• Ierusalem Anno Domini - FICHE DE JEU
  • 0

Ierusalem Anno Domini

Note moyenne
7.50
(1 note)
Partie: 100'
Catégorie: Expert
Age minimum: 13
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de , , , joueurs
Langue: Anglais
Niveau d'anglais: Materiel Sans Texte
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub pub

SwatSh: 7,5/10

Ierusalem: Anno Domini, un jeu de placement et de gestion au cœur de la Bible!

Ierusalem: Anno Domini est un jeu de société complexe, édité par Devir Games et conçu par Carmen Garcia Jimenez. Ierusalem: Anno Domini se déroule à Jérusalem, au printemps de l’an 33, à la veille de la dernière Cène de Jésus de Nazareth et de ses apôtres. Les joueurs incarnent des communautés de disciples qui cherchent à se rapprocher du lieu du repas sacré et à se placer le plus près possible des sièges de Jésus et de ses douze compagnons. Avouez que pour l’originalité du thèmes, ils sont forts! Le jeu mêle placement d’ouvriers, gestion de ressources, enchères et majorité, dans un contexte biblique très immersif.

Une plongée dans l’histoire sainte

Le thème du jeu est original et audacieux, puisqu’il s’inspire directement des Évangiles et de la tradition chrétienne. Le plateau représente la ville de Jérusalem et ses environs, avec cinq lieux clés : le marché, le désert, la montagne, le lac et le temple. Chaque lieu permet d’obtenir des ressources (pierres, pain, poisson, deniers) ou des cartes, qui serviront à réaliser des actions. Les cartes sont illustrées avec des scènes de la vie de Jésus, comme la multiplication des pains, la tentation au désert ou la transfiguration. Les joueurs peuvent également écouter des paraboles, qui sont des récits symboliques utilisés par Jésus pour enseigner sa doctrine. Les paraboles rapportent des points de victoire et des bonus, mais aussi des malus si elles sont ignorées. Le jeu intègre également le rôle du Sanhédrin, le conseil religieux juif qui condamna Jésus à mort. Le Sanhédrin limite le nombre de tours de jeu et impose des restrictions aux joueurs. Le jeu se termine lorsque le Sanhédrin atteint le niveau maximal de colère, ou lorsque tous les apôtres sont à table.

Les mécaniques : une combinaison de plusieurs éléments

Le mécanisme du jeu est assez complexe, mais il est bien expliqué dans le livret de règles, qui comporte de nombreux exemples et illustrations. Le jeu se joue en plusieurs tours, composés de trois phases : la phase d’envoi, la phase d’action et la phase de fin de tour. Durant la phase d’envoi, les joueurs placent leurs disciples (des pions de leur couleur) sur les différents lieux du plateau, en respectant certaines conditions. Par exemple, il faut payer un denier pour aller au temple, ou avoir une carte désert pour aller au désert. Les joueurs peuvent également miser des deniers sur les lieux pour obtenir des avantages. Durant la phase d’action, les joueurs récupèrent les ressources et les cartes correspondant aux lieux où ils ont placé leurs disciples. Ils peuvent ensuite utiliser ces éléments pour réaliser des actions, comme écouter une parabole, aller à table, changer de place, rendre service, etc. Les actions permettent de gagner des points de victoire, mais aussi de modifier la disposition des disciples autour de la table de la Cène. En effet, le but du jeu est de placer ses disciples le plus près possible de Jésus et des apôtres, qui occupent les sièges les plus prestigieux. Les joueurs doivent pour cela former des combinaisons de cartes, qui représentent les lieux où Jésus a appelé ses apôtres. Par exemple, pour amener Pierre à la table, il faut avoir deux cartes lac et une carte désert. Durant la phase de fin de tour, les joueurs vérifient s’ils ont respecté les exigences du Sanhédrin, qui peuvent varier selon les tours. Si ce n’est pas le cas, ils subissent des pénalités, comme perdre des ressources ou des points. Le Sanhédrin augmente également son niveau de colère, ce qui rapproche la fin du jeu. Le jeu se termine lorsque le Sanhédrin atteint le niveau maximal de colère, ou lorsque tous les apôtres sont à table.

Mangez et buvez

Malgré une certaine répétitivité car les tours se ressemblent et les choix d’actions sont limités, Ierusalem: Anno Domini plaît car il propose une expérience de jeu originale et immersive. Le jeu combine plusieurs mécanismes de placement, de gestion, d’enchères et de majorité, dans un thème biblique très travaillé. Le jeu offre un défi stratégique et tactique, qui demande de l’adaptation et de l’optimisation. Le jeu est également beau et soigné, avec un matériel de qualité et des illustrations réussies.


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *