• Sid Meier’s Civilization: Une aube nouvelle - FICHE DE JEU
  • 0

Sid Meier’s Civilization: Une aube nouvelle

Note moyenne
8.00
(2 notes)
Mise en place: 20' - Règles: 45' - Durée par joueur/euse: 35'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s):
Distributeur(s):
Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs (1 note)
10.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

1867 Civilization 1Swa 22

SwatSh8,5/10

Après la magnifique seconde version de Sid Meier’s Civilization parue en 2011 et faisant partie de nos coups de cœur 2011, nous ne pouvions qu’être enthousiastes à l’annonce de la sortie de Sid Meier’s Civilization, 3ème du nom!

Cette édition a été réalisée par un auteur différent des précédentes.  C’est James Kniffen qui s’y est collé et il est loin d’être un inconnu puisqu’il a participé à la réalisation de notre coup de cœur 2016: Forbidden Stars et de New Angeles entre autre.

Purée la durée!

La seconde édition de Sid Meier’s Civilization affichait une durée de plus de 4 heures de jeu et c’est non sans raison que la volonté ici était clairement de simplifier le jeu et de diminuer sa durée.  Et ça marche puisqu’on arrive à une durée d’environ 35 minutes par joueur.  La durée d’explication des règles a elle aussi été diminuée de moitié passant à 45 minutes en prenant son temps 🙂

Une autre civilisation

Pour y arriver, James a conçu un jeu totalement différent.  C’est bien simple, à part le thème, les colons sous forme de charettes et la construction de merveilles, les 2 jeux n’ont rien à voir.  Les tuiles sont passées de carrées à hexagonales, les armées ont disparu (plus de petits drapeaux), il n’y a plus 4 axes de victoire, les cartes de combat ont fait la place au jet d’un dé, la mécanique même du jeu a bien changé, tout est différent!

1867 Civilization 3

Le temps qui passe

La mécanique principale est excellente.  Les joueurs disposent d’une ligne du temps composée de 5 cartes action, chacune sur un emplacement numéroté de 1 à 5 et auquel est associé un des 5 types de terrain (5. montagne, 4.désert, 3.forêt, 2. colline, 1. plaine).  A son tour, un joueur choisit une de ces 5 actions, la réalise puis glisse la carte sur l’emplacement numéro 1 tout en décalant le reste des cartes action vers la droite.  Ceci représente le temps qui passe.

1867 Civilization 8Au plus le chiffre de la case action est élevé, au plus l’action est puissante et au plus de terrain elle pourra affecter.  Une action sur l’emplacement « 5. montagne », non seulement aura une puissance de 5, mais pourra également affecter tout type de terrain tandis qu’une action « 4. desert », ne pourra pas affecter la montagne ni l’action « 3. forêt » ne pourra affecter le désert et la montagne.

Ce système est merveilleux d’ingéniosité même si on aurait espéré plus de choix cornéliens.  Il est souvent évident de réaliser l’action du 5ème emplacement pour simplement faire tourner les cartes dans l’ordre.  Il va néanmoins s’avérer quelques fois plus intéressant de réaliser plus souvent l’une ou l’autre action mais rarement le choix s’avèrera difficile.

De plus, une action à l’échelon 5 va bloquer les autres actions au niveau inférieure tant qu’elle n’aura pas été jouée.  On va donc quelques fois réaliser des actions « pour rien », sans réelle nécessité si ce n’est celle de libérer la case pour les actions plus importantes.

1867 Civilization 2

La simplicité des 5 actions

  1. Déplacer x colons de x cases

    Le nombre de colons et de cases dépend de la force de la carte action.  Les colons n’ont qu’une seule fonction très simple: arriver dans les villes neutres ou adverses pour récupérer une carte diplomatie qui donnera des avantages au joueur.  Dans les versions avancées de la carte action, ils pourront également se battre contre les barbares.

  2. Placer x jetons contrôle adjacents à vos villes

    Cette action permet de récupérer des ressources et de protéger ses villes contre les attaques adverses

  3. Retourner x  jetons contrôle sur leur face fortifiée ou attaquer un adversaire ou un barbare

    Ce qui est comique dans les attaques, c’est qu’elles sont très virtuelles puisqu’aucune armée n’est présente sur le plateau.  Il ne faudra donc pas ici construire d’armées ni les améliorer.
    On va partir d’une tuile que vous contrôlez et puis compter x cases pour arriver chez un adversaire ou un barbare qu’on va combattre.  Les combats sont eux aussi assez simples bien qu’une aide de jeu aurait été bienvenue.  La force du défenseur est dépendante du terrain sur lequel il se trouve, de ses cartes qui lui donnent de la force en défense et du type attaqué (ville, pion contrôle ou barbare).  La force de l’attaquant dépend du niveau de l’emplacement où se trouve la carte action et de ses cartes lui procurant des boni en attaque.  A cette force, les 2 protagonistes vont ajouter le résultat du jet d’un dé de combat.  Alors qu’il était totalement absent de la seconde édition du jeu, le hasard refait son apparition ici sous une forme néanmoins assez légère.
    1867 Civilization 4

  4. Construire une ville ou une merveille

    Une ville ne coûte rien et permet au joueur de s’étendre sur le plateau tandis qu’une merveille coûte des ressources mais apporte également souvent un bel avantage sous forme de capacité.  La puissance de ces merveilles est si élevée qu’elle permet pas mal de stratégies différentes que ce soit d’attaque ou de réalisation de certains objectifs.

  5. Gagner x points de technologie en fonction de l’emplacement de la carte action

    Tous les 3 points acquis, vous pourrez acquérir une nouvelle carte action qui remplacera celle du même type de votre ligne du temps en plus puissant.  Cette mécanique est géniale.  Elle donne un côté crescendo, un chouette axe stratégique au jeu ainsi qu’une belle rejouabilité car vous aurez envie d’essayer d’autres séquences de progression.

1867 Civilization 7Les 3 x 2 objectifs

Les 4 types de victoires de la précédente version ont été remplacés par 5 cartes objectif desquelles on en tire 3 au hasard pour chaque partie.  Sur chaque carte objectif sont représentés 2 objectifs différents.  Le gagnant est le premier à remplir un des 2 objecitfs de chacune des 3 cartes.  Ce système offre lui aussi pas mal de rejouabilité.  Le petit bémol concerne la variété de ces objecitfs qui est assez limitée.  A quelques exceptions près, la majorité des objectifs demandent de construire 2 merveilles d’un même type et les autres se situent au nombre de villes possédées.

Les barbares

Les combats sont assez limités dans Sid Meier’s Civilization car, dans la majorité des configurations, les joueurs sont situés assez loin les uns des autres.  Cependant, les barbares qui peuvent facilement détruire vos villes (il suffit qu’ils s’y déplacent) vont rapidement vous ennuyer et vous obliger à vous défendre correctement.

Sid Meier’s Civilization Une Aube Nouvelle réussit sa gageure de diminuer la difficulté du jeu et sa durée.  Pour cela, la complexité des choix et la variété des axes stratégiques ont été sacrifiées.  Les amateurs de la seconde édition en resteront certainement dubitatif tant la seconde édition était excellente.  Nous leur conseillons d’ailleurs de bien garder leur ancienne version tant elle est différente et propose des sensations et une profondeur uniques.  L’avantage de cette version c’est qu’on peut la sortir plus facilement grâce à la facilité d’assimilation des règles et à sa durée plus limitée qui permettent d’y jouer avec un public plus large.  Mais même si cette version donne une plus grande place au hasard, offre des choix moins difficiles et des axes stratégiques plus limités, elle reste néanmoins une belle réussite grâce à son système de cartes actions sur une échelle du temps qui peuvent évoluer et apporter un côté crescendo intéressant.  La durée raisonnable du jeu, les merveilles apportant de belles capacités ainsi que les objectifs de la partie changeants contribuent également à rendre le jeu varié et addicitif où une revanche s’imposera bien souvent 🙂


1867 Civilization 5


PhilRey201801

PhilRey:  7,5/10

Et bien celui ne pouvait pas passer inaperçu. Un autre Sid’ Civilization avec une durée vachement plus raisonnable. Que demander de plus.

Pour ma part, je retiendrai la mécanique d’actions. Celles-ci sont représentées par 5 cartes. La mise en place de ces cartes varie en fonction du peuple choisi. Les cartes sont placées sous une « échelle » qui indique 5 type de terrain différent ainsi qu’un niveau de puissance (de 1 à 5). Lorsqu’on choisit une carte, on effectue l’action appropriée. La puissance est déterminée par la valeur du terrain correspondant. De plus, le type de terrain indique également (pour certaines actions) où peut avoir lieu l’action (type de terrain correspondant à la carte ainsi que les autres de valeur inférieure). On a donc 2 aspects importants par ce mécanisme: une restriction (type de territoire) et une puissance (qui augmente au plus on attend).
La carte Action est ensuite placée en face du terrain de moindre valeur (càd 1), décalant toutes les autres cartes vers la droite. C’est très original comme mécanisme car on aura tendance à attendre que la carte atteigne l’emplacement 5 (ou 4) pour bénéficier d’une action plus puissante mais on pourra aussi ne pas attendre quand la puissance aura moins d’importance.
Maintenant, dans la pratique, dépendant de votre configuration de départ, vous n’aurez pas le choix que d’attendre. Par exemple, (voir photo ci-dessous) le joueur orange, pour bénéficier d’une ville (complètement à gauche) fortifiée, il faut placer un jeton de contrôle sur une case Montagne. Ce type de terrain est en 5è position. Il lui a donc fallu attendre que la carte Action soit décalée au maximum.

Ensuite, très peu de tension à 2 joueurs. En effet, chacun joue dans son coin. Peut-être aussi parce que nous étions plus pacifistes qu’agressifs 😉

Enfin, les objectifs. 3 d’entre eux concernent les merveilles. Il faut donc foncer dans cette direction et oublier le reste. Personnellement, je regrette de ne pas voir 3 types d’objectif par partie, permettant aux joueurs de varier leur stratégie. On aurait pu imaginer plusieurs objectifs « territoriaux », plusieurs « technologique » , etc. Et un de chaque st pioché pour la partie.

Content d’avoir pu jouer à Sid Meier’s Civilization: une aube nouvelle. Une mécanique d’action originale (pas certain que ce soit innovant par contre) qui fonctionne à merveille.



1867 Civilization 15


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 15 minutes par SwatSh


Vin d’jeu d’music

 

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par Vinc
Un jeu parfait
Ce jeu est parfait, un peu compliqué a prendre en main certe, mais tellement bien, je le recommande a toute personne passionnée des jeux de plateaux.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *