• Magnastorm - FICHE DE JEU
  • 0

Magnastorm

Note moyenne
8.75
(2 notes)
Mise en place: 10' - Règles: 30' - Durée par joueur/euse: 25'
Année:
Auteur(s):
Illustrateur(s):
Editeur(s):
Catégorie: Expert
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
10.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub

SwatSh: 8,5 /10

A Essen, j’avais fait quelques tours de Magnastorm sans avoir été particulièrement transporté. Les retours lus ci et là ne m’avaient pas non plus donné spécialement envie d’y revenir. J’avais donc rangé Magnastorm dans le tiroir des nombreux jeux auxquels je ne prête pas attention 😉

C’était sans compter nos amis d’Expert Game Award pour lequel Vin d’jeu fait partie du jury suite à leur invitation. La règle d’Expert Game Award pour pouvoir participer aux présélections, est d’avoir joué à 70% des jeux présélectionnés. Et tenez-vous bien, alors que Vin d’jeu est plutôt tourné jeux « experts », je n’avais joué qu’à 60% des jeux présélectionnés. C’est dans le but d’atteindre ces fameux 70% que les membres d’Expert Game Award m’ont proposé de les rejoindre pour une soirée jeux autour de quelques jeux experts non joués dont ce fameux Magnastorm.

Et ils ont bien fait de me présenter ce Magnastorm tant la suprise est heureuse 😉 Comme quoi, il ne faut jamais s’arrêter à des à priori ni à des avis infondés sur le net 😀

Il est assez aisé de comprendre pourquoi les avis sont plutôt mitigés sur ce jeu. C’est la grande sortie 2018 de Feuerland Spiele, l’éditeur des incontournables Terra Mystica et Projet Gaia. Autant vous dire que l’attente était grande pour ce Magnastorm. Si on espérait un Terra Mystica troisième du nom, on ne pouvait qu’être déçu vu que le jeu est moins profond et stratégique que ces références.

Pourtant, ce second jeu de l’auteur de l’excellent Power Struggle, a de nombreuses qualités. Il est assez original (il est très difficile de trouver des jeux qui y ressemblent) et très tendu de telle sorte qu’on y est plongé du début à la fin.

Déplacement d’ouvriers neutres ou même adverses

La mécanique d’action est difficile à expliquer tant elle est originale. On va déplacer des ouvriers sur un plateau de 25 cases actions. Sur chaque case on ne pourra effectuer que 2 actions: déplacer son canon sur le plateau ou récolter des ressources. La différence entre les cases n’est pas les actions possibles mais leur coût et les bonus associés. Certaines cases action donnent un petit bonus souvent intéressant: pouvoir déplacer d’une case supplémentaire, gagner une ressource supplémentaire, pouvoir avancer sur une échelle de majorité, pouvoir gagner une place dans l’ordre de tour,…

L’ordre du tour est primordial et il est dommage qu’il soit si difficile et coûteux de le changer donnant un avantage certain à l’ordre de tour initial…

Ce déplacement a néanmoins une autre incidence permettant de réduire le coût d’une troisième action. Au lieu de déplacer un ouvrier, on peut aussi acheter une carte scientifique donnant une habilité spéciale. Plus on va déplacer des ouvriers, moins chères seront ces cartes. Mais dès qu’une carte devient gratuite, elle est indisponible. C’est donc toujours sous une certaine tension que les joueurs vont choisir entre acheter une carte encore chère ou attendre qu’elle le soit mois au risque qu’elle ne devienne plus disponible. Et cette tension est présente dans bien d’autres aspects de Magnastorm.

Les ressources

Le système de ressources est lui aussi ingénieux. Chaque joueur dispose de sa propre couleur de ressource. Il est assez difficile de se procurer les ressources des autres pourtant on en a besoin pour leur reprendre des cartes scientifiques. Cela va demander une gestion assez particulière.

La tempête

La tempête est une mécanique assez déconcertante dans Magnastorm. Elle va tourner le long du plateau rendant toujours une moitié impraticable. Les joueuses vont placer leurs robots sur la partie tempérée en fuyant à tout prix la tempête qui arrive derrière elles. Cela est représenté par une sorte de course où les joueuses vont se déplacer le plus loin possible de la tempête tout en veillant à avoir la majorité de robots dans les régions pour gagner plus de ressources et de PVs à chaque tour.

Les échelles de majorité

Le placement de vos robots sur le plateau va faire progresser votre niveau sur les différentes échelles de majorité. Un peu comme dans Tzolkin, certains échelons vont vous rapporter des ressources ou autres avantages et la majorité va vous apporter une carte scientifique qui vous donnera des habilités spéciales assez intéressantes. Là aussi le jeu sera tendu…

Les objectifs sacrificiels

Mais le truc le plus génial dans Magnastorm est ce que j’appelle « les objectifs sacrificiels ». L’objectif du jeu est d’être le premier à atteindre 27 points. Quand vous atteignez 27 points, le jeu s’arrête immédiatement et vous remportez la partie à quelques menus détails près. Vous aurez l’occasion de gagner quelques points ici ou là durant la partie mais l’essentiel des PVs proviendront de la réussite des 4 objectifs tirés au sort lors de la mise en place de la partie. Le premier à atteindre un de ces objectifs gagnera 5 PVs, le second 4, le troisième 3,… Là aussi vous devrez vous battre contre vos adversaires pour chopper les objectifs avant eux. Mais ce n’est pas tout! Ces objectifs sont « sacrificiels ». Pour les atteindre il faudra faire des sacrifices: diminuer drastiquement sur les échelles de majorité, perdre des robots sur le plateau,… Quand vous réaliserez un des objectifs, vous allez aussi perdre beaucoup que ce soit sur le plateau ou sur les échelles de majorité. Autant bien choisir son moment, ni trop tôt, ni trop tard…

Magnastorm n’est néanmoins pas exempt de défaut. Il ne permet qu’une faible montée en puissance et est assez dirigé. On va tous fuir la tempête en essayant d’aller le plus loin possible vers le beau temps tout en se battant pour les mêmes majorités. Malgré ça, on est plongé dans le jeu du début à la fin du jeu. Chaque choix a ses conséquences et aucun n’est à prendre à la légère. La tension est partout dans le jeu, autant sur les majorités, sur le terrain, sur la gestion des ressources que sur la course aux objectifs. On ne sort pas indemne d’une telle tempête!


Tapimoket : 9/10

Au départ, je n’étais pas très chaud pour ce jeu. Mais son matériel a attisé ma curiosité et les joueurs, en train de le découvrir à Essen, semblaient très absorbés. Je suis finalement passé chez FeuerLand, l’éditeur pour faire l’achat de FUJI, et finalement j’ai craqué aussi pour celui-ci, sans réelle conviction. Bref un achat compulsif… Je suis faible !

Oui ! le matériel m’intriguait et le thème aussi, car après tout, Feuerland avait édité l’excellent Projet Gaia et Magnastorm m’y faisait pensé. D’ailleurs on n’est pas trop loin de la conquête spatiale de Projet Gaia, puisqu’il s’agit, ici ,d’exploiter une planète pour ses ressources, mais surtout pour y trouver les reliques d’une ancienne civilisation extraterrestre intelligente disparue.

Et ma foi, Magnastorm m’a bien surpris ! Tout d’abord pour ses différents aspects originaux !

Le premier concerne son système de plateau d’actions basculant entre chaque manche. En effet, on va effectuer des actions en déplaçant des « membres d’équipage » d’un plateau action vers un autre pour réaliser ce dont on a besoin : Mouvements et constructions de laboratoires, Récoltes de ressources, Obtentions de bonus et utilisation de pouvoirs de personnages.

Le second truc original, et pas des moindres, sera la présence d’un orage magnétique qui va occulter la possibilité de se développer sur la moitié du plateau. Ça c’est carrément génial, car il faudra sans cesse réfléchir à la façon de se développer géographiquement, sachant que ce nuage va tourner et va forcement nous forcer à migrer autour du plateau ! Ceci va entraîner pas mal de tensions dans nos décisions !

Ainsi, installer de nombreux laboratoires sur un territoire va nous permettre de gagner plus de ressources qui serviront justement à nos prochaines actions. Plus nous aurons de laboratoires dans une zone, plus on aura de ressources. Seulement voilà, l’orage magnétique viendra perturber nos plans. Il faudra aussi songer à la validation d’objectifs qui nous fera retirer, justement, des laboratoires. D’un point de vue thématique, c’est difficilement explicable, mais d’un point vue mécanique, c’est un casse tête ! … Faut il temporiser un objectif et garder ses laboratoires ou bien le prendre tout de suite, mais sacrifier ces laboratoires qui nous donner des ressources ? Bien entendu, les objectifs sont communs et plus on en valide un rapidement, plus il nous donne des points ! Un vrai dilemme !

Un autre effet de tension sera présent, puisqu’il ne s’agit pas de jouer un nombre de tours définies ou une condition de fin de partie puis un scoring, mais bel et bien une course aux points de renommée ! Pas question de traîner, mais pas question de faire n’importe quoi, sous peine de perdre le rythme. Un équilibre entre la préparation des prochains tours et la montée en puissance sur un tour est constamment nécessaire.

Enfin, malgré les couleurs austères d’une planète uniquement composée de sombres pierrailles, le matériel est abondant, de qualité et donne un bel effet.

Je prends un grand plaisir à jouer à Magnastrom, à la fois pour ses côtés originaux, ses choix stratégiques, mais aussi la tension qu’il procure.



Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 10 minutes par SwatSh


Vin d’jeu d’music

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par Gilles
Hâte de tester ce jeu au vu des mécaniques...
Et si en plus de me faire découvrir des jeux, vous me faîtes découvrir de l'excellente musique, on n'a pas fini :)))))
Merci pour tous vos avis, critiques, explications et vidéos.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *