• Glen More II: Chronicles - FICHE DE JEU
  • 0

Glen More II: Chronicles

Note moyenne
8.88
(4 notes)
Mise en place: 15' - Règles: 20' - Partie: 80' - Meilleur score: 75
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Langue: Français
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh: 8,5/10

Nous adorons Glen More, nous aimons encore plus Glen More Chronicles !  Glen More Chronicles aurait pu s’appeler Glen More au carré.  C’est le même jeu en beaucoup plus !

Tout d’abord pour le matos de dingue.  Des tuiles bien épaisses, jolies, des ressources en bois figuratif, un rangement en cellophane dans la boite, tout y est pour apprécier au mieux cette nouvelle version.

La mécanique centrale reste la même : on tourne autour du plateau pour récupérer la tuile voulue.  Le dernier sur la piste déplace son meeple jusqu’à la tuile voulue et peut donc enchainer les prises de tuiles.  Mais attention, visez bien, les meilleures tuiles, car, à la fin, on va comparer le nombre de tuiles de chacun avec celui qui en a le moins et chaque tuile supplémentaire fera perdre 3 points !

Glen More a néanmoins été revu dans son équilibre en proposant de nouvelles tuiles produisant de nouvelles ressources augmentant par là les différentes possibilités de scorer et donc les différentes stratégies.  Ce sera toujours la différence en nombre entre celui qui en a le plus et celui qui en a le moins qui servira à compter les points.  Plus cet écart est important, plus les points générés seront nombreux.  Vous allez devoir vous focaliser sur une stratégie et peu vous en écarter pour optimiser vos différences.

Un plateau « voyage » ressemblant un peu à celui de Gugong ou de Descendance a été aussi rajouté.  Il permettra de gagner différents bonus/ressources en cours de partie.

Après plusieurs parties rien qu’avec le module de base, j’ai un peu peur qu’une seule stratégie soit victorieuse en ne jouant qu’avec le matériel de base: celle des tonneaux de whisky. Vous pouvez la coupler avec un autre comme celle des cartes ou des personnages mais l’important est de ne prendre que les tuiles strictement nécessaires. Tous les joueurs ne pourront pas la contrer et il est assez fréquent qu’un joueur se retrouve avec 0 tonneau vous apportant de nombreux PVs à chaque décompte. Les stratégies se basant sur la récolte et transformation de ressources ne font gagner aucune majorité et coûtent trop cher en tuiles de surplus à la fin du jeu. J’imagine que ça s’estompera une fois les modules des chroniques ajoutés.

Glen More Chronicles est donc aussi bien que son ainé en plus riche et plus équilibré.  De plus, le mot chronicles a été rajouté et signifie l’ajout de 8 petits modules ou variantes qui vont varier d’autant plus vos parties et remettront en cause votre façon d’y jouer.  C’est bien vu et apporte un plus indéniable à ce magnifique jeu qui reste malgré tout très simple : choisir une tuile, l’ajouter à sa zone personnelle et en activer les effets. 


Ren
Ren: 9/10

Je n’ai pas joué à Glen More, premier du nom, donc je serais incapable de vous dire si son successeur est plus mieux ou moins pire. Ou inversement. Bref ne comptez pas sur moi pour vous relater les différences par le menu. Par contre comptez sur moi pour vous dire beaucoup de blen de ce Glen More II: Chronicles.

La recette

La base du jeu est très simple: à votre tour vous allez choisir une tuile sur le plateau central, et la placer dans votre village pour optimiser vos points à chaque tour et au décompte final. L’astuce étant que c’est toujours le dernier joueur dans le « circuit de tuiles » qui va jouer. Ce mécanisme, repris de nombreuses fois depuis mais créé au départ, et à ma connaissance, dans Egizia (je profite toujours de chaque occasion pour parler de ce jeu injustement sous-estimé), fonctionne toujours aussi bien. Car certes il peut y avoir de la chance au tirage des tuiles « ha ben zut il a du pot la tuile qui vient de sortir déchire tout de sa race quel bol ». Certes, mais la tuile en question sera tout au bout du circuit, donc les autres joueuses auront tout loisir de prendre une combinaison de tuiles certes moins puissantes individuellement (en tout cas apparemment), mais qui bien agencées peuvent constituer une redoutable combo.

Le système de production est aussi délicieux, même si classique également: quand vous posez une tuile cette dernière ainsi que toutes les tuiles adjacentes produisent. Idem donc, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres… heu je veux dire à toutes les combos…

L’assaisonnement

3 autres épices viennent relever cette recette pourtant déjà pas mal jusqu’ici:

De 1 à la fin de chaque tour on marquera des points en fonction du nombre possédé de différents éléments (tonneaux de whisky produits, personnages recrutés, nombre de châteaux dans son plateau personnel…). Mais on ne va pas scorer le nombre en valeur absolue, pas du tout! On va scorer la différence entre son nombre et le nombre de la joueuse qui en a le moins. Ce mécanisme très astucieux, voire carrément retors, a un très grand mérite: il vous oblige à regarder et même plus à suivre/contrer/copier/imiter/limiter la stratégie des autres joueuses. Vous n’avez pas prévu de placer de châteaux, ok. Mais si une joueuse place très vite quelques châteaux, vous allez bien devoir sacrifier l’une ou l’autre tuile pour éviter qu’elle ne cartonne à chaque tour. Et vice-versa dans une autre catégorie. Cette interaction indirecte est très subtile, non belliqueuse et absolument délicieuse!

De 2 à la fin du jeu, dans la même philosophie, on va regarder la joueuse qui a placé le moins de tuiles dans son plateau personnel. Toutes les autres joueuses vont perdre 3 points par tuile placée dans leur plateau personnel en plus du nombre placé par la joueuse qui en a mis le moins. Même principe donc que pour les décomptes de chaque tour, mais dans l’autre sens cette fois-ci, avec des points négatifs. A nouveau obligation de suivre à la culotte ce que vos adversaires font!

De 3 il y a un plateau voyage à côté du plateau principal, sur lequel vous allez pouvoir obtenir divers bonus et points de victoire. Les tuiles qui s’y trouvent sont uniques, donc il y a une certaine compétition (légère, entendons-nous) à ce niveau. Mais ça ne fait que renforcer l’interaction indirecte mentionnée plus haut.

La pointe de sel

Touche finale, cette 2ème édition ajoute les Chroniques, soit 8 mini-extensions qui ajoutent chacune un élément spécifique, ce qui vous garantit une rejouabilité encore plus grande.

L’ensemble donne un jeu absolument et totalement plaisant. Très tactique clairement, mais avec quand même la nécessité de suivre un fil rouge (ça ne sert à rien de faire « un peu de tout » vu le système de scoring). Très fluide, aux règles claires, avec beaucoup d’interaction indirecte et dans une durée tout à fait raisonnable. Le tout emballé dans un design certes très classique, mais qui se marie très bien avec les loch et les highlands écossais. Les die-hard hardcore gamers vont sans doute le trouver trop « poids moyen », mais j’avoue que je suis complètement sous le charme de ces Chroniques de Glen More!


Philrey: 9/10

Je l’attendais depuis un petit temps, celui-là, ayant bien apprécié le premier opus.

Et on retrouve dans Glen More II Chronicle les même sensations, en mieux. Un nouveau plateau « Voyage » permet aux joueurs d’aller chercher quelques bonus immédiat, si possible avant les autres.

La méthode utilisée aux différents décomptes oblige les joueurs à faire des choix entre se choisir soi-même ou limiter la casse face à ses adversaires. En effet, les décomptes se basent sur la différence entre le dernier joueur et les autres, dans différentes catégories (tonneaux, personnages, lieux, etc.). Les joueurs gagnent des PVs basés sur cette différence. Du coup, soit vous choisissez une tuile qui va dans le sens de votre stratégie, soit vous en choisissez une pour réduire la différence avec les autres joueurs, réduisant du même coup les PVs qu’ils peuvent gagner.

L’ordre du tour n’est pas défini. En effet, sur la rondelle, c’est le dernier joueur qui joue. J’avoue que je trouve cette mécanique succulente! Elle n’est pas parfaite, certes, puisqu’un joueur risque d’attendre son tour s’il a préféré choisir une tuile bien en avant sur la rondelle.

Bref, Glen More II reste une référence en la matière. Les chroniques vont permettre de varier les parties en ajoutant des nouveaux points de règles. Hâte d’essayer!


Chaps: 9 /10

Disons-le tout net, Glen More II Chronicles est pour moi une réussite. Je découvre le jeu auquel je n’avais jamais joué et j’aime beaucoup de choses. Les règles sont simples et vite expliquées mais cachent une vraie richesse ludique. Les parties sont relativement courtes permettant de ressortir facilement le jeu, qui à mon avis, plaira à des joueurs experts autant qu’à des joueurs plus occasionnels, même si ce n’est pas du familial non plus.

Pleins de bonnes idées : les scoring dépendant de celui qui fait le moins crées forcément une excellente interaction pendant toute la partie, interaction déjà fortement présente par la concurrence sur les tuiles et les zones de pose du plateau clan. Ajouter dans la même veine la règle des -3 points pour chaque tuile en plus de celui qui en a le moins en fin de partie et une tension fort sympathique apparaît dans la partie ainsi qu’un petit rush sur les personnages et tuiles à superpositions. Et en plus tout cela apporte un joli équilibre au jeu.

Glen More II a un côté opportuniste bien sûr, tout dépend des tuiles qui sortent, plus précisément du moment où elles sortent et de ce que font vos adversaires. Mais Glen More II n’est en aucun cas chaotique et une stratégie se dessinera rapidement en fonction des tuiles prises en premier et s’enrichira avec les nouvelles disponibles. Il faut bien réfléchir, parfois de manière un peu calculatoire, car il y a largement de quoi optimiser au mieux ses combos et une action qui paraît profitable ne sera pas toujours la plus rentable. Cette sensation de construction sous contraintes m’a beaucoup plu.

L’ajout des chroniques enrichi évidemment énormément le jeu. Même si je n’ai qu’une partie au moment où je rédige ces lignes et une partie sans chronique je les ai regardé. Sans augmenter considérablement la durée tant que l’on n’en mets qu’une, elles renouvellent à coup sûr le jeu qui plus est permets de le rendre plus ou moins difficile, car cerise sur le gâteau on peut mélanger plusieurs chroniques. La rejouabilité devient énorme. Rien que la première est une excellente idée, elle permets d’utiliser les déplacements de nos écossais éclaireurs autrement que juste pour se déplacer ou pour marquer des points si on a le bonus adéquat. Maintenant, renouvellement, ces déplacements sont indispensables pour faire avancer un bateau qui devra parcourir au plus vite les rivières bonus ou malus à la clef…

Bref Glen More II Chronicles allie une relative simplicité avec une une vraie richesse ludique, j’ai été surpris et très agréablement par ce jeu lors de ma première partie qui sera la première d’une longue série si mon temps libre me le permet.



Vin d’jeu d’vidéo

La bouteille de Chaps en 40 minutes


Matthias Cramer entouré de vos serviteurs

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *