• Council of Shadows - FICHE DE JEU
  • 9

Council of Shadows

Note moyenne
7.75
(2 notes)
Mise en place: 15' - Règles: 35' - Partie: 90' - Meilleur score: 4
Année:
Auteur(s): ,
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Mécanisme(s): , , , ,
Contient du plastique
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de , , , joueurs
Fabriqué en: République Tchèque
Langue: Français
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub pub

SwatSh: 8,5/10

4 ans après le sympathique Race to the New Found Land, la paire d’auteurs a décidé de collaborer autour d’un nouveau jeu: Council of Shadows! Et on peut dire qu’ils ont fait fort en proposant un jeu 2 crans au-dessus de leur précédent opus: original, amusant et addictif!

Niveau III

La première originalité qui saute aux yeux dès qu’on découvre les règles de Council of Shadows est sa façon de marquer des points. Chaque joueuse possède 2 marqueurs positionnés sur une même échelle. Le premier représente ses coûts en consommation. A chaque fois qu’elle dépense de la consommation, son marqueur consommation va progresser le long de l’échelle. Le second représente l’énergie qu’on va extraire des différentes planètes.

Le principe est qu’en début de partie, on va consommer beaucoup et produire très peu d’énergie. Progressivement, on va améliorer ses technologies pour consommer de moins en moins et produire plus d’énergie. Quand son marqueur d’énergie dépasse son marqueur consommation, on passe au premier niveau. On gagne le bénéfice de ce niveau (un artéfact qui va donner un avantage très puissant) et on repositionne son marqueur énergie au début de la piste tout en laissant son marqueur consommation là où il est. On va continuer à consommer et à gagner de l’énergie. Dès que son marqueur énergie dépasse une seconde fois son marqueur consommation, on passe au niveau 2 qui permet de gagner un second artéfact. Et dès qu’on passe au niveau 3, la fin du jeu est enclenchée. On réalise le décompte final et celui qui est au plus haut niveau l’emporte. En cas d’égalité, c’est à celui à qui possède le plus d’énergie restante.

J’ai adoré ce système de calcul de point très original et qui apporte quelque chose de nouveau. les joueuses vont devoir bien maîtriser leurs coûts dès le début de la partie pour ne pas avoir à atteindre un marqueur de consommation trop éloigné. Mais pas trop tout de même car un minimum d’investissement est nécessaire pour récolter suffisamment d’énergie pour pouvoir rattraper son marqueur consommation rapidement. Vous allez devoir bien maîtriser cet équilibre entre coût et gain tout en sachant que celle qui consomme le plus sera première joueuse pour le tour. Un avantage à ne pas négliger et qui encourage à la surconsommation 😉

Cartes action

Le système d’action est basé sur des cartes action. Chaque joueur dispose d’un même paquet de cartes action et en dépose 3 sur son plateau personnel. Chaque carte action fait avancer son marqueur consommation. Le joueur va les exécuter de gauche à droite. A la fin de son tour, un peu comme dans les Vicomtes du Royaume de l’Ouest, la carte action située le plus à droite sort de son plateau et au début de son prochain tour, on place une nouvelle carte action sur l’espace le plus à gauche (et, éventuellement, au-dessus des cartes déjà présentes). A chaque tour on exécutera donc 3 actions qui seront bien souvent différentes et dans un ordre différent.

Développement

De plus, les ressources gagnées vont permettre de se développer. Vous allez pouvoir acquérir de nouvelles cartes action donnant plus de possibilités, des actions plus puissantes et en consommant moins. Vous allez également pouvoir développer des technologies permettant de gagner de l’énergie et surtout de pouvoir explorer et coloniser des des planètes plus lointaines dans la galaxie…

Exploration spaciale

Les différentes actions vont vous permettre de découvrir de nouvelles planètes, de les coloniser en y plaçant vos petits cubes, d’en extraire des ressources nécessaires pour se développer et d’y puiser de l’énergie en y retirant un de ses cubes pour progresser vers la victoire. Vous gagnerez plus d’énergie si vous êtes majoritaire en cubes…

Un conseil!

Ajoutez à ça des objectifs personnels et un départ asymétrique avec un pouvoir permanent différent et vous obtenez un beau coup de coeur! On peut reprocher à Council of Shadows une absence de stratégie. Le jeu est essentiellement tactique et vous n’aurez pas à varier votre stratégie entre les parties. Ce n’est pas pour ça que les parties ne seront pas différentes, certainement pas. Il y a assez d’autres éléments comme les objectifs, votre capacité permanente, les cartes action disponibles à l’achat, les actions des adversaires,… qui vont apporter une belle variabilité entre vos parties même si une dimension additionnelle n’aurait pas fait de tort. L’ordre du tour est très important et le jeu ne pardonne pas les erreurs. Certaines parties, surtout les premières, peuvent frustrer à cause d’un mauvais départ ou d’un blocage adverse. Le jeu a pour ça un léger effet win to win qui peut être contré en restant toujours dans la course. Mais encore une fois, aucune erreur ne sera permise. Ne vous arrêtez pas à la frustration que peut vous apporter votre première partie et persévérer pour profiter de toute la saveur de Council of Shadows. Le système de maitrise des coûts et d’optimisation des bénéfices est tout simplement merveilleux. Le reste du jeu est tout aussi passionnant avec vos choix de développement, l’acquisition de nouvelles cartes action et la course aux planètes et à leur majorité.


PhilRey: 7/10

Voilà un jeu que j’avais à l’oeil après avoir lu un peu dessus à gauche et à droite. Et Council of Shadows offre pas mal de bonnes choses.

La première est sa manière de marquer des points. Il y a deux échelles de points et le but est que votre marqueur sur une échelle rattrape votre marquer sur l’autre échelle. En sachant votre marqueur sur l’une d’elle ne reviendra jamais à zéro et augmentera avec chacune de vos actions. Bien évidemment, il y a des cartes qui permettent de limiter cette augmentation mais souvent au détriment d’une action.

Les actions sont réalisées via des cartes qui sont posées sur votre plateau personnel. Et elles restent dispo quelques tours grâce à un système de « train » et de glissement, comme dans Vicomtes du Royaume de l’Ouest. Et pour ajouter un peu de brise neurones, les cartes sont valables à partir d’un certain niveau, niveau qu’il faut « développer » pour chaque emplacement de carte de votre plateau. Du coup, si votre emplacement n’est pas au bon niveau, l’action n’est disponible tant que la carte est sur cet emplacement.

Le reste est nettement plus classique: développement, découverte, échange de ressources pour des points de victoire, etc.

Quelques petites choses par contre m’ont un peu refroidi. Durant la partie, vous pouvez acquérir des cartes supplémentaires au « marché ». Certaines cartes, si prises au bon moment, vont donner un avantage certain. C’est ce qui arrive souvent quand des cartes sont disponibles à l’achat dans un « marché ». C’est arrivé dans notre partie où le vainqueur a clairement eu la chance d’acquérir une carte de production de ressource rare! Pas question ici d’erreur ou de blocage adverse, malheureusement.

Lié au premier point, les cartes au « marché » ne tournent pas assez! Si personne n’en prends, parce que moins intéressantes, elles restent figées jusqu’à la fin de la partie!

Le dernier point concerne l’ordre du tour. Il est déterminé par la « consommation » des joueurs: celui qui en dépense le plus est premier joueur. Ce qui veut dire que si vous optez pour une stratégie de « basses consommation », vous êtes bien pénalisés. Voilà qui réduit pas mal les stratégies possibles de Council of Shadows.

Et pour finir, le jeu est légèrement répétitif sur sa longueur. En effet, une fois vos cartes acquises, elles tourneront jusqu’à la fin!


Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

9 de réponses

  1. T-Bow dit :

    Après quelques parties et réflexions supplémentaires, CoS me semble se rapprocher fortement de jeux comme Antiquity. C’est une course très violente où le jeu agresse les joueurs (la consommation) et où on doit absolument optimiser ses efforts. C’est un jeu très exigent.
    La stratégie basse conso, d’autant plus dans sa version explosive (je saute tous les niveaux vers la fin du jeu), est facile à appréhender et pardonne bien plus l’erreur, principalement parce qu’elle maitrise l’agression du jeu (la consommation). D’où sa domination initiale.
    Avec l’expérience apparaissent d’autres stratégies tout aussi efficaces. Un démarrage sans achat de carte peut quasi toujours sauter Dark Level 1 en phase d’achat du 2e tour et certaines cartes « exploration » achetées au 1er tour permettent de réaliser des miracles.
    Le jeu me semble au minimum très rafraichissant et fonctionnel dans cette catégorie de jeux.

    Amusez-vous bien!

  2. T-Bow dit :

    Merci pour vos retours.
    Des cartes puissantes, il y en a beaucoup. J’ai pris très tôt celle permettant d’explorer dans n’importe quel parsec, ça fait mal.
    J’entends l’éventuelle frustration d’avoir un mécanisme qui parait inutile au bout d’un moment (le tableau de cartes dispo à l’achat). Pour moi, ce n’est pas un problème dans le cadre des enjeux tactiques et stratégiques de CoS. Pour vous, ça l’est. C’est ok 🙂
    Et j’ai moi aussi encore beaucoup de choses à découvrir à CoS! C’est top.

    Au plaisir de vous croiser. Amusez-vous bien!

  3. SwatSh dit :

    Salut T-Bow,
    Et merci pour ta différente perspective.
    Même si j’apprécie beaucoup plus le jeu que Philrey, je le rejoints sur ses griefs. Le jeu a des défauts et, pour moi, ses qualités sont suffisantes pour faire passer ses défauts au second plan. Mais ses défauts sont bien là:
    – “Certaines cartes, si prises au bon moment, vont donner un avantage certain.”
    Je peux te dire que si tu es premier joueur et que la carte te donnant un diamant pour -1 en consommation est disponible, prends là, à elle seule est pourra faire la différence.
    – “Les cartes au « marché » ne tournent pas assez.”
    Même si je peux comprendre que tu peux t’en passer, personnellement, dans toutes mes parties, un moment donné, plus personne n’est intéressé par ces cartes. Je trouve ça aussi dommage car ça réduit les choix. D’autres jeux le résolvent en proposant des cartes de plus en plus fortes ou d’autres compensations.
    – Pour l’ordre du tour, je suis d’accord avec toi T-Bow 😉
    Santé et amuse-toi bien!

  4. philrey212 dit :

    @T-Bow, je me doutais en écrivant ces quelques lignes soulever quelques remarques de désaccord!
    J’ai bien compris que CoS était bien un jeu de majorité avec beaucoup de tempo! Merci d’avoir bien insisté sur ce point. Je n’avais pas bien saisi en jouant 😉
    Malgré tes arguments, je reste sur mes premières impressions. Mais je respecte les tiennes: qu’il me « reste beaucoup de choses à découvrir sur CoS ».
    Merci pour ces remarques constructives qui permettront à d’autres d’avoir différentes opinions. C’est finalement le principal!

  5. T-Bow dit :

    Salut les gens,

    CoS m’a vraiment beaucoup plu. J’aime beaucoup ce système où on a la main sur son objectif de victoire en PVs, similaire à The Great Zimbabwe de chez Splotter.
    Je souhaite revenir sur les remarques de PhilRey, qui ne correspondent pas à mon expérience.

    « Certaines cartes, si prises au bon moment, vont donner un avantage certain. »
    Je n’ai pas cette impression. Il y a beaucoup de choses à faire. Les cartes puissantes coûtent très chères et amènent donc d’autres contraintes. Il me parait impossible, ou en tout cas sous-optimal, de passer son temps à acheter des cartes. On peut très bien tourner avec 2-3 achats max sur toute la partie.
    Idem avec les Dark Techs, celles qu’on obtient lorsqu’on saute de niveau technologique (l’énergie dépasse la consommation). Certaines paraissent extrêmement puissantes, mais toutes s’avèrent efficaces si utilisées correctement.

    « Les cartes au « marché » ne tournent pas assez. »
    Lié au premier point, je ne vois pas cela comme un souci.
    CoS n’est pas un jeu de deck-building. C’est un jeu de majorité avec une grosse composante de tempo. On peut se contenter de peu de nouvelles cartes. Un tableau de cartes disponibles peu intéressant n’est rien d’autre qu’une donnée à prendre en compte.
    Je me pose également la question de la maitrise des enjeux stratégiques. Il y en a. CoS est un jeu qui réclame un certain investissement pour comprendre les tenants et aboutissants. Dans ce cadre, l’évaluation des cartes et développements peut être fortement biaisé lors de la phase d’apprentissage.

    « Le dernier point concerne l’ordre du tour. Il est déterminé par la « consommation » des joueurs: celui qui en dépense le plus est premier joueur. Ce qui veut dire que si vous optez pour une stratégie de « basses consommation », vous êtes bien pénalisés. »
    Jouer dernier est critique pour maitriser le jeu des majorités. Jouer premier est un avantage pour se placer sur le plateau et acheter les cartes. Cet avantage, important en début de partie s’estompe rapidement et, ajouté à l’augmentation du niveau à atteindre pour sauter, peut rapidement devenir très pénalisant.
    Par exemple, comment valorisez-vous les cartes qui ne font rien mais qui baissent la consommation? Ces cartes sont extrêmement fortes pour moi.

    J’ai donc l’impression, à la lumière de cette lecture, qu’il vous reste beaucoup de choses à découvrir sur CoS.
    J’insiste : CoS est un jeu de majorité avec beaucoup de tempo. Il y a une composante stratégique primordiale, le contrôle des majorités.
    Enjoy!

  6. SwatSh dit :

    On cherche une occasion d’y jouer mais dès que ce sera fait, on n’y manquera pas 😉

  7. Appiantiqua dit :

    Au fait , connais tu le superbe et très bon jeu Hybris qui d’après les sélections expert du site , devrait beaucoup te plaire? j’espère que tu nous le présentera …

  8. SwatSh dit :

    Ben oui, un coup de coeur avec des défauts mais un coup de coeur 🙂

  9. yoann dit :

    8,5 /10 pour un coup de coeur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *