• De Vulgari Eloquentia - FICHE DE JEU
  • 9

De Vulgari Eloquentia

Note moyenne
8.62
(4 notes)
Règles: 75' - Partie: 150'
Année:
Auteur(s):
Editeur(s): ,
Catégorie: Expert
Nombre de joueurs: de 2 à 5 joueurs
Note moyenne des lecteurs : pas encore de note !
-.--
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub pub pub

SwatSh: 8,5   /10

Sacré Mario!  Mario Papini, l’auteur de De Vulgari Eloquentia, a-t-il réalisé son chef d’oeuvre?  Ses autres jeux sont Feudo et Siena et je dois avoué n’avoir été tenté par aucun d’entre eux.   En tous cas, Mario m’a épaté par la complexité et la richesse de De Vulgari Eloquentia.  Ce n’est certainement pas un jeu qu’on réalise entre 2 plats!

Hé oui, ce qui frappe d’abord dans De Vulgari Eloquentia, c’est sa complexité.  10 pages de règles touffues qu’il faut lire et relire pour commencer à comprendre comment cela tourne.  Le plateau est beau mais peu visuel et sans aide de jeu, impossible de s’y retrouver…

La seconde chose qui frappe est le thème du jeu.  Bon, il est vrai assez plaqué mais tout de même bien plaqué ;-): apprendre la langue Vulgare.  Le joueur qui aura le mieux appris la langue Vulgare à la fin de la partie sera le vainqueur.  Cette maitrise de la langue s’exprime en points de Vulgare, autrement dit en PV!

Mais le jeu a l’avantage de bien tourner, à son tour, on a 5 pions actions que l’on dépense aux grès des types d’actions que l’on veut exécuter.  Certaines actions sont clairement plus intéressantes que d’autres et vu leurs disponibilités limitées l’ordre du jeu est primordial.  Il va donc falloir se battre pour être dans les premiers joueurs tout en optimisant ses actions.  Il existe 14 types d’actions différentes pour vos 5 malheureux pions action qui doivent parfois être dépensés à plusieurs exemplaires pour une seule action.  Les choix sont donc nombreux.   Mais il est vrai que les stratégies gagnantes ne semblent pas être illimitées: gagner un maximum de connaissance pour gagner un maximum de manuscrits semble être assez payant.  On a donc affaire à une course aux manuscrits et à la connaissance et lorsqu’à votre tour les autres joueurs se sont déjà servis avant vous, vous allez vous rabattre sur d’autres actions moins fructueuses mais intéressantes tout de même tout en veillant à prendre la première place de l’ordre du tour suivant.

Les cartes Frères et Cardinaux apportent un beau piment au jeu.  Tous les joueurs débutent comme marchand et peuvent devenir frère lorsque leur pion se trouve dans un monastère sur la carte d’Italie.  Le problème c’est que lorsqu’on est frère, on ne gagne quasi plus d’argent mais on peut gagner plus de points de victoire à la fin du jeu.  On a donc tendance à devenir frère le plus tard possible.  La subtilité est que les cartes frères sont toutes différentes et donnent un bonus différent.  Il ne faut donc pas devenir frère trop tard au risque de se faire prendre la carte qui nous intéressait.  De plus, certains bonus gagnent en puissance au plus tôt on l’obtient.  Bref, cette mécanique apporte vraiment du sel au jeu.

Au final, si vous ne vous arrêtez pas à la complexité du jeu, De Vulgari Eloquentia est un très bon jeu, sans aucun hasard, aux choix nombreux, à la durée assez longue et nécessitant de nombreuses parties pour en faire le tour.

Philrey212: 8/10

Après 1 heure d’explication de règles, tirage au sort, je débute cette partie de De Vulgari Eloquentia. D’abord, je me place complètement décentré. Avec le recul, je regrette mon choix. Cela ne m’empêche pas de débuter correctement, m’orientant vers le pognon et moins vers les points de connaissances. Ici aussi, il y a une petite pointe de regret.

Les gros points forts sont pour moi:
+ Les tours s’enchaînent malgré les nombreux choix.
+ Une fois les règles expliquées, après seulement quelques tours,  la mécanique est bien assimilée et pas difficile à suivre
+ Peu de hasard (uniquement l’apparition des manuscrits).
+ La durée de la partie, à 4 joueurs, malgré la complexité du jeu: 3 heures

Les « petits bémols »:
– La durée: pour certains, 3 heures, c’est beaucoup trop long
– Les règles: merci à SwatSh de les avoir bien comprises avant de nous les expliquer. Ca n’a pas du être simple.
– La visibilité du plateau de jeu. Beau mais très peu parlant

Et puis, je reste avec quelques interrogations:
. la stratégie: en fin de partie, les 2 gagnants sont ceux qui ont amassé le plus de manuscris (en valeur, bien entendu). Du coup, petit dernier en fin de partie, je m’interroge quant aux autres stratégies possibles. Raison pour laquelle il me plairait de refaire une partie;
. Certaines actions n’ont jamais été sélectionnées. Ou très peu. Je m’interroge donc sur leur utilité.

Pour conclure, j’ai passé une excellente soirée. De Vulgari Eloquentia m’a bien plu et je le rejouerai volontier. Pour joueurs avertis quand même!

Thierry: 9/10

C’est clair, De Vulgari Eloquentia est un jeu complexe, à ne pas jouer en diletante sur le bord de la plage !  Et sa complexité repose principalement sur deux aspects, à savoir 1) les nombreuses actions possibles afin de soit gagner des points « connaissances », soit gagner de l’argent, soit des cubes (noirs, jaunes, verts ou rouges) ou soit des PV (voire encore d’autres petites subtilités du jeu) et 2) le choix de la stratégie à suivre.  Pour ma part, je n’ai pas eu trop de mal à comprendre les règles et les actions en tant que telles mais par contre, vraiment pas aisé d’avoir une vision claire du jeu.  A cette fin, soyez d’ailleurs très attentif au décompte final car c’est seulement à ce moment que je me suis aperçu de l’intérêt de telle ou telle action (par exemple, celui qui dispose de parchemins de 5 couleurs différentes obtient des PV supplémentaires). Chapeau donc à notre animateur de jeu (Swatsh) qui nous a patiemment expliqué les règles (avec une belle dose de zen car l’ambiance était « chaude »!), impressionnant.

Dès l’entame du jeu, malgré une certaine navigation à l’aveugle sur les premiers tours, on accroche tout de suite au jeu qui se révèle très plaisant. Les actions s’enchaînent bien et l’intérêt d’acquérir des parchemins semble en effet prépondérant pour l’issue du jeu.  Le choix de passer frère puis cardinal est quant à lui beaucoup plus délicat et l’ensemble des joueurs ne l’ont opéré qu’en fin de partie (même chose pour la progression sur la piste « connaissances », pas évident car pas tout de suite payant).  A ce sujet, il serait intéressant de refaire une partie avec une autre stratégie et de tester ce passage  plus tôt dans la partie.

En conclusion, j’ai trouvé le jeu très bien construit avec beaucoup de réflexion et de choix et me suis régalé.  Excellente découverte et partant pour refaire une partie.  A conseiller donc, en sachant qu’il s’agit bien d’un jeu « catégorie expert ».

Raf: 9/10

Je n’ose imaginer comment est il possible de pondre un jeu pareil et d’arriver a ce que ça tourne, vraiment incroyable!

J’avais prévu de rentrer tot et donc de ne pas jouer à ce jeu, pour me faire une idée j’ai décidé d’écouter quand même les rêgles et quelles rêgles!! Swatsh je te retire une fois de plus mon chapeau, surtout que la soirée avait déjà été bien arrosée et que donc certains étaient plutot d’humeur festive, hein Erwin ;o)

Erwin n’ayant pas compris grand chose aux rêgles (j’en profite ici pour dire que ce jeu est pour joueur très confirmé!), je décide de faire les premiers tours avec Erwin, ou plutot Erwin avec moi. J’accroche complétement à la partie, et Erwin ne comprend toujours rien, ça y est je vais de nouveau rentrer à 4h du mat!

J’ai compris a peu prés tout mais impossible de dégager la moindre stratégie, pourquoi faire ça plutot que ça, pas la moindre idée et puis petit à petit, ça s’éclaircit, je pense même que je suis le premier pour qui le brouillard se léve.

Vous avez 5 malheureuses actions pour un plateau assez illisible qui semble en contenir des dizaines, mais encore une fois tout semble logique et la partie tourne d’ailleurs relativement bien. Certaines actions semblent plus interressantes que d’autres notament les manuscrits il va donc falloir se battre pour les avoir heureusement en début de partie seul Swatsh et moi semblont l’avoir compris. Une autre subtilité du jeu est que c’est le dernier joueur sur la piste des connaissances qui joue en premier, ce qui est un gros avantage et donc parfois il y a lieu de sacrifier des actions pour se replacer dans le tour de jeu.

Vraiment j’ai adoré De Vulgari Eloquentia et j’éspère réellement y rejouer même si je crois que cela sera difficile vu la complexité des rêgles et donc le temps qu’il faut pour le préparer. Un gros bemol pour le plateau vraiment illisible, mal disposé et encore j’avais l’avantage de l’avoir dans le bon sens en face de moi!

Les règles complexes?  Regardez comme Raf & Thierry écoutent attentivement pour vous en rendre compte 😉

Une Vin d’jeu d’aide basée sur celle de Deepdelver (merci 😉 ):

De Vulgari Eloquentia vin d jeu 1

Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

9 de réponses

  1. Crenom dit :

    😉 Oui oui, et je confirme, c’est boooon. Ca arrive Elgrillo 😀
    SwatSh.

  2. elgrillo dit :

    alors les amateurs de gros jeux, toujours pas joué à Through the ages, limite faute professionnelle là :))

  3. deepdelver dit :

    Bonjour à vous,

    Je viens de tomber sur l’aide que vous avez trafiqué à partir de la mienne (attention, j’vais aller au procès, moi). Je me permets une remarque : sur n’importe quelle piste, si 2+ joueurs sont sur la même case, le joueur placé dessous est considéré comme étant devant les autres, et non pas comme celui qui l’emporte (c’est très important pour l’ordre du tour).

  4. palferso dit :

    Oui. Il n’est intéressant d’aller au-delà que quand tu as un surplus d’action. Clairement, le Vatican est la piste la moins intéressante du jeu (ludiquement parlant).

  5. SwatSh dit :

    Salut Palf, comme tu le vois, je n’ai pas photographié le dernier tour, et il en restait encore 2. Et nous avons, de fait, été tous à la bibliothèque dès le tour suivant! Mais personne n’a été bien loin… Une seule case a suffit!

  6. palferso dit :

    C’est amusant, selon la photo, vous n’êtes pas allés à la bibliothèque du Vatican alors que c’est la piste la moins passionnante mais la plus intéressante en terme de ratio action/points (1 action pour 2, 3 ou 4 points).

  7. Crenom dit :

    Et ton commentaire me donne la même envie 😉
    SwatSh.

  8. palferso dit :

    J’attendais avec impatience le premier CR de la « bande à Swatsh » sur DVE! Je ne suis pas surpris de l’unanimité qu’il fasse tant c’est quasiment toujours le cas avec ce jeu plein de charme(s) qui se distingue tellement de la production actuelle. Vous découvrirez au fil des parties que nombre des certitudes que l’on avait à la partie d’avant s’écroulent (la marque des grands jeux). Certaines options qui paraissent peu intéressantes (type Bologne ou l’Orient par exemple) s’avèrent avec plus d’expérience redoutables. Il en va de même avec les manuscrits (j’ai gagné des parties avec moins de 10 points de manuscrits (non) bonus compris et des parties avec près de 50 points bonus compris) et avec les persos (frère tôt ou tard, cardinal ou pas tôt ou tard, etc.). Mais surtout, chaque partie laisse avec l’envie de tenter un nouveau truc dès celle d’après (d’ailleurs, votre CR me donne instantanément envie d’en refaire une…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *