• AquaSphere - FICHE DE JEU
  • 6

AquaSphere

Note moyenne
8.52
(4 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 45' - Partie: 120'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s): ,
Catégorie: Expert
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
8.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

911 Aquasphere 1

 

SwatSh 9 /10

AquaSphere est le dernier Feld, c’est déjà un événement à ne pas rater en soi 🙂 !  En effet, Mr Feld est un des auteurs nous ayant le plus régalés ces dernières années avec Bora Bora, Trajan (votre Vin d’jeu d’l’année 2012), Burgund (un de nos coups de coeur 2011), Luna et Macao (un de nos coups de coeur 2010) entre autre.

AquaSphere nous surprend déjà dans sa mécanique de base de choix d’action.  Le plateau d’action nous montre une arborescence que l’on peut suivre pour exécuter les 3 actions du tour parmi les 7 disponibles.  C’est assez difficile à expliquer (voir photo de droite), mais c’est un système très spécial.  En gros, si vous voulez absolument exécuter une action ce tour-ci, vous pourrez la faire, si vous voulez en exécuter 2 spécifiques, ce n’est pas sûr que vous puissiez les faire toutes les 2, 3 encore moins sûr,…  En effet, l’arborescence nous montre les différentes combinaisons d’actions possibles et leur ordre (chaque tour présente une arborescence différente).  A vous de choisir le chemin qui vous convient le mieux pour exécuter les actions de votre choix parmi les contraintes du tableau.  Mais la difficulté des choix ne s’arrête pas là puisque, outre choisir l’action à exécuter, vous devrez choisir l’endroit où vous l’exécutez parmi les 6 sphères.  La sphère choisie va dépendre de ce qu’elle propose (exemple :l’action « prendre une tuile verte » est différente pour chaque sphère puisque chaque sphère propose une tuile verte différente, de plus si un joueur a choisi cette même action et l’aura exécutée avant vous, une des sphères ne proposera plus de tuile verte), mais également du coût pour l’atteindre.  En effet, pour exécuter une action dans une des sphères, votre meeple doit s’y trouver et déplacer votre meeple de sphère en sphère coûte à chaque fois de l’argent (que vous pourrez bien évidemment gagner grâce à une des actions disponibles).  Et ce n’est pas tout !!!  En effet, lorsque vous exécutez une action dans une sphère, vous prenez le contrôle de cette sphère et avoir le contrôle d’une majorité de sphères en fin de manche rapporte beaucoup !!!  Un peu trop à mon goût car c’est principalement les points engrangés dans cette majorité qui va déterminer le vainqueur.  On va alors avoir tendance à ralentir le jeu grâce à certaines actions et bonus afin d’être le dernier à jouer pour pouvoir gagner les majorités.

Feld fait éclater son génie également dans le choix de l’ordre des actions.  Lorsqu’on choisit une action à exécuter sur l’arbre des action, on va en quelque sorte stocker cette action sur son plateau individuel en sachant que ce dernier ne peut en stocker que 2 maximum.  Ce système permet d’inverser l’ordre des actions ou de les exécuter plus rapidement que ses adversaires.  Si par exemple le plateau d’ordre des actions propose en premier l’ordre « récolter de l’or » et en second « acquérir une carte », vous allez d’abord placer un de vos meeples sur votre plateau personnel en face de l’action « récolter de l’or » puis un second en face de l’action « acquérir une carte », pour ensuite, par exemple, retirer d’abord le meeple sur l’action « acquérir une carte » afin de faire cette action en premier.  Cette gestion du timing est excellente et primordiale dans le jeu.  Elle crée également de l’interaction car on voit, à l’avance, les actions que ses adversaires vont jouer sans en connaître l’ordre.911 Aquasphere 3

Le reste d’AquaSphere est assez classique.  Néanmoins, la savoir-faire de Feld reste impressionnant car avec des règles relativement simples, il arrive à créer un jeu profond et stratégique grâce notamment à la possibilités de gagner des cartes bonus donnant des capacités spéciales aux joueurs qui vont alors orienter leur jeu pour en profiter un maximum.  Bien évidemment, on ne va pas piocher ces cartes au hasard mais les acquérir grâce à une action du jeu qui nous permettra de prendre celle de la sphère de notre choix (tout en payant le déplacement de votre meeple bien entendu !).  Il y a bien entendu un léger hasard car si la carte que vous convoitez est à l’autre bout du plateau, le coût pour y déplacer votre meeple risque d’être trop élevé.  Vous serez alors contraint de laisser filer cette carte au profit du joueur ayant eu la chance de débuter son tour non loin de la sphère proposant cette carte.

Le jeu est très libre et vos choix très variés bien que Feld ait ajouté un système contraignant à la « Agricola » où les joueurs vont devoir payer une certaine ressource pour pouvoir déplacer leur pion sur la piste des PVs.  De plus, même s’il est fort avantageux de faire trainer les choses pour pouvoir prendre les majorités en dernier, une certaine course est également de vigueur permettant au joueur de prendre en premier certaines cartes ou de construire en premier bénéficiant par là d’un prix assez bas.  Vous l’aurez compris, les choix ne sont pas évidents dans AquaSphere et vous serez constamment torturés par les sacrifices qui découlent de vos choix pour donner un jeu savoureux, original, d’une grande durée de vie et de rejouabilité, interactif, un peu trop abstrait (c’est quoi encore le thème ???), profond, déroutant, au hasard limité, avec une gestion du timing et de la planification importante et aux multiples stratégies.  Assurément un grand Feld !

________________________________________________________________________

Philrey212:     8,5/10

Une autre sortie Essen 2014 de Stefan Feld, avec La Isla, Aquasphere est d’un tout autre calibre. Au premier abord, j’ai trouvé la mécanique compliquée avec les deux plateaux. L’un pour déplacer son ingénieur et programmer un bot, l’autre, le plus grand, pour déplacer le scientifique d’une zone à l’autre pour y activer l’action programmée par le premier. Il faut dire que le plateau est bien chargé et la lisibilité par optimale (enfin, c’est mon point de vue perso)

Ensuite, c’est vrai qu’après un tour, on comprend mieux, on parvient à mieux suivre et on se prend au jeu de programmation.

Les aspects qui m’ont semblé intéressants:
+ Le petit plateau représentant le centre de programmation, avec l’ingénieur (à gauche sur la photo). On démarre en bas et on peut se déplacer vers 2 cases. Ce qui veut dire qu’en empruntant un chemin, on n’aura pas accès aux autres actions possibles. Le fait que les jetons définissant les actions sont mélangés et replacé aléatoirement à chaque tour évite d’emprunter toujours le même chemin et implique des choix tactiques à chaque tour.
+ Les six secteurs du grand plateau sont séparés par des « timers ». Pour que notre scientifique puisse passer d’un secteur à l’autre, il faudra dépenser nos jetons « timers ». Ces timers sont en nombre limité en début de tour avec possibilité, via un bot programmé, d’en récupérer. Cette gestion est importante car si vous parvenez à en récupérer, vous pourrez plus que probablement faire plus d’action (une du moins) ou faire votre action dans le secteur de votre choix.
+ Chacun débute la partie avec un laboratoire « limité ». Ce labo pourra bien évidemment, via un bot programmé, être étendu. Les extensions de labo permettront non seulement d’augmenter ses capacités (de stockage en autre) mais de prendre le contrôle d’un ou deux secteurs, important pour le décompte entre chaque tour. Ici aussi, les choix ne seront pas faciles
+ Notre plateau individuel contient tous nos pions disponibles. Au plus ils sont placés sur le plateau central (ou programmé sur notre plateau individuel) au plus on gagnera de PV au décompte (entre chaque tour). Seulement voilà, lorsque vous placez un bot programmé dans un secteur, vous en prenez le contrôle (le bot est placé au centre du secteur) et éjecté celui qui y était. Ce dernier va dans la zone de chargement (les zones rectangulaires autour du centre du plateau). Cette zone est limitée à x+1 bots (x = nombre de joueurs). Dés que la limite est dépassée, tous les bots retournent sur les plateaux individuels respectifs (réduisant votre potentiel de gain de PV pour le décompte) excepté un bot par joueur. Il faudra donc bien étudier la question avant de prendre le contrôle d’un secteur et d’en analyser les conséquences.

On peut peut-être reprocher:

– La lisibilité du plateau central. Les icônes liés aux zones blanches de chaque secteur, par exemple.
– Le jeux est calculatoire afin d’optimiser le gain des PV entre les tours. Cela peut rendre le jeu un peu lent.

Aquasphere est bien un Feld, un peu moins « joli » à mon goût mais quand même excellent.

_________________________________________________________________________

Pascal:     8/10

Un nouveau jeu de Stefan Feld est toujours intéressant à découvrir.  Et AquaSphere ne déroge pas à la règle.

Le matériel abondant et bien réalisé est assez impressionnant.  Beaucoup de détail dans les illustrations, et peut-être même un peu trop.  Le plateau, magnifique n’est pas toujours des plus lisible.

Les règles sont relativement lourdes à digérer, et comme l’auteur en a l’habitude, il y a de nombreuses manières de scorer.  Parmi les très bonnes idées et les originalités, j’ai noté la manière de choisir sa prochaine action sur le plateau de programmation.  L’originalité vient ici du fait que l’on choisit son action, mais on ne la joue pas immédiatement,  on stocke l’action sur son plateau de jeu, et on pourra la jouer plus tard.  Ceci nécessite une bonne anticipation et de préparer ses actions à l’avance.

Ensuite, on peut gagner des timers, qui permettront de se déplacer dans les différentes zones du plateau principal.  La gestion de ces jetons et de ces déplacement est un facteur clé pour la victoire.  Toutes les zones, à priori identiques, donnent des effets à chaque fois différents.

Autre originalité, la nécessité de payer pour franchir certaines barrières sur l’échelle des scores.  Si vous ne pouvez pas payer (typiquement avec des cristaux noirs), vous ne pouvez pas franchir le palier et vous restez sur place.

Pas mal de bonnes idées, mais malgré tout, je n’ai pas accroché. La raison principale est que j’ai joué toute la partie sans voir comment faire pour faire mieux que les autres joueurs.  C’est assez frustrant de jouer sans pouvoir dégager de technique ou de tactique.  A la toute fin de jeu, je pense avoir compris que le gagnant est celui qui arrive à gagner le plus de majorités dans les sphères à la fin de chaque manche.  Et la manière d’y parvenir est sans doute en essayant de jouer le dernier à la fin de chaque manche.  Je ne sais pas si d’autres techniques permettraient de gagner …  J’ai eu aussi l’impression que le nombre d’actions sur l’ensemble de la partie est très limité, et donc il est difficile de se rattraper si on prend un mauvais départ.

Un peu déçu donc par ma première partie, mais maintenant que j’ai capté les principales subtilités, je suis certain que je profiterais bien plus du jeu à l’avenir.  Avec la crainte qu’une seule technique soit payante.

______________________________________________________________

Tapimoket:  8,6/10

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on sera en pleine profondeur… Oui profondeur des océans puisque le jeu se déroule à cet endroit mais aussi profondeur de jeu propre à Stephan Feld

Après un petit passage sur des jeux plus « light », à savoir La Isla et Bruges , revoilà notre bon vieux Feld dans un domaine où excelle : Le bon gros jeu qui te fait fumer la tête…

Les règles sont agréables et bien ordonnées et le matériel plutôt joli, avec un plateau modulaire en rond et de nombreux objets en bois qui ne sont pas bêtement cubiques… Le tout avec des couleurs propres à chaque action du jeu.

Le thème reste, cependant, douteux car on aura pas vraiment l’impression d’être dans une base sous marine…. En effet, à part quelques poulpes dans la station, dont on se demande bien ce qu’ils fichent en plein milieu du secteur, et bien pas de poisson ! Pas d’eau ! Et pas la moindre trace de ses merveilleux endroits à explorer…Bref ! Pas grand chose en rapport avec les fonds abyssaux…

J’ai même relevé quelques petits trucs qui aurait pu rendre le jeu plus agréable. En effet, au fur et à mesure de la partie, notre cher scientifique sera de moins en moins facile à repérer sur le plateau qui fourmillera de meeples de toutes les formes et couleurs. Il aurait un poil plus grand et cela aurait été du pur bonheur…De même, le fond des actions « blanches » n’est pas très visibles.

Bon je chipote, mais quoi…j’ai le droit non ?

Ceci dit, après avoir critiqué, AQUASPHERE est tout simplement un très bon jeu expert bien tordu comme on les aime avec tout ce qu’il faut de frustrant pour grommeler sur nos petites erreurs (Les grosses aussi d’ailleurs) Feld nous offre là encore un jeu où il faudra enchaîner plusieurs parties pour découvrir toutes les tactiques pour gagner.

Avec Aquasphere, au moins on ne va pas buller. Chaque action aura son importance et il faudra garder la tête hors de l’eau… Sinon ce sera la tasse !

______________________________________________________________

911 Aquasphere 2

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par limp
très bon
Un très bon Feld. On ne le cite jamais car l'auteur a fait tellement de jeux cultes que celui-ci reste discret à côté. Mais pourtant, il est vraiment très plaisant à pratiquer...

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

6 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Salut fdubois, tu m’as bien fait rire 🙂 Si t’es maso, je te conseille d’y rejouer 😀

  2. fdubois dit :

    Après mes premières parties, j’étais plutôt enthousiaste : le challenge que représente la programmation de ses actions et leur exécution dans un deuxième temps est grisant et bien brise neurones. Mais voilà, j’ai vite déchanté : non pas que le jeu ne soit plus intéressant sur la durée (c’est même l’inverse) mais il ne m’amuse plus trop. En effet, on a beau faire, on se fait défoncer par le jeu à tous les niveaux :
    – j’ai beau placer et lutter pour les majorités, mes robots reviennent sans arrêt sur mon plateau :/
    – j’ai beau dépoulper, il en reste toujours ou alors ils reviennent :/
    – j’ai beau prévoir mes déplacements, je me fais piquer l’extension de labo ou là carte que je visais par un autre joueur :/
    – et m…e, il me manque un cristal pour passer la barrière laser sur la piste des points :/

    Tout au long de la partie, j’ai la fâcheuse impression de vivre le mythe de Sisyphe, d’essayer de résoudre encore et encore la même quadrature du cercle en essayant des coups à trois bandes. Bref, soit ce jeu n’est pas pour moi, soit je suis hyper mauvais en optimisation au quart de poil de cul prêt 😉

    Pourtant, je suis plutôt client des Feld (Les châteaux de Bourgogne, Macao, L’année du dragon, Trajan sont des jeux que je possède et auxquels j’adore jouer) et donc habitués de l’optimisation et de la remise en cause permanente mais là je bloque. Peut être me faudrait il lui redonner une seconde chance pour l’apprécier enfin ?

  3. SwatSh dit :

    Pourquoi « dommage » Baptiste?

  4. Baptiste dit :

    Dommage car pour moi c’est son meilleur

  5. Lordsavoy dit :

    Pour moi le meilleur jeu sorti à Essen et le classement Fairplay le place pas en haut pour rien !

  6. Serval dit :

    Bonjour à tous

    Feld déteste t-il toujours les daltoniens que nous sommes ?
    J’aime bien ses jeux en général même si je ne suis pas un grand fan mais tout est souvent gaché (pour nous) à causes des couleurs souvent impossible à différencier. (le pire étant les Chateaux de Bourgogne !)
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *