• Waterfall Park - FICHE DE JEU
  • 0

Waterfall Park

[postbox]? [customer_box]?
[philibert_fiche]? [espritjeu-fiche]? [jeuxenboite_fiche]? [parkage_fiche]? [magic_bazar_fiche]?

Claire et la famille Meeple : 8/10

Voici un jeu familial par excellence : les règles sont simples, le matériel très pratique et des parties rapides et addictives. Dans Waterfall Park, à l’issue de 4 manches, le plus riche gagne.

Le grand plateau de jeu possède des cases de 1 à 81, un peu comme une grille de bingo. Au début de chaque manche, on distribue des cartes Emplacement dont deux devront être défaussées. Elles servent à placer ses socles personnels qui indiquent le propriétaire de l’emplacement. Puis chaque joueur reçoit des tuiles Attraction qu’il pourra construire sur un de ses emplacements. S’ensuit une phase d’échange entre les participants. Je me suis retrouvée projetée plusieurs années en arrière ou j’essayais vainement, au Monopoly, d’échanger boulevard de la Villette contre place Pigalle. Lors de cette phase d’échange, on ne peut négocier que les emplacements et pas les attractions. Tout cela a pour objectif de créer des zones adjacentes pour poser des attractions identiques afin de récolter de l’argent. En effet, les attractions peuvent être agrandies en fonction de leur spécificité. Un manège développé à son maximum rapporte plus de revenus. À la fin de chaque manche, les participants touchent les revenus générés par leurs attractions construites.

Alors oui, la phase de jeu est simple : on place des socles Emplacement, on peut faire des échanges, on peut construire des attractions puis on touche des sous. Pourtant, on trouve une stratégie que l’on peut essayer de mettre en place même si elle sera forcément soumise au hasard de la distribution des cartes et des tuiles. Pour agrandir ses attractions, il faut avoir des tuiles similaires mais il faut aussi posséder des socles adjacents. Cependant il est inutile d’avoir beaucoup de trop grandes zones adjacentes car elles ne pourront contenir que les mêmes attractions. Il faut mieux privilégier multiplier des zones éparses afin de pouvoir construire plus d’attractions. Il faut bien calculer ce que vous apporte un échange et le bénéfice qu’elle octroie à l’adversaire. Durant cette phase toutes les négociations sont possibles.

Le rythme de jeu est aussi différent en fonction de la manche. Lors de la première, il y a souvent peu d’échanges puis le rythme s’accélère. Lors des manches deux et trois, les négociations ont pour but de se construire des zones adjacentes. Mais lors de la dernière manche, les échanges ont surtout pour objectif de casser les zones que l’on n’a pas réussi à remplir afin de pouvoir y placer des attractions isolées pour grappiller quelques précieux points de dernières minutes. Pour s’agrandir, les attractions nécessitent entre 3 et 5 tuiles identiques. Si l’attraction est complète, elle rapporte beaucoup d’argent mais même les incomplètes en octroient un peu. Ces points de dernière minute peuvent faire basculer le classement.

Waterfall Park a une durée bien pensée car plus long cela serait redondant. Cette rapidité oblige à faire des choix instantanés en croisant les doigts pour que le tirage soit favorable. Par contre la phase d’échange peut être un peu longue si l’on joue avec des joueurs qui ne lâchent rien ! Seul petit regret est l’absence du thème car la sensation de construire un parc d’attraction est complètement absente. Pour répondre à tous les types de daltonisme, dans ce jeu, les couleurs sont associées à un symbole.

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *