• Through the Ages: L’Histoire vous appartient (version 2016) - FICHE DE JEU
  • 2

Through the Ages: L’Histoire vous appartient (version 2016)

Note moyenne
9.50
(4 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 80' - Partie: 180' - Meilleur score: 190
Année:
Auteur(s):
Editeur(s): ,
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Récompense(s):
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

1269 Through 1

SwatSh9,5/10

Faut-il encore vous présenter Through the Ages?  LE jeu de civilisation par excellence qui, avec Sid Meyer’s Civilization, est le jeu que tout amateur du genre se doit de posséder (et de jouer 🙂 ).

Cette version de Through the Ages sortie cette année en Anglais par Czech Games Edition et en Français par Iello est une réédition du jeu original datant de 2006, 10 ans!  Il y a 5 ans, nous avions déjà commenté une nouvelle édition de Through the Ages, vous en trouverez l’article ici.  Je ne vais donc pas m’éterniser sur les mécanismes du jeu mais plutôt sur mes impressions après cette dernière partie d’un des meilleurs jeux de tous les temps!

La mécanique
Oui bon, juste un petit mot sur la mécanique pour les plus jeunes d’entre vous.  La mécanique centrale de Through the Ages est une mécanique de points d’action que vous allez répartir entre:
– Construire des bâtiments qui vous apporteront certains bonus en production de ressources, en force militaire ou en PVs
– Acquérir de nouvelles cartes le long d’une échelle de coût qui vous permettront d’encore mieux vous développer.  Cette échelle de coût était révolutionnaire à l’époque et a été reprise de nombreuses fois depuis comme dans Suburbia par exemple.

Nouvelle édition SONY DSC
Cette nouvelle édition, outre de nouveaux graphismes du plus bel effet, apporte de menus changements qui permettent de rendre le jeu légèrement plus dynamique et équilibré.

La partie
Il n’y a rien à faire, gagner un jeu de civilisation sans une armée forte est impossible.  Encore une fois, le joueur qui s’est le plus investi dans la force militaire l’a emporté.  Et le joueur à la traine a bien souffert.  Surtout quand son adversaire à élu un nouvel empereur: Napoléon qui a décuplé sa force militaire et l’a écrasé durant 2 batailles successives lui pillant ses ressources et l’affaiblissant suffisamment durant de nombreux tours durant lesquels Napoléon a pu construire des bâtiments fructueux grâce aux ressources lâchement volées.  Le joueur plus faible a alors mis de nombreux tours à s’en remettre et à orienter 100% de ses efforts sur l’augmentation progressive de sa force militaire.  Ce qui m’a encore plus frappé c’est que cette suprématie militaire n’est pas survenue à cause d’une erreur ou d’une volonté du joueur plus faible de s’orienter vers d’autres développements mais bien grâce à l’arrivée aléatoire des cartes disponibles.  Un joueur en a profité alors que l’autre ne savait rien faire malgré sa volonté marquée d’être encore plus puissant militairement.

Ceci dit, malgré cette suprématie militaire écrasante, la différence en PVs a la fin du jeu était minime ce qui me laisse penser qu’il doit y avoir moyen de gagner en n’étant pas le plus fort SONY DSCmais en ne se laissant pas faire pour autant.  La force militaire est clairement essentielle à la victoire et nécessitera un peu de chance dans l’arrivée des cartes mais si vous arrivez à ne pas trop vous laisser distancer, vous pourrez aussi prétendre à la victoire, mais elle sera plus difficile.

Même avec cette « évidence » militaire, les choix dans Through the Ages restent difficiles et les possibilités variées, surtout en ce qui concerne le choix des cartes.  Les bons choix, la bonne gestion et la bonne planification restent les maitres mots de ce jeu très complexe et toujours aussi long (3 heures de jeu à 2).

Nouvelles parties

Après de nombreuses parties sur l’App, j’ai décidé de relever ma note d’un demi point à 9,5.  J’aurais aimé la relever à 10 mais le jeu a quand même quelques défauts.  Sa durée d’abord qui dépasse les 70 minutes par joueuse.  Sa faible interaction aussi.  Bon, il faut toujours être attentif à la force militaire de ses adversaires et les attaquer si la différence est trop importante mais ça se limite à ça.  On va rarement s’intéresser à ce qu’ils font si ce n’est par curiosité.  On va rarement prendre une carte car on sait qu’elle intéresse un adversaire (ça arrive mais pas souvent).  Il est très difficile de réfléchir avant son tour tant les cartes à notre disposition et leur coût va changer.  Les cartes événement militaires, même si elles sont jouées par les joueurs, comme elles sont piochées au hasard et jouées face cachée sont impossible à prévoir.

Pas mal de griefs donc mais c’est pour mieux souligner ses qualités, car Through The Ages en a et pas qu’un peu!  Tout d’abord, je tenais à mitiger ce que j’ai écris ci-dessus, le militaire n’est pas un must et il y a moyen de l’emporter en restant très faible militairement.  De plus, les possibilités sont tellement nombreuses dans le jeu que le jeu se renouvelle très bien entre les parties.  Il présente en outre une très belle marge de progression et vous serez étonnés de gagner avec 79 points lors de vos premières parties et d’arriver à des scores proches de 200 après plusieurs.

Through The Ages est une de ces pépites que tout ludophile se doit d’avoir dans sa ludothèque.


Ren: 9,5/10

Je l’avoue, je suis toujours méfiant quand on moubourre avec le classement de BGG. Nos amis ricains ayant des goûts parfois différents des nôtres, il arrive régulièrement qu’on se fasse avoir, trompé par un classement flatteur pour que le soufflé retombe avec un décevant « tout ça pour ça? ». Ou vice-versa un jeu mal côté sur BGG s’avère être une perle incomprise par nos cuistres de cousins. Rien que le fait que Terraforming Mars ne soit que 3ème du classement absolu (une faute de goût si vous vous voulez mon avis, et pas une petite!) doit nous mettre la puce à l’oreille…

Bref c’est donc avec entrain et joie mais aussi circonspection et prudence que je réponds par l’affirmative à la question de savoir si je voulais jouer à Through the Ages pour notre soirée hebdomadaire. Confinement oblige, nous jouons évidemment en ligne. Via Steam pour ma part, comme chroniqué il y a quelques jours, avec donc une ergonomie parfaite et une manipulation des plus aisées (ce qui n’est pas sans importance, je le rappellerai plus tard).

Through the Ages donc, LE jeu de civilisation. Top 5 absolu de BGG. Les attentes sont hautes (malgré la prudence susdite). Roulement de tambour… suspense insoutenable… verdict… boum! Ou plutôt BOUM! Après plusieursssssssssss parties je comprends totalement l’engouement autour de ce jeu. C’est une bombe.

Thème

Le titre veut tout dire (même pour les moins anglophiles parmi nous): vous allez bâtir une civilisation à travers les âges, et à la fin celle qui aura bâti la civilisation la plus mieux de la meilleure (ou éventuellement celle qui aura le mieux tapé sur ses voisines) deviendra Grand Mufti de l’ordre du Sénéchal Doré et accèdera au Valhalla éternel pour l’éternité et même les siècles des siècles.

Mécanismes

Le mécanisme de base du jeu est ultra simple: une rivière de cartes est disponible pour toutes les joueuses. A son tour une joueuse peut faire autant d’actions qu’elle veut tant qu’il lui reste des points d’action (au départ 4 points pour les actions civiles et 2 pour les militaires, ça va évoluer pendant le jeu). Les actions civiles permettent de

  • piocher des cartes dans la rivière de cartes. Le nombre de points d’action nécessaire dépendra de leur place dans la rivière (classiquement de plus en plus chères en fonction de leur ordre d’arrivée). Les cartes peuvent être:
    • des bâtiments, ou plutôt technologie bâtiments (culture, religion, recherche…), qui vous permettront d’augmenter vos points de culture (points de victoire), de satisfaire vos habitants pour éviter qu’ils ne se révoltent, d’augmenter vos points de recherche pour développer plus vite de nouvelles technologies…
    • des technologies bâtiments uniques (statues, bâtiments spéciaux…), qui vous donneront des avantages pérennes pour le restant de la partie (un point d’action civil en plus…).
    • des technologies systèmes politiques, qui vous permettront d’augmenter votre nombre de points d’actions civiles et/ou militaires (/augmenter le nombre maximum de bâtiments d’un même type que vous pourrez construire/vous donneront parfois aussi d’autres avantages).
    • des technologies militaires, qui vous permettront de construire de nouvelles unités.
    • des merveilles, qui vous donneront également des avantages pérennes pour le restant de la partie, ainsi que des points de victoire.
    • des cartes « action unique » (je ne me souviens plus du nom exact). Elles permettent de gagner directement des ressources, des points de recherche, des points de culture, des ressources pour construire des unités militaires, de payer moins cher l’amélioration d’un bâtiment…
    • des cartes leader. Un leader emmènera votre civilisation et vous donnera des avantages. On peut choisir un leader par ère maximum (il y a 4 ères).
  • jouer une carte de votre main qui a été piochée dans la rivière lors d’un tour précédent. Jouer une carte
    • si c’est une action unique, il n’y a pas d’autre coût. Vous recevez immédiatement les bénéfices.
    • si c’est une technologie bâtiment, vous payez le coût en points de recherche et vous développez la technologie. Ce qui signifie que vous pourrez construire ce bâtiment à partir de maintenant.
    • si c’est un bâtiment unique, vous payez le coûts en points de recherche et vous construisez le bâtiment.
    • si c’est une technologie système politique vous payez le coût en points de technologie et vous changez de système (l’autre possibilité étant de faire la révolution, et donc de perdre tous vos points d’actions civiles du tour)
    • si c’est un leader vous l’adoptez simplement (ou vous remplacez un leader d’un âge précédent).
    • si c’est une technologie militaire vous payez le coût en points de recherche et vous développez la technologie. Ce qui signifie que vous pouvez maintenant construire des unités de ce type.
  • augmenter votre population de 1 (en payant du blé, qui est une des deux seules ressources du jeu).
  • construire un bâtiment (dont vous avez préalablement développé la technologie bien sûr) ou l’améliorer, en payant les minérais nécessaires (l’autre ressource du jeu)
  • construire une étape de merveille (les merveilles ont entre 1 et 4 ou 5 étapes) en payant les minerais nécessaires.

Les points d’actions militaires permettent de

  • construire une unité militaire dont vous avez développé la technologie
  • jouer une tactique militaire de votre main (au début de chaque tour vous recevez des cartes militaires), ce qui permet d’augmenter votre puissance militaire.

C’est un peu long et un peu trop descriptif, mais c’est pour bien montrer que nous ne sommes pas en présence d’un jeu Haba, bien que le principe de base soit très simple. Et les règles ne sont pas des plus limpides, il faut bien le reconnaître… J’ai lu sur le site de notre très estimé et très estimable confrère Gus que les règles de cette 2ème édition représentaient une amélioration massive par rapport à celles de la première édition. Je n’ose imaginer ces dernières dans ce cas, moi je dis chapeau à ceux qui ont dû se les palucher, jouer plein de parties, faire des retours à l’auteur pour améliorer le jeu et le pousser à sortir une 2ème version encore meilleure pour notre plus grand plaisir!

Fight or not fight, that is the question

Au début du votre tour, vous aurez l’opportunité déclarer une guerre à une autre joueuse ou à minima de l’agresser (en jouant une carte militaire de votre main). Si c’est une guerre elle aura tout son tour pour essayer de se défendre (en construisant de nouvelles unités par exemple). Si c’est une agression (raid) elle devra se défendre immédiatement en jouant des cartes militaires. Si l’agressrice (AOP) l’emporte elle pique la plupart du temps quelque chose à l’agressée (ressources, points de culture ou de recherche, technologie…). Il arrive aussi que l’agressée doive diminuer sa population ou détruire un batiment construit. Si l’agression n’est pas réussie il ne se passe rien.

Evénements

Au début de votre tour, vous aurez aussi l’opportunité de jouer une carte événement. C’est une carte qui s’appliquera à toutes les joueuses, mais qui la plupart du temps récompensera la ou les plus fortes (ou pénalisera la ou les plus faibles) dans un domaine donné. Exemple: la joueuse avec le plus de points de culture gagne 5 points de culture. L’astuce étant que la carte que vous choisissez ne sera pas jouée immédiatement. Elle sera mise dans un paquet de 4 cartes maximum. Et on jouera la carte proposée par une joueuse lors d’un tour précédent (peut-être vous) provenant du paquet de 4 cartes en cours. Bon ce n’est pas hyper clair, j’en conviens. Ce qu’il faut comprendre est que la carte que vous proposez sera jouée plus tard. Donc au moment où vous la proposez vous êtes peut-être la plus forte. Mais en sera-t-il de même d’ici 1, 2, 3 tours… Et entre-temps une autre carte sera jouée. Donc il faut se préparer « à tout ». Miam! A noter que proposer une de ces cartes vous rapporte des points de culture (victoire). Peu au début, un peu plus à la fin. Donc c’est toujours tentant d’en jouer une. Mais évidemment les dégâts peuvent être bien plus élevés si vous la jouez à mauvais escient… délicieux!

Alors, bombe ou pas bombe?

Bombe. Sans l’ombre d’un doute le meilleur jeu de civilisation auquel j’ai joué. On a vraiment l’impression de faire grandir progressivement sa civilisation. On est tout le temps « tout juste » pour tout. On voudrait faire plein de choses mais on n’a pas assez de ressources. Il y a plusieurs voies possibles pour progresser / l’emporter mais (et c’est une très grande qualité) il est rigoureusement impossible de se surspécialiser dans un domaine. Si vous construisez un maximum de fermes et les améliorez, vous augmenterez massivement votre population. Mais si vous n’avez pas de bâtiment où les placer cela ne servira à rien! A contrario si vous avez plein de bâtiments mais personne pour les occuper (et donc en retirer le bénéfice), cela ne servira à rien  non plus! Si vous ne construisez pas de bâtiments pour rendre votre population joyeuse/la maintenir docile (spectacles, églises…), vous aurez avoir plein de citoyens et pleins de bâtiments disponibles, ils ne voudront pas travailler! Et si vous faites bien tout ça mais que vous ne générez aucune point de culture, et bien à la fin vous aurez quand même perdu!

Le jeu est tendu de la première à la dernière minute. Il est clair que vous devez être attentifs à votre force militaire (et surtout à celle de votre voisine) pendant toute la partie. Mais contrairement à ce que j’ai lu ici ou là, il est tout à fait possible de l’emporter sans être le plus fort militairement. Bon clairement si vous ne construisez aucune unité de toute la partie, ça ne va pas le faire…

Et last but not least, le jeu est équilibré. Après quelques (dizaines…) de parties, je confrme qu’il n’y a pas de martingale, pas de cartes hyper déséquilibrées, pas d’agression ou de résultat de guerre trop fort qui « tue » la joueuse qui a perdu jusqu’à la fin de la partie. Tout est une question d’équilibre, de fil de fer super fin sur lequel vous allez devoir évoluer tout au long de la partie. Et si un événement contrecarre vos plans vous devrez vous adapater le plus astucieusement possible. De plus vous voyez les cartes qui arrivent, vous voyez ce que les autres ont pioché et donc « préparent »… bref il y a vraiment moyen d’anticiper… tout en ayant toujours des surprises avec les événements et les aggressions ou guerres.

J’émettrai micro 2 bémols qui seront à vérifier / lever plus tard: de 1 les parties sont longues. A 2 c’est du solide, à 3 du très solide, je n’ose imaginer ce que donne une partie à 4… Et de 2 (lié au 1 en fait), je n’y ai joué qu’en ligne, où l’interface est nickel (quel plaisir de voir ses bâtiments sortir de terre!), et surtout où la manipulation est forcément simplifiée. Sur une vraie table avec de vrais jetons je m’imagine que c’est encore plus long. Surtout avec les tours du genre: « ok j’ai fini, je fais ma dernière action… ha zut je me suis trompé ça ne marche pas, je recommence… ha ben oui je suis passé en démocratie maintenant, j’ai 7 points d’actions civiles, plus un 8ème grâce à ma pyramide du début, oui je dois tout détricoter puis reréfléchir… sorry revenez dans 20 minutes… ». En ligne cela se traduit par: « back, back, back, back, back, back, back, back… ». Donc durée à vérifier mais ce n’est pas un jeu de 10 minutes, ça c’est sûr!

En résumé miam du début à la fin, dès que le confinement est terminé je vais devoir résister très très très fort à la tentation de l’achat compulsif dans mon antre ludique préférée! Mais je sens que je ne vais pas résister des masses, il faut de toute façon que je le teste « en vrai » pour pouvoir lui mettre 10!


Pascal:     9,5/10

Wouaw, voilà du lourd et du costaud.  A ne pas mettre entre toutes les mains…

Premier challenge : la lecture des règles.  C’est long.  Long parce que le jeu est complexe, et parce que les nombreuses petites subtilités demanderont une deuxième ou une troisième lecture. La première version du jeu a été critiquée parce que les règles n’étaient pas claires.  Pour cette seconde version, un vrai effort a été effectué.  Ce n’est pas encore archi-clair, mais compréhensible.  C’est organisé pour que vous puissiez commencer par une partie allégée (plus courte et avec un aspect militaire moins prépondérant).  Une seconde partie vous donne les dernières infos pour la partie complète.

On a débuté avec la version longue ….  3 heures de jeu à 2.  A 3 ou à 4 joueurs, la durée risque d’exploser.  Mais les interactions aussi : les pactes vont ajouter du sel à l’ensemble.  Et le nombre de guerres et d’ agressions risquent d’être proportionnel au nombre de joueurs (ou plus !).

Clairement, vous l’aurez compris, le jeu est à l’opposé d’un jeu d’apéro ou d’ambiance.  Il est exigeant, et demande une concentration et une attention forte.  Mais ca en vaut vraiment la peine …

Quel plaisir de développer petit à petit votre civilisation, qui va croître suivant différents axes : la culture, la science, le militaire et l’humeur de votre peuple. La culture vous permettra de gagner la partie (celui qui en a le plus en fin de partie est déclarer vainqueur), la science va vous permettre de découvrir de nouvelles technologies, le militaire vous protège contre les autres civilisations et permet les colonisations, et la bonne humeur de votre peuple vous assure une bonne production de vos ressource.  Tous les axes sont archi-importants.  On ne peut rien délaisser au détriment d’une autre axe.

La mécanique principale se base 2 types de cartes bien distincts : les cartes civiles, que vous pouvez choisir parmi 13 disponibles, et les cartes militaires prises au hasard.  Les premières permettent le développement de votre civilisation (cartes technologies, leader, merveilles à construire, …) alors que les cartes militaires vont permettre d’affuter votre tactique, de préparer des agressions ou des guerres, ou de provoquer certains événements.

Tout s’enchaîne avec logique et sont cohérentes.  Vous risquez des révoltes, de la corruption, des problèmes de population malheureuse.  La progression est bien perceptible grâce à différents âges, qui verront apparaître des technologies plus modernes.

Difficile de vous résumer et vous faire ressentir la cohérence et la richesse de l’ensemble, mais croyez-moi, le jeu vous emmène dans une vraie histoire, une vraie évolution au fil des âges, faites de progrès et des difficultés à contourner.

Notre partie a été captivante de bout en bout, il n’y a pas eu de temps mort.  Et on a bien ressenti le besoin de ne pas se faire larguer sur l’aspect militaire.  Cela semble indispensable de, si pas attaquer systématiquement, au moins pouvoir se défendre. Le risque est de perdre une guerre ou une agression, d’être affaibli, et donc d’être une proie encore plus facile.  A noter que le jeu prévoit un règle pour abandonner.  Assez significatif : si vous enchaînez les défaites militaires, vous aurez de moins en moins de chance de vous relever, et vous n’aurez pas envie que ca dure des heures …

Superbe jeu.  Je n’ai pas joué à la première version, mais celle-ci en vaut vraiment la chandelle !


Chaps9,5/10  (Mais vraiment parce-que je m’interdit le 10/10 😉 )

Through the ages ! Jeu culte que j’adore. Bon je pourrais m’arrêter là, tout est dit mais ça manque d’argument…

On parle de la version 2015, donc je suppose que vous connaissez l’ancienne version. En gros on part d’une époque où il fallait se baisser avec douleur pour ramasser 3 patates en craignant les barbares, jusqu’à une autre où devant internet, les fesses dans un fauteuil on mange des chips pendant que l’aviation de notre pays bombarde un pays lointain…

Chaque joueur traverse les âges et développe sa civilisation en choisissant ses progrès, en agriculture, en production de ressources, mais aussi ses leaders, ses merveilles, ses développements militaires, scientifiques, religieux etc… Bref développer à tout niveau une civilisation et rendre son peuple heureux ! Avec des mécanismes aux petits oignons, le must du jeu de civilisation. Mais ce n’est pas le sujet du jour.

Alors la nouvelle version ? Je n’en pense que du bien :
–       Refonte totale des illustrations et il faut avouer que c’est parfaitement réussi !  On passe d’un jeu au matériel  très austère à un jeu aux dessins immersifs, bravo ! Le plaisir de jouer est nettement augmenté !
–       Rééquilibrage des leaders. Les dirigeants de nos nations nous apportent des bonus et il faut dire qu’il existait des déséquilibres, cela est corrigé ! Des leaders peu intéressants le sont devenus bien plus et des leaders trop puissants on rejoint le rang.
–       Changer de leader est facilité. Alors que cela consomme une action civile normalement, dorénavant on récupère immédiatement l’action utilisée lors de changement de leader (lorsqu’il y en avait déjà un).
–       Nouvelle gestion du militaire. La puissance militaire est forcément importante dans un jeu de civilisation, mais dans through the ages vous pouviez vous faire jeter dehors de la partie en deux temps trois mouvements…

Maintenant s’il faut toujours rester vigilant il est plus facile de faire face militairement. Un effet salutaire : cela permet de plus se concentrer sur les autres aspects du jeu, ce que je trouve tout simplement excellent.

o   Tactiques militaires : lorsque l’on en développe une on en bénéficie seul pendant un tour, puis tous les autres joueurs peuvent la développer. Donc un joueur ne peux plus déborder les autres par une tactique qu’il maitrise seul et qu’il a eu la chance de la tirer.

o   On peut se défendre avec n’importe quelle carte militaire et non plus uniquement avec les cartes de défenses. Le nombre de cartes utilisable est limité par son nombre d’action militaire,  donc en ayant suffisamment d’actions militaires et de cartes en réserve on dissuade les agressions.

o   On ne sacrifie plus d’unité militaire en cas d’agression pour augmenter sa puissance (mais toujours lors de colonisation).

Tout cela rend les rapports de force beaucoup moins irrémédiables si on se laisse une chouille distancer. Et on peut se concentrer d’autant mieux sur le développement de sa civilisation plutôt que d’être focalisé sur le militaire la peur au ventre… Le jeu en est, pour moi, grandement amélioré.

Evidemment Through the ages reste de l’expert avec une forte courbe de progression ( le nouveau va souffrir face à des joueurs expérimentés). Des manipulations de cubes un peu lourdes monopolisant une partie de son cerveau pour ne pas commettre d’erreur et pourtant on aurait besoin de tout son cerveau pour adapter ses stratégies… Et le jeu est toujours un peu long.

Mais Je ne pense que du bien de cette mise à jour, plus de plaisir de jeu qui est mieux équilibré et bien plus beau. Plus de liberté permise dans les stratégies. Ceux qui l’ont faite se sont basés sur les très nombreuses remontées des non moins nombreux joueurs qui ont expérimenté Through the ages pendant 9 ans… Culte je vous dis !


SONY DSC


SONY DSC

Voici un très bon Rioja dont on sent l’histoire couler dans ses veines

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Salut Narno,
    Oui bien sûr. Nations est assez proche de la légende qu’est Through The Ages 🙂
    Amuse-toi bien

  2. narnokatt dit :

    N’est-ce pas plutôt Nations qui serait plus proche de TtA ?
    Même si j’aime beaucoup TtA, je trouve Nations plus dynamique tout en étant autant exigeant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *