• Signorie (& Vin d’jeu d’aide + d’vidéo) - FICHE DE JEU
  • 10

Signorie (& Vin d’jeu d’aide + d’vidéo)

Note moyenne
8.60
(5 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 35' - Partie: 130' - Meilleur score: 209
Année:
Auteur(s): ,
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

1200 Signorie 1

 

SwatSh8,5 /10

Avec Nippon (nous y viendrons bientôt 😉 ), Signorie est une des 2 sorties d’Essen 2015 de notre éditeur préféré : What’s your game Cet éditeur nous a livré quasi que des bombes ludiques dont 2 Vin d’jeu d’l’année : Vinhos (Vin d’jeu d’l’année 2011) et le récent Vin d’jeu d’l’année 2015 : Zhanguo.  Seul un autre éditeur a réussi la performance d’avoir 2 fois un jeu élu Vin d’jeu d’l’année.  Il s’agit de l’excellent éditeur Czech Games Edition qui a remporté ce prestigieux prix en 2010 avec Space Alert et en 2013 avec Tzolkin.

Et la bonne nouvelle dans tout ça est que et Signorie et Nippon ont été publiés en Français par What’s Your Game.  Vous savez donc vous procurer les jeux de cet éditeur mythique dans votre langue natale!  Elle est pas belle la vie? 🙂  Petit mot à l’attention des shops, What’s your game travaille sans distributeur, il va donc vous falloir vous adresser directement à l’éditeur si vous voulez pouvoir faire des clients heureux 😀

Mais ce n’est pas tout !  What’s your game a également placé 2 de ses jeux dans nos coups de coeur : Vasco de Gama en 2010 et Madeira en 2014.  Voilà un palmarès bien reluisant qui me fait acheter leurs jeux les yeux fermés.  Et il faut bien avouer que j’ai bien fait de le faire avec Signorie.  Voilà un jeu qu’il est bon 🙂

La paire d’auteurs de Signorie n’est pas inconnue non plus puisqu’elle a œuvré ensemble sur l’excellent Hyperborea et séparément sur les très bons Olympus, Asgard et Simurgh.

Signorie est un jeu de choix d’actions aux conséquences multiples qui se complexifie de plus en plus tout au long de la durée du jeu.  Un peu à la manière de Russian Railroads, les choix y sont de plus en plus difficiles tant les conséquences de ces derniers deviennent de plus en plus nombreuses.

La mécanique centrale est donc un système de choix d’actions assez original et se basant sur des dés.  Il y a 5 actions possibles et à chacune correspond une couleur de dé : l’action rouge est relative au dé rouge, l’action jaune au dé jaune,…  Au début d’un tour, on lance autant de dés de chaque couleur qu’il y a de joueurs.  A 3 joueurs par exemple, on lance 3 dés jaunes + 3 dés rouges +…  On place ensuite ces dés sur les 5 cases d’action de chacune des 5 couleurs de dé différentes.  Puis, chacun à son tour va choisir un dé, le placer sur son plateau personnel et réaliser l’action en question.  On ne sait placer qu’un seul dé de chaque couleur sur son plateau personnel et on ne peut que réaliser 4 actions maximum par tour (le jeu se joue en 7 tours).  Autrement dit, il n’y a pas de blocage dans Signorie, si on veut réaliser l’action rouge par exemple, il y aura toujours un dé rouge à votre disposition pour la réaliser.

La contrainte se situe au niveau de la valeur des dés.  Chacune des cases action de votre plateau personnel a une valeur qui va de 1 à 5.  Si le dé choisit pour l’action à une valeur inférieure à la valeur de la case correspondante de votre plateau, vous devez payer la différence en pièces.  Les pièces sont en effet la première ressource du jeu et il vous faudra bien la gérer…  Dans ce système, on va déjà reconnaitre la patte de What’s your game qui va inclure une confrontation de choix dans ses règles.  A priori, il est super intéressant de ne prendre que des dés aux valeurs élevées afin de ne payer qu’un minimum de pièces pour exécuter les actions.  Ce serait vrai s’il n’y avait pas les bonus en fin de tour.  A la fin de chaque tour, les joueurs qui ont utilisé des dés dont la somme des valeurs est inférieure ou égale à 13, ont droit à 2 bonus loin d’être négligeables.  On va donc plutôt viser les dés de moindre valeur mais pas trop car il faudra aussi savoir se les payer…  Mécanique magnifique, aux choix difficiles, aux contradictions frappantes et où l’ordre du tour a son importance…

Les actions quant à elles sont incroyables de variété.  Chaque case action propose 3 actions différentes.  Lorsque vous choisissez une case d’action (et y placez un dé de la couleur indiquée), vous devrez encore choisir entre les 3 actions suivantes :

1) Engager un aidant
Un aidant coûte des sous mais offre l’avantage d’être placé sous une des 5 cases d’action et de donner un bonus à chaque fois qu’on réalise l’action sous laquelle il est situé.
Les joueurs vont avoir tendance à placer un maximum d’aidants en début de partie pour pouvoir en profiter un maximum plus tard.  C’est une mécanique qu’on retrouve d’ailleurs dans l’excellent Zhanguo.
Une grande partie du jeu se situe d’ailleurs dans le choix des aidants car ils vont influencer votre stratégie dans le jeu.
C’est ici aussi que va se situer une grande partie de la complexité du jeu.  Au fur et à mesure de l’avancée de la partie, vous allez engranger de plus en plus de bonus suite au choix de votre action.  Ces choix en seront d’autant plus compliqués : « si je réalise ceci, alors je pourrai faire ça, ça ou ça puis je recevrai tel, tel et tel bonus qui me permettra de faire ceci qui engendrera cela… »

2) Réaliser une action d’«affectation»
C’est le mécanisme le plus « extra-terrestre » de Signorie.  A chaque tour on mélange et assigne aléatoirement 2 tuiles affectation à chaque action.  Lorsqu’on réalise une action, on peut donc réaliser une des 2 actions d’affectation qui seront toujours différentes de tour en tour.  C’est très étrange car ces actions correspondent de près ou de loin à d’autres actions du jeu mais coûtent beaucoup plus cher à réaliser.  A priori elles sont donc moins intéressantes mais ce serait absurde de s’en passer.  En effet, pour rappel, la mécanique centrale de placement des dés ne permet de réaliser qu’une seule fois chaque action par tour.  Ces tuiles affectation permettent, entre autre, de réaliser 2 fois la même action en un tour et ce n’est pas négligeable du tout.  De plus, le coût pour réaliser ce type d’action se paye en meeples.  Après l’argent, les meeples sont la seconde ressource à bien devoir gérer dans le jeu.  Et ces meeples se divisent en 2 : les mâles et femelles qui vous permettront chacun des actions différentes.  Bonjour la bonne gestion ! 🙂  Contre toute attente, ce système ingénieux marche à merveille.

3) Réaliser l’action spécifique de la case d’action
Ces action sont :
-Augmenter de 4 points vos meeples mâles sur une ou plusieurs des 4 échelles : l’influence politique, l’influence religieuse, l’influence militaire ou la piste d’ordre du jeu.
-Placer un meeple mâle (pris d’une des 3 échelles militaire, politique ou religieuse) sur une des villes et gagner la tuile de la famille de cette ville ainsi que des PVs en fonction de l’endroit de l’échelle où se situait le meeple.  Ces tuiles familles sont une des grandes sources de PVs car elles vont vous rapporter des points en fonction des objectifs d’assortiments de tuiles familles que vous avez.
-Placer un meeple femelle sur une case ville et payer le coût en pièces afin d’obtenir des PVs et une tuile famille de la ville.
-Faire naître un nombre de nouveaux meeples hommes et femmes en fonction du nombre d’hommes mariés de votre famille.
-Gagner quelques sous

Vous l’aurez compris, Signorie est un jeu riche, profond et complexe.  Même si ses règles sont assez simples, c’est la complexité des choix, la bonne vision de toutes les conséquences de chacun de ces choix ainsi que la planification de vos actions qui vont apporter cette complexité.  D’un côté cette complexité est extrêmement plaisante et amusante, d’un autre on a un peu un sentiment de « too much » arrivant de temps en temps à des situations d’annalis paralysis bien compréhensibles.  On ne va d’ailleurs jamais reprocher à un joueur de réfléchir trop longtemps, le jeu le nécessite si vous voulez avoir une chance de l’emporter.  Signorie ne propose pas de stratégies différentes bien définies mais plutôt des variations plus subtiles.  On va tous essayer de placer un maximum de meeples mâles et femelles dans chaque ville afin d’influencer les meilleures familles.  Mais chacun va choisir des actions et des aidants spécifiques pour obtenir une combinaison de bonus qu’il va falloir optimiser afin de pouvoir en profiter un maximum et de bien les rentabiliser.  Les combinaisons de bonus possibles sont très nombreuses et vont contribuer à une belle durée de vie du jeu.  Ces Señor ou Señorita de Bahia à Bahia me plaisent beaucoup 🙂

Nouvelle partie

Il y a plusieurs choses qui m’ont marqué durant cette dernière partie:
1) Signorie est tout de même plus stratégique qu’on ne le pense à priori.  Il faut bien sûr bien planifier ses coups mais aussi bien longtemps à l’avance ce qui demande pas mal de réflexion.  Les variations stratégiques se feront plutôt au niveau du placement des assistants ce qui semble assez léger tant certains sont indispensables: gagner des pièces ou avancer de 3 étapes dans les carrières par exemple.

2) Les mandats (actions « enveloppe » disponibles en échange de meeples) me semblent tout de même très voire trop chers.  On y va que très, trop, rarement tant la gestion de ses meeples peut être serrée.  Il faudrait tenter une stratégie mandat en produisant un max de meeples pour voir.

3) Le tirage au hasard des familles à épouser ou à convaincre diplomatiquement me semble toujours trop aléatoire et frustrant.


Pascal    9/10

Signorie est encore un jeu excellent de cette année.  On est gâté par les auteurs, illustrateurs et éditeurs du monde ludique !

La mécanique est basée sur un choix de dés parmi ceux disponibles.  La couleur du dé va indiquer les actions possibles, alors que la valeur indiquera son coût et parfois sa force.  Une contrainte supplémentaire nous force à garder la somme des 4 dés joués en une manche inférieure ou égale à 13 pour profiter d’un bonus supplémentaire.

Les actions possibles (décrites magistralement par SwatSh) sont nombreuses et les choix sont vraiment très difficiles.  En début de partie, on va essayer de miser le plus possible sur les aidants qui apporteront plus d’effet à chacune des actions futures.  Plus tard dans le jeu, on se focalisera sur les affectations qui permettront d’engranger les points de victoire.  Mais tout au long de la partie, l’argent manquera pour faire ce que vous voudriez, et vous n’obtiendrez que rarement le dé que vous convoitez.  Des compromis seront nécessaires. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le jeu est profond et stratégique à souhait.  La gestion des meeples (féminins et masculins) est difficile et indispensable.  Ils servent de ressources indispensables pour certaines actions, tout en étant assez difficiles à recruter.

Un petit regret concernant les actions « mandats » qui semblent excessivement chères.  je n’en ai fait que 2 ou 3 pendant toute la partie (tout en terminant très près du premier joueur).


Tapimoket:  9/10

Dans la gamme jeu de gestion/placement/combos, je demande SIGNORIE. En général, les histoire de famille, moi je ne m’en mêle pas… Car il faudra dans Signorie, faire de sa famille, l’une des plus prestigieuse durant l’époque de la renaissance. Mais là, je n’ai pas pu m’empêcher d’enchaîner plusieurs parties de suite avec grand plaisir. Il tourne très bien de 4 à 2 joueurs. Si, certes, les mécaniques sont assez classiques, on ne peut pas faire autrement, à chaque tour, d’essayer d’optimiser ses coups.

Tout d’abord, cela va commencer par le choix et l’ordre des dés pour bien exécuter les actions qu’ils accordent, avec une contrainte de taille, puisqu’il ne faudra pas dépasser un total de 13 …. Bien cornélien !

Puis, il y aura cette irrésistible envie de faire rapidement des actions, mais ce choix pourra être différé pour augmenter nos capacités d’actions grâce à des assistants. Là aussi, il faudra prendre les meilleures actions bonus en espérant que ces assistants seront payants pour la suite de la partie. Encore une fois, c’est gros un dilemme…

Enfin, on subira des flux très tendus comme, par exemple, l’argent qui pourra manquer cruellement lors des premiers tours…. Pire qu’une fin de mois !

Tous ces éléments de choix et de combinaisons font de SIGNORIE un très bon jeu qui va secouer vos neurones et j’adore ça !

Le matériel est bien fourni, tout en restant classique. On notera également les illustrations de Mariono Ianelli, celui là même qui a illustré notre vind’jeu 2015 : ZHANGUO

Un seul petit reproche viendra du fait qu’il faut faire attention à bien mémoriser où l’on prend un de nos meeples durant une certaine action (mission diplomatique). Mais je donne un conseil, dans le résumé joint, pour éviter toute erreur…

SIGNORIE est un excellent jeu teuton à tâter …


Chaps: 8,5/10

Ha… la belle brochette de What’s Your Game ! Nippon, Signorie et Zhanguo ! Signorie est le moins complexe mais pas le moins plaisant.

– Le thème d’abord : l’Italie de la renaissance, les grandes familles qui dirigeaient les villes, l’ambiance y est, un peu… Sans doute aurait-il pu être un peu plus poussé, plus immersif, avec des vrais noms de famille, des mécanismes liant ville et famille, mais bon, les mécaniques priment.

– Le matériel : très bien rien à redire, bonne qualité, illustration sympa, immersives sans être non plus à tomber le cul par terre. D’ailleurs certains joueurs reprochent à What’s Your Game des plateaux un peu trop formatés sur leurs jeux, manquant de personnalité… c’est vrai, marque de fabrique pour certains, dommage pour d’autres… Choisissez votre camps… Le mien… Pour ce point là je vais être Normand… p’têt…

– Mécaniques et variantes : J’aime beaucoup, car on construit une stratégie en fonction de plusieurs objectifs de fin de partie tout au long de ladite partie (objectifs du plateau personnel et des 2 dernières manches). Notamment les assistants seront directement liés à nos choix à long terme. Le système des dés amène une tension et une interaction excellente et bien sûr de la frustration parfois, à nous de bien choisir ce que l’on fait ! Même phénomène pour les tuiles « familles » que l’on collecte et où on se retrouve tous en concurrence, obligé de lorgner sur le plateau des autres et sur leurs progressions dans les carrières, sur les places qui restent disponibles dans les villes… Tout cela fait que l’on ne construit pas son petit truc dans son coin. Et puis j’apprécie que l’on puisse attraper la bête par plusieurs bouts : on ne peut pas prendre de tuile « famille » ? Peut-être est-il temps de sacrifier des Meeples pour les « contrats-assignement » ? Les assistants permettent aussi de jolis coups (une fois en place, on déroule les actions), il y a toujours quelque chose à faire, on n’est pas coincé, on peut continuer à développer ses stratégies. Et tant mieux car comme dans beaucoup de jeu, on n’arrive pas à tout faire, il faut faire des choix ! Et choisir… c’est renoncer 😉

Bref tout cela me plait beaucoup, seul bémol : 7 manches, c’est une de trop, mieux vaut jouer en 6 manches pour moi. Le jeu est plus court et si l’on veut faire tous les mariages on ne peut louper aucun bonus de fin de manche (puisque c’est là que les mariages ont lieu). De plus la dernière manche sera plus palpitante, parce-qu’ avec 7 manches, lors de la dernière on n’a souvent plus grand chose à faire…

Ça tombe bien jouer en 6 manches est une variante officielle ! Il y en a d’autres : pouvoir continuer à poser des Meeple sur les villes, même pleine… QUOI ! Bigre ! Mais c’est enlever un des piments du jeu de faire ça, je suis contre ! Si vous jouez avec cette variante sachez que je n’approuve pas et… oui… que ça ne change rien vous faites comme vous voulez… bha vous penserez à moi comme ça 😉

Une variante avec laquelle je n’ai pas joué (mais je manque malheureusement de parties) est celle qui rend utilisable les « mandats » qu’une fois par manche, à ma prochaine partie je l’utiliserais car je trouve que cela rajoute de la tension et va dans le sens de l’ambiance des mécanismes : concurrence-course sur les dés, les tuiles « familles » et du coup les mandats. Mais dans ce cas ne risque-t’on pas parfois de se retrouver coincé ? A essayer…

Bref Signorie est pour moi un bon jeu, auquel j’apprécie de jouer, je lui préfère Nippon, mais c’est une autre histoire… Et comme la règle cite Machiavel, je m’y colle aussi : “Les hommes prudents savent toujours se faire un mérite des actes auxquels la nécessité les a contraints. » 🙂


Ren 8/10

Pas mal pas mal, mes camarades plus haut ont déjà tout dit, je vous renvoie à leurs avis!


Vin d’jeu d’aide: Signorie Vindjeu aide (Merci Tap’ 😉 )


Vin d’jeu d’vidéo (Merci Chaps 😉 )


 

1200 Signorie 4

 

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

10 de réponses

  1. Chris dit :

    Je trouve signorie meilleur aussi.
    Plus original dans les mécaniques et Marco polo est plus léger je trouve.

  2. SwatSh dit :

    Perso, je préfère Signorie. Mais les 2 se valent 🙂
    Amuse-toi bien!

  3. yoann dit :

    Pourriez-vous me conseiller entre acheter signorie ou marco polo?
    yoann

  4. chris dit :

    Belle partie a 3 hier. J’avais teste a 2 un debut de partie et il m’avait laisse un peu sur ma faim.
    Du coup je m’y remets avec un apriori un peu negatif et bien mes camarades ont bien fait d’insister.
    Belle claque!!! Plus complexe que Zanghuo a apprehender je trouve.
    On fini tous les 3 dans un mouchoir de poche (aux alentours des 150 PVs avec 10/12 PV d’ecart entre le 1er et moi qui fini dernier).
    Je sens que je vais devoir investir dans quelques jeux (notament Nippon) pour combler mon retard.

  5. scalou dit :

    Hey Winnetou!
    Zhanguo c’est pour demain soir!;-)
    Perso je suis tellement fan de cet éditeur que j’ai complété d’un coup avec Vasco, Zhanguo et Signorie ( me manque plus bcp).
    Signorie Je l’ai juste testé en solo actuellement pour avoir une petite approche du jeu, et cela me semble fidèle à l’éditeur, juste comme noté dans le compte rendu plus haut j’ai un petit peu peur de l’ annalis paralysis sur celui-ci. Mais la mécanique encore une fois est terrible avec ce choix de dés ( c’est mal les dés!), vraiment impatient de le jouer.
    Ps: Winnetou, juré demain il n’y aura pas de « Nippenorie » durant la partie! ;-))

  6. Tapimoket dit :

    Hey Bacoun ! Mais c’est toujours un plaisir de faire découvrir des jeux. A bientôt…. 😉 et merci pour le soutien

  7. SwatSh dit :

    Ca vient ça vient bacoun 🙂

  8. bacoun dit :

    de mon côté j’attends avec impatience les retours de la team Vin d’jeu, sur Nippon et les choix de stratégie qu’il propose par rapport à Madeira. J’en profite pour glisser un pti coucou à Tapimoket, dont je loue ses facultés à expliquer un jeu : Discoveries par exemple entendu lors du FestiJav

  9. SwatSh dit :

    Winnetou: dans mes bras 😀

  10. Winnetou dit :

    Ah oui quand même, une référence à Romain Didier 😉 J’aime beaucoup mais quand même… 😉
    Ceci dit, j’ai hâte de tester ce jeu à mon club. Du même éditeur, j’ai déjà essayé Madeira (très bien malgré des règles bien complexes et des aides de jeu mal fichues et donc inutiles) et Nippon (bien mais que j’ai trouvé moins fun que Madeira). ZhanGuo et Signorie seront les suivants et l’impatience me gagne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *