• Les Aventuriers du Rail autour du monde - FICHE DE JEU
  • 2

Les Aventuriers du Rail autour du monde

Note moyenne
7.00
(2 notes)
Mise en place: 15' - Règles: 15' - Partie: 80' - Meilleur score: 109
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s): ,
Editeur(s):
Distributeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 10
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

1336-aventuriers-1

swa-3SwatSh7/10

Quand on voit ce qu’apporte les Aventuriers autour du Monde au bestseller Les Aventuriers du Rail, on se demande comment est-ce possible que le talentueux Alan R. Moon n’y ait pas pensé avant ! 😉

1)Le plateau mondial
Pourquoi ne se contenir qu’aux Etats Unis, qu’en Belgique, qu’en Europe ou qu’en Asie alors qu’on a le monde à sa portée ? 😉  Et quand vous voyez le monde devant vous, vous connaissez sa forme ?  Souvenez-vous de Galilée 🙂  Mais non, le plateau des Aventuriers du Rail autour du monde n’est pas sphérique mais sa forme est représentée par des « passages » d’Est en Ouest et inversement.  Voilà déjà de quoi chambouler tout le jeu permettant des liens entre villes inédits et inattendus !

A noter que le plateau est double face et propose à son verso d’y jouer sur la région des grands lacs Américains augmentant d’autant plus l’intérêt ludique de cette version stand alone des Aventuriers du Rail.

2)Les océans
Et oui, quand on étend le plateau au monde entier, on n’a pas que de la terre sous les yeux mais également des mers & océans gigantesques.  La terre est recouverte à 71% d’eau ne l’oublions pas !  Oui, Vin d’jeu, non seulement vous informe avec pertinence sur les jeux modernes, mais en plus

SONY DSC

vous instruit en vous parlant de Galilée ou de la surface de la terre.  On est trop fort 🙂

Et même si la technologie (surtout virtuelle) est bien présente dans notre époque, nous n’avons pas encore découvert les trains qui traversent les mers (sauf pour la manche, OK j’écrase 😉 ).  Voilà pourquoi les Aventuriers du rail s’enrichit du transport par bateau.  A quand les Aventuriers du Rail en vélo ou en avion ? 😉  Blague à part, ce mix entre transport ferroviaire et maritime est excellent.  Les joueurs vont créer un enchainement de routes ferroviaires et maritimes afin de pouvoir joindre les villes de ses objectifs.  C’est non seulement très instructif et thématique mais en plus de toute beauté.

SONY DSC

Le truc c’est que pour construire des bateaux, il vous faut des cartes bateau.  Les Aventuriers du Rail propose donc toujours des cartes wagon mais également des cartes bateau.  Le truc qui dérange un peu c’est que pour ne pas alourdir le « présentoir de cartes », Autour du Monde ne propose que 3 cartes Rail & 3 cartes bateau à l’acquisition contre 5 wagons dans la version originale.  On se retrouve très souvent face à des cartes qui ne nous intéressent pas et on va beaucoup plus souvent se reposer sur la pioche de cartes aléatoire.  C’est un peu dommage que ce système n’ait pas été mieux conçu car on est fort dépendant de la pioche.  De plus, la pioche des cartes bateaux est beaucoup plus petite que celle des wagons et s’épuise très vite ce qui peut être frustrant s’il vous manque l’une ou l’autre cartes bateau.  Pour cela, je vous conseille la variante non officielle qui fait disposer 8 cartes : 4 wagons et 4 bateaux.

Les Aventuriers du Rail Autour du Monde propose d’autres ajouts plus anecdotiques tels que les ports qui apportent des PVs supplémentaires, des SONY DSCcartes objectifs qui obligent à relier 4 villes dans un ordre bien précis ou les liaisons difficiles qui obligent à défausser 2 cartes identiques par case.

Les Aventuriers du Rail autour du monde propose une chouette alternative aux autres versions car il montre le monde entier et permet de manipuler des petits bateaux en plus des petits wagons 😉 .  Le système de pioche des cartes se voit ajouter des cartes bateaux qui l’alourdissent et le rendent encore plus aléatoire.  La grande trouvaille est de permettre des liaisons de part et d’autres du plateau.  Ce système va conduire à des liaisons improbables et des possibilités plus nombreuses.  Le plateau est pour cela très bien fait car il est très méchant et les blocages sont nombreux.  Néanmoins, avec une bonne vision, il y a toujours moyen de s’en sortir même si ce n’est pas toujours évident pour nos petites (ou moyennes) têtes blondes 🙂


Ttapimoketapimoket:  7/10

Ah ce fameux  planisphère où l’on pose ses petits wagonnets pour réaliser ses objectifs de voyage. Encore une nouvelle édition avec, cette fois, des bateaux ! Et oui… Les aventuriers du rail ne seront plus toujours en train. D’ailleurs, il y aura beaucoup de voies navigables, vois plus que de voies ferrées. Mais analysons nos aventuriers de la mer… du rail pardon…

Avec ce nouveau type de transport, on devra alors mixer des cartes bateaux et des cartes trains avec la subtilité de reconstituer une pioche avec ce que l’on souhaite comme transport et créer parfois des situations  plus complexes.  On devra également préparer notre pool de trains et de navires dès le début de la partie, avec parfois l’obligation d’y revenir. Enfin, la pose de ports sera très exigeantes et il sera assez difficile d’avoir les bonnes cartes pour le faire(cf explications ci-dessus). De ce fait, le jeu va prendre plus de stratégie et durer beaucoup plus longtemps. Une durée qui va se multiplier au moins par deux, voir plus… On perdra aussi la notion de la route la plus longue (dommage)

Ses aînés (Les aventuriers du rail, et sa version Europe) sont réputés pour être les tremplins vers le jeu de société moderne sans provoquer de traumatisme chez les novices et idéal à jouer en famille sur une durée parfaite. Avec cette version nettement plus longue et un peu plus complexe, on aura du changement. Mais, au final, est ce vraiment la vocation de ce jeu ?


SONY DSC

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. thyuig dit :

    @Philippe Denis : autant pour les cartes, effectivement la différence entre train et bateau n’est pas évidente, autant pour les pions, faudrait pas abuser non plus, on les distingue très bien.
    Cette version est assez mal accueillie et je trouve ça un peu injuste. Elle demande à être jouée et pas qu’une fois. Parce qu’effectivement, vu d’une partie, les ports, les itinéraires, tout ça n’offre pas vraiment d’intérêt. Or c’est précisément ce qui équilibre l’aléatoire de la pioche. On peut gagner gros avec les ports et aussi empêcher les autres joueurs de scorer.
    Pour le design des cartes, combien de fois ai-je entendu mon père pester sur la version USA m’affirmant qu’on distinguait mal les couleurs entre elles, ce soucis s’évacuant à mesure des parties. Je gage que pour cette version c’est la même chose, près 3 parties, plus de confusions, on sait parfaitement ce qu’on tient et ce qu’on cherche.
    Personnellement, avec un public connaissant déjà le jeu original, cette version permet de jouer plus longtemps et peut-être aussi est-elle moins excluante que USA ou Europe, les écarts peuvent ici vite se rattraper. 😉

  2. Philippe Denis dit :

    Ce n’est clairement pas le meilleur de la série.
    Trop long, trop dépendant des cartes qui n’apparaissent pas parce que chacun thésaurise une multitude de cartes en main. Et certains, dont moi, avaient oublié que les cartes Joker, seulement présentes dans la pioche ‘locos’ (on se demande pourquoi), étaient des jokers tant pour les locos que les bateaux. Le design des cartes ne faisaient pas bien ressortir ce détail essentiel.
    Les ports n’apportent pas grand chose car on a tendance à les poser a posteriori. On place ses ports en fonction de ses lignes, et on ne construit pas ses lignes en fonction de ses ports. Jamais on n’a senti une tension et une course à la rapidité entre les joueurs pour placer un port, contrairement à la gestion des voyageurs dans la version Märklin.
    Le jeu a aussi un léger déficit d’ergonomie. A notre partie, plusieurs joueurs se sont plusieurs fois plantés en confondant les bateaux et les trains. Tant au niveau des cartes que des pions. On avait ainsi des locos au milieu de l’océan 😉
    Bref, c’est une version ‘marketée’ de plus d’un jeu très simple et qui reste une poule aux oeufs d’or pour l’éditeur. (Qui a parlé de Carcassonne et du Monopoly ..? 😉 )
    Pour moi, Märklin reste la meilleure version : la plus belle, la plus ‘collector’ et la seule à présenter ce petit + que sont les voyageurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *