois qu’on gagne un des 5 nouveaux jetons voyage de l’extension (ils apportent les mêmes effets que ceux du jeu de base), à chaque fois qu’on offre des fruits (carte cadeau de valeur 1) et à chaque fois qu’on réalise la nouvelle action paysanne.

Quand le plateau révolte reçoit le nombre de jetons nécessaire à une révolte (en fonction du nombre de joueuses), une révolte paysanne a lieu. On retourne tous les jetons face visible et les joueuses choisissent secrètement une des cartes cadeau de leur défausse. Elles y ajoutent leurs jetons révolte qu’elles placent secrètement sur leur valeur +2 ou -2 puis dévoilent leur carte et jetons. Si le total des cartes et jetons est supérieur à la révolte, la révolution est contrée et la joueuse ayant joué la valeur la moins élevée (jetons + carte cadeau) peut récupérer sa carte dans sa main et la rejouer plus tard. Si le total est inférieur, les paysans se révoltent et toutes les joueuses doivent reculer leur émissaire d’une place sur le pavillon sauf la joueuse ayant joué la valeur la plus élevée qui elle, en plus, peut récupérer sa carte cadeau dans sa main.

Vous avez donc intérêt à jouer une carte de faible valeur si tout le monde joue une forte et, inversément, jouer une carte forte si tout le monde joue des petites. Il y a ici un système de mémoire et de double guessing où les joueurs vont devoir se souvenir des cartes dans la défausse de chaque joueur (mission quasi impossible) et bien deviner ce que va faire chaque joueur: va-t-il œuvrer pour ou contre le peuple? Mission également quasi impossible (l’indication du nombre de jeton révolte par joueur est la seule donnée qui peut influencer votre choix). Enfin, un brin de chance permettra d’être ou non, le joueur avec la plus grande ou plus petite valeur.

Peu de maîtrise donc avec ce module mais un thème plus présent et plus d’interaction apportant une touche de fun à ce jeu peut-être trop froid sans.


The Stairs of the Palace

Les escaliers du Pavillon est le module que j’ai préféré. Il apporte des stratégies différentes au jeu de base.

Il remplace les marches vierges du pavillon actuel par des marches à contraintes/avantages/coûts. Le pavillon a désormais 2 escaliers permettant d’atteindre l’empereur, celui de gauche et celui de droite. Quand on gravit la première marche, on doit choisir lequel des 2 on emprunte et ne pourra pas changer par après.

Celui de droite va donner des avantages ou désavantages lors de la phase matinale en fonction de l’endroit où se trouve votre émissaire. Certaines cases vont vous faire gagner tous les matins des serviteurs, des PVs, des avancements sur la piste d’intrigue ou des pierres de jade. D’autres cases, par contre, vous obligeront à vous défausser de serviteurs / points / jade chaque matin.

L’escalier de gauche fonctionne plutôt comme des objectifs. Pour atteindre certaines cases, il faut être au niveau 7 en intrigue, avoir un décret niveau 2, posséder le double serviteur, posséder 3 pierres de jade, 4 jetons voyage, 6 cartes cadeau, 2 serviteurs sur la muraille,…

Si vous empruntez l’escalier de gauche, il vous faudra vous fixer une certaine stratégie pour pouvoir répondre aux conditions au bon moment. C’est donc un choix exigeant et limitatif qui vous obligera à prendre certains choix. Si vous préférez celui de droite, c’est votre rythme de progression qui s’en verra modifié. Vous aurez tendance à rester plus longtemps à certains bas niveau pour profiter plusieurs tours de leur bénéfice et accélérer le tempo en fin de partie pour éviter les cases payantes.

L’extension apporte 10 échelles différentes (5 de gauche et 5 de droite) de quoi bien varier vos parties. Même s’il peut apporter certaines limites dans les choix, les Echelles du Pavillon est le module que j’ai préféré de Panjun tant il peut changer la physionomie d’une partie par rapport au jeu de base où les parties peuvent plus se ressembler.


Extra Decrees and new Gift Cards

On termine Panjun par le module le plus bateau qui apporte une petite variété avec des nouveaux décrets, jetons voyages et cartes cadeau.

Maintenant, grâce à certaines cartes et jetons, vous allez pouvoir échanger une carte cadeau avec la première de la pioche à prendre les yeux fermés 😉

Les nouveaux décrets vous permettront de gagner 2 PVs si vous êtes dernier sur l’échelle des PVs ou de dépenser, à chaque tour, des points intrigue contre l’une des contreparties sans devoir attendre un décompte de la muraille.

Les cartes cadeau vont pouvoir réaliser 2 fois l’action d’un lieu, voler une carte cadeau chez un adversaire et lui donner une de vos cartes en échange ou échanger un serviteur adverse contre un des vôtres sur la grande muraille.

Ces différents modules peuvent être joués séparément (ce qui est conseillé lorsqu’on les découvre) ou plusieurs, voire tous, ensemble. Certains sont plus anecdotiques, apportent plus de hasard, permettent plus d’interaction, apportent plus de fun et d’autres proposent de réelles nouveautés et des changements dans les stratégies. Même si elle ne séduira pas les déçus du jeu de base, cette extension plaira certainement aux amateurs de Gugong. Elle apporte ce qu’il faut pour donner envie de jouer et rejouer à cet excellent jeu.


Lien vers la page kickstarter


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation de Panjun en 22 minutes par SwatSh

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

1 réponse

  1. Romain Vauchelle dit :

    Merci pour cette description complète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *