• Godzilla Total War - FICHE DE JEU
  • 0

Godzilla Total War

Note moyenne
8.00
(1 note)
Mise en place: 5' - Règles: 8' - Partie: 20' - Durée par joueur/euse: 5'
Catégorie: Famille
Age minimum: 8
Nombre de joueurs: de 3 à 12 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Fabriqué en: Espagne
Langue: Français
pub pub pub pub

Serval 8/10

Il ne doit en rester qu’un, un seul ! Le plus fameux de tous Godzilla semble le plus a même d’être l’heureux élu mais c’est sans compter la panoplie d’un douzaine de kaijus (c’est leur petit nom) prêt à tout pour en découdre !
Manda, Mothra, Zilla, …ces vilaines petites bêtes vont mettre à feu et à sang le monde pour régner sur le monde !

Chaque joueur va donc incarner un des 12 kaijus du jeu, récupérer une fiche avec une jauge de vie et de points de victoire propre à chaque monstre et débuter les hostilités avec une main de 3 cartes.

Les 90 cartes qui forment le deck principal comprend notamment des cartes numéros de 1 à 10 de différentes couleurs ainsi que des cartes -3 , des cartes bâtiments numérotés et des cartes spéciales.

Le tour de jeu est plutôt simple : un joueur jour une carte et de fait commence à porter une attaque , les autres joueurs dans l’ordre du tour essaient de surenchérir sur l’attaque ainsi portée.

Il joue une carte (puis en pioche une en fin de tour) :

  • une carte de valeur supérieure ou égale à celle précédemment jouée (voire une carte -3 qui diminue la valeur d’attaque pour le joueur suivant)
  • Une carte d’action spéciale et résoud l’effet de cette dernière immédiatement, changement de sens, choix de la cible, blessure directe ou double blessure.
Ici Manda a subit 9 dégâts et ne possède que 7 Pdv, ile devient enragé

Le premier joueur ne pouvant plus jouer de cartes, devient le joueur ciblé et subit immédiatement un nombre de blessure équivalent à la valeur de l’une des cartes encore en main de ce joueur ainsi touché. Autant vous dire qu’en fin de manche, garder de grosses cartes est fort risqué !
Le joueur touché choisit donc une carte de sa main et la pose près de sa fiche « kaiju ».

A partir du moment où le total des cartes ainsi collectées dépassent les points de vie de la bête, la fiche est alors retournée sur l’autre face « enragé » du kaiju avec de nouvelles valeurs de points de vie et de force.

Si bien sur ce joueur perd à nouveau tous les points de vie de son kaiju enragé, la partie s’arrête immédiatement pour lui.
Le joueur attaquant obtient immédiatement la valeur de de points de victoire sur la fiche du kaiju vaincu.

L’attaquant, une fois les dégâts peut rajouter de sa main une carte « dégats supplémentaires » (carte numérotées avec un cœur) pour alourdir le total de dégats. (on voit sur l’image ci-contre que le joueur incarnant Manda a reçu un « 2 » en dégat supplémentaires.

Il est même possible qu’un joueur (qui vraiment est maudit) reçoivent une troisième carte de dégâts liés à l’articulation des cartes « bâtiments ». En effet à chaque fois qu’un joueur joue une carte numérotée avec un dessin de bâtiment, il pioche une carte et la pose face visible au centre de la table, le prochain joueur devant recevoir des dégâts devra choisir une des cartes ainsi disponibles.

Cartes spéciales

Le jeu est donc une succession de surenchères pour éviter la blessure, les cartes spéciales vont un peu chambouler tout ça.

On trouve notamment les cartes « choix de cible » qui permet à un joueur (au lieu de jouer un chiffre supérieur) de cibler le joueur suivant qui devra répondre à l’attaque en cours et modifier un peu l’ordre du tour.

Les cartes « blessures » et « double blessure » mettent un terme au tour de jeu puisque le joueur suivant perd directement le combat et subit les blessures du kaiju du joueur ayant joué cette carte. « blessure » peut par contre être contrée par n’importe quelle carte spéciale, la « double blessure » , elle, est forcément fatale mais il n’y a qu’une seule carte dans le jeu 🙂

….

..

Au kaiju, j’ai ma force innée !

Autre particularité, un joueur peu déclencher la « force innée » de son kaiju ! Le joueur incline son Kaiju et ajoute la valeur de force innée (le gros chiffre en blanc en haut de la fiche kaiju) au total de la valeur de la carte qu’il vient de jouer. Pratique ! Cette capacité est réutilisable puisqu’elle se réactive à chaque fois qu’un joueur joue une carte « dégâts supplémentaires » ou que la pioche est épuisée.

Combats de chefs

Godzilla Total War est un jeu d’ambiance/combat très nerveux , facile a prendre en main et riche en rebondissements.
Les règles sont très facilement assimilables et on s’aperçoit assez rapidement des erreurs tactiques ou stratégiques de ce jeu. On rebondit très vite !

Evidemment on ne va pas se faire beaucoup d’amis mais c’est principalement ce qu’on recherche dans ce type de confrontation où coups bas et alliances de circonstances foisonnent notamment grâce aux cartes actions spéciales.

Un petit bémol peut être sur la solidité des fiches kaiju qui me semblent un poil trop cheap mais à part cela on peut considérer que ce jeu remplit son rôle , divertir dans la frénésie 🙂

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *