• Sleeping Gods - FICHE DE JEU
  • 1

Sleeping Gods

Note moyenne
9.00
(1 note)
Partie: 90'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Mécanisme(s): ,
Catégorie: Expert
Age minimum: 13
Nombre de joueurs: de 1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de , , joueurs
Langue: Français
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub pub

Lien vers la campagne de financement du jeu en Français


SwatSh: 9/10

Après les excellents Above and Below et Near and Far, Ryan Laukat poursuit sa lancée narrative avec Sleeping Gods en allant toujours plus loin dans son concept. En effet, Above and Below innovait en introduisant un peu de narration dans des mécanismes d’eurogame. Near and Far allait un peu plus loin en augmentant le rôle de la narration au sein de ces mécanismes. Sleeping Gods va encore beaucoup plus loin en proposant un monde ouvert, narratif et immense digne des tout grands du genre comme The 7th Continent (Vin d’jeu d’l’année 2018) par exemple.

C’est Lucky Duck Games qui porte le projet, un éditeur qui a tendance à se spécialiser dans le genre avec d’autres jeux proposant une part de narration comme Destinies, Divinus ou Too Many Bones.

Les dieux paresseux

Au centre de Sleeping Gods, il y a le bateau (magnifique figurine en plastique pré-peinte fournie dans la boite) au bord duquel vous voyagez et qui est pris dans une grosse tempête. Lorsque celle-ci se calme, vous vous retrouvez dans un monde étrange que vous ne connaissez pas. Vous apprenez alors que dans ce monde, les dieux se sont endormis et que, pour retourner dans votre monde, il va falloir les réveiller. Et pour les réveiller, vous allez devoir récolter des totems. Mais attention, dans ce monde, tout le monde n’a pas forcément envie que les dieux se réveillent… Voilà un thème original et assez tentant qui donne clairement l’envie de se lancer dans l’aventure.

9 membres d’équipage

Le jeu présente de nombreuses particularités que j’ai trouvées très intéressantes. La première est ses membres d’équipage. Le jeu en propose 9. Et contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les joueurs ne vont pas en contrôler chacun un mais tous les membres d’équipage vont toujours faire partie de l’aventure (c’est normal, ils sont tous sur le bateau) et les joueurs vont se les répartir. Les joueurs vont décider, ensemble, le ou lesquels vont réaliser telle ou telle actions. Vous allez décider qui va prendre quels risques, qui va acquérir tel équipement, qui est le plus apte à faire tel test, à réaliser tel combat, lesquels on va fatiguer pour réaliser telle action et quand tout le monde va bien se reposer pour reprendre des forces!

Le bateau vogue

Sleeping Gods est un jeu d’aventures coopératif qui se joue en campagnes, une campagne comprenant 3 chapitres. Lors de ces chapitres, vous allez piocher des cartes quêtes qui vous indiqueront ce que vous devrez faire. Chaque chapitre se joue en 19 tours de jeu et un tour de jeu correspond au jeu d’une joueuse. Une campagne dure entre 10 et 20 heures et, à l’issue de celle-ci, vous aurez exploré environ 1/3 du monde. Vous pourrez donc facilement refaire des campagnes en explorant d’autres horizons. Le jeu n’est pas destructif et donc il est rejouable à l’infini. A noter aussi que le jeu autorise les défaites et la reprise de la campagne en cours même après une défaite. Votre victoire sera juste alors un peu moins glorieuse.

Le tour d’une joueuse est découpé en 3 phases: une phase de bateau où elle va exécuter une des actions possibles sur le bateau, une phase d’événement et une phase d’action où elle pourra exécuter 2 actions parmi les 4 proposées.

Sur le bateau, vous allez pouvoir réaliser différentes actions. Attention car le bateau peut être attaqué et subir des dégâts qu’il faudra affecter à des zones d’actions qui peuvent devenir inutilisables si elles comportent 2 marqueurs dégâts. Les actions vous permettront gagner des cartes équipement, des points de commandement nécessaires pour jouer ces cartes équipement ou pour activer les capacités spéciales des membres d’équipage ou de certaines cartes (il faudra alors les laisser sur le membre d’équipage ou sur la carte et ce n’est que quand on aura réussi à retirer ces points de commandement du personnage ou de la carte qu’on pourra à nouveau utiliser sa capacité), retirer des points de commandement d’un personnage ou d’une carte, récupérer de la fatigue sur les membres d’équipage, soigner un membre d’équipage ou récupérer des ressources tirées au hasard dans un système de stop ou encore où l’on risque de nouveaux dégâts pour le bateau.

Tests et combats

Après la phase de bateau arrive la phase d’événement. Les événements peuvent être positifs mais seront souvent dangereux et vous demanderont de réaliser des tests voire des combats. Un peu comme dans The 7th continent, les tests et les combats vont se jouer à la pioche de cartes. On va ajouter aux points de combats ou de compétence des personnages participants le chiffre donné par la prochaine carte de la pioche. Et même lorsque vous limiterez le risque, il faudra accepter la défaite cause à pas d’chance 😉 Et un tel test ou un combat peut être effectué par un ou plusieurs membres d’équipage ensemble pour augmenter les chances de succès. Evidemment, chaque membre enrôlé sera alors épuisé.

Les combats sont tout un mécanisme en soi et constituent un aspect très tactique dans le jeu où les membres d’équipage vont pouvoir s’aider les uns les autres ainsi qu’un système de grille de points de vie permettant de blesser plusieurs monstres en même temps.

Le monde des dieux dormants

Et après la phase d’événement, vous allez pouvoir réaliser 2 actions. Vous allez pouvoir aller au marché pour acheter des objets, des armes ou des recettes qui vont vous aider dans votre aventure en, par exemple, vous permettant de vous soigner ou de réparer le bateau.

Parmi ces actions vous allez également pouvoir faire naviguer le bateau sur la carte. Et en fonction, là aussi, du degré de réussite du test navigation, vous pourrez voyager de 1 à 4 zones sur la carte. Et c’est là où on aperçoit l’étendue immense de Sleeping Gods. Tout comme dans Near and Far, le jeu comprend un grand cahier proposant une petite dizaine de cartes sur lesquelles votre bateau va pouvoir voyager et découvrir le monde étrange qui l’entoure. Et tout comme dans Near and Far, vous allez pouvoir explorer les différents éléments de la zone où votre bateau se situe en ouvrant gros fascicule narratif et en allant chercher le paragraphe correspondant au numéro inscrit. Et là vous serez plongé dans l’aventure extraordinaire de Sleeping Gods en rencontrant des gens qui vont vous aider ou, au contraire, vous mettre des bâtons dans les roues. Toute cette aventure narrative va vous proposer de nombreux choix dans les actions ou les échanges à réaliser: aider ou pas les gens, accepter leur quête, les attaquer, les voler,… Et vous aurez compris, qu’ici, la traduction en Français de Lucky Duck Games est vraiment la bienvenue!

A noter aussi que le jeu propose un système ingénieux permettant de retenir ce qu’on a fait, de revenir où on est passé et d’y réaliser de nouvelles actions. En fait, à certains endroits, le jeu demande si on est en possession d’un certain mot clé. Si on ne l’a pas, on lit le paragraphe correspondant. On devra alors bien noter que cet endroit demande tel mot clé. Et si, plus tard, on gagne le mot clé (souvent grâce à la réussite d’une quête), on sait qu’on pourra revenir au précédent endroit et que quelque chose de différent va s’y passer… (souvent très intéressant) C’est un système vraiment chouette qui va obliger les joueurs à bien s’organiser et qui va décupler la grandeur du monde.

Un peu à l’image des havres de Paix du Seigneur des Anneaux, vous pourrez également aller vous reposer dans un port et, contre quelques menues pièces, pouvoir vous soigner, gagner des cartes compétence permanentes et réparer votre bateau. Dans votre voyage, vous devrez toujours être vigilent à la présence ou non d’un port dans la région car si vous pénétrez dans une région sans port, il vous faudra être suffisamment fort et reposé pour pouvoir affronter les multiples épreuves qui vous attendent sans pouvoir reprendre votre souffle dans un port.

Et toi, le dieu, pourquoi tu dors?

Sleeping Gods est donc un jeu narratif extraordinaire. Sa grande force est son thème très original et son scénario. Sa seconde grande qualité est son étendue. Vous allez y passer de nombreuses heures pour explorer tous les recoins de ce monde fantastique et ouvert où vous allez pouvoir aller où bon vous semble selon les indices récoltés. Vous êtes plongés dans cette histoire du début à la fin. Mais évidemment, ce n’est pas juste une histoire fantastique c’est également un jeu de société où vous serez amené à devoir gérer une multitude de chose: votre équipage, votre fatigue, vos cartes, vos blessures, votre bateau,… Et outre la gestion de tout ça, vous allez également devoir faire de nombreux choix, qu’ils soient narratifs, au niveau des actions à prendre, des cartes à jouer ou des différentes prises de risque. Le jeu baigne évidemment dans des mécaniques assez hasardeuses qu’il vous faudra dompter avec quelques fois des poisses ou des réussites inattendues. Sleeping Gods est dans la lignée des jeux précédents de l’auteur mais va plus loin dans le narratif principalement dû au fait qu’il est passé en mode coopératif. Il plaira certainement aux amateurs des jeux narratifs coopératifs car il fait partie des tout grands du genre.



Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation du jeu par SwatSh

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

1 réponse

  1. David dit :

    Merci pour cet article qui m’a permis de découvrir ce jeu alors même que nous étions déjà fan de Above and below et Near and Far.
    Illustrations, narration, mécanique…Ryan Laukat nous régale de son univers et talent, une vrai bouffée d’air frais !
    Je m’en vais de ce pas passer commande ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *