• Battalia: The Creation (+ video & aide de jeu) - FICHE DE JEU
  • 2

Battalia: The Creation (+ video & aide de jeu)

Note moyenne
9.00
(3 notes)
Mise en place: 25' - Règles: 55' - Partie: 90'
Année:
Auteur(s): ,
Editeur(s): ,
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
7.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub

1252 Battalia 1

 

SwatSh 9/10

Battalia: The Creation est un jeu issu du financement participatif et sorti en toute discrétion en 2015.  Il faut dire qu’autant son éditeur que ses auteurs sont tous des inconnus du monde ludique et proviennent tous d’un pays alternatif dans le monde du jeu : La Bulgarie !  Une nouvelle preuve comme quoi le monde du jeu évolue s’il en est.  Il y a 5 ans, qui aurait parié un kopeck (ou du moins un Lev devrai-je dire 😉 ) sur la qualité et la réussite d’un jeu Bulgare ???  J’ai découvert Battalia : The Creation grâce à cette news de l’excellent site Ludovox, que je remercie au passage pour cette découverte 🙂 .

Battalia : The Creation est un jeu de deckbuilding mêlé à un jeu de figurines, d’affrontement et de Civilization !  Rien que ça !!!

Le deckbuilding
C’est le coeur du jeu.
D’un côté très classique :
– On pioche 6 cartes
– On réalise toutes les actions qu’on veut/peut
– On défausse toutes les cartes jouées + les cartes achetées + les cartes encore en main

D’un autre très original :
Mulligan
Tout comme dans Magic (décidément, une grande source d’inspiration), on peut « mulliganer » = défausser sa main et piocher une nouvelle main de 5 cartes à la place de 6.  Ca a l’air de rien comme ça mais ça offre déjà pas mal de choix et c’est une option à ne pas négliger…

Cohort
Outre mulliganer, au début de son tour, on peut annoncer un « cohort ».  Battalia se joue avec 4 factions différentes : les Bärfolk (les verts), les Emberians (les rouges), les Islanders (les bleus) et les Cloudborn (les oranges).  Mais ces factions ne sont pas associées aux joueurs.  Un peu comme dans Magic (Re- 😉 ), on peut jouer avec différentes couleurs/factions.  Mais, il est vivement recommandé de ne jouer qu’avec une seule couleur pour pouvoir bénéficier du cohort : si dans sa main de départ on a 3 cartes de la même faction (= couleur) (= petit cohorte), on peut piocher une carte supplémentaire, 4 cartes (= cohorte moyen) -> +2 cartes, 5 cartes (= grand cohorte) : +3 cartes et 6 cartes (super cohorte 😀 ): +4 cartes.
Le jeu des factions est une des mécaniques principales du jeu.  Les joueurs ont intérêt à se concentrer sur une (voire 2) couleur.  De nombreux éléments vous leur mettre des bâtons dans les roues et ils devront accepter de se constituer un deck multi couleurs mais d’autres mécanismes de nettoyage/transformation de cartes et de choix non aléatoires vont permettre de contrôler et d’améliorer son deck.  Magnifique.

L’embuscade
Une mécanique excellente est celle de l’embuscade.  Les joueurs peuvent, à chaque tour, placer jusqu’à 3 cartes en embuscade pour le prochain tour.  Ce qui veut dire que ces cartes s’ajouteront à la main du joueur au début du prochain tour.  Le coût pour placer une carte en embuscade est de retirer du jeu une carte de sa main.  Autrement dit, en réalisant cette action, on peut facilement nettoyer son deck sans avoir besoin de cartes spécifiques pour le faire.  Voilà une mécanique qui va également dans le sens de l’optimisation de son deck.

Le coût d’acquisition des cartes est constitué de combinaison de cartes.  Au lieu d’avoir un coût en pièce comme l’excellent Dominion et tous ses suiveurs 😉 , le coût d’acquisition des cartes est toujours une combinaison de 2 ou 3 cartes en fonction de la carte voulue.  Si on veut acquérir une telle carte, il faudra auparavant en acquérir une autre qui est comprise dans son coût d’acquisition.  Votre construction de deck n’en sera que plus primordiale.

Les cartes qu’on peut acheter :SONY DSC
* Les factions
Ce sont vos unités militaires.  Elles apportent de la force militaire.  Entre 1 et 4 en fonction du type d’unité.  Vous avez intérêt à en avoir un max pour pouvoir vous défendre ou attaquer vos adversaires ou les cités neutres.  Ces unités militaires servent aussi dans les combinaison d’achat de cartes…
* Les artefacts
C’est ce qui va donner du pouvoir à votre deck.  Ils vont vous apporter des ressources supplémentaires, vont permettre d’upgrader vos unités, de changer la couleur de vos cartes, de multiplier le nombre de cartes de votre main, d’attaquer vos adversaires, de déplacer vos    figurines sur le plateau, de garder des cartes de tour en tour,…
* Les routes
Quand on achète une route, on la place directement sur le plateau. On va donc construire le plateau progressivement.
* Les cités
C’est le but du jeu.  Ce sont vos cités qui vous donneront les PVs.  Ce sont vos unités militaires qui construisent ou améliorent vos cités.  Au plus forts sont vos unités militaires construisant/améliorant la cité, au plus haut sera le niveau de la cité.  Et le niveau d’une cité équivaut au nombre de PVs qu’elle apporte.  Une cité de niveau 3, apporte 3 PVs à son contrôleur.

Les conditions de fin
Le jeu se termine de 2 façons : soit un joueur possède 5 cités de niveau 4 (ça arrive assez rarement), soit le plateau est complètement construit de routes et de cité.  Et là, ça devient un peu la course.  Le joueur en tête va vouloir construire un maximum de routes pour terminer au plus tôt le jeu alors que ses adversaires vont profiter du temps perdu à construire ces routes pour améliorer leurs decks et attaquer les autres cités.  Ca en devient une course contre la montre et la tension sera palpable.  C’est celui qui aura le mieux géré son timing et l’équilibre de son deck et de ses actions qui l’emportera.

Matériel
Qui dit kickstarter dit également pléthore de matos.  Outre les éléments décoratifs inutiles mais très agréables (plateaux individuels, figurines,…), le jeu est accompagné de cartes supplémentaires permettant de jouer autrement à Battalia.  Outre les règles de base, le jeu propose quelques scénarios supplémentaires variant d’autant plus les parties.  De plus, certaines cartes sont fournies sans explication permettant aux joueurs de créer leurs propres variantes/règles.  On voit déjà le potentiel énorme !

Conclusions
Battalia : The Creation est une très bonne surprise.  Il apporte un vent de fraicheur aussi bien aux jeux de deckbuilding qu’aux jeux de civilisation.  Les choix qu’il propose sont nombreux et les stratégies variées.  Ses nouvelles mécaniques s’assemblent à merveille et apportent de nouvelles sensations dans ce type de jeu.  A l’inverse de jeux de deckbuilding plus simples comme Star Realms ou Ascension, toutes les cartes sont toujours disponibles à l’achat mais ce sont leur couleur (=faction) et votre main qui pourront vous freiner à l’achat.  La pioche de votre main sera déterminante.  Vous aurez besoin de bien optimiser votre deck pour vous permettre de réaliser les actions voulues, d’être fort au combat et de pouvoir acheter les cartes que vous convoitez.  Mais outre cette optimisation, vous aurez besoin d’un peu de chance dans votre pioche pour pouvoir réaliser tout ça.  Vos mains de cartes peuvent quelques fois être très limitatives dans vos choix d’achat ou d’action.  Pour ça, le mulligan est bienvenu et vous permettra de piocher une nouvelle main si l’ancienne ne vous convenait pas.  De plus, les nombreuses mécaniques de pioches et de nettoyage de deck sont appropriées et excellentes dans cette recherche constante de l’optimisation.  Ce SONY DSCsubtil mélange entre optimisation du deck, de gestion de ressources, de gestion de ses cités, de conquête de territoire et combats est magnifique.  Le tout baigné dans une course contre la montre, une tension de plus en plus palpable, une gestion du timing et une fin du jeu gérée par les joueurs eux-mêmes.  Si Thunderstone vous a plu, Battalia : The Creation vous plaira encore d’avantage.  Golyam! (= génial en Bulgare 😀 )


Ren: 9/10

Par une magnifique après-midi ensoleillée, bien installé sur ma terrasse avec un petit cocktail (sans alcool, on ne badine pas avec ça à Vin d’Jeu!) je m’apprêtais à écrire la chronique de Battalia, ce qui me réjouissait vu le plaisir que j’avais eu en y jouant. Tout à coup, « bing » le bruit caractéristique de l’arrivée d’un message dans ma messagerie. « Regardons ça rapidement » me dis-je, d’humeur toujours joyeuse. Quelle erreur! C’était un message du patron, Swa himself:

« il y a un problème avec tes chroniques. Tu expliques toutes les règles à chaque fois, c’est beaucoup trop long. J’ai eu 6232 plaintes sur Facebook. Tu dois arrêter ça immédiatement sinon tu es viré. Pour tes prochaines chroniques je veux uniquement du feeling, des sensations. Interdiction de mentionner une quelconque règle! »

Mazette! La claque en pleine tronche! Imaginez un peu mon désarroi et mon stress du coup à l’idée d’écrire mes chroniques… Donc je vais faire au mieux mais voilà, vous serez prévenus…

Battalia est un mélange tout à fait imaginatif de deckbuilding, de fight dans l’arène et de développement. Le but est de développer des chemins vers des cités que vous devez construire et faire grandir, jusqu’à être le plus fort. Deckbuilding à la base, disais-je, donc vous allez devoir construire votre deck de cartes le mieux possible. Jusque là rien de bien folichon ou nouveau. Mais quelques mécanismes tout à fait originaux vont mettre du piment dans le jeu. Tout d’abord il y a la règle du cohort. Ca consiste en fait à… (ouille sorry, je m’égare là, je suis occupé à expliquer une règle, ouille ouille ouille il faut que j’arrête immédiatement sinon le patron va me choper…) Super mécanisme donc qui met vraiment du piment dans le jeu! Ensuite il y a la règle de l’embuscade……… vraiment excellent elle aussi! Enfin la manière dont on peux acquérir les cartes…………….. ce qui renforce encore l’importance de la construction de votre deck!

Au final on a un jeu assez original, qui en jette visuellement (je n’ai pas dit qu’il était beau), qui tourne très bien et qui permet clairement d’avoir des stratégies différentes. Du tout bon!


Chaps  9/10 (mais avec règles étendues et toutes les extensions)

Battalia est avant tout un jeu de DeckBuilding. Encore me direz-vous… Que neni ! Car il y a du renouveau dans le DeckBuilding avec Battalia !

Le thème :  très présent, comme je l’aime,  un monde Fantasy avec 4 factions (Rouge-Feu / Jaune-Air / Bleu-Eau  / Vert-Terre), vous allez construire votre nation (Deck) en recrutant (et payant) des personnages et en fabriquant grâce à ces personnages des artefacts/objets aux rôles variés (personnages et objets sont les cartes).

Chaque carte est liée à une faction et évidemment cela aura un impact fondamental sur le jeu, les personnages sont de 4 niveaux différents, 4 forces différentes en combat et selon les associations de personnages et d’objets des actions différentes sur le plateau de jeu.

Car toutes ces cartes par associations permettent d’agir sur un plateau de jeu, qui n’est autre que le monde de Battalia. On y construit des routes, des villes (routes et villes sont aussi affiliées aux factions) on y combat grâce à ses héros représentés par des figurines très réussies (oui il y a des figurines en plus).  On combat soit les autres joueurs soit… les ruines antiques pour acquérir un des puissant artefacts anciens. Tout ça dépendra de votre main piochée à chaque tour bien sûr, vous offrant différentes possibilités… ou pas…

Mais 3 mécaniques bien pensées et thématiques vous permettent, si vous vous y prenez bien, d’augmenter le nombre de cartes utilisable à chaque tour, là le deckbuilding se renouvelle ! J’ai vu un joueur avec un mini deck de 12 cartes arriver à avoir toutes ses cartes disponibles sur un tour (normalement 6 cartes en main).

Battalia est très stratégique et immersif . Qui dit stratégie dit réflexion mais, comme lon prend la main de son prochain tour à la fin de son tour en cours, on peut réfléchir pendant le tour des autres ce qui évite les attentes pénibles ! Mais alors on ne regarde pas ce qu’ils font… Alors si au début en effet on construit sa nation (deck) il est déconseillé de ne pas surveiller ce que font les autres… et lorsque l’on commence à se développer sur le plateau l’interaction surgit brutalement ! Soyez prêt !

Mais… Comment on gagne ? Avec les villes ! Construire, assiéger au choix sans oublier de les agrandir, de monter leur niveau  et de les protéger ! A la fin les villes rapportent la victoire.

Avec un matériel de très bonne qualité et une équipe de créateur très motivés, une grosse extension arrive en Kickstarter d’ici quelques semaines (nouveaux personnages permettant à un gros deck de faire face à un petit deck, nouvelles figurines, nouveaux mécanismes…) , Battalia est pour moi excellent. Enfin sachez qu’il y a dès maintenant des extensions et règles étendues que je conseille vivement, pas de complication excessive pour un enrichissement, pour moi, indispensable.

Tout ça est fort riche et très fluide, vous voulez en savoir plus ?  2 videos à voir .


Vin d’jeu d’vidéo d’Chaps: Explications


 

Vin d’jeu d’vidéo d’Chaps: Les extensions


Vin d’jeu d’aides:

Battalia Capacites verte2

Battalia Capacites rouge2

Battalia Capacites jaune2 – Copie

Battalia Capacites bleue2 – Copie


Le facebook du jeu : https://www.facebook.com/Battalia.bg/


 

SONY DSC

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par limp
pas mal, mais...
C'est beau et atypique, mais la mise en place est fastidieuse, et le jeu risque de ne pas se renouveler assez. La montée en puissance, si présente, ne provoque pas de choix douloureux ou d'intérêt plus soutenu lors de la partie. Manque de clarté par endroit.

Un bon jeu, un peu trop long, qui a tout pourr plaire mais auquel il manque l'étincelle.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. SwatSh dit :

    Tu as bien fait Cyril 🙂
    Dis-nous si on était bien de bon conseil après y avoir joué.
    Amuse-toi bien !

  2. Cyril dit :

    Très bon article qui donne envie 🙂 J ai été faible, jeu commandé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *