• Dungeon Twister: The Card Game (+ aide de jeu) - FICHE DE JEU
  • 2

Dungeon Twister: The Card Game (+ aide de jeu)

Note moyenne
7.50
(2 notes)
Règles: 70' - Partie: 80'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s): ,
Catégorie: Expert
Nombre de joueurs: de 2 à 2 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub

SwatSh:  8 /10

Dungeon Twister Card Game est la version cartes d’un des meilleurs jeux du monde: Dungeon Twister!

La première chose qui m’a frappée dans Dungeon Twister the Card game est la manière dont l’auteur a pu transformé sa pépite de Dungeon Twister en un jeu de cartes!  Avant d’ouvrir la boite, je m’imaginais qu’il y allait tout de même avoir des pions pour visualiser les personnages sur le labyrinthe, les objets, les herses,…  Et bien non!  Le matériel est bien composé de 100% de cartes!  Oui!  L’auteur, Christophe Boelinger a trouvé un système astucieux pour faire correspondre les cartes persos et les objets à chaque endroit précis des salles en les subdivisant en 4 zones, chacune ayant un symbole différent.  Ces symboles se retrouvent sur chaque côté des cartes persos ou objet et il suffit de tourner la carte dans la bon sens et de la placer à côté de la bonne salle pour savoir où il se situe.  Très astucieux et pratique pour le transport en vacances par exemple 🙂  Par contre, cela nuit grandement à la visualisation du jeu mais j’y reviens dans ma conclusion.

On aurait pu penser que Dungeon Twister Card Game serait une version simplifiée de Dungeon Twister.  Oui et non:
Non car les règles sont tout aussi longues: 47 pages tout de même.  Bon, elles sont sous format A5 et comportent 3 tutoriels et de nombreux exemples mais tout de même, il faut les avaler 😉  Une aide de jeu pour les différentes actions possibles et pour les différents pouvoirs des nombreux personnages (25!) et objets aurait été la bienvenue.  Heureusement, Vin d’jeu est là pour combler ce manque! (Dungeon Twister jeu de cartes Vin djeu v1).
Oui car les salles ne comprennent plus que 4 zones différentes (au lieu de 25!), ce qui rend le jeu plus rapide et moins complexe avec toutes ces salles qui tournent dans tous les sens 🙂 .  On déplace donc plus facilement ses persos de salle en salle mais les combats sont moins facilement évitables…

Le jeu est fort proche de son ainé:
On dispose de points d’action qu’on va dépenser de différentes façons (chacune valant 1 point d’action):
– Découvrir une salle encore face cachée
– Déplacer un de ses personnages du nombre de cases inférieur ou égal à sa capacité de déplacement
– Utiliser un pouvoir spécial d’un de ses personnages ou d’un objet qu’il transporte
– Attaquer un ennemi en combat singulier ou groupé
– Activer un mécanisme de rotation
– Sauter au dessus d’une fosse

Le but du jeu est également identique: être le premier à marquer 5 ou 6 points en fonction du scénario joué.  On peut gagner des points de 2 façons: 1 point pour chaque personnage qu’on aura réussi à sortir du labyrinthe par la zone de sortie adverse et 1 point pour chaque personnage adverse qu’on aura tué.

Dungeon Twister the card game présente néanmoins quelques différences par rapport à son aîné:
– La méthode pour avoir des points d’action diffère.  Ici, à chaque tour on reçoit 3 points d’action qu’on additionne aux points d’action inutilisés lors des tours précédents.  A la fin de son tour, on ne peut conserver que maximum 3 points d’actions.  Cette méthode donne plus d’amplitude à nos actions et plus de choix.  On n’est pas « contraint » de n’exécuter qu’une seule action, on choisit de le faire.  Différence somme toute non négligeable…
– Une action supplémentaire vient s’ajouter à la liste des actions disponibles: attaquer à distance.  C’est une très bonne idée d’ajouter cette dimension au jeu car outre l’aspect qu’il faut constamment être sur ses gardes par rapport à une attaque adverse et donc surveiller la possibilité des déplacements des personnages adverses, il faut maintenant surveiller la ligne de vue des personnages avec un arc afin d’être toujours à l’abri d’une flèche inattendue.  C’est vraiment très sympa comme mécanique mais ça peut également être frustrant car l’attaquant ne risque rien en cas de défaite.  Les joueurs vont donc abuser de cette possibilité pour faire perdre des cartes combats fort précieuses, le défenseur voulant se prémunir d’une carte combat supérieur à 0…

Dungeon Twister the card game est donc une réussite, offrant aux joueurs des sensations assez proches du jeu original tout en y apportant de légères modifications qui lui donnent un charme différent.  On va avancer prudemment dans le labyrinthe, groupé pour se parer à une attaque, tourner les salles pour soutenir sa progression ou ennuyer son ennemi, profiter des opportunités pour mener une attaque cinglante, surveiller sa ligne de vue pour envoyer une flèche quand l’ennemi n’a pas été prudent et faufiler ses personnages à travers les lignes adverses pour les faire sortir au plus vite.  Le fait que les salles ne contiennent plus que 4 zones rendent le jeu plus facile sans en y retirer son sel et sa réflexion.  Je vous conseille d’ailleurs de ne pas limiter le temps de chaque joueur à 2 minutes mais plutôt à 3 voire 4 minutes car autrement vous enlèverez tout le plaisir de la réflexion pour agir trop dans l’urgence.  Dungeon Twister the card game a néanmoins 2 gros défauts.  Le premier est sa lisibilité: avec ce système de cartes à tourner dans une certaine direction pour indiquer à quel endroit il se trouve, on a beaucoup de mal à le visualiser sur le plateau et on passe beaucoup de temps à essayer de visualiser mentalement où chacun se trouve.  Même si cela va à l’encontre d’un jeu 100% cartes, on aurait dû prévoir des pions pour visualiser les personnages et objets dans le labyrinthe.  Le second est qu’il ne se joue qu’à 2, pas toujours facile à sortir chez Vin d’jeu mais je garde l’espoir d’une future extension permettant d’y jouer à 4…

____________

Philrey212:      7/10

Bon, relisant mon commentaire sur Dungeon Twister, son ainé, j’ai plus ou moins le même sentiment avec le jeu de carte. On y retrouve des salles, des objets, des personnages. On retrouve les même style d’action telle que déplacement, pivoter une salle, combattre, etc. Et la manière de gagner est la même: glaner 5 points de victoire. Les PV, on les accumule de la même manière: sortir avec un de ses personnages du côté adverse (1 PV ou 2 selon le perso) ou tuer un perso adverse (1 PV).

Evidemment, on est ici uniquement avec des cartes: des cartes pour les salles, des cartes pour les objets, des cartes pour les perso. On se demande alors comment faire tourner le tout rien qu’avec des cartes. Et bien, c’est bien trouvé: les cartes salle sont divisées en 4 zone, chacune représentée par un symbole. Et les objets et persos on également 4 côtés (car les cartes sont carrées 😉 avec un symbole sur chaque côté. Il devient donc aisé (en théorie) de placer un perso dans une zone: il suffit de placer la carte perso sur le côté de la salle en pointant avec un symbole, indiquant ainsi où se trouve le perso. Alors, en théorie, la mécanique est sans reproche. Par contre, bonsoir pour s’y retrouver. Quand on a 7 cartes (persos et objets) à côté d’une carte salle, il faut les parcourir et « visualiser » dans quelles zones chacun se trouve. Ajoutons à cela une minuterie (2 à 4 minutes) et on peut dire que celui qui parviendra à « visualiser » le plus vite les positions aura un avantage plus que certain sur l’adversaire. Attention, sans minuterie, le jeu deviendrait sans doute calculatoire et les parties s’éterniseraient sans doute par de longs temps mort de réflexion.

Alors, dans notre partie, la chance a aussi joué. Au placement initial, SwatSh a placé son Gobelin proche de la sortie (de mon côté). C’était assez risqué mais bon. Par chance, il a réussi à contrôler le pivot de la salle grâce à la 2è salle qui elle était la première de son côté. 2 PV d’avance (sur 5 pour gagner), la partie était quasi pliée avant de commencer. Bon, le hasard.

Autre aspect du jeu: le tir à distance. Bon ici aussi, la configuration des salles a permis un « couloir » visuel assez grand. J’y ai vite perdu mes cartes de combat. Et sans cartes de combat, et bien la partie est pliée. Et puis, le tir à distance ne sert qu’à faire « tomber » les cartes de combat adverses. A ce petit jeu là, celui qui a le plus d’action à ce moment du jeu l’emporte, bien calculé ou pas.

Alors oui, j’ai fait plusieurs erreurs, comme bien soulevées par SwatSh à la fin de la partie: 1) je suis sorti assez vite (quoi que, c’était plus pour dire d’au moins faire un PV) avec le personnage le plus mobile. 2) J’ai laissé mourir 2 persos blessés (d’un autre côté, même en les sauvant, je n’aurais fait que retarder l’échéance de la défaite). 3) J’ai utilisé 1 carte combat de forte valeur (unique) lors d’une attaque à distance (pour blesser son perso), j’étais tellement content d’au moins blesser un adversaire 🙂

Ces erreurs, je les accepte, néanmoins, vu les difficultés visuelles que j’ai éprouvées, vu le début de partie « en fanfare » de SwatSh (coup de bol des salles = 2PV). Vu également que ce n’est pas vraiment mon style de jeu, j’ai peut-être des circonstances atténuantes.

Il en reste que la mécanique est super bien pensée et vu le nombre de cartes, le renouvellement des parties est assuré. A mon avis, il manque quelques pions pour visualiser les persos dans les salles.

____________

 

Vin d’jeu d’aide: Dungeon Twister jeu de cartes Vin djeu v1

____________

 

 Je vous recommande chaudement ce Somontano, La Miranda de Secastilla. Un vrai coup de coeur.

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

2 de réponses

  1. JihemB dit :

    Bonjour,

    Désolé, je n’ai qu’un commentaire « à charge » à faire pour ce jeu, moi qui adore tant le jeu de plateau (peut-être que ceci explique cela). Je vous recopie ci-dessous tel quel mon commentaire adressé à un de mes amis.

    Pour moi, le jeu rate sa cible de « jeu portable ».
    J’ai lu ça et là qu’il y avait des différences de présentation entre le proto de C. Boelinger et la version éditée mais dans les faits :
    – les cartes prennent beaucoup de place à gauche et à droite (cas d’une pièce avec plusieurs personnages et des objets) et entre les 2 joueurs, ce qui nécessite une assez grande table. Plus large que pour le jeu de plateau !
    – quoi qu’en disent certains, les cartes personnages et objets sont manipulées très souvent (à chaque changement de position ou de salle), d’où certainement une usure rapide du matériel.
    – le cartes sont très fines. Difficile de les attraper sans les faire glisser sur la table ou de les soulever avec nos ongles. Encore une fois, usure prématurée du matos à prévoir.
    – les cartes « objet » n’ont pas d’icône rappellant de quel objet il s’agit. Conclusion : quand un personnage prend un objet (en le recouvrant comme présenté dans les règles), on ne voit plus de quel objet il s’agit (à moins de recouvrir le personnage par l’objet).
    – le système d’icône pour déterminer les 4 zones d’une salle (même si sur le papier cela semble une bonne idée), induit une très mauvaise lisibilité du plateau (euh …alors dans cette salle, qui est où et qui porte quoi ? Et si je vais de là à là, qui vais-je croiser, que vais-je trouver ?
    – la mauvaise lisibilité se retrouve aussi lorsque certaines salles sont adjacentes (puis-je quitter cette zone de cette salle pour aller dans cette autre zone de cette autre salle ? Encore une fois : Et si j’y vais de là à là, qui vais-je trouver ?

    Bref, le plaisir de jeu diminue proportionnellement inversement au décodage du « plateau ». A un moment partenaire de test a même regretté qu’il n’y ait pas de « pions » pour déterminer en un coup d’oeil la position de chaque personnage… Comme sur le jeu de plateau alors ? Conclusion : je vais ressortir le jeu de plateau et je revends cette version !

  2. ToT dit :

    Je ne comprends pas que Christophe n’ait pas remplacé les cartes par des jetons. Le jeu eût été tout aussi transportable (dans une bourse par exemple), la zone de jeu plus compacte, plus lisible et directement jouable à 3 ou 4. On saluera donc le tour de force, un peu vain, d’avoir réussi à adapter DT à l’aide exclusive de cartes…

    L’idée m’est si naturelle que j’ai bon espoir de trouver une aide de jeu de ce type avant longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *