• Il y a encore du chemin… - FICHE DE JEU
  • 7

Il y a encore du chemin…


Affiche de securite pour piscine interdiction jouets flottants gonflables

Comme la plupart d’entre vous le savent (et/ou le subissent carrément) la France a reconfiné une partie de son territoire ce weekend. « Train-train quotidien » pourrait-on dire à la lecture de cette nouvelle, tant nous vivons depuis un an sous la dictature de ce satané virus, qui oriente toutes les décisions des gouvernements dans le monde entier, et impacte démesurément nos vies. Mais un tout petit détail dans cette nouvelle m’a fait tiquer: une liste précise des commerces essentiels a été dressée (jusque là rien que de très « habituel »). Mais également une liste « négative », i.e. une liste des produits non-essentiels que les grandes surfaces ne sont pas autorisées à vendre (pour éviter de faire une concurrence déloyale aux petits commerçants complètement fermés). Et dans cette liste de produits on trouve les jouets (qui incluent bien évidemment les jeux de société).

Loin de moi l’idée de lancer une polémique sur la pertinence de telle ou telle mesure (donc s’il vous plaît pas de commentaire incendiaire ou d’attaque ad hominem sur les réseaux, je ne veux que la paix dans le monde et le bonheur pour tous 🙂 ). La situation est horriblement complexe à gérer, et je n’ai sûrement pas la prétention de dire que je ferais mieux. Je constate simplement et factuellement que dans la tête des décideurs Français (et ce serait certainement la même chose dans la tête des décideurs Suisses, Québecois, Belges, Zimbabwéens…) le jeu n’est pas important. Jouer n’est pas essentiel. A nouveau aucune envie de polémiquer. Juste envie de constater que l’activité principale de tous les êtres humains du monde de moins de, disons, 6 ans, une activité importante d’énormément de gens de plus de 6 ans, une activité cruciale pour le développement personnel, pour l’apprentissage (ces 20 dernières années la « gamification » des formations à explosé en entreprise, i.e. pour vous former à quelque chose on passe de plus en plus par « le jeu »), pour l’épanouissement, pour l’ouverture aux autre, pour la socialisation (jeu de – SOCIETE -), une activité tellement importante pour tant de familles qui se sont retrouvées coincées chez elles, parfois/souvent avec les enfants 7 jours sur 7 qu’il faut bien occuper… Et bien cette activité est considérée comme non-essentielle.

(Je me répète, désolé), aucune envie de polémiquer, de dire qu’on est aussi important que les jardineries (j’adore les plantes), les cavistes (bon on est France quand même… 😉 ), les chocolateries (en tant que Belge je ne peux qu’approuver) ou les bureaux de tabac. Sans parler même des libraires ou des magasins d’alimentation. Mais je trouve que ça en dit long sur le chemin qui reste à parcourir par de nombreuses personnes pour « comprendre » ce qu’est le jeu de société aujourd’hui. En fait en écrivant je me dis que le cheminement est très similaire à ce qu’à vécu la bande dessinée (une autre de mes passions). Jusque dans les années 80, malgré les génies purs qui ont produit des chefs-d’oeuvre dans leurs domaines pendant des dizaines d’années (Franquin, Goscinny, Giraud-Moebius pour n’en citer qu’une toute petite partie) les bandes dessinées étaient considérées comme un loisir d’enfants. On lisait des bd quand on était petit, puis dès qu’on grandissait on passait à autre chose. Il a fallu que des pionniers se battent et fassent exploser les codes en défrichant de nouvelles voies pour que petit à petit le genre soit reconnu comme étant un art à part entière. En passant d’abord par le vocable « bande dessinée pour adultes » (ce qui ne voulait pas dire classée X, bande de petits polissons) pour arriver à la dénomination « roman graphique » (ce qui permet à la fois de passer dans les émissions culturelles, et à la fois de te fourguer un livre à 45 euros « parce que c’est de l’art tu comprends »). Et bien je pense que le jeu de société suit la même voie en ce moment. Nous sommes occupés à parcourir la route, mais le chemin est encore long manifestement…

En attendant big hug à tous les magasins indépendants, on pense à vous, il faut tenir, on a besoin de vous et de vos conseils, pour nous vous êtes essentiels!

7 de réponses

  1. Ren dit :

    Bonjour mon sens, je suis assez voire totalement en ligne avec ce que tu dis. Mais à nouveau mon point n’était pas lancer un débat sur la pertinence de telle ou telle mesure. Mais plus de faire le constat que le jeu de société (et le jeu en général) est encore mal connu des instances qui nous dirigent, et en tout cas certainement pas considéré comme quelque chose d’important. Et si je suis 100% d’accord sur le click and collect, pourquoi ne pas l’appliquer pour les fleuristes? Les jardineries? Les magasins de bricolage? Voire même les librairies? Bref respectons les mesures et les gestes barrière, soyons solidaires pendant cette crise (en espérant qu’on en voie le bout rapidement…) et dès qu’elle est terminée on va expliquer à nos décideurs que le jeu de société est l’activité la plus importante du monde!!! 😀

  2. mon sens dit :

    Bonjour, juste pour échanger nos opinions de simples citoyens et en ce qui me concerne vivant aux portes de Paris.
    Concernant les boutiques de jeux elles peuvent ouvrir et délivrer les jeux en click and collect donc pas de flânerie dans les étagères.
    Pendant la période de couvre feux qui laissaient les boutiques ouvertes il y avait une jauge de nombre de personnes qui pouvaient entrer mais certain venaient avec femme, donc un plaisir égoïste agréable mais pas très civique.
    Globalement le couvre feu de 18h00 était mal respecté, beaucoup de groupes souvent des jeunes mais pas que trainaient le soir dehors.
    Je constate toujours dans les magasins des gens avec des masques sous le nez ou mal mis ou évidement sales, ils sot tres minoritaires mais j en voit souvent.
    Actuellement l’épidemie reflambe notamment avec un taux d incidence qui est a 683 pour 100.000 habitants dans la banlieue est de Paris. Cela fait un taux d’infection de 0.68% de la population locale !!!
    Toutes les professions revendiquent d’être plus ou essentiel et/ou d être des lieux de convivialité. Le virus se transmet nécessairement par les interactions des individus. Moins il y a de contact moins il y a de transmission. Cette épidemie est interminable… Les vaccins serviront a ceux qui les veulent et les autres assumeront.
    Pour conclure, acheter un jeu en click ans collect ne me choque pas surtout que de dialoguer longtemps avec un vendeur est un truc pas très parisien lol.
    Chacun doit faire des efforts pour réduire les transmissions, tant que je peux remplir le frigo c’est gérable, le coiffure n ‘est pas indispensable, les jeux quand on est lecteur de vin d jeu on a un ludothèque a priori assez garnie, non plus, alors rejouer a ses jeux plus anciens ( cf pile de la honte) ou encore faire un peu de print and play n’est pas forcement une option a négliger.
    Voila mon opinion qui en vaut une autre. Cordialement.

  3. SwatSh dit :

    OK merci Tourelman. Il y a donc encore du chemin 😉

  4. Tourelman dit :

    Oui les libraires de tout types restent ouverts , comme aussi les magasins de jeux vidéos mais a priori pas les magasins de jeux de sociétés. Pourtant la liste est maintenant très étendue….

  5. SwatSh dit :

    En France, la bande dessinée a-t-elle été rangée du côté essentiel ou non essentiel?

  6. Ren dit :

    Bonjour Quentin, c’est exactement le point de mon article. Je suis évidemment 100% d’accord sur le fait que les grands magasins doivent fermer leur rayon jeux pour ne pas faire de concurrence déloyale si les magasins spécialisés sont fermés. Mais par contre qualifier le jeu de société (et le jeu au sens large) de « non-essentiel », c’est tristounet… (pour rester poli 😉 ) Force et courage pour tous nos magasins spécialisés qu’on aime!

  7. Quentin dit :

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord sur l’importance du jeu, notamment en famille avec des enfants (en en ayant 3, il faut bien les occuper si possible autrement qu’en les gavant de télé… Mais je ne juge pas ceux qui le font, parfois c’est juste impossible de tout gérer avec la fatigue, le travail, le télétravail (quelle horreur ! En tant que médecin, j’échappe à ça, ouf!)….)
    Et je suis d’accord sur son importance pour les adultes.
    Par contre, concernant la mesure, je suis tout à fait favorable, pour inciter les gens à faire travailler les « petits » commerces de jeu (j’en ai un chez moi qui est topissime) face aux géants supermarchés. Car souvent ils apportent une grosse valeur ajoutée, entre le conseil, l’expertise, les rencontres, les organisations de jeu, etc… Le problème ne viendrait il pas juste de l’appellation »non-essentiel » (qui effectivement ne me semble pas appropriée)? Mais je ne suis pas au courant du détail de la mesure, je ne voudrais pas dire de bêtises.
    Quentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *