• Via Nebula - FICHE DE JEU
  • 4

Via Nebula

Note moyenne
7.50
(4 notes)
Mise en place: 10' - Règles: 10' - Partie: 60' - Meilleur score: 26
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Distributeur(s):
Catégorie: Famille
Age minimum: 11
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

1247 Via Nebula 1

 

SwatSh7,5/10

Ha, que c’est gai de voir le géniallissime auteur Martin Wallace sortir un jeu chez un éditeur différent de Treefrog et aussi bon que les Space Cowboys!

Et cette touche éditoriale se remarque très rapidement.  Tout d’abord par des graphismes beaucoup moins austères.  Ensuite, par un matériel somptueux.  Fini les cubes en bois, maintenant, les ressources sont représentées par des jetons en bois de forme de la ressource : des briques, des branches d’arbre, des cochons, du blé et des blocs de pierre, tous du plus bel effet.  Et ce n’est pas tout, les ouvriers des joueurs sont magnifiques et chaque joueur a 5 bâtiments de forme unique.  La claque !  Cerise sur le gâteau, et les Space Cowboys commencent tout doucement à en faire leur marque de fabrique (voir l’excellent Splendor), le thermoformage de Via Nebula est juste … parfait !  Une petite entaille pour glisser les tuiles de chaque joueurs, les formes spécifiques pour chaque bâtiment, des espaces de rangement pour les ressources dont la forme est celle de la ressource sont tout bonnement « waouw » 🙂 . Le plus magnifique de tout est le plateau qui vient s’emboiter parfaitement au thermoformage rendant impossible tout chambardement à l’intérieur de la boite.  Et dieu sait si je suis un « maltraiteur » de boite !!!  Je les transporte dans mon coffre où elles glissent en suivant les tournants de la route, je les range à la verticale, je les déplace souvent,…  Et bien, je pense que Via Nebula est le premier jeu à se sortir parfaitement de toutes ces manipulations.  Pas une pièce n’a bougé de son rangement !!!  J’ai jamais vu ça.  Pour une fois, je peux ranger mes sachets zippés 🙂

Mais outre ce plumage parfait, que dit Via Nebula déplumé 😉 ?

Via Nebula est un jeu d’objectifs où les joueurs vont devoir récolter, plus rapidement que leurs voisins, les différentes ressources nécessaires pour compléter les objectifs convoités.  Dès qu’une carte objectif est complétée, le joueur peut appliquer son effet bonus et l’objectif est remplacé par le suivant de la pioche.

Du très classique donc mais l’originalité de Via Nebula se situe à 3 niveaux :

1)La façon de récolter les ressources
Pour une fois, on ne les récolte pas en plaçant un ouvrier sur une case d’action ! 😉  Non, ici, il va falloir placer un chantier sur le plateau et créer une route à partir de ce chantier vers un endroit où la ressource recherchée est disponible.  Comme chaque objectif nécessite une combinaison de ressources différentes, il va falloir créer des routes vers les différentes ressources nécessaires.

2)Les actions des joueurs bénéficient à tous les autres
Le truc vraiment très sympa dans Via Nebula est que les routes vers les ressources peuvent être utilisées par tout le monde.  On va donc profiter des routes construites par les adversaires et veiller à empêcher les adversaires de profiter des siennes.
Idem pour les gisements de ressources.  C’est en plaçant un de ses ouvriers qu’on va voir apparaître de nouvelles ressources où tout le monde pourra venir se servir…
C’est pour moi la plus grande originalité de Via Nebula.  Les actions des joueurs vont profiter à tous.  Un système de points de victoire subtil va même encourager les joueurs à œuvrer pour le bien de tous…  Bravo !

3)Les ressources en surplus sont pénalisantes
Là aussi c’est très bien vu.  Il ne faut pas récolter à tout va dans Via Nebula.  Ce n’est pas un jeu bête et méchant de récolte de ressources.  Non, le tout doit se faire en finesse sans surproduction.  Via Nebula est un jeu écologique 🙂 !  Les ressources que vous récoltez, vont se placer sur la tuile qui les récolte et qui est un de vos chantiers.  Dès que vous avez les ressources nécessaires à l’objectif visé, pour une action, vous pouvez réclamer la carte objectif.  Mais si vous avez plus de ressources que nécessaire sur votre tuile, chaque ressource en surplus comptera pour un point en négatif.  On va donc récolter avec parcimonie tout en veillant à ne pas se faire prendre de vitesse par un adversaire rendant notre combinaison de ressources obsolète et superflue.  Génial !

Via Nebula peut néanmoins être frustrant et certains bonus d’objectifs peuvent apporter un certain chaos inutile.  De plus, vu l’interaction très forte, les actions des joueurs peuvent avantager, volontairement ou non, certains joueurs au détriment d’autres.  L’apparition des nouveaux objectifs peut également être frustrante tant certains objectifs, plus faciles, peuvent favoriser le premier joueur qui les découvre.  Le plateau de Via Nebula est fixe et un plateau modulaire aurait pu permettre plus de variété.  Malgré ça, Via Nebula a un charme et une fraicheur nouvelle.  Dans une structure classique de réalisation d’objectifs de combinaison de ressource, se cache un jeu interactif, mêlant placement de tuiles, opportunisme, planification à une certaine tension dans la course aux objectifs entre les joueurs.  Etant donné sa légèreté, ses règles non nébuleuses 😉 et certains aspects plus chaotique, le jeu est à réserver au milieu familial ou à des joueurs occasionnels voulant se faire plaisir durant une petite heure.SONY DSC


Philrey:     8/10

Via Nebula a beaucoup fait parlé de lui, sans doute à cause de son éditeur qui a le don de bien annoncer ses nouveautés!

Via Nebula est un jeu poids moyen, voir familial+, aux règles simplement expliquées, à durée très raisonnable. Tous des éléments importants pour la majorité des joueurs non geeks.

Le plus gros avantage à mes yeux est l’interaction entre les joueurs. En effet, les actions effectuées influencent immédiatement les choix possibles des autres joueurs. Limitant ces derniers ou leur offrant de nouvelles opportunités. Ajoutons à cela une certaine part de hasard dans l’apparition des cartes objectifs.
On obtient un jeu bien plaisant, accessible, avec une part d’opportunisme et de chaos et une très grande interaction.

A recommander  aux joueurs aimant les jeux « poids moyens », agréables et « donnant envie », pour jouer en famille.


Ren:   7/10

Vallée de Nebula, période indéterminée. La dite vallée sort d’une période… nébuleuse (sorry, pas pu résister, faut dire ils l’ont cherché aussi) pendant laquelle de vilains monstres ont tout rasé. Vous et vos camarades explorateurs allez prendre votre courage à deux mains, rentrer dans la brume pour trouver les ressources cachées (dans la brume. Vous suivez ou pas?) et reconstruire villes et bâtiments. A la fin tout le monde s’embrasse et ils eurent beaucoup d’enfants.

Dans Via Nebula on va donc tenter de gagner le plus de points en explorant la carte et en construisant des bâtiments (via la réalisation de contrats). Le gameplay est très simple: à son tour de jeu un joueur doit effectuer 2 actions parmi les 6 suivantes:

1 poser un artisan
2 poser un chantier
3 explorer une zone de brume
4 explorer une forêt pétrifiée (vaut pour 2 actions)
5 transporter une ressource jusqu’à un chantier
6 construire un bâtiment

Détaillons un brin, mais je suis sûr que vous avez déjà quasi tout compris, chers lecteurs.

1 poser un artisan: chaque joueur dispose de 3 artisans au départ. Avec cette action il peut en placer un sur une case du plateau ayant un jeton d’exploitation. Cela signifie qu’il « ouvre » une exploitation, disposant des ressources qui étaient mentionnées sur le jeton, qu’il récupère en passant. A noter que chaque jeton procure également des points de victoire à la fin de la partie.
2 poser un chantier: chaque joueur dispose de 3 tuiles chantiers au départ. Avec cette action il peut en placer une sur une moitié de case ruine libre (donc chaque case ruine a de la place pour 2 chantiers). Il indique ainsi qu’il veut construire un bâtiment sur cette case.
3 explorer une zone de brume: chaque joueur dispose de 4 piles de 3 tuiles plaine au départ. Avec cette action il peut en placer une (prise sur la pile la plus à gauche de son plateau) sur une case de brume libre, et qui est soit adjacente à une case ayant un élément à sa couleur, soit adjacente à une autre case plaine vide. Ce faisant il rend la case accessible à tout le monde.
4 explorer une forêt pétrifiée: idem que l’action précédente, sauf que l’action est la seule que le joueur peut faire à ce tour (vaut pour 2 actions donc), et qu’on ne pose pas la tuile plaine vide sur une case brume mais sur une case…. si si vous l’avez sur le bout de la langue, allez, un effort… sur une case… forêt pétrifiée!!!
5 transporter une ressource jusqu’à un chantier: avec cette action le joueur peut récupérer une ressource d’une exploitation (que ce soit une que lui a ouverte, une ouverte par un autre joueur ou une « neutre » ouverte en début de partie lors de la mise en place) et l’amène à un de ses chantiers. Pour ce faire il faut simplement qu’il y ait un chemin de cases de plaines vides reliant l’exploitation au chantier. Lorsque la dernière ressource d’une exploitation est transportée le joueur qui avait ouvert l’exploitation récupère son artisan.
6 construire un bâtiment: en début de partie chaque joueur reçoit 2 cartes contrats, et on en pose 4 autres face visible à côté du plateau. Ces cartes contrats sont des bâtiments qu’on peut construire. Pour ce faire il faut simplement fournir les ressources demandées par le contrat, ressources qu’on auras amenées sur le chantier. On garde alors la carte, qui SONY DSCdonnera des points de victoire à la fin. On récupère son chantier (pour rappel on n’en a que 3, comme les artisans, on est donc limité). Et on remet une 4ème carte à disposition si on avait pris le contrat dans les 4 mis face visible à côté du plateau. Détail non négligeable: si on a plus de ressources que nécessaire, toutes les ressources excédentaires sont placées sur le plateau de jeu et vaudront un malus de -1 par ressource à la fin de la partie.

Le jeu se termine dès qu’un joueur joue son 5ème bâtiment. on additionne alors les points des jetons d’exploitation, des bâtiments (contrats), 2 points pour celui qui termine la partie et les points correspondant à ses explorateurs (i.e. plus vous avez mis des tuiles plaines en explorant, plus vous aurez de points). Et on retranche donc 1 point par ressource excédentaire.

Verdict? Sympatoche. Je ne dis aucunement ça de manière ironique ou méprisante. Le jeu fonctionne pas mal, bien même, mais il n’y a rien de vraiment nouveau ou révolutionnaire, ni même très original. Il est extrêmement soigné (très beaux dessins, matériel recherché) mais globalement son « look & feel » ne me parle pas plus que ça. Et mon impression (mais après une seule partie, donc à prendre avec le recul nécessaire) est que la rejouabilité n’est pas énorme, le process étant fortement stéréotypé à priori (« j’explore un peu, je pose des chantiers, je transporte des ressources et je construis des bâtiments »). Donc pas un mauvais jeu du tout mais pas indispensable à mon sens.


Tapimoket:  7,5/10

Malgré la présence de toutes ses ressources en bois, ses plateaux individuels, Via nebula n’est pas un gros jeu de gestion. Au contraire, on est dans le familial pur avec des règles très très simples résumées en quelques symboles sur son plateau. En gros, je pose un bonhomme sur des ressources, je transite des marchandises et je construis, … J’ai presque envie de dire qu’on est dans la même lignée que leur prédécesseur SPLENDOR où il faut fournir les bons jetons pour faire la bonne carte…

Là  c’est presque pareil, en fournissant les bonnes ressources pour  faire la bonne carte (Bâtiment).

Mais cette fois deux éléments viendront étoffer ce système. Tout d’abord, le pouvoir des bâtiments qui sera enclenché au moment où l’on construit, même si, aux premières parties, on n’axe pas sa façon de jouer sur ce pouvoir (pourtant on pourra faire parfois une belle combo parfois)… Et le second élément, ce sont les chemins créés pour véhiculer les ressources. C’est de ce deuxième élément que viendra toute l’essence de Via Nebula…  En effet, il faudra se placer judicieusement, ouvrir des ressources et/ou les bloquer pour soi au bon moment et au bon endroit.

Via Nebula est également très rapide : Une action et pouf au joueur suivant…Une action et hop, on passe… Tout cela donne une bonne fluidité et on ne s’ennuie pas, au final.

Via Nebula n’est pas un foudre de guerre au niveau stratégie, mais il plaira aux joueurs débutants ou pour se faire un jeu sans prise de tête. Le matériel étant très joli, tout cela reste plaisant.

Bref, si, après une journée merdique, vous ne voulez pas réfléchir et que vous êtes dans le brouillard, alors Via Nebula !


 

SONY DSC


 

SONY DSC

Thermoformage exceptionnel!

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

4 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Aux vues de vos commentaires, il faut croire que j’ai les doigts fins et un sacré manque de Dr Maboul 😉

  2. Ludo1 dit :

    Moi, je trouve le thermoformage exceptionnel………………. pour qui possède de fins doigts de fée ou pour celui qui aimait jouer à Dr maboul étant petit. Et puis cela permet de rallonger la durée de la partie : 45 mn pour jouer et autant pour en sortir le matériel de la boite. Chez moi, dès la deuxième partie, il a été remplacé par les bons vieux sachets Zip.
    Remerciements à Space Cowboys : j’ai joué à un Wallace en 45 mn !!! Et sans aspirine.

  3. Fred468 dit :

    On n’a pas du tester le même jeu!

    Le thermoformage fourni est tout simplement le pire que j’ai jamais vu dans un jeu.
    Plastique trop léger, impossible d’insérer les disques dans l’insert, idem pour le plateau qui est physiquement impossible à glisser dans l’emplacement « prévu » à cet effet, on peut aussi oublier l’idée de sleever les cartes si le plateau venait à force de bricolage à se mettre en place. Un tel amateurisme ça fait juste peur!

  4. chaps dit :

    Excellent petit jeu de fin de soirée promettant 30-40 minutes de plaisir sans faire fumer le cerveau mais amenant juste ce qu’il faut de réflexion, je le conseille aussi. Par contre le thermoformage… Les jetons ressources sont coincés dans leur emplacement… Les pions ressources très difficiles à attraper au fond de leurs puits, les 1/2 jetons chantier glissent devant les jetons chantier plein pour deux joueurs, rendant leur accès difficile. Donc je ne partage pas l’avis sur le thermoformage, d’ailleurs il est prévu d’être refait car bcoup de joueur se sont plein, m’en fout j’ai des sacs zip 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *