• Rajas of the Ganges - FICHE DE JEU
  • 9

Rajas of the Ganges

Note moyenne
8.88
(4 notes)
Mise en place: 15' - Règles: 20' - Partie: 70'
Année:
Auteur(s): ,
Illustrateur(s):
Editeur(s): ,
Distributeur(s):
Catégorie: Intermédiaire
Age minimum: 12
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs
Nombre de joueurs conseillé: de joueurs
Note moyenne des lecteurs (4 notes)
10.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

pub

1674 Rajas of the Ganges 1

Nintendo & Wizard of the Coast nous ont présenté leur nouvelle carte hyper collector: SwatSh, un pokemon hyper puissant que toute joueuse se doit de posséder ;-)

SwatSh:  9,5/10

Que ça fait du bien de retrouver le couple Brand (auteurs de Descendance, Vin d’jeu d’l’année 2012) au top de leur forme avec ce jeu édité part Huch et distribué en France par Atalia!  Malgré leur beau succès avec Exit, on avait été un peu déçu par leurs dernières réalisations.

Et les ressemblances avec Descendance ne s’arrêtent pas à leurs auteurs :

Simple

Le jeu s’explique en moins de 20 minutes.  Les règles sont limpides et se retrouvent un peu partout sous forme d’icônes très clairs ne nécessitant jamais de retours aux règles.  Voilà qui fait du bien !

Système de placement d’ouvriers original

Descendance surprenait par un système de « prise » d’ouvriers, Rajas of the Ganges surprend par un système de dépense de dés comme des ressources.

Il y a 2 grandes ressources dans le jeu : l’argent et les dés.  Les dés sont clairement considérés comme une ressource.  Il y en a de différentes couleurs et vous allez pouvoir les acquérir un a un ou les échanger un contre 2.  De multiples actions vous demanderont d’en défausser sous forme de coût tandis que de nombreuses autres vous permettront d’en gagner.

La valeur des dés1674 Rajas of the Ganges 5

Une des grandes réussites de Rajas of the Ganges est son équilibre.  Jamais dans le jeu vous n’allez pester sur la valeur d’un dé.  Dès que vous gagnez un dé, vous devez le lancer une seule fois et vous satisfaire résultat obtenu.  De nombreuses actions ne seront possibles ou intéressantes que si la valeur de vos dés sera élevée.  D’autres actions très intéressantes nécessitent des valeurs faibles.  Et vous savez quoi ?  Lorsque vous voudrez réaliser une action avec un dé élevé, vous vous rendrez compte que vous n’avez que des dés faibles et lorsque vous voudrez réaliser une action avec un dé faible, vous vous rendrez compte que vos dés sont trop élevés 😀 !

De plus, une action permet de retourner un dé sur sa face opposée.  Alors si vous n’êtes pas contents avec ça, jouez aux cartes 🙂

Condition de victoire géniale

La toute toute grande originalité de Rajas of the Ganges et qui en fait une réussite géniale est sa condition de victoire !  Le plateau est entouré de 2 pistes : la piste des points de gloire et la piste d’argent.  Les 2 pistent partent du même coin du plateau mais progressent en sens inverse.  Quand on gagne de l’argent on déplace son marqueur argent en sens antihoraire et quand on gagne de la gloire on progresse son marqueur en sens horaire.  Dès que vos 2 marqueurs se croisent, vous remportez la partie !1674 Rajas of the Ganges 3

Vous imaginez la multitude de stratégies différentes que ça induit ?  Vous pouvez tout axer sur l’argent ou tout sur la gloire ou n’importe quel équilibre entre les deux pour gagner !  Absolument une invention de génie !

Les actions

Le reste des actions est plus classique tout en offrant un panel de choix à chaque fois impressionnant :

  • Devenir premier joueur et gagner 2 gloires
  • Etendre son territoire en achetant une tuile et en la plaçant sur son plateau personnel.  Ces tuiles, en fonction de l’endroit où on va les poser, tout en respectant les contraintes de placement, vont rapporter soit de l’argent grâce aux marchés qu’elles comportent soit de la gloire grâce aux bâtiments qu’elles contiennent.  Les joueurs ont d’ailleurs des indicateurs de gloire pour chaque type de bâtiment et vont pouvoir progresser sur ces échelles pour gagner de plus en plus de gloire à mesure qu’ils construiront ce type de bâtiment.
  • Avancer son bateau le long de fleuve et gagner des bonus très intéressants

1674 Rajas of the Ganges 4Les bonus des 3 échelles

Une autre idée de génie est de placer des bonus sur les 3 échelles du jeu : l’argent, la gloire et le fleuve.  Ces bonus vont permettre de gagner des dés et d’autres bonus mais également de nouveaux ouvriers.  Chaque ouvrier correspondant à une action, voilà un bonus non négligeable.  Les joueurs vont donc progresser le plus rapidement possible sur ces échelles pour gagner, avant les autres, des ouvriers supplémentaires.  Le petit bémol de cette action est que gagner un nouvel ouvrier est un très grand avantage et si un joueur arrive à en acquérir un bien avant les autres, il sera devenu irrattrapable faisant perdre une partie de la saveur du jeu.

Rajas of the Ganges est la plus belle réussite du couple Brand depuis le magnifique Descendance.  Les 2 jeux ont d’ailleurs de nombreuses ressemblances tant au niveau de la simplicité qu’au niveau de la richesse des choix, de la profondeur du jeu et des multiples stratégies qu’il permet.  Le jeu est une course constante entre les joueurs et il faudra être très attentif et empêcher un joueur de prendre trop vite le dessus sous peine de le voir filer sans rien pouvoir y faire.  Sa condition de victoire incroyable d’ingéniosité, son interactivité et sa gestion très bien équilibrée des dés et de leurs lancés en font une des grandes réussites parmi les sorties du dernier salon d’Essen.  A jouer contre un Raja le long du Ganges 😀


Ren 8

Ren: 9/10

Kesaco?

Du placement d’ouvrier. Tout plein d’actions disponibles. Une utilisation originale des dés. Un thème bidon. Une esthétique quelconque. Une condition de victoire géniale. Vous secouez le tout, vous saupoudrez d’interaction indirecte et de tension permanente, et vous obtenez Rajas of the Ganges, une très belle réussite!

Bon on démarre tranquille

Thème bidon disais-je, on étend ses provinces dans l’Inde prospère et magnifique du 16ème siècle. Ne vous emballez pas, on n’y croit pas une seconde, une fois que vous commencez la partie vous n’y penserez plus une seule fois. De toute manière on s’en fout, quand on vérifie qu’en faisant d’abord l’action x ça permettra d’obtenir un bonus permettant de retourner un dé ce qui permettra de placer un 5 au lieu d’un 2 et du coup vous pourrez acheter ce 3ème marché avec l’action y, 3ème marché qui maximisera votre revenu quand vous ferez ensuite l’action z… ben on s’en fout du thème ;). Idem pour l’esthétique quelconque. Certes le plateau est vieillot et pas particulièrement beau, mais il n’est pas repoussant non plus. Et de toute façon on s’en fout!

Placement d’ouvriers donc, classique de prime abord. Mais bien exécuté, avec plein d’actions disponibles et des possibilités de bloquer les autres en leur piquant une action sous le nez. En soi ce serait déjà pas mal et donnerait un jeu tout à fait décent. Mais la bête a plus que cela sous le capot… 2 surprises en fait, qui font passer le jeu dans une toute autre catégorie!

On commence à accélérer…1674 Rajas of the Ganges 8

D’abord l’utilisation des dés. Pour réaliser certaines actions vous allez en effet devoir fournir des dés. Vous en tirez 4 au début de la partie (un de chaque couleur), puis vous allez en gagner selon les actions que vous ferez. Chaque fois que vous devez fournir un dé (ou plusieurs) pour une action il est défaussé. Donc la gestion de son stock de dés est cruciale (vous pouvez en stocker 10 maximum à un moment donné, soit autant que de mains de Kali). Il est en effet, fortement, déconseillé de se retrouver à court de dés pendant la partie… Mais la gestion ne concerne pas seulement le nombre de dés, elle concerne aussi leur couleur (certaines actions demandent des dés d’une couleur spécifique) et leur valeur (certaines actions demandent des dés d’une valeur spécifique). On pourrait craindre l’effet du hasard, mais pas du tout (ou vraiment très très peu), car vous avez de nombreuses possibilités pour l’atténuer: des actions permettent d’échanger des dés (swapper de couleur), d’autres de gagner un dé. Vous pouvez également dépenser un point de karma (que vous obtenez de différentes manières) pour retourner un dé (un 5 devient un 2 par exemple). Donc le hasard est complètement gérable, mais ce n’est pas un free lunch non plus: vous devez gérer votre stock activement, penser à gagner des points de karma, orienter votre stratégie en fonction des dés disponibles (et des actions disponibles)… Bref tout à fait délicieux, du bonheur ludique!

1674 Rajas of the Ganges 7…et là on passe carrément la 6ème!

La 2ème surprise, ou plutôt devrais-je ici carrément parler d’idée de génie, est la condition de fin de jeu. Autour du plateau vous avez 2 pistes, une piste de points de victoire et une piste de revenus. Ces 2 pistes partent du même point mais en sens contraire (une horlogique et l’autre anti-horlogique). La partie se termine quand un joueur réussit à croiser ses 2 marqueurs. Sachant que ceci peut arriver à n’importe quel endroit (i.e. tout au début de la piste d’argent et du coup tout à la fin de la piste des points de victoire, ou vice-versa, ou à tout autre endroit entre les 2). Sachant également que la piste de points de victoire avance plus vite (1 point de victoire couvre la même distance que 2 points de revenus), mais que les points de victoire sont évidemment plus difficiles à obtenir. Sachant aussi qu’on doit payer pour certaines actions, et que le cas échéant son marqueur va alors reculer dans la piste revenus… Et sachant enfin qu’on termine alors le tour en cours, et que si plusieurs joueurs arrivent à faire croiser leurs 2 marqueurs c’est celui qui aura la plus grande différence entre ses deux marqueurs qui gagnera. Génialissime. Il n’y a pas d’autre mot. Ce mécanisme fonctionne du tonnerre de Brest, ça crée une tension tout au long de la partie, ça permet plein de stratégies différentes, ça oblige à regarder ce que font les autres… bref miam!

Bien joué Inka & Markus!

Si vous ajoutez à cela une dose raisonnable d’interaction directe dans la course aux bonnes tuiles (pour développer votre province, aka votre plateau personnel), et la présence de bonus uniques le long des 2 pistes (ce qui vous incitera par exemple à aller très vite sur une piste pour avoir un ou plusieurs bonus, avant d’éventuellement équilibrer et/ou se concentrer sur l’autre – les bonus sont disponibles pour chaque joueur), vous obtenez un très bon poids moyen, qui s’explique rapidement, dont l’iconographie est nicke, qui tourne parfaitement et qui vous offrira beaucoup de plaisir ludique!


tapimoket Tapimoket9/10

Vous prendrez bien une tasse de dés ? Nous voilà plongé dans l’ambiance orientale de l’inde avec un très joli jeu où chaque joueur devra développer son palais et son commerce.

Rajas of the Ganges  utilise une mécanique de pool de dés / actions que l’on retrouve plus ou moins dans d’autres jeux. En revanche, il combine à cela l’assemblage de tuiles sur son plateau individuel pour créer son palais et ses environs à l’aide de bâtiments, de commerces et de chemins.

Le principe de victoire, qui consiste à faire croiser deux jetons sur des pistes, est intéressant d’autant plus que, sur l’une des pistes, un jeton indique votre argent disponible et sera amené à avancer ou reculer selon vos recettes ou vos dépenses. C’est assez subtil…1674 Rajas of the Ganges 4

Rajas of the Ganges offre également une bonne sensation de progression grâce à l’avancée des bateaux, le remplissage de son plateau individuel et l’amélioration de ses bâtiments. Il y a beaucoup d’endroits où se placer et pour déclencher des actions, mais beaucoup se recoupent et, au final, les règles ne sont pas trop complexes à assimiler. Ceci aura l’avantage d’avoir un jeu qui plait, selon moi, aussi bien aux joueurs aguerris, qu’aux joueurs plus occasionnels.

C’est un jeu fluide, bien équilibré, avec un très beau matériel, abondant mais à prix raisonnable, malgré tout. Bref, de tous celles et ceux qui y ont joué, personne ne le bouddha.


chaps-1

Chaps: 8/10

J’aime bien les jeux de gestion de dés avec contrôle du hasard, là nous ne sommes pas dans de l’expert comme avec Pulsar 2849 par exemple mais dans de l’intermédiaire avec 48 très jolis dés de couleur et… De la pose d’ouvriers, c’est tellement sympa la pose d’ouvriers, j’adore.

Dans Rajas la première chose qui plait est le twist de l’objectif fin de partie, faire croiser nos pistes gloire et argent. Chaque joueur fait progresser ses 2 marqueurs sur des pistes opposées jusqu’à ce qu’ils se rencontrent, ce qui crée immédiatement une tension de course. Associée à l’interaction propre à la pose d’ouvrier et on ne quittera pas des yeux ce que font les autres. J’ai beaucoup aimé cette sensation de jeu, la course au développement et au gain d’argent et gloire sans objectif chiffré réel, chacun choisi son chemin.

1674 Rajas of the Ganges 6Choisir son chemin… est d’autant plus vrai que les chemins en question auront toute leur importance dans le placement des tuiles sur son plateau perso, là il faudra choisir en fonction de ce qui est dispo et des autres joueurs. Les meilleures tuiles seront vite prises, attention à la concurrence et choisir les marchés en fonction des ressources que les autres n’ont pas nous assurera des revenus sans concurrence ! Thématique et interactif ! Voilà qui est des plus sympathique. Et du coup on a une sensation de construction avec les tuiles sur son plateau perso mâtinée de stratégie de placement, la version « avancée » du jeu en rajoutant une couche.

Le jeu est très fluide et rapide (on peut enchainer 2 parties sans problème), c’est très agréable à jouer, l’ajout des règles « évoluées » rassures sur la rejouabilité puisque le jeu en devient un peu plus stratégique et variable.

Donc ce Rajas est pour moi une bonne pioche, je ne vais pas le sortir trop fréquemment à cause d’une rejouabilité qui risque d’en pâtir, le mauvais côté de la médaille pour les jeux pas trop complexes. Ceci dit la très bonne interaction doit amener bien des surprises, c’est quand même plus sympa de ne pas jouer dans son coin.


1674 Rajas of the Ganges 12


Excellent Chianti, toujours très charnel.

Excellent Chianti, toujours très charnel.


Vin d’jeu d’vidéo

La dégustation en 11 minutes par Ren


Vin d’jeu d’vidéo

La bouteille de Chaps en 33 minutes


Vin d’jeu d’music

Avis et notes des lecteurs
Note moyenne :
(4 notes)
10.00
Soumettre votre avis:
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Soumettre
     
Annuler

Donner votre avis !

par Mathieu
Absolument génial
Jeu addictif et passionnant, c'est la course aux dés à l'argent et aux points de gloires en permanence et la tension est palpable autour de la table. Testé dans différentes configurations, il est excellent à deux trois ou quatre joueurs. Foncez vous ne le regretterez pas.
par vecoven
Excellent

Plus qu'un jeu de gestion, c'est surtout une course : à qui arrivera (par tous les moyens) à croiser ses deux pions (argent et point de renommé). Simple tout en étant richeA conseiller

par Manubis333
Quand Troyes a une Descendance... hum !
Excellente review comme d'habitude...Je suis d'ordinaire un lecteur assidu mais en "sous-marin"... ;-)Le parallèle qui s'est imposé pour moi, c'est Troyes :avec les dés qui servent de ressources ("Dice driven"), la possibilité de les retourner (au prix d'un point de Karma au lieu de l'influence) et aussi de les relancer avec la Terrasse extérieure.Je suis aussi convaincu qu'entre joueurs plus ou moins avetertis, il vaut lieux très vite passé à la variante expert (verso des plateaux + 6 ouvriers)a++Manubis.
par DUCASSE
et en plus.....
De plus vous pouvez avoir un départ différent selon les joueurs. Avec ma femme et mon jeune fils, ils ont joué avec la face du plateau perso où il y a plus de ressources et plus de dés pour la déésse. Et j'ai perdu :))Pour le cas où un joueur gagne de bonne heure une action supplémentaire il est prévu par l'auteur que les autres joueurs piochent un jeton d'amélioration à chaque fin de phase ce qui n'est pas négligeable.

Si vous aimez, vous aimerez peut-être...

9 de réponses

  1. SwatSh dit :

    C’est marqué sur la fiche. Chez nous il faut compter 70 minutes la partie.
    Amuse-toi bien!

  2. yoann dit :

    Bonjour à tous. Echange interessant.
    A 4 joueurs, combien de temps dure une partie par chez vous?
    merci
    yoann

  3. kogaratsu dit :

    Vous m’avez tous convaincu. commandé.

  4. SwatSh dit :

    Allez d’accord . Tu as raison El Grillo 🙂

  5. El grillo dit :

    @swatsh: Parce que je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de similitudes avec rajas, plus light et peut être moins profond me semble t’il. Mais oui on peut toujours les proposer 🙂 Disons que les propositions de jeux sur le site sont souvent adequat, autant là moins je trouve 🙂
    Pour citer un grand gourou ludique: amusez vous bien !

  6. SwatSh dit :

    @El Grillo: si tu aimes Scythe & Tzolkin, pourquoi ne pas conseiller ces jeux à ceux qui aiment Rajas?
    @all: merci pour vos commentaires. J’ajouterais que, pour moi, il n’y a pas 2 stratégies possibles mais bien une multitude vu toute la granularité possible entre le tout à la gloire et le tout à l’argent.
    Amusez-vous bien

  7. Manubis333 dit :

    Bonjour,

    J’ai fait ma deuxième partie avec Fdubois… (voir son commentaire ci-dessous)
    Effectivement, les axes stratégiques sont peu nombreux : deux… L’Argent et la Gloire…
    Enfin, plutôt que des axes stratégiques, je devrais plutôt parler de dominantes… qui se traduisent par des choix dans les Bâtiments à construire et donc des couleurs de dés à choisir en fonction de la disponibilité des dits Bâtiments…
    Car on aura une piste qui montera vite mais il ne faudra pas négliger l’autre pour autant…
    La richesse du jeu réside justement, selon moi, dans cette difficulté à bien choisir les ressources auxquelles on a droit puisque la liberté de choix est très grande… D’autre part, les indices, permettant de prendre des décisions dans lesquelles on croit (avec assurance), ne sont pas faciles à débusquer… En tout cas, j’ai du mal…
    Et dans un jeu de course tel que ce Rajas of the Ganges, c’est très handicapant…
    C’est cela qui me fait dire que le jeu augure d’un potentiel très intéressant… Mais qui reste à confirmer.
    J’ai donc très envie de creuser ce jeu… Un jeu qui « m’aveugle » d’interrogations au point que je me prenne les pieds dans le tapis aussi fortement (cette deuxième paertie)… Je ne peux pas rester sur ça !!!
    D’autant plus qu’il est très accessible, donc il ne devrait pas y avoir de difficulté à le sortir souvent (panel large de joueurs).

    a++
    Manubis.

  8. El grillo dit :

    Très agréablement surpris à mon tour de ce Rajas. J’en attendais un énième jeu de placement d’ouvriers, et il l’est, mais avec assez d’originalité pour être très divertissant.
    Je lui trouve beaucoup de points forts au final : des tours rapides, même à 4 joueurs. Deux axes majeurs de stratégies, argent et pouvoir, quelle bonne idée ces deux pistes de scores ! Du suspens aux lancers de dés, et ça arrive souvent. Dés qui sont, comme relève l’article, non punitif, on s’en sort toujours.
    Je trouve ce jeu très intéressant pour initier, voir approfondir le jeu de gestion, avec un aléa très bien équilibré. (l’équivalence avec Scythe ou Tzolkin est osée les amis ! :))

    Après je suis pas sûr effectivement qu’on en fera 30 parties non plus, ça reste une jeu poids moyen sans 40 voies stratégiques à explorer. Mais je l’ai trouvé, de manière très subjective, très agréable à jouer

  9. fdubois dit :

    Je ne trouve pas que les points de gloire sont si compliqués que çà à gagner (de plus, on ne les perd jamais contrairement à la thune).

    J’ai déjà gagné avec une stratégie gloire (merci le personnage où il faut utiliser un 4) : mon pion gloire était sur la case 53 (il y en a 60). Très peu de thune pendant toute la partie et j’ai fait dans les dés violet pour poser des tuiles à bâtiment.

    Il y a 2 grandes orientations stratégiques : la gloire et la thune.
    Ce qui me fait dire çà :
    1) les deux pistes 😉
    2) les cases au delà du pont sur le Gange : elles donnent soit des points de gloire, soit de la thune via les marchés.
    3) la répartition des tuiles par couleur (et ce, quelque soit la couleur) :
    – Serpent : en tout, 4 bâtiments et 2 marchés
    – Vache : en tout, aucun bâtiment et 7 marchés
    – Tigre : en tout, 8 bâtiments et 2 marchés

    Du coup, la courbe de progression vient de l’agencement et du développement de notre plateau personnel ainsi que du déplacement de notre bateau sur le Gange. Est ce que cela apportera suffisamment de variété pour me donner l’envie d’y revenir ? Telle est la question…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *