• Sherlock: La tombe de l’archéologue + Dernier appel + Mort un 4 juillet - FICHE DE JEU
  • 0

Sherlock: La tombe de l’archéologue + Dernier appel + Mort un 4 juillet

Note moyenne
8.00
(1 note)
Mise en place: 1' - Règles: 5' - Partie: 50'
Catégorie: Famille
Age minimum: 10
Nombre de joueurs: de 1 à 8 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh: 8/10

Décidément Geek Attitude Games est très actif pour le moment. Après Kitchen Rush et Dicium, voilà que l’éditeur sort 3 decks de leur nouvelle série « Sherlock ». La série originelle a été crée par GDM Games et comprend déjà 6 opus. Espérons que ce nouveau défi de GAG soit un succès pour que les 3 autres opus nous soient, comme cette première sortie, présentés en Français.

La série Sherlock nait un petit peu de la même idée que la série Unlock: proposer une histoire complète sous forme d’un petit jeu de cartes et tout ça pour une durée d’une heure. Alors qu’Unlock simule un escape room, Sherlock, vous l’aurez compris, simule une enquête policière dans le Londres du début du 20ème siècle.

Mais la comparaison s’arrête là puisque Sherlock a également des côtés « jeu de plis ». Au début de la partie, on scanne le QR code qui nous donne oralement les circonstances du mystère (le texte est écris sur les règles pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas le scanner). Ensuite, on mélange toutes les cartes du paquet et on en distribue 3 à chaque joueuse. A son tour, une joueuse doit soit défausser une carte sans dire ce que c’était à ses co-enquêteuses, soit jouer une carte sur la table pour que tout le monde puisse la lire. L’objectif du jeu est de résoudre l’enquête en ayant défaussé toutes les cartes qui menaient à des fausses pistes. Chaque carte menant à une fausse piste jouée au centre de la table fera perdre un point à l’équipe. De plus, à la fin du jeu, il faudra avoir défaussé au minimum 6 cartes pour pouvoir prétendre à la victoire. Avoir défaussé moins signifie automatiquement une défaite.

Les joueuses vont donc constamment devoir peser le pour ou le contre de chaque carte et juger de sa pertinence. Le mémoire joue aussi car il est permis de parler des cartes défaussées après que toutes les cartes aient été jouées ou défaussées. A ce moment, les joueuses vont bien analyser toutes les cartes jouées et toutes les informations retenues des cartes défaussées pour résoudre l’enquête. Cette phase est succulente. Non seulement certaines pistes vont être discutées en cour de partie, mais toutes vont être analysées à la fin. Et ce n’est pas évident car même en ayant défaussé aucune carte pertinente, il n’est vraiment pas facile de résoudre l’enquête tant les indices sont disparates. Vous devrez faire jouer votre imagination et lire entre les lignes.

On ne sait pas ce qu’il s’est passé entre ce moment là et celui là, que pourrait-il s’être passé?

En quoi cette information est intéressante?

Pourquoi telle pièce à conviction s’est retrouvée à tel endroit?


La solution n’est jamais évidente et vous devrez vous construire votre propre histoire en veillant à ce qu’elle colle avec les éléments de l’enquête. Bien souvent vous n’arriverez qu’à une approximation qui s’affinera lorsque viendra le moment des questions. Vous devrez répondre à 10 questions à choix multiples et gagnerez 2 points par question bien répondue. La façon dont est posée chaque question vous orientera mieux vers la solution bien qu’elle soit, malgré cette aide, toujours assez difficile.

Après révélation de la solution, on est bien souvent satisfait, même si on n’avait pas résolu l’entièreté de l’énigme. La saveur du jeu vient bien entendu des discussions entre joueurs lors de la révélation des indices et lors de l’enquête finale. Les idées de chacun vont alors être confrontées et un bon esprit imaginatif aidera à avancer vers la résolution.

Même si le jeu peut sembler trop biscornu pour certains, l’essentiel est de passer un bon moment, avec rebondissements et idées imaginatives. Un peu comme pour Unlock, une fois joué, vous devrez attendre le temps nécessaire à l’oublier pour pouvoir y rejouer. Il n’empêche que Sherlock n’est pas un jeu destructif et peut se prêter ou être partagé avec d’autres amatrices.

Dans Unlock, on se croit vraiment dans une escape room, dans Sherlock, on est vraiment à place du grand enquêteur et devons réfléchir comme Holmes si nous voulons espérer résoudre ces enquêtes difficiles.


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *